Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Partagez
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Message par Moira le Dim 17 Juil - 0:26

    Peut-être que beaucoup de gens connaissent Picsou, au moins vaguement : un vieux riche acariâtre, avec une redingote, des guêtres, une canne, des binocles et des favoris. Éventuellement, un chapeau haut-de-forme.

    Peut-être même connaissez-vous son prénom, Balthazar. Et le fait qu'il a un neveu, Donald Duck, lui même oncle de triplés, fieffés garnements, Riri, Fifi et Loulou.

    Mais vous ne savez peut-être pas en revanche que c'est Carl Barks qui a créé Picsou pour un épisode spécial, "Une nuit sur le mont Ours" (si mes souvenirs sont bons), personnage censé n'être qu'éphémère dans le monde des canards. Sauf que voilà, il plaît. Et Cark Barks adore les canards (il en a même élevés, des vrais, chez lui). Alors il lui construit une personnalité, un passé, au fil des histoires. Il en fait un riche parvenu, acariâtre, radin, colérique, mais cachant au final un (petit) cœur.

    Puis arrive un jour un dessinateur qui aime beaucoup les histoires de Cark Barks, qui en est fan, même, et qui décide de reprendre plus ou moins le flambeau. Keno Don Rosa, non content de créer des histoires originales dans la veine de celles de son mentor, décide de reprendre toute l'histoire de son personnage fétiche et de lui inventer une biographie en images, à partir de bribes d'informations, de souvenirs racontés, d'anecdotes de voyages. C'est ainsi que naît "La Jeunesse de Picsou". Initialement composée de 12 épisodes, elle verra quelques addendum et un épisode "zéro", illustration parfaite de ce qu'est un paradoxe temporel.

    On débute l'histoire avec un jeune Balthazar McPicsou de huit dix ans (honte à moi), qui se voit offrir par son père, pour son anniversaire, un nécessaire de cirage de chaussures. Le contexte : Glasgow, Écosse de la fin du XIXe siècle, dans une situation économique déplorable, et qui subit, comme d'autres villes du Vieux Continent, un exode vers les "terres promises" du Nouveau Monde. Premier métier, première rencontre, et déjà, première déception : Burt le cantonnier est venu faire nettoyer et cirer ses chaussures croûtées de boue et profitant que le jeune garçon se soit évanoui après son effort, l'a payé en monnaie de singe : un "dime" de dollar. Monnaie américaine qui n'a pas cours en Écosse... Tirant les leçons de ses expériences, déjà à cet âge-là, Balthazar se jure à lui-même qu'il prendra ce sou en exemple et ne fera plus jamais confiance à personne en matière d'affaires. Il y voit également un signe : c'est en Amérique qu'il construira son futur...

    Au fil des rencontres (Théodore Roosevelt, Geronimo, Bombie le Zombie, Cornelius Écoutum, Soapy Slick, Goldie O'Gilt, et autres personnages historiques ou non), nous arrivons progressivement au Picsou que nous connaissons tous aujourd'hui. Mais grâce à Don Rosa, il n'est plus une sorte de stéréotype du magnat pré-révolution industrielle, dépassé par la modernité. Il est cet être humain (oui, il a beau être un canard, même anthropomorphe, pour moi c'est un être humain) complexe, aveuglé par la réussite, ayant fait une seule mauvaise action de toute sa vie, et pas mal de mauvais choix.

    Le groupe Disney a toujours refusé que les personnages puissent être supposés avoir des relations sexuelles. Mais Don Rosa a su, à diverses reprises, contourner cela, par des suggestions plus ou moins fortes, des symboles, des non-dits très puissants. Outre ses scenarii (qui en l'occurrence, pour La Jeunesse de Picsou, sont tirés de ceux de Carl Barks, et légèrement adaptés parfois par souci de cohérence chronologique), son trait et ses mises en scènes sont tout bonnement géniaux. Il a un trait gourmand, plein de détails, et une mise en scène très cinématographique. On peut trouver qu'il en fait trop, mais pour ma part, je considère qu'il est l'un des meilleurs dessinateurs de son temps.

    Les émotions qu'il arrive à nous communiquer à travers les expressions, les mouvements, les plans, tout est si beau et si fort qu'à plusieurs reprises, j'en ai eu des frissons à la première lecture. Je me souviens d'une scène tout particulièrement, avec Édith et Fergus McPicsou, qui m'a fait éclater en larmes et pleurer de longues minutes.

    Encore maintenant, je relis avec plaisir chaque épisode, m'amuse à détailler chaque case pour en trouver les beautés cachées, m'émeus avec autant de force pour les personnages. Balthazar, le petit Balthazar Picsou, restera toujours dans mon cœur le personnage Disney le plus attachant, le plus complexe, le plus humain. Et je vous conseille à tous de lire au moins une fois La Jeunesse de Picsou, par Keno Don Rosa.

    Petite information : La compagnie Disney réédite en ce moment au format livre broché l'intégrale des histoires de Carl Barks. Il est prévu douze volumes, dont le premier est déjà sorti, peut-être même le deuxième.

    Si vous voulez savoir à quoi ressemble Don Rosa (ainsi que sa maison, ses collections époustouflantes et son sourire malicieux), allez voir par là :
    http://blog.duckmania.de/2011/03/don-rosas-house-tour-teil-1-part-1.html

    En savoir plus sur l'arbre généalogique des canards établi par Don Rosa :
    http://duckman.pettho.com/tree/v_french.html

    Les noms originaux des personnages principaux :
    Balthazar Picsou : Scrooge McDuck
    Lili, Lulu et Zizi (...) : May, April et June
    Riri, Fifi et Loulou : Huey, Dewey et Louie
    Donald Duck reste Donald Duck. ^^

    Il paraîtrait que Donaldville se situe dans l'état du Calisota, un état fictif inspiré de la Californie et du Minesota.

    La colline au sommet de laquelle se trouve le coffre de Picsou s'appelle "Killmotor Hill" (la colline tue-moteur) ; mais il faut savoir qu'elle a changé de nom le jour où Picsou, revenu de divers voyages, riche comme Crésus, a décidé de prendre possession d'un terrain acheté une bouchée de pain à Cornélius Écoutum (Cornelius Coot en VO), et que sa voiture n'a pas réussi à monter la côte, le moteur ayant lâché à mi-parcours... Auparavant, elle s'appelait en effet "Killmule Hill", la colline tue-mule... xD

    Si la Vallée de l'Agonie Blanche, lieu de découverte de la pépite qui a rendu Picsou millionaire, était abandonnée et si bien préservée, c'est avant tout grâce à son "gardien"... :p

    Base de données I.N.D.U.C.K.S. :
    http://fr.inducks.org/

    Et pour finir, VIVENT LES PLATYPUS !!! \o/


    Dernière édition par Moira le Dim 17 Juil - 9:43, édité 1 fois
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Message par Baxter le Dim 17 Juil - 1:22

    Très intéressant dossier sur le vieil oncle. Ca donne envie de découvrir son histoire. J'espère que je pourrai la trouver.^^
    J'avoue que je suis toujours resté en surface des personnages de Disney, sans jamais chercher à y voir une histoire derrière (par exemple, je ne me suis jamais posé la question de savoir si Riri, Fifi et Loulou avaient des parents ni ce qu'ils faisaient chez leur oncle, ils y étaient, c'est tout) donc aller plus loin peut m'intéresser aujourd'hui.^^

    Moira a écrit:On débute l'histoire avec un jeune Balthazar McPicsou de huit ans, qui se voit offrir par son père, pour son anniversaire, un nécessaire de cirage de chaussures. Le contexte : Glasgow, Écosse de la fin du XIXe siècle, dans une situation économique déplorable, et qui subit, comme d'autres villes du Vieux Continent, un exode vers les "terres promises" du Nouveau Monde. Premier métier, première rencontre, et déjà, première déception : Burt le cantonnier est venu faire nettoyer et cirer ses chaussures croûtées de boue et profitant que le jeune garçon se soit évanoui après son effort, l'a payé en monnaie de singe : un "dime" de dollar. Monnaie américaine qui n'a pas cours en Écosse... Tirant les leçons de ses expériences, déjà à cet âge-là, Balthazar se jure à lui-même qu'il prendra ce sou en exemple et ne fera plus jamais confiance à personne en matière d'affaires. Il y voit également un signe : c'est en Amérique qu'il construira son futur...

    Ce dime de dollar, serait-ce donc son fameux sou fétiche ? Me rappelle plus bien de l'origine de ce dernier, ni même si je l'ai su un jour. Mais symboliquement, ça le fait.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Message par Ju le Dim 17 Juil - 1:33

    Tout un monde. Quand on partait en vacances mes parents achetaient les Super Picsou Geant plein de jeux mais surtout d'histoires passionnantes avec Riri, Fifi, Loulou, Donald et Onc' Picsou mais aussi tous les autres personnages comme Géo Trouvetout, Pat Tibulaire etc.
    Ca faisait mon bonheur dans la voiture ^^
    On regardait également les dessins animés en famille. Les rangers du risque, la bande à Picsou et les vieux Tic & Tac (muets, et souvent avec Donald dans le rôle du... méchant). Que de souvenirs...
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Message par Giromu le Dim 17 Juil - 8:10

    Super Picsou géant était mon magazine favori enfant. Et j'ai ju la jeunesse de Picsou.
    Très chouette article!
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Message par Moira le Dim 17 Juil - 8:37

    Le Tic et Tac m'ayant le plus marqué, c'est celui de la pelleteuse... xD
    Edit : Merci Giromu, venant de toi, je me sens flattée ! Very Happy

    Ce qu'il y a d'intéressant aussi, c'est que Don Rosa nous présente la rencontre de Picsou avec d'autres personnages récurrents de l'univers des canards ; c'est ainsi que dans La Jeunesse de Picsou, on découvre les débuts des frères Rapetou, Flairsou, Gripsou (qui est, à mon sens, le personnage le plus vicieux, le plus méchant, le plus horrible de tous ceux inventés par Carl Barks), Géo Trouvetou (on y voit comment Balthazar a noué des liens avec le père de celui-ci durant une certaine période, puis avec son fils), etc.

    Quant à connaître l'origine des neveux de Donald, elle est à peine mentionnée (et de manière clairement triste, un peu taboue, et pas du tout comme une sorte de ressort Disneyien pour cacher la réalité) dans la Jeunesse de Picsou, à travers celle de Donald elle-même. Mais on la connait depuis le début, première apparition des neveux dans un dessin animé (Trois petits anges, je crois, si je ne me trompe pas) : leur mère, Della Duck (ou Dumbella Duck, selon), les envoie à son frère Donald car les garnements ont fait exploser le cigare (ou le fauteuil, ne me souviens plus bien) de leur père, l'envoyant à l'hôpital. Elle les envoie le temps de la rémission de ce dernier... Mais finalement, elle n'est jamais venue les récupérer, ni leur père... Cruel, n'est-ce pas ?... À croire qu'elle voulait juste s'en débarrasser. Donald ayant un caractère de cochon, il a su les "mater" et les éduquer de façon à ce qu'ils s'assagissent et deviennent des membres incontournables des Castors Juniors (d'ailleurs, je ne sais plus si c'est avec Carl Barks ou avec Don Rosa, mais on apprend l'origine des Castors Juniors dans une de leurs histoires, et c'est tellement n'importe-quoi-t-esque et jouissif... xD).

    Quant à Donald, il est le fils d'Hortense McPicsou et de Rodolphe Duck. ^^ Ils sont adorables, ces deux-là, et leur rencontre et leur histoire d'amour m'ont toujours fait pleurer de rire.

    Et puis il y a Goldie O'Gilt. Je n'en dis pas plus, parce que je ne veux rien spoiler, mais Goldie, quoi. Le cœur de glace du Klondike. La froide beauté de Dawson City. Elle... Et la cabane perdue dans la Vallée de l'Agonie Blanche. ^^

    En tout cas, je suis contente si ma petite bafouille peut en motiver certain-e-s à se replonger ou à découvrir cette "anthologie" de la famille McPicsou, parce que ça vaut vraiment le coup.

    Ceci dit, sachez que je ne délaisse pas pour autant les oeuvres de Giorgio Cavazzano, dont j'adore le trait, ni celle de Massimo de Vita, Romano Scarpa, Floyd Gottfredson, François Corteggiani, Guido Martina, Giovan Battista Carpi, et tant d'autres qui ont meublé mes journées et mes nuits de magnifiques histoires pleines d'humour et d'aventures.

    Edit : Lien très intéressant avec des interviews de Don Rosa :
    http://stp.ling.uu.se/~starback/dcml/creators/rosa-on-himself.html#dates

    Edit :
    Ce dime de dollar, serait-ce donc son fameux sou fétiche ? Me rappelle
    plus bien de l'origine de ce dernier, ni même si je l'ai su un jour.
    Mais symboliquement, ça le fait.
    Oui. ^^ Mais il n'a pas, pour Don Rosa, de "pouvoir magique", quel qu'il soit. C'est un souvenir, un "monument" à la mémoire de cette première déception qui a décidé et façonné le destin de Balthazar. Tout comme le reste de sa fortune en espèce (qui n'est pas sa seule fortune : il a des investissements en actions, en biens immobiliers, et des bénéfices immatériels dus à ses différentes activités en tant qu'entrepreneur), qui symbolise une histoire, un souvenir.
    D'ailleurs, il a une sorte de "Musée" dans son coffre, qui est l'entrepôt des trésors autre que monétaires qu'il a pu amasser durant sa vie. Et comme on le voit dans la Jeunesse de Picsou, sa malle à souvenirs est remplie de trésors à valeur non-commerciale, comme un ours en peluche (...), une vieille affiche de spectacle (...) et une étrange boucle de cheveux blonds. ^^
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Message par Ju le Dim 17 Juil - 11:32

    Moira a écrit:Le Tic et Tac m'ayant le plus marqué, c'est celui de la pelleteuse... xD

    La pelleteuse qui a une forme de Dragon, c'est ça ? Avec Tic & Tac version chevaliers du moyen-âge ? Moi c'est les épisodes où ils volent les pots de glands à Donald Laughing


    Un autre personnage qui m'a marquée dans l'univers Picsou c'est Miss Tick (Carl Barks, 1961). La sorcière qui vit sur le Vésuve et essaye toujours de voler le sous fétiche de l'Onc' pour créer une amulette qui rend riche ^^
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Message par Moira le Dim 17 Juil - 12:13

    Ah oui ! Very Happy Je l'aimais déjà beaucoup en tant que "méchante" (et elle est particulièrement belle dans l'épisode zéro de La Jeunesse de Picsou, justement... xD), mais je l'ai d'autant plus appréciée telle que dépeinte, en napolitaine extravagante parce que fière d'être une femme, dans les histoires publiées par Minnie Mag. Je ne sais plus qui la dessinait dans ces histoires-là, mais en tout cas, elle était vraiment présentée comme beaucoup plus gentille, attachante.

    Et puis il est à noter qu'elle ne brigue pas QUE le premier sou de Picsou, car lors de leur première rencontre, quand elle vient le voir et lui offre de le lui racheter, on apprend qu'elle a déjà les "porte-bonheur" et fétiches de tous les autres riches de la planète, et qu'elle veut ce dernier pour parfaire son amulette. ^^

    ...

    Et puis les bombes à flop, quoi. Qui font "flop" quand elles explosent. ^^

    Contenu sponsorisé

    Re: [BD] La jeunesse de Picsou et autres histoires de K. Don Rosa

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep - 0:24