Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    Angel cop : n'entrez pas, c'est une vraie boucherie

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Angel cop : n'entrez pas, c'est une vraie boucherie

    Message par Giromu le Lun 27 Avr - 17:27


    On reconnaît bien la patte du chara designer des OAV de Lodoss

    Ah, le bon vieux temps des OAV cyberpunk des années 80 !
    Une époque révolue pour ces projets souvent originaux, pour le genre mais aussi pour le format (désormais essentiellement dévolu à des épisodes bonus de séries passées à la TV).

    Angel cop est une série de 6 OAV produite entre 1989 et 1994 avec un chara design de Nobuteru  Yuuki (Lodoss). En son temps, ce fut licencié par Manga Vidéo.

    Dans un futur proche, le Japon est devenu la première puissance économique du monde et est la cible de nombreux attentats perpétrés par des groupuscules d’extrême-gauche.
    Le gouvernement a créé une force d’intervention spéciale (la FSS) qui peut intervenir n’importe où dans le pays dès lors que des soupçons de terrorisme sont reportés. Ils ont le droit de tuer presque sans sommations.


    Angel ne tire pas pour tuer mais pour charcuter!

    Nous suivons les aventures de cette brigade aux prises avec l’organisation Mai rouge, dont le leader vient juste d’être transféré et assassiné par son second. Les terroristes de l’organisation sont tués un par un par de mystérieux individus dotés de puissants pouvoirs psychiques, un grand jeune homme au look émo-goth avant l’heure et une petite fille taciturne aux cheveux frisés.
    Le nom de code Angel, jeune recrue ultra violente, enquête sur leur cas avec un collègue (qui se balade torse poil sous son blouson, c’est original) et tombe sur un imbroglio politico-militaire qui menace les fondements du pays.


    Cyber pas punk

    Le scénario est simple et privilégie les coups de théâtre et l’action, donc on ne s’étendra pas dessus plus que nécessaire.



    Matez le début de la vidéo : on écrit le titre de la série avec des litres de sang projetés!


    Les personnages sont assez simples et vont à l’essentiel : la bourrine, le vieux loyal, la folle, l’idéaliste… ce n’est pas franchement pour eux qu’on regarde ces OAV. Pour avoir de bons persos dans votre anime cyberpunk des années 80, c’est Bubblegum crisis qu’il vous faut (et Ghost in the shell ou encore Psycho pass pour les années suivantes).
    L’héroïne est belle (avec sa coupe typique des 80’s, façon Madoka de Kimagure orange road) mais a une personnalité très oubliable, comme l’ensemble des personnages qui l’entourent. Il faut attendre l’épisode 5 (sur 6) pour qu’elle donne enfin sa pleine mesure, notamment à l’aide de son armure étrange au look mi footballeur américain/mi bunny girl assez réussi.




    Super pratique pour se battre!

    Mention spéciale à la petite Frea, très kawaï (sauf quand elle s’énerve, on dirait la fille possédée par Pazuzu dans l’exorciste) et à la méchante Lucifer, au look très « Freak 80’s », anguleuse et musculeuse.


    Cromeugnonne!

    La réalisation a encore du répondant : très beau design de Nobuteru Yuuki, animation dynamique et effets spéciaux très réussis (les effets gores, notamment, sont too much). Les scènes d’action sont bien fichues et énergiques.


    Lucifer, la méchante de ces OAV, bien flippante quand elle est transformée et difforme, ici en monde Madonna 80's

    Les musiques sont plutôt réussies même si oubliables. Celles qui accompagnent les scènes d’action (toutes très réussies et en général assez gores) sont très sympa, mais c’est surtout le thème principal, noir et mélancolique, qui reste en tête, car il retranscrit parfaitement l’ambiance extrêmement sombre de la série (façon Darkside blues ou Cyber city oedo 808 de la même époque).
    On a en effet à faire à du cyberpunk de facture classique, avec son lot de personnages cyniques et désabusés et son monde au bord du précipice. Les cyborgs sont ici du type Robocop. Ils tiennent plus du robot que de l’humain (à ce sujet, voyez la série d’OAV Parasite dolls, tirée de la série Bubblegum crisis, car elle vaut vraiment le coup sur ce thème).


    Dans le futur, les flics masculins bossent torse nu!

    Ces OAV ont quelques longueurs au début mais le rythme en est souvent trépidant et réussi. Tant qu’on ne cherche pas la révélation en matière de Cyberpunk, Angel cop est un bon DA d’action et de SF sur des thèmes rebattus dans les anime des années 80 mais totalement oubliés aujourd’hui ou presque (Ergo Proxy, Ghost in the Shell, Darker than Black…)

    Histoire : 12/20 Un scénario assez bateau
    Personnages : 12/20 Des archétypes pas passionnants ni attachants
    Character design : 16/20 C’est du Nobuteru Yuuki, ça a forcément bien vieilli
    Réalisation : 15/20 Les scènes d’action sont encore spectaculaires
    Bande-son : 15/20 Le thème principal est vraiment bon, le reste moins
    Fun : 15/20 Typique de ces OAV d’époque, le fun avant tout, même le réalisme
    Note finale: 14/20 Une bonne série d’OAV qui a pris un coup de vieux mais constitue un honnête témoignage de ce qui marchait à l’époque

    Le vrai titre de la série : Angel, la flic ultra violente
    Si vous aimez : Cyber city oedo 808, l’OAV Gunnm et tout ce genre d’OAV cyberpunk bien sanglantes des années 80 !

    Taux de moe : 20% L’étrange tenue de Bunny girl/footballeur américain et le collègue masculin torse nu
    Taux de harem : 0% Que dalle


    Une illustration très Masamune Shirow

      La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 7:36