Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    Infos diverses & variées

    Partagez
    avatar
    Prok'
    Wanderer

    Balance Messages : 986
    Date d'inscription : 18/07/2011
    Age : 31

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Prok' le Lun 15 Avr - 12:08

    J'arrive vraiment pas à comprendre tout ce bordel, je veux dire en Norvège et tout le reste ils peuvent faire ce qu'ils veulent et y'a absolument pas d'intolérance -.-
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Ju le Lun 15 Avr - 18:19

    Prok' a écrit:

    Y'en a qui baisent pas tout court et ils / elles se portent pas plus mal, pour autant c'est pas triste Smile

    Je ne parle pas en terme de quantité mais de qualité. Evidemment que tu peux prendre ton pied en faisant à manger, à ton boulot (pour les workaholics), et aux travers de passions diverses.
    Je souligne le fait qu'elles décrivent le sexe comme ayant été proclamé activité récréative par les hommes histoire d'avoir une excuse pour le faire plus souvent. Et que les femmes se retrouvent "esclaves" de ce principe. C'est débile. Les femmes ont toujours autant aimé le cul que les hommes pour ses vertus "récréatives".

    Bref. Y a rien à garder là-dedans de toute façon.
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Moira le Lun 15 Avr - 18:25

    Concernant le type et son cerveau, là... Ça résonne tout à fait avec ce que je lis en ce moment (Hypérion et Endymion de Dan Simmons, je n'arrêterai jamais de le conseiller, je pense), et je pense qu'il se fourre le doigt dans l’œil. Oui, je pense intimement qu'un jour ou l'autre, nous pourrons effectuer des "sauvegardes" du cerveau humain (probablement très incomplètes au départ, dans la mesure où le mécanisme des souvenirs et leur stockage est encore assez mal compris, il me semble), mais en aucun cas il s'agirait de résurrection.

    Et s'il souhaite réellement conserver son cerveau intact, sans transfert de données, alors je considère personnellement qu'il ne meurt pas. Il devient juste le premier cyborg "réel" de l'histoire... Enfin, même si tout ça m'angoisse atrocement, oui, c'est à suivre.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Sunderland le Lun 15 Avr - 21:39

    Ca reste dans le possible, c'est certain. Mais c'est étonnement très tôt ! Je voyais ces opérations pour au moins un demi siècle ou un siècle plus tard. Et ou ce type est / sera la nouvelle star des scientifiques dont le nom sera connut de presque tous, au même titre qu'Einstein, en ayant réussi à avoir une avancée titanesque sur son temps, ou, ça risque en fait de ne pas ressembler à grand chose !

    Sauvegarder sa mémoire dans un ordi, et faire le connecter, c'est probablement du "pas encore vu". Et rien que pour ça c'est un pas de géant scientifiquement parlant. Mais c'est très flou. Car il y a différence entre sauvegarder sa mémoire et sa conscience. Aux dernières nouvelles, un ami m'a expliqué qu'il semble avoir été possible qu'un groupe de chercheur ait pu créer une "conscience" à un ordinateurs, demandant quelque chose comme quelques millions de neurones (ce qui est très peu et demande beaucoup beaucoup) -même si j'y crois trèèèès moyen... je vois mal que l'on puisse donner conscience en notre temps à une machine-. Et même si "quelques millions de neurones" ça sonne woaw, en réalité, le marmot, quand on lui demande 2 + 2, il aurait tendance à barrer la réponse puisqu'il ne sait pas (le fait de "barrer" et supposé être une action géniale).

    Donc, au final, on a que très peu d'informations sur le résultat souhaité.
    Si le dude veut être réincarner en robot, premio, il faut dire adieu aux sentiments et émotions (et sans ça, comment fait-on pour avoir un libre arbitre, vivre ?), secondo un hôte aux capacités gigantesques de stockage qui puisse faire fonctionner ses neurones et synapses en activité. Et est-ce que l'on parle seulement de mémoire ou conscience ? Et donc il faut qu'il ait probablement des années d'avances sur le temps présent en médecine et en robotique quelque soit la réponse à la question précédente.

    Après il semble avoir l'air d'un génie. Et prof à Harvard, ça ne doit pas être de nioniotte. Sans compter qu'il a bossé dessus pendant des années et que ça semble l’œuvre de sa vie.


    Aussi le cas est intéressant. Un cyborg est un "homme" mi machine mi humain. L'être humain en question n'a besoin que d'avoir au minimum un appareil électrique en soit. Comme Robocop ou bien un quelconque homme avec un petit implant cérébral.
    Néanmoins, dans la situation présente, on incorpore à un ordinateur une composante humaine. Une composante qui sera sous la forme de centaines de milliards de ses neurones et synapses.
    Je ne sais pas, donc, si ça rentre dans terme cyborg. Il y a peut être un autre terme qui doit sortir d'une œuvre de science fiction à ce sujet.... J'ai déjà dû voir un film un peu dans ce style, mais je ne me rappel plus lequel ... Avec un bon gros cerveau relié à des machines.

    De toute manière, il y a trop de plans, axes, aspects et facteurs à prendre en compte là. Comme "comment va-t-il vivre sans la vue et ses autres sens ? C'est quand même énorme dans le genre.

    Ce Ken, il sera possiblement le prototype cauchemardesque d'une longue ligné d'autres expériences. Vaincre sa condition humaine pour un monde froid et noir, est-ce que ça vaut vraiment le coup ? Ca me fait un peut penser, dans mon cas, à une nouvelle de Lovecraft, en relation à la quête d'immortalité...
    avatar
    Prok'
    Wanderer

    Balance Messages : 986
    Date d'inscription : 18/07/2011
    Age : 31

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Prok' le Mar 16 Avr - 3:58

    Ju a écrit:
    Prok' a écrit:

    Y'en a qui baisent pas tout court et ils / elles se portent pas plus mal, pour autant c'est pas triste Smile

    Je ne parle pas en terme de quantité mais de qualité. Evidemment que tu peux prendre ton pied en faisant à manger, à ton boulot (pour les workaholics), et aux travers de passions diverses.
    Je souligne le fait qu'elles décrivent le sexe comme ayant été proclamé activité récréative par les hommes histoire d'avoir une excuse pour le faire plus souvent. Et que les femmes se retrouvent "esclaves" de ce principe. C'est débile. Les femmes ont toujours autant aimé le cul que les hommes pour ses vertus "récréatives".

    Bref. Y a rien à garder là-dedans de toute façon.

    Ha, vi, je l'avais pas compris comme ça Smile
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Giromu le Lun 6 Mai - 17:04

    Le piratage a forcé l'animation japonaise à se réinventer en France

    La guerre de l'industrie de la culture contre le téléchargement illégal pourrait-elle se finir
    sur un traité de paix ? L'usage gratuit pourrait ainsi bien être à la
    base du renouveau de l'animation japonaise en France, l'un des secteurs
    les plus touchés. Alors que la vidéo à la demande peine à s'installer en France, les éditeurs français d'animés tentent de s'adapter au téléchargement illégal en l'utilisant à leur avantage. Pour s'adresser à un public habitué aux films et séries disponibles gratuitement dès leur sortie japonaise, ces éditeurs développent des services
    nouveaux, à même de détourner les spectateurs du fansub (fan
    subtitles), les sous-titrages amateurs réalisés par des fans et devenus
    la norme sur Internet.



    DE LA CASSETTE À INTERNET

    Le fansub d'animés ne date pourtant pas du réseau des réseaux. La
    pratique est né sur cassette au début des années 90 et demandait un
    matériel cher et difficile à obtenir, entre enregistreurs, PC et logiciel spécialisé, explique le documentaire The Rise and fall of anime fansubs.
    Désormais, il suffit d'un ordinateur et de logiciels gratuits pour
    réaliser ces sous-titrages, dont le nombre a explosé ces dix dernières
    années. Le but premier du fansub, réalisé par des passionnés pour des
    passionnés, est la promotion culturelle : les fansubers apportent un
    contenu indisponible par ailleurs, notamment chez les éditeurs officiels
    qui mettent souvent plusieurs années avant d'adapter une série en français et n'adaptent qu'une infime partie des séries diffusées au Japon. Les épisodes de Naruto,
    l'un des animes les plus populaires en France, sont ainsi diffusés dans
    l'Hexagone plusieurs mois après leur diffusion à la télévision
    japonaise.

    Cette pratique s'inscrit dans une "zone de tolérance" : l'absence
    d'ayants droit français pour une série ou un film. Les studios et
    éditeurs japonais font rarement valoir
    leurs droits hors de leurs frontières, par culture et désintérêt,
    contrairement aux francophones. Le fansub "éthique" consiste donc à supprimer
    la série une fois les droits acquis par une société locale. Problème :
    mis en ligne à la diffusion japonaise, un épisode échappe souvent à ses
    créateurs et peut faire concurrence à l'édition officielle... Au point que certains éditeurs n'y voient qu'un "piratage" qui détruit de la valeur.

    Ces épisodes gratuits sont aussi au cœur d'un écosystème alternatif
    de sites qui monnaient leur visionnage par publicité ou abonnement,
    contre lesquels les éditeurs français vont régulièrement en justice. "On distingue une trentaine de sites en France qui en vivent, des entreprises
    qui ne se déclarent pas. Ce n'est pas normal qu'on laisse des
    plateformes comme ça se développer grâce à des régies publicitaires ou
    des systèmes de dons
    (à la Allopass). Les plus gros génèrent jusqu'à 30 000 euros par mois", estime Olivier Cervantès, président du site de vidéo à la demande (VOD) spécialisé Wakanim.
    Un fonds d'investissement situé au Bélize – un paradis fiscal –, qui a
    récemment racheté un de ces sites, n'a pas souhaité répondre à nos
    questions.

    Lire : Après Megaupload, le téléchargement direct chamboulé

    LA CRISE DE L'ANIMATION JAPONAISE

    Il ne s'agit pas du seul problème de ces sociétés. "On
    a une triple crise. D'abord la crise globale, ensuite la crise du
    piratage (on est sur un public jeune) et la crise de la création au
    Japon (avec moins de grands titres et une industrie qui vise plus le
    marché intérieur). Ce n'est pas un paysage très positif"
    , déplore Sylvie Brevignon, directrice éditoriale et marketing
    de Kazé, qui édite mangas papiers et vidéo. Les animés sont peu
    diffusés à la télévision (en raison des quotas imposés de productions
    françaises et de la réticence des chaînes), donc privés de ses revenus
    publicitaires. Ajoutons à cela le déclin du marché DVD et le décollage
    très lent de la VOD à la demande, qui poussent ces éditeurs à l'urgence.
    Certains ont d'ailleurs récemment mis la clé sous la porte, à l'image de Beez en 2011.

    Nés au milieu des années 90, Kazé et Dybex estiment que le "piratage"
    est la cause principale de la mauvaise santé de l'animation japonaise,
    même s'il contribue à sa découverte. Face à eux, certains internautes
    leur reprochent de monétiser des contenus jugés gratuits. "Le monde
    professionnel de l'animation japonaise a beaucoup évolué vers une
    meilleure prise en compte des consommateurs mais paradoxalement, le
    fossé entre eux et les fans continue de se creuser. L'animation japonaise n'a jamais eu autant de fans et pourtant le poids économique du secteur ne cesse de reculer"
    ,
    explique pour sa part Cynthia Verdier, co-fondatrice de l'Association
    pour la protection de l'animation japonaise et du manga sur Internet (Apami).





    Si elles font retirer
    les contenus et arrêter des projets, ces entreprises disent ne pas
    blâmer les internautes, qui ne mesureraient pas les conséquence de leur
    pratique. La volatilité des équipes de sous-titrages, des hébergeurs et
    la taille restreinte du marché sont d'autres raisons. Mieux vaut ne pas
    se mettre à dos des clients. Ces éditeurs ont donc été contraints de s'adapter, en fournissant gratuitement et rapidement leurs contenus pour reprendre
    le contrôle de la distribution. Avant la sortie d'une série, les
    éditeurs locaux annoncent l'acquisition de la licence et sa "diffusion
    simultanée" (simulcast) sous-titrée peu après la diffusion japonaise,
    pour éliminer le besoin d'un effort des internautes.

    DES DROITS DIFFICILES À OBTENIR

    L'un des obstacles a été l'industrie japonaise elle-même. Ces éditeurs ont dû gagner
    la confiance des ayants droit japonais, pour qui la démarche représente
    des risques, notamment la fuite des épisodes avant leur diffusion TV. "Nous avons mis deux années à maîtriser la technologie et cinq ans à convaincre les ayants droit. Il fallait leur expliquer le marché français, composer avec des contraintes de production importantes... Obtenir les droits eux-mêmes n'était pas non plus simple", explique ainsi Kazé.

    Dybex a pour sa part débuté la diffusion simultanée en 2008, avec la
    série de science-fiction Eve no Jikan sur son site. Les ayants droit
    japonais lui avaient alors imposé de passer par la plateforme américaine Crunchyroll. L'année suivante, l'éditeur obtient la diffusion en simultané de la série blockbuster Full Metal Alchemist Brotherhood, qui a duré plus d'un an. "On a obtenu une très grande victoire quand on a fait accepter aux ayants droit la diffusion gratuite en ligne. Ça a marché, ils ont compris les enjeux et ce que nous essayons de faire. Si Dybex ne s'arrange pour donner l'accès rapide aux fans français, des fansubers le feront sans droit et sans retombées promotionnelles", argumente Carlo Levy, président de l'éditeur belge.

    Nouvel arrivant, la plateforme Wakanim a dû gagner la confiance des studios sur des titres moins prestigieux que ceux visés. "Les droits sont beaucoup plus chers pour du DVD. Il a fallu convaincre
    les ayants droit que ça ne cannibalisera pas les ventes physiques et
    rapportera toujours plus que le fansub. Nous avons commencé en 2009 et
    2010 mais le vrai démarrage s'est opéré en mars 2012, quand on avait
    enfin la confiance de ces ayants droit"
    , explique Olivier Cervantès. "On génère des revenus à 3 ou 6 mois là où il faut attendre 3 à 4 ans pour la vente physique", appuie la plateforme.

    "UN LABORATOIRE" POUR KAZÉ

    L'offre légale en France est vraiment apparue en 2009, avec l'arrivée des sites de VOD KZPlay de Kazé et Wakanim et avec le coup d'éclat de Dybex avec Full Metal Alchemist. "Nos
    fans ne sont pas que des consommateurs mais des gens investis et
    passionnés. Dès les années 2000, l'un des gros reproches était que ça
    n'allait pas assez vite. Ils attendent les contenus diffusés à la TV
    japonaise"
    , constate Sylvie Bregignon de Kazé.

    Pour diffuser
    ses contenus, le groupe dispose de trois canaux propres : la vente
    physique, la télévision (KZTV) et la plateforme de VOD par abonnement
    KZPlay. "Cette plateforme nous a permis de proposer
    du simulcast quand les diffuseurs traditionnels n'avaient pas la
    technologie pour être aussi réactifs. C'est beaucoup plus difficile
    aujourd'hui d'amortir des droits VOD, DVD et TV à long terme. On doit avoir un maillage d'exploitations avec le simulcast, le DVD, la TV puis peut-être la VOD en version française. On a d'ailleurs dû bousculer nos méthodes de production pour obtenir les fichiers en avance pour le simulcast. On est vraiment dans un laboratoire"
    , explique la directrice éditoriale et marketing.

    "KZPlay n'est pas rentable, mais la croissance nous convient. Nous n'avons pas encore atteint notre vitesse de croisière", indique l'entreprise, qui refuse de donner des chiffres d'audience. "Le succès d'une production ne dépend pas de sa notoriété. On a des grosses séries comme Blue Exorcist (qu'on avait déjà en manga) dont on savait que les ventes seraient au rendez-vous,
    grâce à un marketing travaillé. Il y a également des séries peu connues
    qui fonctionnent très bien. Quand une série est qualitative, elle
    trouve son audience"
    , constate l'éditeur.

    DE LA PUBLICITÉ POUR DYBEX

    Autre stratégie pour Dybex, qui diffuse ses séries gratuitement, avec
    publicité, dans le but d'améliorer les ventes physiques dont il dépend.
    En empêchant l'apparition de fansubs, l'entreprise espère ainsi
    éliminer l'un des principaux freins à l'achat. "Nous sommes dans la
    dictature du consommateur. Editeur, vous offrez la même chose, avec la
    même qualité, que ce que la personne lambda a gratuitement et
    immédiatement. On ne changera pas les habitudes, sauf à long terme, donc
    il faut s'adapter"
    , explique Carlo Levy.

    Les modes de production ont donc été adaptés, mais pas trop.
    "Nous diffusons les épisodes 4 à 5 jours après le Japon. On est nés en
    tant qu'éditeurs de DVD, nos équipes ont été habitués à des rythmes
    précis. Passer d'un traitement d'une série de six mois à quelques heures est déjà stressant pour nos adaptateurs"
    , avance l'entreprise, qui aurait déjà embauché des fansubers. "Nous refusons également de recevoir
    l'épisode avant sa diffusion japonaise, par peur des fuites. Si vous
    permettez la diffusion avant la télévision japonaise, vous vous exposez à
    des dommages phénoménaux. Ça nous évite aussi des coûts d'assurance
    importants"
    , prévient Carlo Levy, qui admet peiner à monétiser sa stratégie.





    "Nous sommes passés par la publicité mais il est difficile d'en avoir de la rémunératrice, car les animés sont trop segmentant pour les publicitaires. Trouver un sponsor occidental pour [la série pour adolescents] Highschool of the dead est compliqué, contrairement à un Batman
    sur lequel McDonald's ou Coca-Cola s'aligneraient facilement. Ce n'est
    pas tenable si les éditeurs de mangas et d'animés sont les seuls à faire de la publicité"
    ,
    regrette Dybex. Le retour sur les ventes physiques serait lui difficile
    à évaluer. Seul résultat concret : près de 25 millions d'épisodes et de
    bandes annonces vus sur Dailymotion depuis fin 2008.

    ALLER OÙ EST LE PUBLIC

    "La santé des éditeurs francophones n'est pas si mauvaise. Ils
    vivent ensemble sur un marché restreint, mais Kazé a le soutien direct
    des Japonais et une section manga qui tourne beaucoup mieux. Dybex a de
    grosses licences et joue pleinement la carte du Blu-ray. Ils essaient de
    détourner des habitudes de consommation
    par des tentatives d'éducation des spectateurs, de la vigilance face
    aux fansubers peu scrupuleux et par une offre payante la plus attractive
    possible"
    , analyse le blogueur spécialisé Rémy Perona. Ces entreprises vont aussi chercher les internautes où ils consomment ces séries, notamment Dailymotion.

    "Dailymotion est apparu courant 2004, au départ sur un modèle gratuit parce qu'ils attendaient une masse critique de vidéos. Malheureusement, ce qui a occupé les records de visionnages était de la vidéo piratée. Il y a eu un manque à gagner
    pour les ayants droit, notamment japonais, pour qui la production coûte
    extrêmement cher. Dailymotion s'est depuis structuré et a lancé une
    offre de VOD payante"
    , explique Kazé. En plus de sa plateforme
    propre, l'éditeur propose certaines séries à l'achat sur Dailymotion, en
    lieu et place de versions amateurs.

    "Les Romains disaient qu'il fallait soigner le mal par le mal, alors autant diffuser le contenu là il sera consommé. En 2009, nous avons contacté Dailymotion pour diffuser gratuitement [la série phare de cette année] Full Metal Alchemist Brotherhood", renchérit Carlo Levy de Dybex, qui diffuse uniquement ses contenus sur cette plateforme. "Dailymotion est beaucoup plus réactif que YouTube et Wat pour retirer du contenu, avec des outils beaucoup plus performants. Chez YouTube, rien n'est fait pour vous aider à retirer un épisode. A se demander s'ils ne gagnent pas plus avec les contenus illégaux qu'avec les éditeurs", s'agace la société belge.

    WAKANIM, LE MODÈLE INTERNET

    Malgré l'attrait pour Dailymotion, la mutualisation des ressources n'est pas à l'ordre du jour pour cette industrie. "A
    la base, Wakanim voulait être une plateforme qui rassemblerait tous les
    éditeurs. Nous ne nous sommes pas aperçus que ce marché était très
    fermé à ça, avec une concurrence très rude"
    , regrette son président, qui a décidé d'entrer dans cette concurrence sans se concentrer
    sur la vente physique. Wakanim propose lui chaque épisode en simultané
    gratuitement pendant trente jours, puis le visionnage et le
    téléchargement sans protection (DRM) payants.





    Cet acteur, né après l'explosion du fansub, est sûrement celui qui y est le plus adapté. "On
    n'a pas le bagage de l'édition de DVD, ces investissements. Ce n'est
    pas notre cœur de métier, tous nos processus sont taillés pour le
    simulcast. Nous sortons les épisodes une heure après la diffusion
    japonaise dans la majorité des pays francophones"
    , explique Olivier Cervantès,
    à la tête d'une équipe de cinq personnes qui ne compte pas dépasser les
    huit employés à terme. L'entreprise serait rentable depuis 2012.

    La vitesse est au cœur du modèle. "On perd 70 % de l'audience si on ne diffuse pas un épisode dans les trois jours après le passage TV japonais", remarque la start-up, qui attribue cette perte d'audience aux sous-titreurs américains plus réactifs que les français. "La disponibilité gratuite du fansub sera toujours une atteinte aux éditeurs. Cette frustration de la licence et de l'attente [jusqu'à plusieurs mois], on la comprend mais on ne la cautionne pas. A terme, je pense que toute la production pourrait être couverte par les éditeurs", estime Wakanim.

    "On a trouvé une stabilité, on a signé des accords d'exclusivité
    avec des éditeurs japonais... Sur les séries qui marchent très bien, on a
    des revenus supérieurs à ceux habituels de la diffusion TV, voire de la
    vente physique. 30 000 à 40 000 personnes regardent gratuitement les
    épisodes des séries grand public. 10 000 à 15 000 pour les productions
    plus de niche. Sauf flop, le taux de transformation
    [visionnage gratuit qui mène à un visionnage payant ou à un achat] est presque toujours de 4 %", s'enorgueillit le co-fondateur de la jeune pousse, qui peine dans ses éditions de DVD.

    S'ADRESSER AUX FANS

    L'entreprise proposera bientôt un abonnement saisonnier limité aux
    quelques séries traduites pendant cette période. Le but est notamment d'affirmer
    des choix éditoriaux, importants quand une cinquantaine de séries sort
    chaque saison. Dans le même temps, elle maintient un contrôle strict du
    piratage de ses contenus, attaquant les internautes ayant mis en ligne
    leurs vidéos et les plateformes illicites en justice.

    Pour convaincre,
    la plateforme s'affiche également dans la lutte contre les protections
    anti-copie, jugées néfastes à la diffusion légale. L'équipe, elle,
    discute avec les amateurs sur les réseaux sociaux, des forums spécialisés et publiquement avec les fansubers. Plus globalement, ces ayants droit locaux tentent de se rapprocher des fans pour lisser
    le conflit sur le rôle des sous-titres amateurs. Kazé affirme notamment
    bientôt améliorer son information sur l'offre légale, comme il le fait
    déjà sur le manga papier, quand Dybex et Wakanim renforcent leur
    présence dans les conventions comme Japan Expo. "Le but est de discuter, de montrer qu'on n'est pas juste des gens en costume qui aiment l'argent. Tous les éditeurs sont des passionnés", affirme à ce sujet Olivier Cervantès.

    L'objectif pour ces sociétés est bien de remplacer le fansub par une consommation "éthique", quitte à fournir
    les contenus gratuitement ou à bas prix. La voie choisie semble bien
    celle de l'adaptation de la diffusion, immédiate, et de l'implication de
    ces internautes dans le succès commercial des séries. Alors que la mission Lescure doit fournir
    des pistes pour une meilleure offre légale à la mi-mai, ces éditeurs
    s'essaient en avance sur un marché restreint à l'échelle d'un monde de
    l'audiovisuel, globalement frileux face à la distribution numérique.


    Guénaël Pépin
    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/05/06/le-piratage-a-force-l-animation-japonaise-a-se-reinventer-en-france_3166907_651865.html
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Ju le Lun 6 Mai - 19:09

    Un article intéressant qui montre que s'adapter est toujours plus utile que geindre et surtout (et particulièrement dans le contexte du Net) lancer des menaces de représailles. Je crains qu'un jour la technologie informatique sera suffisamment poussée pour mettre des bâtons dans les roues du surfeur un peu moins que lambda mais d'ici là la liberté d'action est totale.

    A noter que les Français sont vus -en tout cas ici- comme les Gros Connards du Net qui téléchargent absolument tout de façon boulimique. Mais ne le prenez pas mal: Ce n'est que la frustration de nos connexions longtemps limitées :p
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Giromu le Sam 11 Mai - 15:16

    Il y'a un triangle sur votre manette PS3? Un coup des Illuminati!!!

    « Monsieur, vous dites ça parce que vous êtes un Illuminati »

    Vous ne le savez pas, mais ils sont à vos portes ; ils
    ont déjà infiltré les banlieues françaises. Il ne s’agit pas d’un
    nouveau style musical ou vestimentaire mais des Illuminati : récits
    croisés de nos expériences banlieusardes.





    1

    « Madame, on cherche les Illuminati sur les photos »






    Dans mon métier de travailleuse sociale, je me déplace de tissu
    social en tissu social : des services judiciaires, aux services
    jeunesse, en passant par les foyers de travailleurs…


    Making of
    Ce couple de riverains (qui témoignent sous pseudo)
    travaillent en banlieue : elle dans des associations de prévention et
    lui à l’université. Depuis des années ils voient se répondre chez les
    jeunes dont ils s’occupent la croyance en un complot mondial ourdi par
    les Illuminati et autres puissances cachées (groupe Bilderberg,
    Trilatérale...). « On en parle légèrement, mais avec nos collègues on se dit que le phénomène est plus grave qu’il n’en a l’air ». Blandine Grosjean

    Dans la relation éducative, il est important pour moi de partir de la
    réalité des jeunes que j’accompagne, qui n’est pas la mienne : au fur
    et à mesure du dialogue, j’ai accès à des informations les concernant et
    à leur perception du monde, parfois intime.

    En dehors du foot, de la téléréalité et des autres clichés censés
    intéresser la jeunesse, un sujet qui les préoccupe beaucoup et dont je
    n’aurais jamais deviné l’existence, n’est tout simplement jamais abordé
    dans les médias. Roulement de tambour : les Illuminati !

    J’illustre mes propos. Visite à l’Assemblée nationale avec des
    jeunes. Avant de passer les portiques de sécurité, nous attendons devant
    des photos de l’hémicycle rempli de députés. Je vois deux jeunes –
    silencieux ! – en train de comploter. Je me dis : « Je vais voir ce
    qu’ils trament. » Ils me disent :

    « Madame, on cherche les Illuminati sur les photos. »

    Prise au dépourvu – je m’imaginais qu’ils essayaient de filer à
    l’anglaise – je souris et leur demande comment on reconnaît un
    Illuminati…

    « Bouh » : j’en ai fait ma force


    Autre exemple. Lors d’une animation, j’utilisais différentes formes
    que l’on colle sur un mur. Il y avait donc des carrés, des ronds, des
    triangles et autres polygones. Tout de go, le groupe de huit garçons
    majeurs (avec qui tout se passe très bien) me dit :

    « Mais, Madame, il y a une rangée de triangles, vous faites référence aux Illuminati. »

    Les bras m’en tombent. Je leur réponds : « Que voulez-vous dire par là ? »

    « Madame, c’est le symbole des Illuminati et des francs-maçons, vous ne le savez pas ? »

    Note : votre activité est foutue en l’air. Adieu, objectifs
    pédagogiques. J’en ai fait ma force, et maintenant, pour avoir le calme
    dans un groupe, je mets mes doigts en triangle en criant : « Bouh ! ».
    Résultat garanti.


    2

    « Monsieur, ils sont là »






    Moi, j’enseigne l’histoire dans une université de banlieue depuis six
    ans, dans une filière qui a la particularité, du moins dans cette fac,
    de rassembler une grosse majorité d’étudiants venant de bac pro et de
    bac technique et habitant cette même banlieue. Comme ma compagne, avec
    un public pourtant sensiblement différent – si ce n’est qu’il provient
    des mêmes endroits – je suis soumis à l’ombre méphitique des Illuminati.

    Je fais un cours sur la Première Guerre mondiale à un groupe de
    36 étudiants. C’est l’après-midi, ils digèrent leurs lentilles. En
    écrivant le plan au tableau, j’ai donné comme titre à la partie
    consacrée aux quatorze points du président Wilson en 1918 : « Un nouvel
    ordre mondial. » Au moment où je dicte la phrase, j’entends quatre ou
    cinq garçons pouffer. Je me retourne, et leur dit : « Ah non, vous ne me
    faites pas le coup des Illuminati ! » L’un d’entre eux, goguenard, me
    répond :

    « Vous dites ça parce que vous en êtes un. »

    Rebelote le jour d’une sortie scolaire au cimetière parisien du Père Lachaise. Arrivé devant le mur des Fédérés,
    un étudiant qui, tout le semestre, avait animé la classe de sa bonne
    humeur, voit un triangle sur ledit mur : « Monsieur, ils sont là »,
    m’assure-t-il d’un ton docte en faisant un triangle avec ses doigts.

    Cette théorie du complot, liée aux prétendus Illuminati, finit par
    souvent perturber les cours. Dès que je parle du 11 Septembre, les
    étudiants sont persuadés – et ils sont nombreux – que les attentats ont
    été commis par le complot (n’importe lequel). Plus compliqué, l’idée
    même que Roosevelt ait pu ne pas être au courant de l’attaque de Pearl
    Harbor le 7 décembre 1941 est devenue presque inenseignable : il l’a
    fait exprès, pour pouvoir retourner l’opinion publique américaine et
    lancer son pays dans la Seconde Guerre mondiale.


    3

    Faux complot, faux problème






    La question n’est pas, et nous n’en parlerons plus, ce complot fantasmé et fantastique, qui souvent prend la figure des :

    On ne peut pourtant pas dédaigner cette question car il ne
    s’agit pas de situations isolées, mais bien d’un phénomène récurrent.
    Encore ne concerne-t-il que les garçons. Mais non, la question n’est pas
    là.

    La question réside dans le fait que, quand nous passons le périph’ et
    racontons nos expériences dans d’autres milieux, personne, absolument
    personne, n’a conscience de cet élément de notre travail. Quand on me
    demande, à l’heure de l’apéro, si j’ai passé une bonne journée, et que
    je raconte ma vie avec les Illuminati, les gens ouvrent des soucoupes
    (volantes).

    Complot inconnu : un autre monde existe


    YouTube à l’appui, avec le nombre de clics des vidéos complotistes et
    pour les plus courageux, la lecture des commentaires, certains de nos
    amis qui ne sortent jamais de Paris intra-muros (si ce n’est en TGV en
    sautant la case banlieue) découvrent qu’un autre monde existe : ni celui
    des émeutes de banlieue, ni celui d’Amélie Poulain, mais un monde où
    les Illuminati ont pris le pouvoir sans que personne ne s’en rende
    compte.

    Ce serait drôle, si ce n’était pas triste. Ce complot inconnu d’un
    côté du périph’, et bien présent de l’autre, est le symbole de l’absence
    totale de contacts entre ces deux mondes. Un symptôme de plus, qui nous
    invite à faire de la mobilité, dans les deux sens, une priorité.

    Note aux lecteurs :


    • ils sont partout, faites des réserves d’eau dans votre bunker ;
    • les jeunes, on les prend comme ils sont et on n’est pas là pour les juger ;
    • si quelqu’un a l’adresse des Illuminati, on a des choses à discuter avec eux ;
    • il y a bien d’autres sujets à aborder à propos de la banlieue mais nous avons choisi l’humour et les petits hommes verts.
    http://www.rue89.com/2013/05/10/monsieur-dites-ca-parce-etes-illuminati-242203
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Moira le Sam 11 Mai - 20:23

    Oui, j'en ai un comme ça dans ma formation. Il est musulman nouveau converti, et apparemment, c'est à la Mosquée qu'on leur enseigne (ou en tout cas, dans certains milieux croyants, j'ose espérer pas tous) que les Illuminati (ou l'ordre sioniste, au choix, voir les deux - d'où un certain anti-sémitisme latent) contrôlent les médias, les politiques et les banques.

    Edit : D'ailleurs j'ai hésité à le troller avec ça, en décomposant, sous l'angle de la théorie du complot, notre date d'entrée en formation. Bah oui, le 12 décembre 2012, soit 12/12/12, soit 1+2 = 3, et 3x1 = 3, oui, mais 3x2 = 6 !!! Soit le chiffre des Illuminati ! (Ah bon, moi je pensais que c'était le chiffre du malin dans la Kabbale et/ou chez les Hermétistes...) Very Happy
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Giromu le Ven 17 Mai - 18:15

    Miracle du consumérisme de masse, les hommes-bêtes de l'univers de Warhammer existent désormais IRL!



    Soldes à Virgin : « Vous vous êtes comportés comme des pourritures »


    Making of

    Nous avons vu ce billet sur le blog Les rétro-galeries de Mr Gutsy
    circuler sur Facebook et, sidérés par la violence des faits relatés,
    avons pris contact avec son auteur. Il nous a amicalement permis de
    reprendre son texte.



    Antoine, contractuel dans la fonction publique et blogueur, a vu sa
    compagne en pleurs, « détruite » après cette journée de soldes. Agée de
    28 ans, elle travaille au Virgin des Champs-Elysées depuis 2008 et sera bientôt au chômage.



    Antoine a alors interrogé les collègues de sa compagne, et écrit le
    récit de leur journée. Dans son post il reprend également des
    témoignages de clients publiés dans le Parisien et Lyon Capitale. Son
    texte pourra en choquer certains. Rue89



    Mis à jour
    le jeudi 16 mai 2013 à 17h16





    Le 13 mai 2013 à minuit, via e-mails et réseaux sociaux, la nouvelle se répand comme un virus digne des zombies de Danny Boyle :
    le Virgin Megastore, à l’agonie, annonce des réductions de 50% sur la
    quasi-totalité du magasin. Les détenteurs de cartes de fidélité
    bénéficient de 20% supplémentaires.
    L’enseigne Champs-Elysées ouvre à 10 heures, et les choses se
    compliquent déjà. Les gens dehors s’impatientent, ils sont des centaines
    (dont certains depuis 7 heures du matin), et tentent d’ouvrir eux-mêmes
    la gigantesque porte métallique. Ils tentent, ils tentent, les
    charognards.

    La tension est déjà là, quelque chose ne tourne pas rond. Une ambiance, une attitude.

    Le service de sécurité fait grincer les gonds. Sésame, ouvre-toi. Les chiens sont lâchés, le chaos peut commencer.

    Des centaines d’humains, visages déformés, hagards, montent en
    courant au premier étage, se poussent les uns les autres. Une femme
    chute dans le grand escalier. Personne ne l’aide à se relever.

    Objectif : le rayon numérique. Un iPad à 700 euros devient un iPad à
    350 euros. Alors ils en prennent deux, trois, quatre, car même à
    600 euros, les tablettes numériques se revendent illico sur eBay ou
    Leboncoin.fr.

    5,4,3,2,1... et la ruée.
    Mais il n’y a pas que ça à récupérer, et certains ont prévu le coup :
    ils sont venus avec des grands sacs. D’autres ont carrément ramené des
    valises.

    Comme le témoigne une certaine Emma dans Le Parisien :

    « C’était la folie. Ça poussait de tous les côtés. Les
    plus pressés montaient les marches quatre à quatre pour aller dans les
    rayons hi-fi. Mais il y avait peu d’articles. Du coup, certains clients
    arrachaient de leur socle les appareils photos ou les tablettes en
    exposition. Les alarmes retentissaient de toute part. »

    Au téléphone, un homme hurle, plié d’un rire nerveux : « J’y crois
    pas, ici c’est l’apocalyyypse ! ! ! » Dans un premier temps, les
    employés trouvent ça hallucinant, positivement parlant. Mais ils vont
    déchanter très vite.

    Traqués, insultés, secoués par les clients


    Les consoles Xbox, vendues la veille 250 euros, passent à 175 euros.
    Prenons-en une, non deux, non trois. Durant l’heure suivant l’ouverture
    du magasin, les vendeurs, complètement désemparés, sont suivis, pris à
    partie, traqués, insultés, secoués par des clients devenus fous.

    Certains employés montent sur des tabourets, et hurlent des ordres
    aux gens afin de contenir, de canaliser la foule en furie. En vain. Des
    clients leur hurlent dessus, et l’attention sera – semble-t-il – à qui
    criera le plus fort.

    Alors qu’ils ont commencé leur journée depuis moins de deux heures,
    certains salariés s’échappent littéralement pour aller pleurer au stock,
    loin du chaos. Pour atterrir, pour se rendre compte de ce qu’il se
    passe, et reprendre un poil de force.

    La fermeture du magasin, le néant d’information depuis plusieurs mois concernant un quelconque plan social, Pôle emploi s’approchant, et maintenant ça. Ça fait beaucoup.

    En moins de trente minutes, le rayon numérique est vide. Plus rien, à
    part de la poussière et des déchets sur les rayonnages (restes de menus
    McDo, cannettes vides, emballages divers).

    Ruée chez Virgin par dna_web
    Des gens ont sous les bras des trucs sans savoir de quoi il s’agit.
    Ils ne savent même pas ce que c’est. « Vous pensez que je peux en tirer
    combien ? », osent-ils même demander. Mais même sans savoir, plus besoin
    de les mettre sur Priceminister. Car la vente n’a jamais été aussi
    sauvage, et des enchères commencent dès lors dans les files d’attente.

    Je n’ai pas eu d’iPad, je rachète le vôtre. Non moi, non moi, non
    moi, qui dit mieux ? On dégaine le cash, des billets passent
    discrètement de main en main. On se croirait en plein deal généralisé.

    Ils se gavent sans peur de vomir


    Le magasin a en stock 184 cartouches du dernier jeu Nintendo DS
    « Professeur Layton ». Un revendeur de jeux vidéo, venu avec des amis
    porteurs, les prend toutes. Les 184.

    Ceux qui sont arrivés trop tard au saint premier étage – ou qui n’ont
    pas eu accès aux enchères sauvages – prennent alors TOUT ce qui passe à
    hauteur de panier. TOUT : peluches, DVD au hasard, magnets, écouteurs,
    jeux de société, cartouches d’imprimantes. Ils n’ont pas le temps de
    choisir, sinon d’autres leur voleront leur butin.

    Alors ils prennent, ils prennent, se gavent sans peur de vomir. Ils
    prennent pour empêcher d’autres de prendre. La plupart sont au
    portable :

    « Mais tu veux lesquels ? Dis-moi vite, il n’y a presque
    plus rien ! “Twilight” ? “Iron Man” ? “Transformers” ? En Blu-ray ou
    DVD ? Bon, je prends tout, et rappelle-moi dans dix minutes ! De toute
    façon, on s’en fout, c’est à moins 50% ! »

    Et pourtant – forcément – ils vomissent, quand le coup de sang est
    passé. Où ? Aux caisses. C’est réellement là qu’ils font leurs
    emplettes, leurs « bonnes affaires » : alors ça oui, je prends, ça non,
    ça oui, ça non... Ils reposent alors ce qui, en fait, ne les intéresse
    finalement pas.

    L’attente dans la file est en moyenne de 1h30. Derrière les
    caissières, des centaines de produits divers s’entassent en dizaines de
    colonnes, trop rapidement dégueulés pour être rangés convenablement.
    Alors out le traditionnel classement fantastique/horreur/comédie : on
    prend tout et on repose tout en tas au rayon DVD. Obligé.

    Les clients, pour une fois, ne se plaignent pas.

    « On rachète vos indemnités »


    Une employée sort fumer une clope, par une sortie privée qui mène
    dans la rue d’à côté. Elle a bien pris soin d’enlever son gilet rouge,
    chose qu’elle ne fait jamais. Elle n’a même pas allumé sa cigarette que
    les gens repèrent sans pitié le petit logo sur son badge et
    l’accaparent :

    « Vous pouvez me mettre ça de côté ? Il vous reste des iPad ? Achetez-en un pour vous, et je vous le rachète ! »

    L’employée leur répond que non. Leurs bouches se déforment alors,
    deviennent méchantes : « Non, mais sérieux, on croit rêver... Pffff ! »

    Même aux livres, rare rayon sur lequel les soldes n’ont pas lieu (loi
    oblige), les gens remplissent des paniers en prenant – là encore – tout
    ce qui leur passe sous la main.

    Lorsque les employés leur précisent que les livres ne bénéficient pas
    de réductions – « Non, mais vous auriez pas pu le dire ? » – ils
    reposent tout tel quel, n’importe où, avant de partir bon train vers des
    rayons plus juteux. Lyon Capital le raconte également :



    • « Vous devriez être contents, on rachète vos indemnités » ;
    • « C’est scandaleux, les vendeurs se sont servis avant nous ! » ;
    • « Vous n’allez pas vous plaindre d’être bientôt au chômage : vous vendez aujourd’hui, et je contribue en achetant. »
    Ils n’ont JAMAIS vu ça de leur vie


    Pour ajouter au chaos ambiant, au rez-de-chaussée comme au premier
    étage, des centaines de boîtiers vides de DVD et jeux vidéo jonchent le
    sol. Ouverts de force, volés dans la cohue.

    On marche comme sur des œufs de peur de glisser, en poussant du pied
    les cadavres d’une culture qui semble avoir été violée. A la sortie, les
    bornes antivols hurlent au point qu’on ne les entend même plus.

    Alors que le magasin ferme normalement ses portes à 22 heures,
    aujourd’hui, extinction des feux à 19h30. Ordre de ce qui reste de la
    direction : ne plus faire entrer personne pour mieux gérer la horde
    présente. (Pour la plupart des salariés cependant, la journée ne se
    terminera vraiment que cinq heures plus tard.)

    Les vigiles, sous une pluie d’insultes et de huées, font leur job.
    Les gens dehors deviennent fous, les en empêchent, retiennent la porte.
    Ce qu’ils ne savent pas, les chacals, c’est que le magasin a déjà été
    pillé. Chacun de ses os a été sucé méthodiquement. Avidement.

    Avec difficulté, les agents de sécurité, qui n’ont JAMAIS vu ça de
    leur vie, parviennent à refermer le sésame. Ouf. Un délicat client qui
    n’a probablement pas eu sa part du gâteau se plaindra quand même en
    commentaire de je ne sais plus quel site :


    Capture d’écran d’un commentaire sur un site d’info
    Amassant leur « butin »


    Durant les derniers mois, depuis l’annonce de la fermeture de la
    chaîne Virgin, pas un seul de ces « clients » n’a évidemment levé le
    petit doigt pour soutenir (de quelque manière que ce soit) les
    1 000 salariés, futurs chômeurs dans quelques semaines.

    Mais lundi, ils étaient pourtant tous là comme par magie, ces clients invisibles, fossoyeurs aux dents acérées.

    Ils ont soudain retrouvé l’adresse d’un magasin dans lequel, au
    mieux, ils n’avaient pas mis les pieds depuis des années, au pire, ne
    sont jamais allés.

    Comble, certains ont même posé des RTT le matin même pour pouvoir s’y
    rendre. Dans le même article du Parisien cité plus haut, il est
    également noté que l’Emma en question (mise au courant de la braderie
    par une proche) « était venue en repérage la veille, car elle n’avait
    encore jamais mis les pieds dans un magasin Virgin ».

    Le temps d’une matinée, oubliant Amazon, oubliant « la crise », ils
    étaient là en chair et en os, en masse, les rats, les nécrophiles,
    dansant joyeusement sur les cadavres de milliers de salariés, amassant
    leur « butin », comme certains le disaient à 11 heures sur Twitter.

    Faire des bonnes affaires, c’est une chose. Mais à ce prix-là ? « Eh
    oui » avez-vous tous répondu en chœur, « A ce prix-là », justement. Et
    ce prix-là, c’était moins 50%. C’est ce que vous répétiez tous, vous,
    les charognards, la salive pâteuse aux commissures des lèvres.

    A prix cassés, dignité soldée ?


    Pour ce prix-là, vous avez poussé aux larmes des travailleurs qui,
    peu importe ce qu’on peut penser de Virgin, ont mis toute leur énergie
    et leur amour durant des années dans un job qui les a passionnés. Pour
    un simple rabais, vous les avez insultés, méprisés et violentés. Vous
    avez montré sans masque qu’un vulgaire iPad avait à vos yeux plus de
    valeur que leur travail et leurs passions.

    Pour ce prix-là, putain, vous êtes devenus des bêtes. A prix cassés,
    dignité soldée ? La vôtre on s’en doutait, mais également la leur dans
    la foulée ? Vous ridiculiser ne suffisait donc pas ? Il fallait
    également les écraser, les traîner dans la boue ?

    Vous vous êtes battus comme des chiens. Bravo, c’est bien. Mais vous
    n’êtes pas des chiens, les chiens n’agiraient pas ainsi. Mais vous
    n’êtes pas non plus des êtres humains, car un humain il me semble,
    n’agit pas non plus de la sorte.

    Non. Pour vous être comportés ainsi, vous n’êtes simplement – et clairement – que des sales pourritures.
    http://www.rue89.com/2013/05/16/soldes-a-virgin-etes-comportes-comme-pourritures-242388
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Baxter le Ven 17 Mai - 20:38

    Ouais, j'en ai entendu parler. Que des charognards !>_<
    avatar
    Keitaro
    Maraudeur

    Masculin Messages : 181
    Date d'inscription : 19/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Keitaro le Ven 17 Mai - 22:00

    Prok' a écrit:J'arrive vraiment pas à comprendre tout ce bordel, je veux dire en Norvège et tout le reste ils peuvent faire ce qu'ils veulent et y'a absolument pas d'intolérance -.-
    Giromu' a écrit:Que pensez vous du mariage homosexuel, qui sera bientôt adopté par le nouveau Président?
    Prok' a écrit:Que c'est une erreur de l'avoir autorisé, tout simplement. Pas trop le temps de développer, je le ferai après

    J'ai mis du temps à retrouver la citation, alors rien que pour ça, j'exige un droit de réponse Smile

    J'avais oublié la suite quand même :

    Prok' a écrit:Bah tout simplement que ça change les termes dans les documents officiels et ce qui est à la base une sensibilité différente en terme de
    moeurs devienne une normalisation. Ca va pas faire taire ou compatir les gens pour autant faut pas se leurrer, même pire avec la volée de boucliers qu'il y a eu en apprenant le dit changement de termes. Et le divorce aussi, on devrait laisser ça à un couple "normal" avec une famille.Je sais pas je m'imagine vraiment pas de voir de plus en plus de mariages homosexuels pour développer une famille par la suite. Pas que j'ai un problème contre mais, enfin, je sais pas rien ne remplace un papa ou une maman pour moi, c'est tellement différent en terme d'approche, même si l'une des deux femmes est proche du garçon manqué, ou que le père à une part de féminité hors du commun. Je dis pas que le gosse sera cinglé ou autre hein faut pas se méprendre, juste que dans une période ou c'est déjà pas facile pour eux, en remettre une couche avec deux papas ou deux mamans ça me gêne rien que
    d'y penser. Et le voir le sera encore plus

    Alors, tu penses quoi au final ?

    Sinon, pour Virgin, je ne leur pleurerai pas dessus, ils ont (avaient) un modèle économique fait pour bousiller les petites librairies et disquaires (ça a marché pour ces derniers). Après, ça fait des gens sur le carreau, c'est sûr. Mais bon, j'aimerais bien aussi que les gens qui conçoivent des armes soient sur le carreau aussi, même s'ils ont des prêts, des enfants, des éviers bouchés, ou une courroie à changer.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Sunderland le Sam 18 Mai - 11:05

    Ce n'est pas si nouveau ces hystéries collectives quand il y a un gros appât du gain.

    Les gens sont peut-être choqués de voir ça, mais c'est tellement courant ! Voyez les Black Friday aux USA. Au moins une fois par an pour eux, donc.
    Il y a quelques années, les clients étaient tellement déchainés qu'ils ont piétinés un employé à mort dans leur excitation. Et ils avaient osés péter un câble lorsque le magasin leur a dit qu'ils devaient repartir et que les stores allaient fermer à cause du mort.

    Des prix aussi alléchants sont foutrement tentant. Mais être associé à ces charognes, no thanx Laughing.

    Néanmoins, on a l'occasion d'observer les réactions de l'être humain lambda dans ce genre de condition.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Giromu le Sam 18 Mai - 13:15

    Keitaro, chez moi, les anti me font chier à distribuer le matin quand je pars au boulot presque une fois par semaine des tracts pour leur manif pourrie de la fin du mois. Avant hier, un d'eux haranguait meme les passants. J'aurais pas été pressé, j'aurais été leur dire ce que je pense. J'en ai ras le derche de ces gens qui se pretendent cathos pratiquants mais qui sont infoutus de piger que "religion" vient du latin "religiare", relier. Eux sont dans un modele imposé qu'ils veulent imposer aux autres.
    Je te jure quand j'entendais l'autre abruti en train de haranguer les gens pour le droit des enfants à avoir un père et une mère, j'avais surtout envie de lui péter les dents.

    Un père et une mère? C'est evident que quand t'as les deux, ça règle tous les problèmes! Les enfants du type qui s'est suicidé dans le hall d'une école primaire peuvent en témoigner. Leurs parents étaeint divorcés. Moins glauque, j'ai plein d'amis qui n'ont pas connu leur pere, qui s'est barré sans reconnaitre l'enfant et en laissant la mère l'élever seule. Sont ils devenus des psychopathes? Ma foi, non.

    Je viens de decouvrir qu'un de mes amis, célibataire et de droite, est allé manifester contre le mariage gay. Il argue pour sa part de la PMA, qui le fait flipper. Je tente de discuter avec mais j'ai de moins en moins de patience sur le sujet, surtout avec les manifs de Frigide Barjot qui m'ont fait passer de "pour mais je m'en fous" à "sévèrement pour, surtout si ça peut faire chier les antis". C'est dire comment ces gens me gavent.
    Vous auriez dû m'entendre monter sur mes grands chevaux quand l'ami sus-cité a évoqué le sujet hier soir au téléphone. Ce gars vire de plus en plus à droite, ça fait peur.
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Baxter le Sam 18 Mai - 18:43

    Keito Koume, le mangaka responsable de Spice & Wolf, sera présent à la Japan Expo cette année. Je pense que certains devraient être intéressé. Very Happy
    http://www.japan-expo.com/fr/invite/keito-koume_328.htm
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Moira le Sam 18 Mai - 22:10

    Giromu, là-dessus, je suis tellement, mais alors mais TELLEMENT de ton avis !
    avatar
    Keitaro
    Maraudeur

    Masculin Messages : 181
    Date d'inscription : 19/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Keitaro le Sam 18 Mai - 23:06

    Giromu a écrit:Keitaro, chez moi, les anti me font chier à distribuer le matin quand je pars au boulot presque une fois par semaine des tracts pour leur manif pourrie de la fin du mois. Avant hier, un d'eux haranguait meme les passants. J'aurais pas été pressé, j'aurais été leur dire ce que je pense. J'en ai ras le derche de ces gens qui se pretendent cathos pratiquants mais qui sont infoutus de piger que "religion" vient du latin "religiare", relier. Eux sont dans un modele imposé qu'ils veulent imposer aux autres.
    Je te jure quand j'entendais l'autre abruti en train de haranguer les gens pour le droit des enfants à avoir un père et une mère, j'avais surtout envie de lui péter les dents.

    Un père et une mère? C'est evident que quand t'as les deux, ça règle tous les problèmes! Les enfants du type qui s'est suicidé dans le hall d'une école primaire peuvent en témoigner. Leurs parents étaeint divorcés. Moins glauque, j'ai plein d'amis qui n'ont pas connu leur pere, qui s'est barré sans reconnaitre l'enfant et en laissant la mère l'élever seule. Sont ils devenus des psychopathes? Ma foi, non.

    Je viens de decouvrir qu'un de mes amis, célibataire et de droite, est allé manifester contre le mariage gay. Il argue pour sa part de la PMA, qui le fait flipper. Je tente de discuter avec mais j'ai de moins en moins de patience sur le sujet, surtout avec les manifs de Frigide Barjot qui m'ont fait passer de "pour mais je m'en fous" à "sévèrement pour, surtout si ça peut faire chier les antis". C'est dire comment ces gens me gavent.
    Vous auriez dû m'entendre monter sur mes grands chevaux quand l'ami sus-cité a évoqué le sujet hier soir au téléphone. Ce gars vire de plus en plus à droite, ça fait peur.

    Ton avis n'était pas passé inaperçu, rassure-toi Smile Je vis pas ça à Rennes (on est civilisés), mais un mec d'une TV locale s'est quand même fait péter la gueule lors d'une manif.
    Moi je suis pour le mariage autant que l'adoption, rien que pour légaliser des situations qui existent de toute manière.

    C'est l'avis de Prok' que j'ai du mal à comprendre, enfin à saisir.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Giromu le Jeu 30 Mai - 5:07

    Kirino n'était pas sur la liste des héroines les plus haïssables mais elle est première de la liste des plus agaçantes! C'est bien mérité tant à coté d'elle Asuka et Nadia sont super conciliantes et gentilles...

    Par contre, les otakus detestent toujours autant Mashiro (Elle est deuxieme! Mais pourquoi tant de haine? Elle etait premiere de la liste des plus haissables!!!) Asuna, Nyarlko, Yui de K-on, Manami de Oreimo (surement parceque'elle est gourde), Card captor Sakura (mais sérieux! Elle est toute mimi!) et Chitanda Eru (bon là, je peux comprendre. Elle est gourde)

    1. Kousaka Kirino (Ore no Imouto)

    2. Mashiro Shiina (Sakurasou no Pet na Kanojo)

    3. Haruhi Suzumiya (The Melancholy of Haruhi Suzumiya)

    4. Hirasawa Yui (K-ON!)

    5. Asuna (Sword Art Online)

    6. Nakano Azusa (K-ON!)

    7. Nyaruko (Haiyore! Nyaruko-san)

    8. Tamako Kitashirakawa (Tamako Market)

    9. Sanzenin Nagi (Hayate the Combat Butler!)

    10. Chitanda Eru (Hyouka)

    11. Kuuko (Haiyore! Nyaruko-san)

    12. Manami Tamura (Ore no Imouto)

    13. Iori Nagase (Kokoro Connect)

    14. Hakase (Nichijou)

    15. Akiyama Mio (K-ON!)

    16. Asuka Langley (Neon Genesis Evangelion)

    17. Kinomoto Sakura (Card Captor Sakura)

    18. Taneshima Popura (WORKING!!)

    19. Nina Purpleton (Mobile Suit Gundam 0083: Stardust Memory)

    20. Saeki Nanako (Aku no Hana)
    http://www.sankakucomplex.com/2013/05/29/top-20-most-irritating-anime-heroines/

    Parmi les entrées remarquées, la douce Saeki de de Aku no hana, Popura de Working (non mais serieux!), Asuka (forcément! La pré Kirino! Mais il manque Nadia au classement, qui est plus chiante qu'Asuka), Mio de K on (le fait qu'elle soit un peu pleureuse?), Hakase (mais! Elle est trop choupi!!!), Tamako (gourde), Chtuko (COMMENT peut on etre enervé par Chtuko? o_O) et Azusa ("Azunyan") mais ça doit etre parcequ'elle est trop serieuse.

    Les otaques nippons, je les pige pas en grande partie.

    Pour comparer, les plus haissables:

    1. Mashiro Shiina (Sakura-sou no Pet na Kanojo )

    2. Kuroyukihime (Accel World)

    3. Mikono Suzushiro (Aquarion EVOL)

    4. Inori (Guilty Crown)

    5. Sheryl Nome (Macross F)

    6. Tsukuyo (Gintama)

    7. Eru Chitanda (Hyouka)

    8. Nyaruko (Haiyore! Nyaruko-san)

    9. Asuna (Sword Art Online)

    10. Muginami (Rinne no Lagrange)

    11. Yui Hirasawa (K-ON!)

    12. Mogana Kikaijima (Medaka Box)

    13. Ranka Lee (Macross F)

    14. Zessica Wong (Aquarion EVOL)

    15. Mei Tachibana (Suki-tte Ii na yo)

    16. Sakura Kinomoto (Card Captor Sakura)

    17. Mayaka Ibara (Hyouka)

    18. Mio Akiyama (K-ON!)

    19. Subaru Konoe (Mayo Chiki!)

    20. Manami Tamura (Ore no Imouto)

    21. Mikoko Sakazaki (Gambling Apocalypse Kaiji)

    22. Ume Shiraume (Ben-To)

    23. Erica Hartmann (Strike Witches)

    24. Satsuki Momoi (Kuroko’s Basketball)

    25. Tsubasa Katagiri (AKB0048)
    http://www.sankakucomplex.com/2013/04/30/top-25-most-hateable-anime-heroines/
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Giromu le Lun 17 Juin - 17:11

    Témoignage : chez Amazon, une armée de forçats tenus au silence
    Infiltré dans un entrepôt du géant de la vente en ligne, le reporter Jean-Baptiste Malet décrit des conditions de travail « orwelliennes ».

    « Sud Ouest Dimanche ». Pourquoi avez-vous choisi de vous intéresser à Amazon ?
    Jean-Baptiste Malet. Quand je me rends dans une nouvelle ville, je cherche systématiquement les librairies indépendantes. De plus en plus ferment ou sont en passe de fermer. Je me suis donc demandé qui les remplaçait. Réponse : l’e-commerce industriel, dont Amazon - qui représente 8 % des ventes de livres en France - est leader.

    Vous avez infiltré un entrepôt. Pourquoi ?
    J’ai d’abord cherché à rencontrer des employés d’Amazon à la sortie de leur travail, à Montélimar (Drôme). Les gens étaient effrayés. Ils me disaient : « Je n’ai pas le droit », « Je pourrais me faire licencier ». Alors, je me suis fait embaucher. Quand le site de Chalon-sur-Saône a été inauguré, l’an dernier, par Arnaud Montebourg, même les journalistes de la presse locale n’ont pas été autorisés à visiter l’entrepôt ! Cela s’est précisé dès l’entretien chez Adecco NDLR : l’entreprise qui « fournit » à Amazon ses intérimaires puisqu’on m’a fait signer une clause de confidentialité parfaitement illégale. Je n’avais le droit de parler à personne, pas même à ma famille, de ce qui se passait sur mon lieu de travail.


    Décrivez-nous les conditions de travail…
    Je travaillais en horaires de nuit, de 21 h 30 à 4 h 50, avec deux pauses de 20 minutes. La semaine débutait le dimanche pour cinq nuits d’affilée, sans qu’il y ait de rotation avec les autres équipes. À l’approche de Noël, le rythme passera à six nuits par semaine. Nous sommes payés 9,725 € brut de l’heure, soit un peu plus que le smic (9,40 €). Les managers annonçaient en début de journée les objectifs de productivité. Il y a deux types de poste : les « pickeurs », qui récupèrent les produits entreposés, et les « packeurs », qui les emballent. Je faisais partie des premiers. Dans un entrepôt démesuré (36 000 m2), il me fallait parcourir plus de 20 kilomètres par « journée » de travail. Scan avec écran en main, je parcourais les immenses allées entre les murs de produits. Ma productivité, qui devait tout le temps augmenter, était surveillée en temps réel par les managers. Le but étant d’atteindre 120 à 130 articles à l’heure. En cas d’irrégularité dans mon rythme de travail, ils pouvaient me convoquer.


    Mais ces conditions difficiles ne sont-elles pas le lot commun à tous les emplois de ce type ?
    J’ai fait beaucoup de petits boulots avant de devenir journaliste. Ce que je décris va bien au-delà de la simple pénibilité physique, avec des pauses réduites à peau de chagrin par les distances immenses à parcourir jusqu’à la salle de repos et le passage répété par les portiques de sécurité.
    Jeff Bezos, le patron et fondateur d’Amazon, qui par ailleurs méprise l’objet livre, a un rapport très idéologique au monde. Il se présente comme un ultralibéral, s’oppose à toute forme d’État (sans pour autant refuser les subventions…), mais il recrée dans son entreprise un nouveau collectivisme. Les centres de production sont verrouillés comme des bases militaires et les salariés évoluent dans un environnement liberticide, avec une surveillance généralisée (fouilles, interdiction de communiquer, clauses de confidentialité absurdes). Comme si un simple manutentionnaire allait dévoiler des secrets industriels !
    La devise d’Amazon : « Work hard, have fun, make history » (« Travaille dur, éclate-toi, fais l’histoire ») est le comble du cynisme. On ne mesure pas de prime abord l’importance de cette conquête des cœurs et des esprits. C’est le paternalisme réinventé : on offre des parties de bowling en fin d’année et, au bout d’un temps, c’est tout le quotidien des employés qui tourne autour de l’entreprise. Si on vient contester cet ordre, on est exclu.


    Les autres enseignes du commerce en ligne suivent-elles le même modèle ?
    En partie. Les supermarchés « drive » fonctionnent sur le modèle du « picking-packing » que je décris chez Amazon, où un emploi équivaut à 18 emplois en librairie indépendante. On a industrialisé une séquence de l’économie, la diffusion-vente. On recrée des usines, mais des usines à vendre. Et à vendre vite. Amazon est incontestablement le fleuron de ce système. Mais il existe aussi de petites enseignes qui utilisent Internet sur des marchés de niche, qui font de la qualité. L’enjeu de ces mutations est politique. À nous de faire le choix d’une société conviviale, avec des travailleurs qualifiés, ou d’opter pour le turnover généralisé et les cadences infernales.

    Vous évoquez le satisfecit des politiques à chaque implantation d’un nouvel entrepôt en France. Arnaud Montebourg en prend pour son grade…
    Amazon, avec ses moyens, peut profiter de loyers extrêmement bas et d’une main-d’œuvre corvéable à merci dans des bassins d’emploi sinistrés. Quand on achète un livre 1,5 € sur son site, le groupe va volontairement perdre de l’argent (puisque la livraison est gratuite) dans l’espoir de gagner des parts de marché. C’est de la concurrence déloyale. Amazon fait des bénéfices considérables mais paie très peu d’impôts en France, grâce à un montage fiscal passant par le Luxembourg. Alors, quand on voit un ministre les accueillir à bras ouverts, des collectivités locales subventionner l’implantation des entrepôts, on ne peut que se demander si l’argent public doit aller à une entreprise qui agit ainsi…
    « En Amazonie. Infiltré dans le meilleur des mondes », de Jean-Baptiste Malet, éd. Fayard, 155 p., 15 €.
    http://www.sudouest.fr/2013/06/16/chez-amazon-une-armee-de-forcats-tenus-au-silence-1086654-4688.php#xtor=EPR-260-[Newsletter]-20130616-[zone_info
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Giromu le Mer 7 Aoû - 20:14

    Le QI occidental aurait baissé de 14 points depuis la fin du XIXe siècle

    Une équipe internationale a publié en mai dans la revue Intelligence un article qui affirme que les hommes étaient plus intelligents à l'époque victorienne que ne le sont les populations modernes.

    La fin du XIXe siècle en Occident a correspondu avec une explosion de l’innovation et du génie humains, écrivent les chercheurs, qualités qui semblent avoir depuis décliné. Ils ont même mesuré cette perte, qu’ils estiment être de 1,23 point de QI par décennie, soit 14 points au total. L’équipe «a comparé des données recueillies à la fin de l'époque victorienne avec des données actuelles, écrit Radio Canada. Selon cette étude, le temps de réaction moyen d'un homme en 1889 était de 183 millisecondes, alors qu'il était de 253 millisecondes en 2004».

    Or, le temps de réaction est jugé par les chercheurs comme étant un bon indicateur du QI et des capacités cognitives.

    Mais la partie polémique de l’étude concerne la cause attribuée à cette tendance à la baisse. Car pour le co-auteur de l’étude, le docteur Jan te Nijenhuis de l’université d’Amsterdam, cette tendance est liée à la fécondité plus faible des femmes plus éduquées et plus intelligentes, relate le Huffington Post.

    D'autres études ont déjà avancé l'hypothèse d'un lien entre sélection génétique et niveau d'intelligence. Puisque les femmes les plus intelligentes et les plus aisées ont moins d'enfants en moyenne, la reproduction des générations favoriserait une baisse du niveau général...

    Une conclusion qui évoque fortement le scénario du film Idiocracy, dans lequel un Américain d’intelligence moyenne se réveille après avoir été cryogénisé pendant plusieurs décennies dans une société où la reproduction des couples les moins intelligents a fait baisser drastiquement le niveau intellectuel de la population…

    Récemment, des extraits de la thèse de doctorat du chercheur Jason Richwine, membre du think tank conservateur Heritage Fondation, republiés par un journaliste du Washington Post, ont provoqué un tollé. Le chercheur y expliquait que le QI des immigrés latinos était plus faible que celui des blancs.

    http://www.slate.fr/lien/73045/qi-baisse
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Ju le Mer 7 Aoû - 20:22

    Je participe à la fin de l'Humanité donc. Cool
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Sunderland le Jeu 8 Aoû - 12:30

    Huh. C'est étrange, je me rappel avoir lu ou entendu via doc que l'être humain, suivant l'évolution avec le temps, avait une intelligence (ou QI, mais l'un ne veut pas dire l'autre) qui augmentait au fur et à mesure.

     Mais faut pas se leurrer, leur étude comporte certains points faibles. Je veux bien croire que l'on puisse approximativement calculer le QI de gars comme Einstein, ou Mozart (quoique là...), mais on sait à présent que le test de QI se doit d'être calculé avec une grande précision. Et même quelques facteurs entrent en jeu qui peuvent un peu fausser le résultat, comme l'age et même le niveau d'étude / la culture générale (ce qui peut coïncider avec la classe sociale dans laquelle on nait, et donc influencer le résultat) -néanmoins des experts peuvent aisément prendre en compte ce paramètre par logique-.
     Raison pour laquelle des psy ont créés les tests wisc x (x est un nombre, et plus on est jeune, mieux c'est). Mais ça ne fait surtout que prendre en compte l'age. Le test sur-mesure, ce n'est encore ça.
     Là, je vois difficilement comment ils peuvent prendre connaissance du QI exact de ces personnes alors que c'est assez compliqué de calculer celui de quelqu'un déjà vivant avec le multitude de questions à résoudre...

     Leur étude, elle semble méga bancale...

     Sachant aussi que l'on n'a pas une très bonne notion du QI global des hommes. C'est comme cette histoire d'une institutrice et d'un plombier (plombier ou un métier à ce niveau-là) qui sont tombés amoureux par hasard (niveau intellectuel ou culturel, ce n'est pas la même chose). Puis ont eu 3 enfants . Dont un connait quelques problèmes à l'école. Ils l'envoient voir un psy, qui lui fait un test. Le test prouve qu'il est surdoué, puis le psy teste les 2 frère et / ou soeurs, surdoués eux aussi. Puis ils testent même le père qui était vachement réticent, lui aussi surdoué (pis la mère aussi, bien sûr) qui a d'ailleurs repris ses études par la suite. Grosso modo ils devaient être presque tous aux alentours de 150.
     Tout ça pour dire que l'on n'a pas forcément une bonne idée de l’intelligence globale qu'ont les gens (et que c'est un gène héréditaire), ou du moins pas encore, il est trop tôt, puisque le calcul du quotient intellectuel est encore jeune et nouveau.

     Puis, il y a aussi un facteur à savoir, le vrai test qui se fait avec (normalement) un professionnel dans cette branche (pas le psy de base) est couteux. Tous le monde ne se l'offre pas (inutile de mentionner que les test internet, c'est de la merde, hein...).
     Si je me souviens bien, c'est du 300euro, plus ou moins. Ca peut peut-être même aller jusque du 500. Tout le monde ne se l'offre pas, donc.


    Dernière édition par Sunderland le Jeu 8 Aoû - 19:07, édité 1 fois
    avatar
    Keitaro
    Maraudeur

    Masculin Messages : 181
    Date d'inscription : 19/07/2011

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Keitaro le Jeu 8 Aoû - 15:40

    Un peu d'esprit critique sur ce genre d'études, c'est bien en effet Rolling Eyes

    Sinon,Google lance un service musical.

    Voilà, la licence globale à 10€ (apparemment pour Google, 1€ = 1$, bravo le service compta), made in Google.

    Bravo la droite pour avoir méprisé cette idée, et l'avoir refusée.
    Bravo la gauche pour s'être écrasée quand elle avait (enfin !!!) la possibilité de l'appliquer. Filippetti doit en crever. Mais elle ne démissionnera pas pour autant, c'est bien le pouvoir même si les lobbys sont plus forts.

    Et dommage pour la diversité musicale qui va pas vraiment aller mieux, parce que
    1) Google peut toujours attendre que je lui donne 10€ par mois (je l'aurai fait si la licence globale était devenue réalité, et à l'époque les chiffres étaient de 5€).
    2) La majorité des gens va payer Google, comme ils paient sur iTunes.

    Edit : Bon, on ne parle pas de l'inter-opérabilité des titres, sur "tous les appareils", bien sûr. Je mets ma main au feu que mon baladeur qui a 9 ans (brave bête) ne pourra pas lire ces titres, qui nécessiteront une connexion web, oui, c'est du streaming. Et sur LeMonde.fr, aucune critique. Une bête dépêche AFP recopiée, c'est quasiment du publi-reportage : Google lance son service, fait sa pub et plouf, sur LeMonde.fr.
    Bon, je prends mon thé et je me calme, j'oublie le fric monstre que Google va se faire, j'ouvre mes chacras. Zen.
    Edit n°2 : Indignez-vous. Téléchargez illégalement.
    C'était le moment Stéphane Hessel, sponsorisé par Kim Dotcom.
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Moira le Jeu 8 Aoû - 20:24

    (Concernant le QI, il ne se calcule pas que pour les enfants, mais aussi pour les adultes, via la WAIS (Weshler (?) Adult Intelligence Scale, un truc comme ça), et effectivement, les tests de QI sont de plus en plus controversés. Ce qui est certain, en revanche, c'est que les personnes hyperphrènes ont un cerveau qui est différent (plus de matière grise - la vraie, pas le galvaudage, plus de connexion neuronales, certaines parties qui fonctionnent pas exactement pareil), et il se développe en ce moment des tests liés à ces différences physiques, et ne comportant donc que peu de biais d'expérience en comparaison des tests. À voir.)
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Sunderland le Jeu 8 Aoû - 22:45

    Moira a écrit:les personnes hyperphrènes ont un cerveau qui est différent (plus de matière grise - la vraie, pas le galvaudage, plus de connexion neuronales, certaines parties qui fonctionnent pas exactement pareil), et il se développe en ce moment des tests liés à ces différences physiques, et ne comportant donc que peu de biais d'expérience en comparaison des tests.
     Ah oui ? On m'avait dit il y a de cela quelques années que lorsque que l'on est précoce / surdoué, le cerveau avait un fonctionnement différent, effectivement, mais que la seule différence physique "notable" et commun était le développement du crâne de l'enfant lorsqu'il est très jeune. Si mes souvenirs sont corrects, il s'agissait de la partie du lobe frontal qui grandissait différemment...

    Contenu sponsorisé

    Re: Infos diverses & variées

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 11:04