Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Partagez
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Bluipiah le Ven 21 Juin - 17:50

    The Last of Us et Tomb Raider, le reboot sorti il y a quoi, deux mois je crois.





    The last of us, un jeu que je ne comptais pas prendre à la base, déjà parce que je me méfie de plus en plus des jeux over-hypés des mois avant leur sortie, le genre de Goty sur le papier et très décevants au final (Asura’s wrath, une superbe cinématique déguisée en jeu, assez chiant, le très court et rébarbatif Lollypop chainsaw, Crysis 3, daubé du cul, il y en a plein d’autres que je pourrais citer, bref) et surtout parce que j’en ai un peu marre des zombies. J’aimais bien avant mais c’est l’overdose, je les aient trop vus, ils sont partout, à toutes les sauces, ils en deviennent presque banals, en livres, en bd, en jeux, en films… Je sais plus à quand remonte le dernier bon film de zombies que j’ai vu… Certainement pas un Georges Romero, il s’obstine à faire un film pire que le précédent à chaque fois, peu importe, vous voyez ou je veux en venir. Les vampires aussi j’en suis gavé. Maintenant il faut leur donner un petit concept original pour qu’ils se démarquent un peu, au final tout repose la dessus mais à la longue c’est ennuyeux. Entre la multitudes de vampires top models ados, ceux qui brillent en plein jour, ou qui se mettent de la crème solaire, qui boivent du sang en cannette, qui n’ont même plus besoin de sang humain et qui s’éloignent de plus en plus de ce que je kiffais dans le personnage du vampire…

    Souled. Ils me font chier maintenant.

    Donc un jeu qui ne m’intéressait pas plus que ça, en plus le scénario est basique : catastrophe planétaire qu’on sait pas d’où ça vient, humains mordus par infectés deviennent infectés eux-mêmes, chaos mondial, les gouvernements perdent le contrôle -> ils sont remplacés par l’armée qui devient autoritaire, pour ne pas dire tyrannique, ca sent quand même fortement le réchauffé, le déjà-vu mille fois, en même temps c’est dur de faire original quand justement le concept est usé jusqu’à la corde, c’est la définition même de rendre quelque chose « banal ».

    Mais j’ai voulu y jouer quand même. Le jeu à eu de bonnes notes partout, de très bonnes notes même, mais ce n’est pas ça qui m’a fait changer d’avis. Ce sont pas les chiffres qui m’ont convaincu d’essayer mais les mots. Rarement les tests ont l’air aussi enthousiaste et unanimes. Je zappe tout le blabla sur les graphismes et le gameplay, ce que j’ai retenu, ce sont des phrases comme « un jeu qui vous hante même après avoir laché la manette » « Un jeu dont on se souviendra dans 10 ans » « Le genre de jeu qui laisse une empreinte émotionnelle forte », ce genre de trucs. Intriguant quand même, les images montraient surtout un TPS bateau, mais les divers tests que j’ai pu lire au dela de JV.COM et Gamekult laissaient entendre l’exception.
    Je me suis laissé convaincre donc, et au final je peux dire ceci : The last of us est effectivement un jeu d’exception, mais qui ne fera pas l’unanimité. C’est surtout un jeu d’ambiance, si vous ne rentrez pas dedans, si vous n’accrochez pas, alors il sera pour vous un bête TPS manquant d’action. Mais si vous vous immergez dans l’univers du jeu, alors oui, il est de ces jeux d’exception qui servent de référence.

    En ce qui me concerne, j’ai accroché après un départ un peu mou, et maintenant je pense qu’il a sa place dans le top des jeux PS3 toutes années confondues. C'est un des meilleurs jeux que la console ait à offrir, jouez-y avant les next-gen! Plus sérieusement, pour moi c’est une tuerie, voila tout, mais je comprends parfaitement que certains soient déçus par ce jeu car il ne correspondait pas à leurs attentes. Considérez ceci : C’est un jeu de zombies, mais ce n’est pas un Dead Rising ou un Resident Evil. Vous ne massacrerez pas les monstres par milliers, vous chercherez surtout à fuir autant que possible, et même si il y a de l’action il y a surtout un road-movie (à pieds) apocalyptique et contemplatif qui prend le pas sur tout le reste, la plupart du temps.


    L’histoire est assez classique donc, les personnages aussi : les deux principaux sont Joel et Elie, le vieux rochon style loup solitaire et la gamine de 14 ans plus ou moins innocente qui n’a jamais connu un monde sans zombies.

    Le prologue démarre sur les chapeaux de roues et on reconnait la patte des créateurs d’Uncharted avec une mise en scène de blockbuster et un petit coté Dawn of the Dead, le remake de 2004, quand le film débute et que l’héroine doit esquiver sa fille et son mari zombifiés chez elle, qu’elle va dans la rue et doit s’enfuir en voiture et qu’on voit des petits groupes d’humains tentant désespérément d’échapper aux nombreux zombies. Ici c’est la même chose, on s’enfuit de chez soi, on prend la bagnole, on court dans la rue avec d’autres humains qui hurlent « ils arrivent ! », les zombies vous courent après, certains de vos compagnons de fuite se font grignoter, explosions par ci par la…
    A partir de la on se dit qu’on aura affaire à un AAA classique mais efficace dans sa mise en scène et qu’une fois qu’on aura trouvé des armes le massacre va commencer. Que nenni, le jeu change très rapidement d’ambiance une fois le prologue passé.


    (Petit spoiler qui n’en est plus un après 10 minutes de jeu, mais je signale quand même)

    Spoiler:
    En fait comme je n’avais pas beaucoup vu de vidéos sur le jeu (je n’aime pas me spoiler les jeux en général) je croyais que la fille de Joel qu’on contrôle au début était la même que celle qu’on voyait dans les images du jeu, celle qu’on devrait protéger parce que justement, c’est votre fille. En fait non, elle meurt à la fin du prologue et le chapitre deux se passe 20 ans après.

    Le coup du personnage principal qui perd l’être aimé dans ses bras est presque un cliché, mais le jeu réussit à rendre la scène poignante malgré tout. Peu importe que ce soit du déjà-vu, l’important est le traitement fait à la scène, à l’affect, au peu d’attachement qu’on commencait à avoir envers les personnages. Un même scénario pourra déboucher sur une merveille ou une bouse, ça dépend par qui il est traité, par un génie ou par Uwe Boll, vous voyez ce que je veux dire Wink) (Même si Uwe Boll n’a pas fait que des merdes infâmes, il faut le reconnaitre).

    Du coup je ne savais plus trop à quoi m’attendre par la suite. De fait, une connection particulière s’est faite avec Joel de la même manière que j’ai accroché au personnage d’Alex dans Silent Hill Homecoming, au point que ça nous motive à continuer le jeu. Des fois on aime bien un personnage parce qu’on peut s’identifier à lui, des fois parce qu’il est ultra badass bigger than life, et d’autres fois parce qu’on a de l’empathie pour lui. Je n’ai pas d’enfants pour l’instant mais je part du principe que dès lors qu’on a un enfant, il devient automatiquement la personne la plus importante à vos yeux. Quelle terrible épreuve ce doit être si ce qui arrive à Joel vous arrivait en vrai. Du coup il y a une certaine compassion, et Joel me faisait penser à Ben Richards de Running Man, pas le film avec Arnold mais le livre (dont le film s’inspire un peu) qui doit passer tout un tas d’épreuvres traumatisantes car il veut sauver sa fille d’une mort certaine).


    Le jeu change d’ambiance par la suite donc. Graphiquement déjà, enfin au niveau du level-design : l’environnement propret des grandes villes laisse la place à un futur dévasté, envahi par la poussière, les détritus, les ordures (il n’y a plus grand-chose qui soit entretenu excepté dans les zones tenues par l’armée) et ou la nature reprend ses droits dès qu’on sort en ville, la végétation s’infiltrant ici et la. Il change d’ambiance aussi en profondeur puisque comme je vous le disais, si le prologue vous laissait entendre un actionner bête et méchant, vous êtes maintenant en présence d’un jeu de survie.





    Si vous vous sentez l’âme d’un Rambo et voulez foncer dans le tas, oubliez. Ce n’est pas la gloire qui vous attend mais le Game Over. Vos munitions sont limitées, les armureries sont toutes pillées depuis longtemps, vous mettez du temps à recharger lorsque vous avez une arme à barillet, le recul de certaines est important, bref vous allez devoir économiser vos balles. Mitrailler ou tirer dans le tas vous condamnera à mort, chaque balle compte. J’exagère un petit peu mais il y a des fois ou après avoir raté deux fois ma cible, j’en venais à envisager de relancer une sauvegarde pour récupérer ces deux balles. Des fois c’est ça, vous entrez dans une zone d’infectés avec 3 cartouches de fusil à pompe et deux balles de revolver, en sachant pertinemment que ça ne suffira jamais, qu’en cas de fusillade vous ne vous en sortirez pas. Du coup vous chercherez encore plus à économiser les munitions, préférant attendre d’en trouver suffisament pour pouvoir tuer à coup sur et pas juste blesser les infectés.
    Qui plus est, vous voudrez parfois rester aussi discret que possible : les zombies de base appelés « coureurs » ne sont pas très puissants ni résistants, mais ils pourront ameuter tous les zombies alentours en hurlant, si la bruit de la détonation ne l’as pas fait avant. Et dans ce genre de jeu, être encerclé équivaut presque toujours à une mort. Pour remuer le couteau dans la plaie, sachez que vous ne pourrez pas recharger instantanément ou via des menus dans la pause, de même que pour vous soignez, le jeu ne pause pas comme ça et les quelques secondes nécéssaires pour changer d’équipement vous seront fatales puisque les zombies courent vers vous et parfois vous déséquilibrent, obligeant votre personnage à recommencer son animation, retardant le prochain coup de feu ou de batte, etc…



    Un infecté qui a muté bizarrement, sa peau se collant en couches sur le mur


    Les « claqueurs » sont aveugles mais se repèrent au bruit. Faites tomber un truc ou tirez une balle et ils rappliqueront tous vers vous. Le problème c’est qu’ils ont atteint un stade d’infection avancé et qu’ils vous tueront en un coup. Si ils vous choppent, vous êtes mort. Vous pourrez bien débloquer plus tard des compétences pour survivre in extremis mais il vous en coutera deux surins, et vous chercherez surtout à les economiser. L’avantage c’est que vous pouvez les éloigner en lancant des briques ou des bouteilles ailleurs pour les attirer. Mais quand vous voyez en endroit avec des coureurs et des claqueurs, vous allez devoir prendre un petit moment pour trouver comment vous en sortir. Comme plusieurs approches sont possibles (élimination discrètes, multiples avec des Molotov ou tout simplement ne pas les tuer et se déplacer en se cachant à la Metal gear) le jeu n’est donc pas linéaire, et vous pourrez entamer une deuxième partie avec un style de jeu différent de votre premier run. Il y a bien des situations forcées ou vous devrez obligatoirement tout tuer ou au contraire ne pas vous faire repérer, mais globalement le jeu vous laisse le choix.



    La bombinette à clous déchiquètera vos ennemis, mais pourra aussi vous blesser


    Le jeu dispose d’une ambiance prenante qui vous fera parfois sursauter, et qui peut coller les miquettes aux joueurs et joueuses les plus sensibles. Il esquive les jump scares à répétition qui gachaient l’ambiance de Dead Space 2 après l’excellent dead Space 1. Ici rien n’est prévisible, et les angles de vues vous feront parfois croire qu’un truc va arriver alors qu’en fait rien du tout, mais du coup vous vous rendez compte que vous avez joué tout tendu, anticipant une attaque qui n’arriva pas et vous vous dites que c’est bien foutu quand le soft joue avec vos nerfs avec rien, c’est signe qu’il fait mouche. C’est un peu à décrire ces angles trompeurs mais vous vous y laisserez prendre je crois. Je sais pas comment expliquer mais par exemple, si vous matez un film d’horreur et qu’un personnage marche dans une bicoque abandonnée, et que soudainement la caméra se mette dérrière lui et avance de plus en plus vite, vous devinez qu’il va se faire attaquer. La c’est un peu pareil, mais avec les codes des survival-horror du jeu vidéo, c’est-à-dire qu’il y aura des passages ou vous sentirez le traquenard à plein nez, et en fait c’était juste pour vous foutre un coup de stress, puisqu’il est facile de mourir dans le jeu ou d’être dépassé par les événements.
    Le jeu réussit parfois à foutre la flippe avec ses jeux de lumière et sa lampe torche, qui font se découper sur le mur des ombres gigantesques. Avec un peu de parano, vous croirez voir des infectés à chaque coin de salle. Le passage de l’hotel est un des plus prenants, vous avez des infectés que vous devrez ne même pas toucher sous peine de mort, vous entendez des bruits de partout sans savoir si ils viennent de la bande son ou si ils sont révélateurs d’une présence ennemie, et si vous foirez votre « infiltration » vous entendez les hurlements déments des infectés tout autour de vous sans trop savoir d’où ça vient, et la respiration paniquée de Joel dans son masque à gaz, des ombres furtives, des craquements bizarres, des angles morts que vous ne pouvez pas surveiller du coin de l’œil, et comme par hasard il vous reste 4 balles en tout et une seule trousse de soins que vous pouvez même pas utiliser maintenant car ça prend un peu de temps et que vous ne savez déjà plus ou vous aller, alors prendre le risque de se faire attaquer quand vous posez un bandage…
    Il y a donc des moments qui font leur petit effet, très prenants, assez flippants.

    Un des autres petits points forts du jeu est le coté vivant des PNJ. On passe vite faire sur la bonne modélisation des visages, les expressions et le doublage globalement convaincant, il y a surtout plein de petits trucs qui rendent Elie « vivante », disons moins robotique que la plupart des escortés des jeux de ce genre. L’animation est réussie mais surtout elle varie, aussi vous vous retournerez parfois pour constater qu’elle fait des trucs auxquels vous ne vous attendiez pas et que vous auriez pu rater, comme de regarder sous les meubles pour voir si il y a des objets à récupérer ou des rats, elle peut s’asseoir pour se reposer, vous suivre à la botte, admirer des affiches de films sortis dans un monde mort avant sa naissance, il y a plein de petits trucs qui rendent le jeu vivant et qui fait qu’on s’attache facilement au duo Joel-Elie puisque l’on a moins l’impression d’escorter un PNJ d’un point A à un point B plutôt qu’un personnage qui pourrait presque être incarné par un autre joueur à distance.

    Il y a bien sur les petites conversations qui popent au cours du jeu, des toutes petites trouvailles au niveau de l’animation comme le fait que selon l’action du moment (normale, combat, stress ou fuite) les persos bougent et réagissent différemment. En gros Elie ne vous génera pas pendant l’action et ne se fera pas repérer à cause d’un défaut d’IA.
    Tout ça pour dire que tous petits trucs donnent au jeu un coté vivant (je me répète) et aussi mature. Comme je disais, le scénario et les situations sont du déjà vu, mais le plus important c’est la manière dont on traite les thèmes. Le jeu dégage cela, une impression de maturité parce que si le scénar peut paraitre cliché, le jeu ne l’est pas la plupart du temps. Il aurait été très facile par exemple d’emphatiser à mort sur la tragédie qu’a vécu Joel au début du jeu, ou sur la relation père-fille entre lui et Elie, du genre affection au premier regard car tu me rappelles ma fille, mais le jeu évite la plupart des pièges et vous serez surpris souvent de la direction que les choses prennent, et c’est ce tout la qui rend les personnages attachants et qui vous donnera envie de suivre leur aventure.

    Coté Gameplay pas grand-chose à dire, c’est un TPS classique, avec une vue qui se rapproche de l’épaule quand vous visez, et qui s’éloigne quand vous courrez. Ca demande un petit temps d’adaptation car au début Joel est un peu lourd (il trottine juste et ne court qu’en cas de gros danger) mais on s’y fait vite, les commandes deviennent instinctives.
    Comme le jeu est assez dur, vous avez la possibilité d’activer ou non la super ouïe de Joel, qui fonctionne comme la vision thermique de Batman dans Arkham Asylum et Arkham City. En gros c’est un cheat que vous pourrez ignorer dans les options ou activer à loisir. En mode écoute, Joel se concentre sur les sons qu’il entend et curieusement ça se manifeste à l’écran par une vision noir et blanc qui vous permet de voir à travers les murs le contours des ennemis et rares alliés. C’est come si il entendait tellement bien que même un ennemi qui ne fait pas de bruit et posté en embuscade sera grillé. Il est tentant d’utiliser cette vision en permanence pour ne jamais se faire surprendre mais elle a aussi deux gros défauts qui font que heurseument, on ne l’utilise pas tout le temps sinon ça rendrait le jeu facile. Le premier défaut c’est que Joel se concentre tellement sur les bruits devant lui qu’il devient presque sourd aux bruits à coté ou dérrière, donc possibilité d’attaque par dérrière que vous n’entendrez pas, et ensuite son focus nécéssite qu’il soit accroupi et qu’il se déplace lentement, donc impossibilité de fuite ou d’esquive au corps à corps. Enfin la vision des contours de l’ennemi n’aide pas à viser, ni même à savoir si la vue est dégagée puisque les murs vont devenir quasi transparents. En gros, le focus est un cheat qui sauve des situations tendues mais qui ne vous assure pas la victoire. A vous de doser. Moi je sais que je recommencerai le jeu en mode survivant avec le focus désactivé. Et ca peut être coton avec les zombies qui parfois ne poussent pas de râles (donc on ne sait pas qu’ils sont la avant de les voir) et les ennemis humains qui savent arreter de faire de bruit pour vous surprendre ou qui essayent de vous encercler).
    L’I.A des ennemis oscille entre le pas mal et le crétin, mais c’est un truc récurrent du genre. Le pas mal, ça pourra être un humain ennemi qui entendra le clic-clic de votre arme vide et qui le hurlera à ses alliés (« Il a plus de munitions, choppez le ! »), qui essaiera de vous surprendre par dérrière ou sur les cotés, qui se cache et est prudent etc… et le crétin c’est par exemple quand ils quittent leurs couverts pour changer de pièce avant de faire demi-tour totalement à découvert, vous tournant le dos et n’offrant pas plus de résistance qu’un pigeon d’argile. Ils ont aussi souvent tendance à ignorer Elie et à se concentrer sur vous.

    Pour revenir sur les petits plus vivants du jeu, c’est justement au cours d’une fusillade que j’ai vu qu’Elie avait des réactions différentes selon ce qu’elle voyait ou pas. Si vous tuez et qu’elle voit pas trop ce qu’il se passe, ca ira mais une fois j’ai du dégainer un fusil de chasse après m’être fait repérer par un soldat trop près, et le gars a eu la tête explosée, son sang giclant un peu sur Elie qui lache un gros mot, choquée d’avoir vu une mutilation horrible d’aussi près.
    Le jeu est gore mais pas hyper gore non plus. On peut trouver ça dommage pour un jeu de zombies ou au contraire trouver qu’il ne fait pas dans la démesure. Les taches de sang ont tendance à peu toutes se ressembler sur les cadavres à terre (un gros rond rouge) et les animations d’étranglements sont TOUTES les mêmes, il y aurait pu y avoir plus de variété à ce niveau la. Mais grosso modo le jeu est léché, et malgré des décors qui se répètent sur le papier (apparts délabrés, détritus, fissures…) les niveaux ne sont ni rébarbatifs ni ennuyeux, c’est très bien foutu de ce coté la alors que ça aurait pu être très facilement rasoir à la manière d’un Dark Sektor ou d’un Resident Evil 5 avec son bidonville du début qui est un cas d’école dans tout ce qu’il ne faut pas faire en matière de level-design.





    Des fois prendre le temps de s’arreter un peu pour observer le décor vous aidera à comprendre les événements qui se sont déroulés. Je ne vais pas vous spoiler mais le petit passage dans la ville de Bill ou vous voyez des cars d’évacuation vides, si vous êtes un petit peu observateur, vous pourrez retracer ce qui s’est passé.
    Enfin, le jeu n’est pas trop linéaire car il vous pousse à fouiller les zones que vous savez inutiles ou cul de sac, parce que vous aurez besoin de fouiller partout pour trouver des outils, des pillules, des munitions, de l’alcool pour confectionner des soins ou des molotov, etc…

    Des fois, on peut se prendre à se ballader juste pour le plaisir de s’immerger dans l’univers du jeu. C’est pas aussi flagrant que pour un Red Dead Redemption, mais ca existe un peu quand même dans The last of us. J’ai fini le jeu en un peu plus de 20h alors que ça aurait pu en prendre que 15, mais je me suis un peu balladé par moments, alors que les mécaniques du jeu ne se prêtent pas forcément à ça, juste pour être sur et que c’était plaisant de toutes façons. Le jeu est beau et la bande son est redoutable, alors ça aide. Des fois on pestera sur des facilités pour fermer des niveaux qui auraient pu être bien plus vastes : Dans certains imeubles abandonnés, vous vous rendrez compte que les étages supérieurs sont tous fermés soit par l’armée, soit par des piles d’étagères ou de bureaux. A la longue c’est un peu facile comme moyen de vous empêcher d'explorer un niveau et de vous obliger à retourner sur « la voie » mais bon, ça passe quand même, après tout je me souviens des parties de zombies qu’on faisait dans le mod sur CounterStrike Source et quand on étaient humains, c’est ce qu’on faisaient tous, on se barricadait avec des commodes et des bureaux, des chaises qu’on empilait pour bloquer le passage aux zombies, donc les survivants du jeu ont du faire pareil, c’est facile comme excuse, mais ca reste crédible. Il y aura quand même des zones qui ne font pas partie du chemin principal et que vous pourrez explorer quand même, à la recherche d’objets ou de BD à collectionner pour Elie.


    Il ne me reste pas grand-chose à dire dessus, enfin si mais je ne veux pas trop spoiler. Je ne vous conseillerais que de l’essayer, car si vous accrocher après le chapitre 3, alors vous serez peut-être en présence d’un jeu qui, comme les tests le décrivaient, vous hantera même lorsque vous lacherez la manette. Le genre de jeu dont on se souvient. J’ai beaucoup aimé et je vais attendre un peu avant de le relancer en mode survivant et débloquer tout ce que n’ai pas eu lors de mon premier run. A noter que les doublages Français sont globalement d'excellente facture et je dirais même que je les préfèrent aux originaux (hérésie!) juste pour la voix d'Ellie qui en Français colle à son personnage (14 ans) la ou la version US fait carrément plus adulte, genre fille de plus de 20 ans, ce qui sort un peu du jeu. Bien que çe soit les voix "originales", on y croit moins quand Ellie parle.

    Beau, prenant, bien foutu dans sa narration et ses mécaniques, The Last of us est un jeu poignant qui vous donnera envie de continuer toujours plus loin à chaque session, et qui pourra même vous faire appréhender la fin, puisque dans cet univers un peu sombre ou il est facile de perdre les personnes qu’on aime, vous commencerez à vous demander si la musique triste qu’on entend au menu de départ et qui parcourt discrètement tout le jeu ne signifie pas que… Mais je ne vous spoilerai pas !
    Alors si vous n’êtes pas rebuté par les jeux de zombies qui demandent plus de préparation et de fuite que de massacres en tirant dans le tas (ce n’est pas une critique de ces derniers, Dead Rising 2 était excellent), alors foncez, The Last of us est un grand jeu, souvent émouvant, dont vous vous rappelerez.





    Pour Tomb Raider, je vais attendre un peu avant de donner mon avis finalement, c’est assez bizarre comme impression qu’il me fait ce jeu.
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Bluipiah le Ven 12 Juil - 17:18


    La suite que j'aurai du poster il y a longtemps mais le travail a été prenant, des absences, des remplacements etc, donc me revoici.
    Par contre petit problème, je n'ai pas réussi à modifier le premier post pour y rajouter celui la. J'ai essayé au moins 4 fois et à chaque fois ça charge, ça charge et rien, la page finit par être blanche et je suis déconnecté (du site, pas du net).

    Donc si un modo pouvait fusionner les deux posts, merci d'avance!



    Tomb Raider maintenant, le reboot, ou TR9 pour ceux qui suivent la série depuis ses débuts.

    Jusqu’à la fin, je ne savais pas trop quoi penser de ce jeu. Il m’est apparu bourré de bonnes surprises, et aussi de déceptions, mais je me suis rendu compte que tout ce que je mettais dans la deuxième catégorie était subjectif (normal pour un avis, ça n’engage toujours que soi) alors que les points forts étaient plus objectifs, partagés par ceux qui avaient joué au jeu, et l’avais apprécié.

    Mais voila, n’empêche que jusqu’à la fin j’ai eu du mal à me décider si j’avais aimé ou pas. Ca peut paraître bizarre mais je vais expliquer pourquoi.

    Déjà je résume la note finale : Tomb Raider 9 est un bon jeu, avec des morceaux de très bon jeu dedans. Si je devais lacher un chiffre, je sais pas, 15, 16 peut-être, pour moi c’est une bonne note. Il y a des tas de points positifs, j’y viendrai après, mais je crois qu’il y a 3 points qui m’ont plus ou moins gaché l’expérience de jeu, qui m’ont empéché d’apprécier le reboot à sa juste valeur. Premièrement, j’y ai joué après The Last of us, deuxièmement j’y ai joué après avoir re-fini Anniversary, le remake du premier Tomb Raider sorti en 2007, et surtout, la plus grosse déception selon moi, c’est que ce Tomb Raider… n’est pas un Tomb Raider.

    Sincèrement, c’est pas de la mauvaise foi, ni rien, mais à aucun moment dans le jeu, vraiment aucun moment, je n’ai eu l’impression de jouer à un Tomb Raider. Pour moi, ce n’en est tout simplement pas un. C’est un jeu avec Lara Croft, mais ce n’est pas un Tomb Raider.

    Alors je sais bien que ce n’est pas aux joueurs, fussent-ils fans de la première heure du soft de 96, de décider à la place des créateurs ce qui est un vrai TR et ce qui ne l’est pas. C’est d’ailleurs assez arrogant cette attitude de s’approprier une license comme ça, un univers. C’est juste que l’état d’esprit Tomb Raider n’est plus la, la substantifique moelle de Tomb Raider à disparue, et on a un jeu totalement différent. Le changement de gameplay ne me dérange pas du tout : il faut parfois apporter un peu de sang neuf, ça ne m’avait pas dérangé non plus pour Resident Evil 4 ou Lament of Innocence (Castlevania), de manière générale je ne me considère pas comme un puriste. Je suis fan, mais pas fanatique. Non la, c’est vraiment l’esprit TR qui manque, je ne reconnait pas du tout la franchise. C'en est une nouvelle vous me direz, donc c’est normal.

    Mais c’est un peu comme si, je sais pas, mettons un nouveau Zelda sortait, mais avec le gameplay et la maturité d’un The Witcher, son ambiance, sa façon de jouer, son univers etc… Est-ce que vous appeleriez un tel jeu un Zelda ? Est-ce qu’un RPG à  la Witcher vous fait penser à un Zelda ? Moi non. Au bout d’un moment, lorsqu’on est habitué à un univers, à ses codes, et qu’ils reviennent régulièrement au fil des épisodes, quelque part on attend pas trop de changement. Un petit peu, mais pas trop. Parce que si il y a trop de changement, alors on ne reconnait pas l’univers de jeu qu’on aime et qui nous a charmé. C’est le cas pour ce reboot, il est suffisament différent pour que je ne reconnaisse pas ce qui faisait autrefois les Tomb Raider. J’avais eu un peu le même sentiment avec Lord of Shadows, qui m’a beaucoup plus évoqué un beat’em all God-of-Waresque qu’un Castlevania.

    Ca ne veut pas dire que le jeu est mauvais en soi, d’ailleurs je le trouve bon, mais mettez vous à la place d’un fan, ça fait 5 ans qu’un nouveau jeu était attendu, et plus pour ceux qui comme moi n’ont pas aimé les épisodes Tomb Raider Legend et Tomb Raider Underworld. La on remonte encore plus loin, 2006, donc 7 ans. 7 ans pour avoir un jeu qui n’est pas un Tomb Raider. Vous comprenez pourquoi je parle de déception.

    L’exploration à la Tomb Raider à disparue. C’est le principal sel des TR, et elle a disparue. On peut certes se ballader pour trouver des caisses et des (petites) tombes cachées, mais ça n’a plus rien à voir. Autrefois, un niveau de Tomb Raider était à la fois horizontal et vertical. Il fallait l’explorer en long, en large, en travers pour comprendre les énigmes architecturales, et les résoudre. On restait dans un niveau, on ne le traversait pas, on regardait, on observait de plusieurs points de vue différents car il n’y avait pas d’instinct en noir et blanc pour vous indiquer la marche à suivre, pas de coordonnées GPS pour trouver les passages secrets et les reliques cachées, pas de carte ou tout apparaît, pas d’indications à l’écran qui s’affichent.

    Le niveau le plus représentatif de tout ça serait la Folie Saint-François dans le 1 et son remake. On explorait le niveau, on s’en imprègnait pour ne pas rester bloqué alors que maintenant, on suit grosso modo un chemin balisé.

    Voila le plus gros point faible du jeu selon moi, totalement subjectif bien sur. Ce sont surtout les fans qui ont attendus ce jeu j’imagine, au final je crois que ce sont surtout les non-fans qui l’ont apprécié. Ce changement d’état d’esprit du jeu ne leur a pas sauté aux yeux, leurs attentes étaient surement moins grandes.

    Mais c’est pour ça que je parlais d’impression bizarre que me faisais le jeu, et pourquoi le fait d’avoir rejoué à Anniversary avait fait baissé la note du reboot : Il est bon, et pourtant il me rend triste, disons nostalgique, car maintenant je me dis que plus jamais un jeu « old-school » comme Tomb Raider 1 ne verra le jour. Vous avez surement entendu parler du paradoxal « flop » de ce reboot, non ? Il s’est vendu à plus de 3 millions et demi d’exemplaires, ce qui est un succès. Des bonnes notes dans les mags et sites etc…Très bien marché quoi, et pourtant aux yeux de Square-Enix c’est un flop car ils ont tellement investi dedans qu’ils espéraient au moins 6 millions pour rentrer dans les frais, et on parle de 10 millions pour générer du pognon confortable. Parce que le jeu aurait couté aux alentours de 100 millions. What the… autant d’argent ? Je comprend mieux les tentatives de faux buzz concernant un éventuel viol de Lara, histoire de faire parler (pub gratuite et polémique).

    Donc je me dis que non seulement la série à pris une tournure bien différente, donc que j’ai déjà peu de chances de revoir un vrai Tomb Raider un jour, mais en plus avec ce « flop » je crois que c’est foutu définitivement, parce que si un jeu qui atteindra les 4 millions est considéré comme un flop, ça n’incitera pas Square Enix ou quiconque récupèrera le bébé à prendre des risques et à revenir à l’ancien modèle, si tant est qu’il y ait une suite. On rentrera très probablement dans un jeu encore plus assisté et calibré grand public. La rentabilité avant tout.

    Une fois n’est pas coutume, Baxter à bien résumé en deux lignes ce que je fais mal en 50, alors je quote :

    Mais bon, la série a pris une certaine orientation et ce revirement est loin d'être raté, surtout grâce à son ambiance. Mais j'espère juste qu'ils remettront un peu plus de difficulté dans les décors à franchir pour les suivants parce que là, pour une première prise en main de l'univers, ça marche, mais si Tomb Raider se transforme juste en séquences de plateforme sans tension mêlées à du pan-pan, cette licence va vite me lasser


    Bordel, c’est exactement ça. Plates-formes sans tension mêlée à du pan-pan. J’y reviens après. Je vais parler un peu des points positifs parce que j’ai l’impression de casser injustement le jeu.

    Déjà, il est magnifique. Techniquement parlant, et au dela aussi. Je veux dire, il est beau, mais il est pas que beau, il est aussi enchanteur. Crysis est beau, m’voyez, mais qu’est ce qu’il est chiant visuellement. Oui oui c’est réaliste les feuilles, les fougères tout ça -> on s’emmerde. Le level Design de Crysis est une catastrophe à l’instar du premier niveau de Resident Evil 5.

    Tomb Raider, lui, évite tous les pièges du genre ou l’on est coincé dans un endroit avec grosso modo un seul thème (une île hostile). Comme The Last of Us, il aurait pu être très facilement rébarbatif à enchainer les mêmes décors alors qu’en fait pas du tout. C’est varié même si sur le papier ca change peu. On prend vraiment plaisir à se ballader sur l’île du triangle du dragon. L’exploration n’est peut-être plus la, mais il y a une sacrée promenade à faire. On sent bien l’hostilité des éléments, le vent, la pluie, qu’elle soit crachin ou déluge. Certains passages sont vraiment enchanteurs, avec un petit brouillard très studio hollywoodien qui émane du sol, ou des effets de lumière qui donnent envie de s’arrêter pour regarder le soleil se coucher ou se lever. La mise en scène est terrible et renforce cette impression avec une caméra qui tremble parfois ou penche sur le coté quand le terrain n’est pas plat, ce qui arrive souvent, rendant encore plus vertigineux les plans ou Lara évolue près du vide.

    C’est très très bien foutu. Et la nouvelle Lara se contrôle comme un charme.

    Autre truc, on a beaucoup comparé ce Tomb raider avec Uncharted, et à raison car il s’en inspire sur pas mal de trucs. Mais il ne fait que s’en inspirer, il ne copie ni ne plagie, le jeu garde sa propre identité, et je dirais même plus, il bat les Uncharted dans la catégorie des TPS à grand spectacle. Pour un nouveau venu dans cette catégorie, TR s’en sort excellement bien et s’impose comme référence. Le roi est mort, vive le roi, ou plutôt Uncharted est mort, vive Tomb Raider.

    Par contre, si le jeu assure le spectacle avec brio, il manque singulièrement de challenge. C’est juste trop facile. Et pourtant on m’avait prévenu que c’était un peu comme Arkham City, qu’il fallait zapper le mode normal pour passer directement en difficile, sinon c’était une promenade de santé. J’ai commencé Tomb Raider en mode difficile, et je n’ai eu aucun problème particulier à finir le jeu. Je suis bien mort lors de QTE ratées ou après des sauts foirés, mais sinon, aucun problème. Le jeu est définitivement grand public et beaucoup est fait pour ne pas frustrer le joueur.
    Ce n’est pas aussi scandaleux que la démo Ryse ou on peut volontairement rater ses QTE et gagner quand même parce que Crytek prend les joueurs pour des demeurés qui lacheraient le jeu au moindre échec, mais c’est quand même bien assisté. Baxter parlait de plateformes sans tension. C’est vrai. Il n’y a pas de tension dans le jeu. C’est peut-être un peu sévère mais moi, je n’ai ressenti aucune tension en y jouant,si, un peu au début quand Lara n’a pas d’armes, sinon c’est easy.
    Déjà, le truc que vraiment je n’aime pas dans les FPS ou TPS modernes, c’est le regain d’énergie gratuit après quelques secondes.

    Quel turn-off.

    Grosso modo, ca veut dire que vos erreurs seront toutes pardonnées si vous ne les accumulez pas toutes d’un coup. Il n’y a pas de sanction à sortir à découvert, à ne pas calculer ses sauts (hors vide abyssal), à foirer son kill furtif, puisque Lara reprend sa vie gratuitement. Vous pouvez vous prendre 30 balles dans le corps, pas de problèmes, du moment que Lara respire un peu d’air frais quelques secondes par ci par la. Ou est l’intêret ? Ou est la sanction, la punition, le stress de rater son action ?


    Il n’y a pas de tension, ni dans les gunfights, ni dans les phases d’escalade qui vous rappelent en prime, au cas ou vous auriez oublié comment jouer au jeu, les touches sur lesquelles appuyer, par exemple triangle pour sortir le piolet lorsque frolez les pans de montagnes, et avec un petit ralenti encore, histoire que vous ne ratiez vraiment pas votre coup, sinon vous seriez obligé de revenir à un check-point et recommencer 2 minutes de jeu, et ce n’est pas la mode actuelle. La mode actuelle du TPS spectaculaire, c’est l’assistanat, et vous serez bien assisté.


    Je dois admettre cependant que les gunfights, bien que souvent sans tension, sont en tous cas bien plus intéréssants à jouer que dans les anciens Tomb Raider. C’était assez chiant avant. Ici l’IA est meilleure, mais ce n’est pas un exploit, tellement elle était lamentable dans les anciens.

    Donc voila, ya souvent des gardes qui me tournent le dos, headshot à l’arc, son pote qui est à même pas deux mètres va mettre 10 secondes à comprendre ce qui se passe, d’ici la vous en avez déjà tué 3 autres, et puis voila, même si vous êtes bléssé, cachez vous quelques secondes, respirez…vous êtes guéri !

    Les ennemis visent assez bien par contre, vous pourrez prendre facilement cher si vous ne vous mettez pas à couvert. Ca sauve un peu le tout, mais bon, question stratégie, l’IA est franchement bof et très prévisible. Je pourrais presque jurer que lorsqu’un ennemi se cache, il met toujours le même laps de temps pour se montrer à nouveau.


    Un autre truc qui me dérange, les scènes très impressionnantes à l’écran mais qui sont atteintes, selon mon expression, du syndrome Sonic Unleashed. C’est-à-dire des scènes spectaculaires ou on cesse d’être joueur pour devenir spectateur, mais ce n’est pas une cinématique non plus. C’est juste un passage ou on fait le minimum syndical. Je dis Sonic Unleashed parce que quand vous regardiez quelqu’un jouer, il y avait des tas de fois ou Sonic courait, virait à gauche, à droite, rebondissait, virevoltait, ricochait, glissait etc… donc des tas d’actions variées et ou on se rendait compte que le joueur ne faisait qu’appuyer sur avant, et c’était tout !.


    Des tas de trucs se passaient à l’écran, mais vous, en tant que joueur, vous n’accomplissiez rien.


    La par exemple je pense à la scène ou après avoir grimpé tout en haut d’une tour émettrice Lara doit survivre à un avion qui s’est écrasé, elle doit esquiver les débris et tout ça, et en fait on appuie juste vaguement sur gauche ou droite. Je dis vaguement parce que je me suis quand même pris deux obstacles, l’écran s’est teinté de rouge et je n’ai été sanctionné par aucun game over, la encore le jeu devient frustrant à force de ne pas vouloir me frustrer. C’est carrément moins prenant, moins impliquant si on se sent plus spectateur que joueur. Pourtant à l’écran ça dépote, mais à la manette vous appuyez sur une touche ou deux durant la séquence. Vous accomplissez très peu en tant que joueur, et sortir vivant de ces scènes over the top n’apporte pas vraiment de gratifications.

    Sinon que dire d’autre, vous avez déjà fini le jeu et dit tout ce qu’il y avait de bien à dire dessus, et il y a des tas de trucs bien à dire.

    Oui, j’aime pas trop non plus le traitement superficiel des personnages et du scénario. La encore c’est mieux que les anciens Tomb Raider, et la encore ce n’est pas un exploit. Je veux dire, après The Last of Us qui a un coté très mature et parfois surprenant, ça fait quand même un peu pitié de griller après 10 minutes de jeu qui est le bad guy dans Tomb Raider et quel est son plan juste parce qu’il y a une musique inquiétante quand vous le rencontrez. Lara se méfie de lui instinctivement en plus, magiquement je dirais. Ca me fait penser à la liste des clichés de film : « Dogs always know who’s bad, and bark at them.” Si vraiment vous aviez pas pigé que Matthias est un méchant, vous avez les pages de son carnet un peu partout sur l’île, sous le nom « journal d’un fou », histoire de mettre les choses noir sur blanc. Ya beaucoup de clichés dans ce jeu pour un scénario bof et des PNJ sans intêret. On ne le voit pas non plus éclater d’un rire machiavélique sous un ciel zébré d’éclairs mais ils ne pouvaient pas faire tellement plus pour le présenter comme un méchant, à part faire aboyer Lara. Le docteur Whitman c’est pareil, il faut pas être sorti de Saint-Cyr pour deviner 8 heures à l’avance son retournement de veste. Il y a un jeune à lunettes, c’est donc un geek hacker. Un peu timide, donc secrètement amoureux de Lara.


    Enfin bon, c’est toujours mieux que les anciens Tomb Raider. Le Français rival de Lara, un peu maniéré, s’appelait Pierre Dupont, à partir de la on sent venir le stéréotype dans tous les personnages. Ils avaient tous des noms les PNJ, le parrain Italien, la garce blonde, le sidekick blanc et le sidekick noir, mais qui s’en fout, ils étaient tellement clichés dans leur façon de parler et d’agir que leurs vrais noms étaient remplacés dans ma tête par Don Mafioso Stéréotypo (et son fidèle acolyte Mario Pizza), Bitchie Blonde, Nerdy MacGlasses et Blackie Blackman.


    Après, et on reste dans les défauts subjectifs, je n’ai pas vraiment eu l’impression d’assister à la mue de Lara, à sa transformation en aventurière. Elle est dès le début balaise et agile, même après avoir chuté de haut et s’être empalée. Elle double saute sur les murs, court à fond, escalade des parois glissantes avant d’avoir le piolet comme si de rien n’était, sait déjà se servir d’un arc comme Guillaume Tell (elle est même capable de décocher deux flèches à la suite pendant le saut d’un loup, bullet time), bref, elle s’endurcit bien par la suite mais c’est quand même déjà plus ou moins une guèrrière et une acrobate. Le travail sur son cheminement psychologique est assez médiocre, après avoir tué son premier homme elle a une crise de panique qui dure 10 secondes, puis la voila tueuse et experte en armes à feu, avouant à Roth à la radio que c’est effrayant à quel point c’est facile de tuer.


    Pourtant ce retour aux origines de Lara était l’occasion d’épaissir le personnage, de lui donner une vraie consistance, et c’est vrai qu’elle est un peu plus intéréssante que l’ancienne Lara qui était aussi accessible qu’un mannequin de pubs pour parfums. Mais sinon elle est creuse. Je crois que c’est Gamekult qui disait qu’elle était d’un insupportable premier degré. Voila un peu sa malédiction : Lara Croft est condamnée à rester un personnage principalement jeune et sexy. Elle est sexy, ça oui, même sale, toute boueuses et écorchée, habillée comme un sac. Elle ne dépassera jamais le statut d’icone sexy. C’est pas un défaut en soi, puis on y est habitué maintenant mais c’est un tout qui donne au jeu un coté assez superficiel. Et qui m’a sauté encore plus aux yeux après The Last of Us.

    Je devrais pas trop comparer les deux car ils n’ont un peu rien à voir, mais c’est le titre du topic et c’est vrai que le travail léché de l’un rend pâle le coté superficiel de l’autre. C’est comme si on remarquait plus les problèmes de finition. C’est assez dur à expliquer quand on a pas de talent pour s’expliquer justement, mais vous avez par exemple dans les deux jeux la chasse aux cerfs. Dans Tomb Raider, vous pouvez chasser le cerf, et la poule aussi, le loup etc… Dans TLOU, vous ne chasserez qu’un seul cerf, ce n’est pas quelque chose de récurrent dans le jeu, ca à carrément moins d’importance que dans Tomb Raider, qui vous y encourage avec les points d’XP. Tout ça pour dire que la chasse au cerf à plus d’importance que dans TLOU ou c’est un passage ultra mineur.

    Et bien cette chasse au cerf est de loin plus prenante et bien foutue dans TLOU que dans TR. Pourtant c’est un détail, pourtant ça devrait être l’inverse puisque dans TR la chasse prend une place plus importante. Ce qui fait la différence entre les deux softs, c’est que l’un est léché dans la plupart des détails et même pour les scènes mineures, on sent la véritable somme de travail fait dérrière, l’implication de ceux qui ont fait le jeu, le coté passionné. Certes l’équipe de TLOU a aussi les bénéfices en ligne de mire, mais on y sent bien plus l’amour du jeu vidéo, et ça se sent dans l’attention accordée à tous ces petits détails, à la finition. Je dis ça parce que la chasse dans TR n’a que peu d’interet hormis les points d’XP. L’animation des cerfs est ridicule quand ils se cambrent, ils font tous la même chose et la chasse en elle-même est ennuyeuse. Le travail fait dérrière contraste avec tout le reste. C’est un peu ça que je sous-entend par superficiel.

    Un autre détail que j’admet être complètement ridicule et pinailleur, c’est quand Whitman montre les symboles sur la porte en bois au début du jeu. Il les trouvent fascinants, c’est une des plus grosses découvertes et tout et tout, et moi j’y ai vu de vagues gribouillis fait à la vite, un triangle, quelques lignes, bref des hyéroglyphes de pacotille. Je suis assez inculte dans tout ça mais quand même, j’ai vu récemment un reportage à la télé sur les Mayanistes, ceux qui essayent de décrypter le/les langages Mayas, et c’était passionnant. Je comprenais quasiment rien aux images même avec les explications mais on voyait d’un coup d’œil toute la richesse du langage, les motifs, les variations, c’est le travail d’une vie, alors oui ça faisait clairement pacotille les gribouillis de Whitman.

    Je sais que c’est du chipotage, mais c’est dans plein de petits détails comme ça que je vois l’implication de telle ou telle team dans la conception d’un jeu. Des détails qui seront ignorés ou baclés chez les uns et pas chez les autres. C’est ce que je veux dire quand j’affirme qu’avoir joué à TR après TLOU avait fait baisser sa note, c’est qu’on sent chez les uns un véritable amour du jeu et du détail au dela de l’espoir de bénéfices et de rentrées d’argent. Et il y a bien sur au dela de ca le fait que j’aurai oublié la plupart de l’histoire de TR à la fin de l’année, alors que je suis d’accord avec les tests qui disent qu’on se souviendra de TLOU dans 10 ans.

    J’arrête la ce topic que j’aurai du faire d’un coup à la base. En plus j’ai dit trop de mal d’un jeu que j’ai au final bien aimé.

    Je devais en parler qu’un tout petit peu de TR, je me suis un peu étendu. C’est un bon jeu bourré de moments épiques et doté d’une mise en scène béton, mais avec plein d’opportunités ratées, selon moi. A la base ce topic devait surtout vous parler de The Last of Us, et vous donner envie d’y jouer. Je sais pas si j’ai réussi mais je voulais faire partager mon enthousiasme.

    C’étaient mes deux jeux du moment, Tomb Raider (15/20) et The Last of Us.

    Si vous n’y avez pas joué, je ne saurais trop vous recommander de les essayer.

     


    Dernière édition par Bluipiah le Sam 13 Juil - 6:20, édité 1 fois
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Sunderland le Ven 12 Juil - 22:30

    The Last of Us semble foutrement intéresser. Le nouveau Tomb Raider aussi, mais beaucoup moins.

    Si j'ai le sentiment que ça pourrait être un jeu du niveau de Bioshock, alors ça pourrait tomber dans ma liste des jeux à prendre.
    Et par "niveau de bioshock" je veux dire par là un média qui puisse offrir un contenu dont le potentiel est très similaire à un bon livre. Bioshock étant l'une des plus grande réussite du jeu vidéo tant il est il incroyable sur presque tous les plans et dont le scénario aurait pu en faire un Best Seller.

    Ce qui est surtout attirant avec le TLOU c'est l'origine du problème qui fout le monde en post apo => une épidémie qui transforme les gens ! Ca fait un bail que je cherche de nouveaux bons films de zomb' digne de Romero (ou bien Snyder si on se réfère à du récent). Et pour le moment, après plusieurs années, il semble que seul World War Z ait de la gueule ! Le dernier potable étant le film Stake Land (dont il est question de vampire là aussi, mais très proche de la voracité du zombie).
    Pour le jeu vidéo, je pensais que la licence zombie-et/ou-vampire était réservé à la saga RE (qui devient de plus en plus pourrie à force que vouloir de copier et de s'en mettre pleins les poches... bon, c'est normal de vouloir s'en mettre pleins les poches, mais là ça ressemble au toxico qui veut absolument sa piquouse et qui fait n'importe quoi pour l'avoir). Même si Dead Nation, n'étant qu'un jeu sans support physique, avait un scénario qui en envoyait cher ! Et je crois que je vais me laisser
    Et là, le TLOU me tente bien. On dirait qu'il y a de la profondeur... D'ailleurs, ce qui a fini par éveiller grandement ma curiosité c'est bien ton image du muté dont la peau se colle en couche sur le mur ; c'est génial !

    J'attends comme d'hab' de le voir à prix abordable sur amazon ou en promo et hop. Mais avant je dois me prendre Bioshock Infinite, quand même... et Mass Effect 3... Et Dead Space 3 aussi.
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Bluipiah le Sam 13 Juil - 6:57

    Alors pour Bioshock Infinite, la aussi je ne saurais trop te le conseiller. Je pourrais être très enthousiaste aussi dessus, d'autant plus que le FPS est mon genre de prédilection en multi (Quaker à vie) mais je vais me calmer un peu avec les superlatifs car si tu en attends trop, tu peux aussi être déçu. C'est mon grand problème ça, quand on me vend un truc comme étant bien, terrible, génial, j'en attends énormément et je suis souvent déçu à cause de ça.

    Il a une histoire intéréssante, c'est pas juste du kill à tour de bras, et comme pour Tomb raider il est beau et pas que beau. Tiens, je vais ressortir la comparaison avec Crysis 3, elle sera plus pertinente puisque la ce sont deux FPS: Sur le papier, Crysis 3 est plus beau que Bioshock Infinite, les cailloux sont plus détaillés, les textures sont plus ceci, le grain de peau fait plus cela mais je peux te garantir que Bioshock te laissera un souvenir bien plus fort que Crysis 3 au niveau graphique et direction artistique. Ca j'en metrais ma main à couper.

    Pour ce qui est de The Last of Us, tu pourras adorer comme te faire chier. Baxter a essayé, il a pas mal avancé mais pour l'instant il aime pas, il s'ennuie. Des fois quand on connaît les gens on peut deviner ce qui peut leur plaire mais la non, c'est un jeu à tester, à vivre, tu pourras pas t'en rendre compte juste avec un gaming live.
    Après honnêtement ne t'attends pas à un truc renversant concernant l'origine de l'épidémie zombie dans TLOU. Ils ont pris un truc qui existe en vrai, ils l'ont mixé avec un autre truc qui fait que certains animaux en Afrique sont parasités par je sais plus trop quoi (Le cordyceps? En tous cas ça s'appelle comme ça dans le jeu) et ils ont mélangés les deux en disant que la maladie s'est transmise à l'homme, d'où le chaos.

    Je te dis ça parce que dans l'ambiance on est plus proche d'un Walking Dead (en Comics, pas la série TV) que d'un World War Z justement. Au bout d'un moment, les zombies deviennent du décor.

    Et oui comme tu dis il y a de la profondeur, mais il faut extrapoler, creuser un peu. Ce n'est pas dit tel quel lors des cutscènes, donc en fait si t'accroches pas à l'ambiance après les 3 premiers chapitres, tu te casseras pas la tête à interpréter çi ou ça. C'est un peu dur d'en parler sans spoiler mais disons que Joel est assez pudique et qu'il révèle rarement ce qu'il pense ou ressent donc des fois quand il dit un truc ou qu'il change de comportement, moi j'y vois une manière subtile de nous décrire son personnage alors que d'autres vont penser que je vois des choses la ou il n'y en a pas.

    Comme je disais à Baxter sur le forum d'en face, y'a des trucs qui sont clichés dans le jeu, et y'a d'autres trucs qui peuvent paraitre clichés mais qui ne le sont en fait pas une fois qu'on connaît bien l'histoire. Et je te dis la même chose qu'à lui, si tu finis le jeu un jour, je suis intéréssé par ta version de la fin, comment tu interprètes deux comportements de la part d'un personnage qui changent beaucoup par rapport au comportement que ce personnage avait tout le long du jeu. Ca sonne compliqué comme ça mais je ne peux pas en dire plus sans spoiler. Juste que selon ton ressenti, une même action va te mener dans une direction et moi dans une autre. J'ai un pote qui a fini le jeu, et qui pour l'anecdote a préféré Tomb Raider à The Last of Us, et la fin qu'il a vue, la même que la mienne puisqu'il y en a qu'une, est quand même différente de la mienne, parce qu'il ne "ressent" pas les choses de la même façon que moi. Y'en a un qui trouve que c'est un happy ending et l'autre qui trouve qu'au contraire c'est la fin la plus tragique qu'ils aient pu trouver.

    Voila, disons que si on creuse, le jeu est plus profond que ce qu'il laisse paraitre, mais il faut accrocher à son univers pour avoir envie de creuser et extrapoler sur tel ou tel personnage.

    J'ai lu certains de tes posts et ta présentation car ton pseudo ne me disait rien et je pensais que tu étais quelqu'un du forum d'en face sous un autre nom, tu aimes Silent Hill 2 n'est ce pas? Sunderland pour James Sunderland, exact?

    Et bah pour la fin c'est un peu pareil, selon que tu interprète telle chose de telle manière (et selon la fin que t'as bien sur) tu peux ressentir les actes de James différemment d'un autre joueur.

    - James tue sa femme --> Quel salaud!

    Mais on peut aussi penser que

    - James tue sa femme parce qu'il ne supportait plus de la voir comme ça --> un peu égoiste mais il y a un début d'explications, des circonstances atténuantes

    et si on creuse plus loin, on peut en arriver à

    - James tue sa femme car elle souffrait trop, ce n'est pas un meurtre mais un acte d'amour.

    Donc voila, The Last of Us n'est certainement pas aussi profond qu'un Silent Hill, mais il est plus compliqué qu'un simple actionner comme je disais.
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Baxter le Sam 13 Juil - 13:11

    Bluipiah a écrit:Pour ce qui est de The Last of Us, tu pourras adorer comme te faire chier. Baxter a essayé, il a pas mal avancé mais pour l'instant il aime pas, il s'ennuie. Des fois quand on connaît les gens on peut deviner ce qui peut leur plaire mais la non, c'est un jeu à tester, à vivre, tu pourras pas t'en rendre compte juste avec un gaming live.

    Faut dire que je suis pas très empathique donc ça aide pas à apprécier ce jeu. Surtout que je ne trouve pas les perso spécialement sympathiques, j'apprécie pas leur compagnie plus que ça. Et vu que je suis pas fan non plus du gameplay (entre de l'infiltration molle et de l'infiltration molle, même si les combats paraissent un peu plus dynamique dans la violence qui se dégage des coups), y a pas grand chose qui me retient dessus. Et le système de visée... Mais c'est complètement subjectif. Je cherche peut-être trop le fun dans un jeu qui n'est pas là pour en proposer, c'est sans doute là mon erreur.

    Par contre, de manière objective, le jeu est très beau graphiquement. Ca, impossible de dire le contraire.

    Sinon, tout à fait d'accord avec ta critique de Tomb Raider.
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Bluipiah le Dim 14 Juil - 15:20

    Faut dire que je suis pas très empathique donc ça aide pas à apprécier ce jeu. Surtout que je ne trouve pas les perso spécialement sympathiques

     Si tu n'as pas beaucoup d'empathie pour les persos c'est sur que ça aide pas à se plonger dedans, mais c'est normal que tu ne les trouve pas sympathique car après tout, celui qu'on contrôle les 3/4 du jeu n'est pas sympathique. C'est même des fois un beau salaud. Pas un héros ok, mais pas un "connard cool" non plus, un salopard par moments, on a pas de sympathie pour des gens comme ça. J'ai de l'empathie pour lui car je considère que ce qui lui arrive est la pire chose au monde, mais je ne lui excuse pas tout. C'est pareil pour les autres, Tess ne m'est pas sympathique non plus. Tu verras pour les autres PNJ que t'as pas encore rencontré.

    Mais pour Joel, on peut le voir dès le prologue, avant son traumatisme, quand il laisse crever l'autre famille au bord de la route. Tommy voulait s'arrêter pour les prendre avec eux, Sarah aussi, et c'est Joel qui les condamne à mort. Dès le début c'est quelqu'un d'égoïste et qu'il souhaite à tout prix protéger sa fille ne justifie pas tout.

    Plus tard dans le jeu, tu retrouveras un personnage de son passé qui dis que Joel ne lui a laissé que des cauchemars. Or dans un monde ravagé par les monstruosités zombies, les militaires et les maraudeurs qui écument en bande les villes pour chopper des survivants, les violer, les tuer pour leurs pompes ou de l'eau, les bouffer vivants, bref dans un monde déjà cauchemardesque comme ça on se demande bien ce que Joel a pu faire pour choquer à ce point la. Il a un coté égoiste et cruel parfois.

    Quand tu tues au corps à corps ou que tu contres, il y a des death scènes avec des éléments du décor ou on sent sa brutalité, ou il se contente pas de tuer pour se défendre mais il veut d'abord faire mal, puis tuer. Ca passe par ses expressions faciales, la colère qui se dégage de lui, c'est pas aussi explosif et expressif que Kratos mais tu vois ce que je veux dire.

    C'est pour ça, tu disais sur le forum d'en face que tu comprenais pas pourquoi il rejetait Elie après ce qu'il avait vécu, mais tu découvriras le perso un peu mieux plus tard, peut-être, enfin si on s'intéresse aux non-dits et tout ça. J'essaye d'analyser certains trucs, certaines réactions, j'admet que des fois je dois voir des trucs qui n'existent pas ^^ Mais tu verras, il suit un cheminement psychologique après le premier tiers, puis un autre, puis après ya un truc qui fait que leur "relation" change beaucoup mais pas forcément en bien même si Elie essaye de crever l'abcès, enfin bref je ne vais pas trop spoiler mais voila. Selon ton ressenti la fin peut être heureuse ou tragique, c'est selon.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Sunderland le Dim 14 Juil - 17:07

    Bluipiah a écrit:J'ai un pote qui a fini le jeu, et qui pour l'anecdote a préféré Tomb Raider à The Last of Us, et la fin qu'il a vue, la même que la mienne puisqu'il y en a qu'une, est quand même différente de la mienne, parce qu'il ne "ressent" pas les choses de la même façon que moi.

    Ah oui ? Un jeu dans lequel on se retrouve confronté à des choix mais à une seule et même fin ? C'est étrange ça. C'est probablement la première fois que j'entends ça... Même dans Mass Effect les choix peuvent influencer la donne à la fin.

    Bluipiah a écrit:Sunderland pour James Sunderland, exact ?

    Yep, un personnage qui est foutrement torturé à cause de ses actes dont l'interprétation est difficilement simple.

    Bluipiah a écrit:Donc voila, The Last of Us n'est certainement pas aussi profond qu'un Silent Hill, mais il est plus compliqué qu'un simple actionner comme je disais.

    Pas étonnant, un jeu aussi profond que SH2 c'est pas de la tarte... Il s'agit peut être même du plus profond des jeux vidéo tout court. La seconde lecture (sans compter les autres lectures, encore, dont les fins donnent un résultats et une histoire alternée) offrant des révélations et nouvelles perspectives quant à la compréhension au sujet de chaque personnage et de la fonction de Silent Hill -comme lorsque que l'on comprend qui est ce type au motel, devant la Tv et sans vie-.

    De loin je vois plus TLOU comme un jeu du niveau de Mass Effect. Ce qui est plus que satisfaisant. Et maintenant que tu le dis c'est très proche de Walking Dead effectivement. Un mix entre WD et Stake Land.
    Mais dans tous les cas, j'attends cela d'un jeu, une histoire profonde et / ou au moins une direction artistique qui en jette. Raison pour laquelle j'ai quelque peu comparé certains titres à des livres. C'est comme les films, on voit bien que les adaptations cinématographique d'un bouquin ou d'une série de bouquin ont une plus grande qualité et profondeur que ce qui peut tenir sur un script d'une cinquantaine de page. Parce que l'on voit qu'il y a plus de contenu qu'un film lambda. Crysis c'est le script d'une trentaine de page avec grands effets spéciaux pour film hollywoodien grand public. Bioshock (je cite Bioshock parce que, ben j'ai pas testé le TLOU -marrant comme accronime-) c'est le best-seller dont chaque adaptation sur d'autres médias peut donner une oeuvre magistrale rien que pour les idées géniaux des axes principaux.

    Ce qui m'intéresse le plus, là, premio c'est le suivi que l'on pourra faire avec Joel. Les jeux où l'on accompagne le personnage principal jusque dans ses choix (me rappel plus du nom que ça porte) ont presque toujours marché sur moi. Contrairement à du Fallout où notre protagoniste a accès à un nombre de choix faramineux, il ne semble pas tellement vivant, sans voix, sans expression -facial- et un être que l'on incarne alors qu'il commence ou recommence sa vie telle une toile blanche (ça n'empêche pas que c'est un super jeu... du moins pour Fallout 3 et New Vegas). Mass Effect est plus expressionniste mais les choix qui nous sont proposés sont moins amples, basiquement neutre, pragmatique et bienveillant (ce n'est pas ce terme mais vous voyez le topo). Dragon Age Origins c'est un mix entre MA et Fallout pour ce qui est du choix.
    Tandis que là, de ce que vous en décrivez, l'expérience semble plus prenante et pertinente.
    Et secondo, un monde post apo avec du zombie c'est yepee ! Surtout avec le direction artistique qui livre des mutations provoqués par le parasite comme avec l'image que tu offres aussi originales. Un truc que j'adorerai voir dans un bon film de zombie, un peu à la Dead Nation ! (Bon, les films Resident Evil ça compte pas pour plusieurs aspects... et même s'il y avait eu une plus fidèle adaptation, les oeuvres se concentrent surtout sur le virus et / ou parasite, pas forcément sur le zombie en soi).


    Baxter a écrit:Faut dire que je suis pas très empathique donc ça aide pas à apprécier ce jeu.

    Avoue, méchant, tu as tué toutes les petites soeurs dans les Bioshocks parce qu'elles donnent plus d'Adam, hein (surtout dans le 1 où elles ressemblent à des cadavres ambulants) ?
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Baxter le Lun 15 Juil - 1:08

    Sunderland a écrit:
    Baxter a écrit:Faut dire que je suis pas très empathique donc ça aide pas à apprécier ce jeu.

    Avoue, méchant, tu as tué toutes les petites soeurs dans les Bioshocks parce qu'elles donnent plus d'Adam, hein (surtout dans le 1 où elles ressemblent à des cadavres ambulants) ?

    Nope. Quand j'ai le choix, je fais rarement le méchant (sauf si j'estime que dans le contexte, mon perso le serait. Genre ma Shepard est une dure à cuire qui fait peu dans le sentiment et qui a gardé une haine des E.T de par sa guerre contre les Butariens, qui ne fait donc aucun cadeau et même que c'est pour ça qu'on l'a choisi, parce qu'on ne gagne pas une guerre en étant un bisounours. Par contre, mon Cole de Infamous est un vrai super-héros qui préfère en chier pour éviter le plus de victimes possible plutôt que d'y aller en bourrinant à tout va. Et pour le coup, j'ai vachement apprécier le travail sur la réaction des gens au fur et à mesure de nos actes, vachement gratifiant).
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Bluipiah le Lun 15 Juil - 7:04

    Ah oui ? Un jeu dans lequel on se retrouve confronté à des choix mais à une seule et même fin ? C'est étrange ça. C'est probablement la première fois que j'entends ça... Même dans Mass Effect les choix peuvent influencer la donne à la fin.

    Ce qui m'intéresse le plus, là, premio c'est le suivi que l'on pourra faire avec Joel. Les jeux où l'on accompagne le personnage principal jusque dans ses choix (me rappel plus du nom que ça porte) ont presque toujours marché sur moi. Contrairement à du Fallout où notre protagoniste a accès à un nombre de choix faramineux, il ne semble pas tellement vivant, sans voix, sans expression -facial- et un être que l'on incarne alors qu'il commence ou recommence sa vie telle une toile blanche (ça n'empêche pas que c'est un super jeu... du moins pour Fallout 3 et New Vegas). Mass Effect est plus expressionniste mais les choix qui nous sont proposés sont moins amples, basiquement neutre, pragmatique et bienveillant (ce n'est pas ce terme mais vous voyez le topo). Dragon Age Origins c'est un mix entre MA et Fallout pour ce qui est du choix.
    Tandis que là, de ce que vous en décrivez, l'expérience semble plus prenante et pertinente.

    Alors fais gaffe ou tu vas être déçu mais tu n'as pas de choix à la Mass Effect ou autres dans TLOU.
    Les seuls choix que t'as, c'est comment passer une zone à ennemis et ton crafting d'armes via des outils ou de compétences via des pillules. Comme tu n'as pas assez d'outils dans tout le jeu pour améliorer toutes tes armes, tu devras faire un choix, pareil pour les compétences de Joel. Mais c'est tout, tu n'as pas de choix qui influe sur les embranchements du jeu ou la fin.

    Mais dans tous les cas, j'attends cela d'un jeu, une histoire profonde et / ou au moins une direction artistique qui en jette. Raison pour laquelle j'ai quelque peu comparé certains titres à des livres. C'est comme les films, on voit bien que les adaptations cinématographique d'un bouquin ou d'une série de bouquin ont une plus grande qualité et profondeur que ce qui peut tenir sur un script d'une cinquantaine de page. Parce que l'on voit qu'il y a plus de contenu qu'un film lambda. Crysis c'est le script d'une trentaine de page avec grands effets spéciaux pour film hollywoodien grand public. Bioshock (je cite Bioshock parce que, ben j'ai pas testé le TLOU -marrant comme accronime-) c'est le best-seller dont chaque adaptation sur d'autres médias peut donner une oeuvre magistrale rien que pour les idées géniaux des axes principaux.

    Pour la direction artistique, je te laisserai en juger si tu y joue, moi j'ai beaucoup aimé.
    Pour l'histoire, comme je disais en intro, c'est du déjà vu 100 fois l'épidémie zombie qui amène un monde post-apo à la Mad Max ou la civilisation a volée en éclats et ou c'est vraiment la loi de la jungle. Mais comme je disais aussi, c'est le traitement du thème qui est important, fut-il du déjà-vu. La aussi j'ai beaucoup aimé.

    Dur à dire si tu vas apprécier ou pas, mais il y a quelque chose avec ce jeu. Les notes ne veulent rien dire, mais quasiment partout ou il est testé il récolte non seulement d'excellentes notes mais aussi (ce qui m'a poussé à le prendre) des mots élogieux. J'ai lu je sais pas combien de fois le mot chef-d'œuvre, pas juste bon jeu ou très bon jeu, mais des trucs comme le fait qu'il nous hante même après avoir laché la manette, l'empreinte émotionnelle, l'attachement aux persos (ou pas, ça ne fonctionne pas sur tout le monde). C'est des trucs qui se ressentent quand t'entends les testeurs en parler dans leurs lives, sur JV, sur GK, sur GB, sur GT, c'est limite hagiographique (attention à la survente!) mais je comprends tout à fait son succès jusque dans l'assez chauvin Japon ou c'est quand même rare qu'un jeu Occidental soit dans un top des ventes assez longtemps, et encore moins à la première place. TLOU n'a pas fait aussi bien que GTA à ce niveau, mais il est quand même arrivé premier une poignée de semaines, c'est pas rien considérant les tops habituels au Japon alors que dans le reste du monde je dirais qu'il arrive "logiquement" en tête.

    Mais bon les chiffres ça veut rien dire, sinon Baïten Kaitos m'aurait plu et j'achèterai un FIFA chaque année ^^ (Je hais le foot) et puis je vais pas te le survendre non plus, car plus d'attentes = plus de risques d'être déçu mais voila, en ce qui me concerne, je me range du coté de la majorité sur ce coup la et je comprend tout à fait que beaucoup de mags et de joueurs le considère comme le meilleur jeu PS3, pas de cette année, mais le meilleur jeu PS3 tout court.

    Et je comprend aussi qu'on puisse ne pas l'aimer du tout. Tu ne pourras pas scotcher deux tronçonneuses sur un fauteuil roulant comme dans Dead Rising et massacrer du zombie en leur fonçant dessus tout en étant costumé en lapin ou en Mégaman. Coté "fun", tu trouveras bien mieux que TLOU. Le jeu à une ambiance assez déprimante, Tess qui aurait pu être un minimum sexy comme Lara fait la gueule tout le temps, la barbe !
    Mais il si tu rentres dedans, si t'es happé par son univers après le chapitre 3 ou 4, la oui le jeu va te laisser sa marque. Tu verras bien, comme je disais, c'est plus un road-movie à pieds.

    Vers le dernier tiers du jeu, tu as un passage magnifique ou pour une fois la musique n'est ni sombre, ni déprimante, ni flippante et bah selon ton ressenti tu peux l'interpréter différement d'un autre joueur, comme pour la fin. La c'est trop dur d'en parler sans spoiler. Joues-y juste dans de bonnes conditions, bien tranquille, la nuit Smile C'est dans la tête le fait d'être tout seul, mais ça accentuait ce qu'il y a de plus flippant chez les infectés...leurs cris!
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Sunderland le Lun 15 Juil - 23:17

    Bluipiah a écrit:Pour l'histoire, comme je disais en intro, c'est du déjà vu 100 fois l'épidémie zombie qui amène un monde post-apo à la Mad Max ou la civilisation a volée en éclats et ou c'est vraiment la loi de la jungle. Mais comme je disais aussi, c'est le traitement du thème qui est important, fut-il du déjà-vu.

    Heureusement, ça a l'air un déjà plus mature et moins chtardé que du Mad Max. J'aime bien les films post apo, surtout si il y a du contenu science fiction, comme les mutants, extra terrestres, zombies etc. Mais en cinématographie ça se fait rare. Et que cela soit au ciné ou en jeu vidéo ou bouquin et autres médias, je trouve ça barbant de toujours mettre une civilisation qui socialement est devenu sauvage et / ou l'être humain a carrément régressé dans son humanité (côté empathie) et même intelligence (y'a rarement que le héros dont il ne manque pas une case). Mad Max c'est les warriors de l'enfer de l'avant dernier film de Carpenter qui s’invitent presque. Waterworld on se retrouve dans le sud des USA vers les années 1900 pour la mentalité. Y'en a bien un qui est assez ouvert et fait la part belle des choses, c'est Fallout.
    Je veux bien admettre qu'en temps post ap', selon les conséquences qui ont menés la civilisation à sa chute, il s'agit d'un terreau pour voir l'humanité se retrouver à l'état sauvage, mais faut pas trop dramatiser non plus. Même si je suis bien conscient que même en notre monde ça peut aller jusque dans ces extrêmes, il n'y a qu'à voir ce qu'il se passe en Afrique avec le Lord's Resistance Army (LRA) et son chef complétement cinglé de Kony.

    Mais merci du topic en tous cas. Parce que je dois avouer qu'au début j'étais septique au sujet du jeu. Faut dire, quand j'ai vu la chose via la pub à la Tv, et on ne t'en dit presque rien ! Ils ne livrent presque aucunes infos sur le jeu. Il n'est pas question de vampires / zombies / mutés, d'un monde entièrement post apo ou non, ni qu'il est considéré comme le meilleur jeu PS3 par beaucoup. Du coup, ça ne donne pas plus envie que ça d'en savoir plus. Surtout qu'il semble sur-médiatisé, et le sur-médiatisé n'annonce vraiment pas toujours du bon...
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Ju le Mer 31 Juil - 19:40

    Fallait que Blui' se pointe pendant que je dansais nue sur une plage en Uruguay.  Bravo.

    Mais assez d'accord avec tes ressentis^^.  Bon, pour Tomb Raider j'ai eu un appel peut-être plus empathique de Lara en voyant cette jeune femme souffrir que pour vous qui n'y voyez qu'une icône érotique.  De plus je ne suis pas attachée à la saga donc peu regardante sur son évolution qui trahi peut-être ses origines en terme de gameplay comme tu sembles le penser Blui'.

    Pour TLOU, le duo Elie/Joel fait tout le sel du jeu.  Jusqu'au dialogue final qui est peut-être la plus grosse claque que j'ai pu prendre en terme de ressenti devant un jeu.  Se serrement au coeur.  Alalala.
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Bluipiah le Mer 31 Juil - 22:50


     J'aime bien me pointer quand les gens dansent nus en Uruguay. Comme ça ils peuvent pas répondre à mes posts, donc c'est moi qui ait le dernier mot et ça me donne l'impression d'avoir toujours raison. Bon retour de vacances d'ailleurs.

    Comme je le disais à Baxter et à Sunderland, puisque tu as fini le jeu, je suis curieux de connaitre vos avis sur la fin et sur deux trucs qui restent en suspens. La fin m'a touché aussi mais peut-être pour des raisons différentes. Bref, spoilers:



    Spoiler:
    3 questions en fait: -Qu'est ce qui explique le changement de comportement d'Elie après la mort de David? Elie sait-elle qu'elle va mourir si elle rejoint le laboratoire des Lucioles? Qui amène donc à "Elie veut-elle mourir?"
    - Voyez vous Joel comme un héros ou un salaud?
    - Et enfin, la fin: Good ending or bad ending? Elie croit-elle Joel ou a t'elle deviné qu'il ment?

    J'ai discuté de ces 3 points avec ceux qui avaient fini le jeu, en particulier avec un pote, et on a des réponses différentes.

    Pour le premier point, il est indiscutable qu'Elie a changée avant et après David. J'ai d'abord pensé que c'était juste le contrecoup d'avoir subi toutes ces épreuves, les menaces de David (grosso modo il va la manger si elle se soumet pas), la façon dont elle l'a tué et qui lui a laissé des marques (Plus facile de tuer via la lunette d'un fusil, il y a une certaine distance, alors que larder un homme de coups de couteau au corps à corps avec hargne, c'est autre chose.)

    En plus quand la dernière saison commence, on voit Elie pensive devant une sorte de dessin de cerf. Le cerf lui rappelle surement David puisque c'est comme ça qu'elle le rencontre, en chassant le cerf, et c'est le plat qu'il lui sert, enfin c'est ce qu'il dit, elle pense à un moment qu'il lui a servi de l'humain.
    Il y a un changement de comportement de la part d'Elie donc, elle qui était assez bavarde devient silencieuse. Joel le remarque, il lui dit qu'il la trouve bien calme, qu'elle n'est pas comme d'habitude. C'est juste avant la scène des girafes, que j'ai trouvé très belle parce que c'est le dernier moment de joie dans le duo Joel-Elie. Mais après avoir vu la fin, je me demande si Elie avait changée parce qu'elle sait tout simplement que c'est la fin du périple et qu'elle va mourir. Est-ce qu'elle est au courant que le vaccin au virus en elle signifie qu'ils vont lui extraire le cerveau et la condamner? Il se peut que Marlene lui ait dit. Et il se peut qu'Elie souhaite mourir. Elle en parle brièvement à Joel quand elle raconte la mort de sa meilleure amie, mordue elle aussi, alors qu'Elie survit. Elle dit quelque chose comme quoi elle se demandait quand allait arriver son tour, comme si elle le souhaitait ou qu'elle attendait que ça. Sur le wikia, ils disent qu'Elie à le syndrome du survivor's guilt, la culpabilité d'être encore en vie quand 'autres sont morts. Quand elle lui dit qu'une fois que ce sera fini ils iront ou Joel voudra, ça sonnait à mes oreilles comme un mensonge pour rassurer Joel. Elle sait qu'elle va mourir, donc elle lui ment.

    Le fait de se savoir unique, et de savoir qu'elle peut, peut-être, sauver l'humanité, lui donne un but dans l'existence. Elle n'est pas aussi cynique que Joel et dans la BD Dreams quelque chose qui est le prequel de The Last of Us, on voit que c'est quelque chose d'important pour elle. Elle est prête à se sacrifier pour les autres, alors que Joel lui est plutôt prêt à sacrifier les autres.

    Je vois peut-être des trucs la ou il n'y en a pas mais pour moi, le changement d'attitude d'Elie ne peut pas être juste du au contrecoup de l'affaire David. En fait à ce moment la, bizarrement, j'ai pensé à Elie-Joel en tant que couple, pas un vrai couple homme-femme bien sur, Joel n'est pas attiré par Elie mais vous connaissez les clichés sur les couples, on dit que dans un couple il y a toujours un dominant et un dominé, quelqu'un qui mène la danse et l'autre qui a peur d'être quitté, il y en a toujours un qui aime plus qu'il n'est aimé, etc...

    Et au début, le dominant, c'est clairement Joel. C'est lui qui mène la barque, et Elie obéit. Il lui fait répéter à un moment, tu la ferme sur Tess et tu suis mes ordres, compris? C'est elle qui essaye de le connaitre, et lui qui l'envoie bouler. Elle essaye de briser la glace, elle entame les conversations, et il répond vaguement. Elle regarde vers lui quand vous passez à coté d'elle, c'est elle qui recherche son affection, son approbation (elle se plaint qu'il ne la félicite pas quand elle lui sauve la vie à un moment), bref ya 50 trucs qui vont dans ce sens. Quand il la reprend sur le cheval, on dirait pas vraiment qu'elle s'accroche pour ne pas tomber mais qu'elle lui fait un calin déguisé.

    Et quand elle change, c'est l'inverse qui se produit. Elle devient la dominante et Joel le dominé. Au sens affectif. Ca m'a évoqué tout de suite un couple dont l'un s'est lassé de l'autre. Je veux dire, on voit bien que Joel aussi a changé, au début il l'appelle le colis, elle est un colis à trimballer, puis après il l'appelle par son vrai prénom, puis "Kiddo" et à la fin il lui donne carrément le surnom qu'il donnait à Sarah. Pas juste un surnom affectif mais le même qu'il donnait à Sarah quand il la prend dans ses bras quand elle est bléssée aux jambes, je sais plus ce qu'il dit exactement mais c'est quelque chose comme "It's gonna be alright, Baby Girl". A la fin, quand il prend Elie inconsciente dans ses bras (parallèle évident avec la scène d'intro ou il a Sarah dans ses bras") il l'appelle aussi "Baby girl".Il fait un peu la confusion entre les deux lors de la fuite. D'ailleurs à la fin il parle ouvertement de Sarah, il lui dit qu'il est sur qu'elles se seraient bien entendues toutes les deux, alors qu'avant il refuse systématiquement d'évoquer tout ce qui lui rappelle sa fille parce que ça lui fait mal. Quand Elie lui demande avec qui il a vu le film pour ados, il lui fout un vent. Il tique quand elle lui fait remarquer que sa montre est cassée. Si il en parle ouvertement à la fin, c'est parce que ça ne le fait plus souffrir, vu qu'il a trouvé un substitut à Sarah.

    Et donc c'est ça qui m'a frappé et qui me fait penser qu'il y a plus qu'un traumatisme du à David. Je crois qu'Elie sait qu'elle va mourir, que c'est ce qu'elle veut. Ce n'est jamais dit texto, et après tout Joel ignore que les lucioles vont la tuer pour fabriquer le vaccin, donc il est possible qu'elle ne soit pas au courant aussi. Mais quand Joel lui dit qu'ils peuvent tout arrêter lors de la scène des girafes, Elie refuse. A partir de la les rôles sont inversés, c'est lui qui parle et qui entame les conversations, c'est lui qui recherche son attention. La toute fin on ne contrôle pas Joel mais Elie, et il parle un peu tout seul. pour moi ce n'est pas un choix innocents des créateurs. Même le langage corporel change, je pourrais en jurer.

    Ensuite, pour Joel, j'ai lu quelques topics comme quoi Joel était un salaud parce qu'il condamnait l'humanité, et d'autres comme quoi il était un "héros", disons pas une ordure, parce qu'il sauvait Elie et que de toutes façons ce qu'il reste de l'humanité ne mérite pas d'être sauvé (armée autoritaire, maraudeurs cannibales).
    En ce qui me concerne, je trouve que Joel est un salaud, mais pas vraiment à cause de son choix final, mais surtout parce qu'il ment à Elie. Il la prive de sa raison de vivre. Toute cette lutte, leur voyage entier perd son sens avec le choix égoîste de Joel. La ou Elie avait fait un choix altruiste, pour les autres, Joel ne pense qu'à lui et même pas à la personne qui compte le plus pour lui, c'est à dire Elie.

    Je veux dire, si vraiment il tenait à elle, il lui aurait laissé son but dans l'existence. Le souhait d'un père c'est de tout faire pour ses enfants. Il la sauve contre son gré, il la sauve pour lui et pas pour elle.
    Marlène lui dit "C'est ce qu'elle veut... et tu le sais". le fait qu'il y ait une pause entre les deux phrases signifie à mes yeux que ce n'est pas une affirmation gratuite de Marlène, mais qu'elle se rend compte effectivement durant cette conversation que Joel sait que c'est ce qu'Elie aurait souhaité, donner sa vie pour une toute petit chance de sauver ce qu'il reste. Les deux plans sur les visages de Marlène et Joel, pour moi c'est ça, Joel sait que Marlène a raison, il sait ce que veut vraiment Elie, mais il passe outre et tue Marlène en prime. il ne fait pas ça pour Elie, il fait ça pour lui car il ne veut plus souffrir à nouveau. Il passe en premier, Elie passe en seconde, c'est pour moi un choix égoïste car un père devrait faire passer sa fille en première et pas l'inverse. A la fin, Elie est de facto sa fille. Il la considère comme telle après l'avoir longtemps rejetée.

    Donc pour moi Joel est bien un peu salaud, pour son choix qui condamne tout le monde, pour les meurtres de confort (on est obligé de tuer au moins un médecin désarmé) (si vous ne les tuez pas tous, l'infirmière vous traite de monstre, c'est quand même un peu ce qu'il est, un monstre), et pour sa malhonneteté envers Elie.

    Quant à savoir si Elie le croit à la fin, je suis partagé.
    Mais dans tous les cas, je ne vois pas la fin comme heureuse.



    Pourtant les deux survivent. Mais pour moi le pire qui puisse arriver à Joel n'est pas de perdre Elie parce qu'elle meurt en accomplissant son but, mais de perdre son affection.




    Parce que à la fin il l'aime, sincèrement, c'est sa fille, mais comme vous savez aimer quelqu'un peut être agréable mais aussi très dur si vous n'êtes pas aimé en retour. C'est déjà pas facile quand la personne ne vous aime pas, alors imaginez si elle vous déteste. Et la, de la manière dont je vois les choses, Joel est condamné à perdre l'affection d'Elie. Il y aura une suite, peut-être pas avec les deux persos, mais on saura ce qui s'est passé, et je le sens, Elie va découvrir le mensonge de Joel, et elle ne lui pardonnera pas. Bien sur j'extrapole beaucoup mais déjà on voit que la nouvelle vie de Joel et d'Elie est fondée sur des bases malsaines. D'ailleurs vous avez remarqué? Pour une "bonne" fin, le jeu se termine sur Elie en train de pleurer. Il y a mieux comme image pour une fin heureuse vous ne trouvez pas? Elie pleure à la fin, ses larmes ne sont pas super visibles, mais elle pleure, et c'est à cause de Joel. Qu'elle le croit ou pas ça change rien, elle n'est pas heureuse, c'est un peu un fail pour Joel en tant que père.





    Leur nouvelle relation est basée sur un mensonge, et Elie ne le croit plus sur parole. Elle lui a demandé deux fois, peut-êre plus, et à la fin elle lui demande même de le jurer. Ca à un coté solennel, elle a clairement des doutes. Elle a bien sur compris le pipeau de Joel quand elle s'enfuit une première fois dans la maison quand elle comprend que Joel veut la confier à Tommy, alors elle peut très bien sentir qu'il ment à la fin, d'où ses larmes. En comprenant son mensonge, elle perd l'image du père, et Joel perd l'affection d'Elie.

    Pour moi la fin est triste pour Elie et pour Joel. Je ne le condamne pas vraiment pour ce qu'il a fait, mais la ou j'avais de l'empathie pour lui au début, à la fin je le trouve pathétique, au sens propre du terme. C'est un personnage fictif mais il me fait pitié. Faire véritablement le deuil de Sarah au lieu de tout refouler, de ne jamais vouloir en parler à qui que ce soit, je sais pas, c'est ça qui condamne sa relation avec Elie. J'ai lu des trucs assez intéressants comme quoi David aurait subi le même traumatisme mais qu'au contraire de Joel il se serait dès le début laissé submerger par les émotions et qu'il serait devenu fou rapidement, pour ne pas souffrir, une fuite en avant. Il aurait perdu un gosse, peut être une fille aussi, et ca serait pour ça qu'il épargne Elie et qu'il est bizarrement "gentil" avec elle alors que Joel et elle ont tués plus de 70 hommes de son clan, et qu'il n'en a grosso modo rien à foutre de la vie des autres. Mais des fois on dirait qu'il recherche aussi son affection, Elie le sent un peu et lui prend la main, pour l'amadouer, quand elle est emprisonnée et qu'elle veut lui piquer sa clé.





    Mes explications sont un peu confuses, mais il est tard aussi. Bref, j'attends vos interprétations à vous sur ces questions.



    j'éditerai peut-être une autre fois, un peu fatigué et j'ai l'impression d'être encore moins clair que d'habitude dans mes explications.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Ju le Jeu 1 Aoû - 0:46

    undefined a écrit:
    Spoiler:
    Blui'
    3 questions en fait: -Qu'est ce qui explique le changement de comportement d'Elie après la mort de David? Elie sait-elle qu'elle va mourir si elle rejoint le laboratoire des Lucioles? Qui amène donc à "Elie veut-elle mourir?"
    - Voyez vous Joel comme un héros ou un salaud?
    - Et enfin, la fin: Good ending or bad ending? Elie croit-elle Joel ou a t'elle deviné qu'il ment?

    Tes posts fleuves m'ont manqué.  Un peu comme ton dossier Silent Hill tiens.

    Bon alors, voyons:


    Réponses:

    1) Elie change de comportement après l'épisode horrible avec David, c'est indéniable.  Mais qui n'aurait pas changé après un tel traumatisme ?  Le monde entier qui est foutu ce n'est rien pour Elie car elle ne l'a connu que comme ça.  protégée derrière des murs, certes, mais elle n'a pas eu trop de mal à s'adapter à la baston, venant très vite en aide à Joël au corps à corps puis avec une arme à feu.  C'est Elie et Joël VS the world.  Mais David c'est différent.  Ce n'est pas une menace dirigée contre tout le monde et ponctuellement contre elle quand ils se croisent tel un clicker dans une cave sombre.  C'est une menace dirigée contre elle exclusivement et qui ne se gêne pas pour l'exprimer à voix haute.  David est la personnification du danger, la nemesis d'Elie qui la désigne et lui dit "Je viens pour toi."  C'est pire que tout ce qu'elle a affronté jusque là !  Qui plus est la vie de Joël est entre ses mains.  Si elle meurt ou reste prisonnière, Joël meurt aussi.  Et elle, elle ne sait pas que son père d'adoption sort du coltard et vient à sa recherche.  Une telle pression sur les épaules d'une gosse...

    Au passage, en parlant de David j'ai envie de digresser sur lui.  Je trouve qu'il est aussi bien écrit par les scénaristes que les deux personnages principaux.  J'ai fait le jeu en spectatrice, incapable de m'impliquer dedans en tant que joueuse (rien de neuf, vous connaissez la chanson) et je me suis laissée berner exactement comme Elie lors de leur rencontre.  Je veux dire que quand je l'ai vu il a allumé toutes les alarmes.  Attention, gars pas net droit devant.  Puis je me suis dit que je faisais peut-être un délit de sale gueule, que Naughty Dog lui avait donné un facies de fouine pour faire douter et puis qu'on s'enveuille 20 minutes plus tard quand il se fait bouffer en permettant à Elie de s'échapper.  "Oh pinaise, le pauvre, quand je pense que j'aurais pu le descendre si le jeu le permettait, je suis un monstre."  Sauf que le monstre c'est bel et bien lui au final.  Je t'assure que quand il explique à Elie qu'il la "connait" et que son ton change... bouaaargh.  J'ai tous les poils du corps qui se sont hérissés !

    Tout ça pour dire que Elie ne peut pas ne pas changer après une telle rencontre et aussi son dénouement qui est une épreuve en lui-même.

    Personnellement je ne pense pas qu'elle sache qu'elle va mourir et je doute que Marlene en ai parlé avec elle.  C'est d'ailleurs tout le drame de Marlene qui porte ce poids sur les épaules.  Je ne pense même pas qu'elle envisage la possibilité que la création du vaccin puisse la tuer.  Pour Elie le bout du chemin c'est simplement une prise de sang, rien d'autre.  Il y a trop d'insouciance le long du périple pour qu'il puisse en être autrement.  Le livre de blagues (génial), les comics, apprendre à siffler, ...  Elie n'envisage pas une seconde la mort même si elle l'a frôlée théoriquement avec sa morsure dans le passé.  Au contraire elle se sent plus ou moins invincible comme n'importe quel adolescent de son âge qui aurait peur en faisant le con à moto mais n'envisage à aucun moment que ça peut finir en drame.
    Mais par contre, et je crois que c'est l'élément clé, Elie porte en elle un poids terrible: La culpabilité du survivant.  Tu en parles toi-même.  J'ignorais qu'un Wiki en parlait et c'est pourtant le terme exact que j'allais utiliser.  La rencontre avec David donne une grosse claque à Elie qui se retrouve consciente de la réalité possible de sa propre mort comme un gosse qui sort de son coma après un accident de moto.  Ce traumatisme fait resurgir le précédent: La mort de son amie. 

    Une mort qu'elle ne peut pas effacer alors qu'elle est porteuse de la solution à ce genre de mort.  Comme celle du jeune noir dont j'ai oublié le prénom, seule personne de son âge avec qui elle peut se lier d'amitié.  Tout ça fait un grand remue-ménage dans la tête de cette adolescente.  La culpabilité est un moteur puissant.  Alors, oui, il n'est pas impossible qu'à un certain moment Elie baisse les bras et se mette à voir sa mort comme une fin possible.  L'arrêt de tout ce cirque.  Après tout elle devrait déjà l'être, non ?  Si quelqu'un débarquait à partir de ce moment là pour lui dire "oh au fait, on est obligé de te zigouiller pour sauver l'Humanité" je la vois bien répondre "fair enough, on fait ça quand ?".

    Mais pour moi elle reprend du poil de la bête.  Pour résumer: Elle baisse les bras à un moment, moralement à bout entre son syndrome de culpabilité et David mais se reprend même si elle devient taiseuse.  A aucun moment elle n'envisage cette marche vers les Fireflys comme une marche vers le billot.  

    D'autres choses peuvent changer son comportement aussi.  La crainte que Joël s'éloigne par exemple.  Même si leur relation a fort évoluée elle n'a pas pu oublier comment elle était traitée de colis quelques semaines plus tôt.  Se rapprocher de la destination c'est aussi peut-être perdre ce nouveau père.  Il y a le vaccin en lui-même aussi.  Imagine qu'on te dise: "Félicitations, vous êtes porteur de la solution unique !  Grâce à vous les humains ont une chance de rester en vie!".  Alors que tous les humains que tu as croisé jusque là ont essayé de te trouer la peau (pour la manger accessoirement).  Ca doit faire gamberger.  Mais malgré toute la subtilité du jeu je ne vois pas le raisonnement poussé jusque là.  Pour moi Elie ne pouvait pas sortir psychologiquement indemne de sa rencontre avec David, point.  Le comportement de Joël, la fin du périple qui se rapproche avec un gros point d'interrogation derrière, la culpabilité du survivant exacerbée dernièrement, tout ça suffit à expliquer la baisse de régime d'une adolescente dépassée.


    2) Joël n'est certainement pas un héros.  De par ses activités illicites, violentes et dangereuses avant le "colis" ont sait qu'il n'a pas peur d'affronter le monde extérieur.  Ce n'est pas monsieur tout le monde qui se retrouve avec le destin de l'Humanité entre les mains.  De plus il sacriefierait n'importe quoi/qui pour remplir son contrat.  Rappelons que les raisons pour lesquelles il accepte la mission ne sont pas vraiment propres à faire de lui un héros, définitivement.
    Pour moi ce n'est toutefois pas un salaud pour autant.  Joël est le survivant exemplaire, pas l'humain exemplaire.  Je pense qu'on peut survivre en étant gentil dans son coin.  Je pense qu'un comportement violent et des magouilles organisées permettent de survivre plus efficacement.  Un classique des mondes post-apo c'est la notion d'humanité qui disparait en même temps que les lois (Cf. Walking Dead pour une application récente).  Joël s'assure sa part du gâteau et ça passe par des choses pas jolies jolies.  C'est triste mais je ne peux pas lui donner tort.  Ca ne veut pas dire que j'approuve pour autant ceci dit.  Je me souviens d'un débat il y a longtemps sur FH concernant nos propres réactions devant une situation post-apo.  J'y expliquais que je ferais surement partie des personnes qui en viennent à se suicider, incapables de s'adapter à la situation et à la nécessité d'agir moins humainement.

    Ca c'est pour le Joël avant le final.

    Pour le Joël après le final je dirais qu'il n'est pas un salaud non plus.  C'est un gars a qui on met un couteau sous la gorge et à qui on dit "On tue ta fille une deuxième fois pour sauver plein de gens".  Et c'est un salaud parce qu'il refuse ?  Wait.  Qu'on mette un couteau sous la gorge de toutes les personnes qui ont pu penser ça et qu'on leur propose de laisser la personne à qui ils tiennent le plus au monde se faire enlever le cerveau.  On en reparle après.  Et encore.  Ces internautes vivent une vie normale avec une relation à l'autre normale, au pire conflictuelle.  Joël c'est un gars qui considère son prochain au mieux comme un allié momentané qui a quelque chose à lui offrir au pire comme une tête à éclater contre un mur.  Il (se) tape des cannibales et des dérangés pendant une année entière et sur la ligne d'arrivée on lui explique qu'on va tuer Elie MAIS qu'elle ne souffrira pas et en plus c'est pour la bonne cause.

    Mais fuck, personne ne dirait oui après avoir construit une telle relation dans telles circonstances avec le drame de Sarah par le passé!  Un vrai dur à cuir qui ne se serait pas attaché à Elie et n'entrevoit que le vaccin pour lui, oui, il aurait laissé faire.  Mais pas le Joël que les scénaristes ont construit.  

    Et pas moi.

    Enfin, troisième sous-question, est-il un salaud parce qu'il ment à Elie ?  Je ne pense pas non plus contrairement à toi.  Je crois qu'on a là la suite logique à son comportement.  Il SAIT que s'il dit la vérité à Elie celle-ci est potentiellement capable de faire demi-tour et marcher vers sa mort volontairement.  Et il ne veut pas la perdre.  Il n'en a pas la force, il préfèrerait mourir.  Son comportement à l'hôpital le prouve assez bien.  Il pose là un geste infiniment égoïste, oui.  Il prive Elie de son libre-arbitre et je pense pour ma part qu'il le paye violemment par la suite.  TLOU2 ou pas.  Dans ma tête Elie sait que quelque chose cloche et ça finira par sortir un jour dans une dispute qui n'a rien à voir avec ce sujet à la base.  La vérité sur le tapis.  Les dégâts qu'elle provoque.  Mais en attendant Joël à tout sacrifié à Elie, même l'Humanité d'une certaine façon.  En tout cas la possibilité d'un mieux pour l'Humanité.  Il ne peut pas faire marche arrière à ce stade et ce mensonge, qu'il payera un jour avec les intérêts, me parait être un moindre mal.  Elie est sauve.  Sa fille est sauve.  Et il fait en sorte qu'elle le reste.  Ce n'est pas un salaud, c'est un père déchiré.


    3) Ni good ni bad ending ce qui fait toute sa richesse non manichéenne.  Mais si tous les tiramisus de la terre devaient disparaitre en l'absence de réponse arrêtée je dirais good ending:  Elie est vivante, Joël est vivant.  Ce qui se passe après ne compte pas, c'est une autre histoire.  Comme si la fin d'Aliens est une bad ending parce que la fillette meurt dans le troisième volet.  Non.  Qui dit que les princesses de Disney ne choppent pas un cancer par la suite ?  Ou que le Prince charmant devient pas si charmant par après comme le chante Téléphone.  Elle fini quand même droguée sur le trottoir Cendrillon...  Bref, pour moi la fin est dure, un peu cruelle dans un monde cruel mais elle n'est pas mauvaise.
    Et si je crois, comme toi, que Joël va payer son mensonge un jour je ne pense pas qu'il perde l'affection d'Elie à ce moment certes décisif.  Je pense même qu'elle pourrait comprendre qu'il a fait ça pour lui sauver la vie dans un contexte où on leur a menti.  Car l'arrivée chez les lucioles n'est autre qu'un guet-appens programmé.  On l'a mené en bateau, on a voulu tuer "sa fille" sans le lui dire pour ne pas qu'il refuse.  Je pense qu'Elie peut être en mesure de mettre cela en balance avec l'accusation de mensonge.

    Mais ça l'avenir nous le dira.  Ou pas.  L'absence de TLOU 2 ne me chagrinerait nullement.

     


    Dernière édition par Ju le Jeu 1 Aoû - 13:50, édité 1 fois
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Bluipiah le Jeu 1 Aoû - 6:39

    Spoiler:
     

    Le monde entier qui est foutu ce n'est rien pour Elie car elle ne l'a connu que comme ça.

    Je trouve pas que ce soit rien pour Elie, mais la je me base plus sur la BD prequel que sur le jeu. Mais même dans le jeu je l'ai senti comme ça: le monde actuel, celui qu'elle connait, ne l'intéresse pas des masses. Ca ne lui dit plus grand chose de vivre dedans. C'est au monde que joel a connu qu'elle s'interesse (elle lui pose des questions sur le monde d'avant) et c'est un monde qu'elle peut aider à rebatir avec son sacrifice.

    Comme les choses ne sont pas dites texto on ne sait pas si Elie était au courant pour le projet des lucioles, mais je l'ai ressenti comme quoi elle savait. C'est vrai que les phrases qu'elle dit sont contre mon avis. Quand elle dit à Joel "Et tu m'apprendras à nager?" ça sous-entendrait qu'elle ne sait pas qu'elle va mourir puisque normalement elle ne devrait pas faire de projets si loin. Mais à ce moment la je l'ai ressenti comme du pipeau de sa part, comme une manière "d'acheter" Joel, de le tranquiliser, de le rassurer. Si elle est au courant de son destin chez les lucioles, alors elle ne veut pas que Joel le sache. Je trouve que c'est possible qu'elle lui mente, tout comme Joel lui ment.

    Peut-être que je pense qu'elle ne dit pas la vérité parce que son comportement a changé, mais c'est ça, à mes oreilles ça sonnait comme de la flute qu'elle lui faisait. "Et on ira ou tu voudras" (marchandage pour convaincre Joel) Je crois même qu'ils parlent d'apprendre à chanter ou à jouer de la guitare je sais plus.

    Après pour Marlène, si on apprenait qu'elle lui avait dit que le bout du voyage représentait la mort, je ne serais pas surpris plus que ça. Marlène est la chef des Lucioles, et ils ont l'air assez fanatiques avec leurs idéaux, leurs actions. Comme l'armée, ils n'hésitent pas à sacrifier sans remords, Marlène est prête à sacrifier Elie, ça on le sait, je la crois assez barrée dans son idéal pour lui avoir dit en prime, ou tout simplement Elie qui a grandi avec les lucioles l'a deviné.

    Mais ça c'est évidemment des trucs que je ressent, je ne peux absolument pas le prouver. Mais tu vois ou je veux en venir, pour moi Elie sait d'une manière ou d'une autre que le bout du voyage n'est pas juste une prise de sang et basta. Je le ressent comme quoi elle sait que c'est un sacrifice, que ce n'est pas quelque chose d'aussi anodin qu'une prise de sang qui va se passer. Leur conversation après les girafes, quand Elie dit qu'après tout ce qu'ils ont traversés c'est soit on va jusqu'au bout soit on va nulle part, c'est cette notion de "jusqu'au bout" qui m'évoquait le sacrifice avant qu'il soit confirmé par les lucioles. Si il ne s'agissait que d'une prise de sang, je me dis que quelque part il n'y aurait aucune hésitation à avoir, aucun dilemme et qu'en effet ça ne servirait à rien qu'elle essaye de convaincre Joel de continuer. Si ce n'est qu'une prise de sang, autant le faire, c'est que dalle, ce n'est pas difficile comme choix. Alors que la mort, la c'est cornélien, et la je trouve que les paroles d'Elie ont un sens, que son comportement s'explique mieux. Ses paroles prennent plus de sens à mes yeux si on parle de sacrifice et pas juste d'une prise de sang.

    C'est comme ça que je le vois, mais bien sur comme tu dis son expérience avec David l'a profondément marquée.
    Joel lui visiblement ne sait pas que ça représente un choix dur pour Elie. Tout ce qu'il voit, c'est que plus ils approchent des lucioles, plus Elie s'isole, et il veut la revoir comme avant, donc il lui propose d'abandonner.

    Après il y a en effet de l'insouciance de la part d'Elie tout au long du jeu qui contredit le coté grave du sacrifice. C'est à dire qu'elle ne serait pas si insouciante si elle savait ce qui allait lui arriver. C'est tout à fait valable comme point de vue, mais la encore je l'ai ressenti différement. Je crois que c'est juste sa nature, elle est comme ça, après tout c'est qu'une ado, je le voyais plus sur la fin comme une volonté de vivre un peu avant le final. Je dis bien vivre au sens figuré parce que Elie n'a fait que survivre jusque la. Je l'ai sentie parfois un peu lassée de la vie comme Joel. Elle doit s'ennuyer, elle a personne de son âge (c'est pour ça qu'elle s'attache immédiatement à Sam, le jeune noir, assez poignant d'ailleurs quand il lui demande ce qui lui fait peur et qu'il explique que pour lui ça serait d'être conscient si il était infecté) (elle demande aussi à Joel si il pense qu'il y aura des jeunes de son âge chez les lucioles), juste des adultes désabusés, des fanatiques et des maraudeurs autour elle, le monde dans lequel elle vit n'est pas la joie, elle ne doit pas y être attaché tant que ça alors quitter ce monde en accomplissant quelque chose qui lui tient à cœur...

    D'autres choses peuvent changer son comportement aussi.  La crainte que Joël s'éloigne par exemple.

    Je ne crois pas qu'elle ait peur que Joel s'éloigne. Son comportement vis à vis d'elle a déjà changé avant cela, elle sait maintenant que Joel est "attaché", et il lui dit cash que de toutes façons, "quoiqu'il arrive (le nom du chapitre) il ne partira pas sans elle". Elle n'as pas de soucis à se faire de coté la, elle sait que Joel l'aime et je trouve que c'est aussi pour ça qu'elle le pipote (si tant est qu'elle lui mente bien sur) parce qu'elle ne veut pas qu'il sache ce qui va se passer, et elle ne veut pas qu'il essaye de changer ça.

    Je crois vraiment qu'Elie est au courant qu'elle va mourir, et qu'elle le souhaite. Pas parce qu'elle est suicidaire mais pour sauver ce qui peut l'être.

    Va savoir qui a raison ^^

    Au passage, en parlant de David j'ai envie de digresser sur lui.  Je trouve qu'il est aussi bien écrit par les scénaristes que les deux personnages principaux.  J'ai fait le jeu en spectatrice, incapable de m'impliquer dedans en tant que joueuse (rien de neuf, vous connaissez la chanson) et je me suis laissée berner exactement comme Elie lors de leur rencontre.  Je veux dire que quand je l'ai vu il a allumé toutes les alarmes.  Attention, gars pas net droit devant.  Puis je me suis dit que je faisais peut-être un délit de sale gueule, que Naughty Dog lui avait donné un facies de fouine pour faire douter et puis qu'on s'enveuille 20 minutes plus tard quand il se fait bouffer en permettant à Elie de s'échapper.  "Oh pinaise, le pauvre, quand je pense que j'aurais pu le descendre si le jeu le permettait, je suis un monstre."  Sauf que le monstre c'est bel et bien lui au final.  Je t'assure que quand il explique à Elie qu'il la "connait" et que son ton change... bouaaargh.  J'ai tous les poils du corps qui se sont hérissés !

    Moi je me suis laissé berner dès le début, j'admet. Je sais pas si t'y a joué en VF ou en VO mais en VF il a une voix assez douce, rassurante. Je l'ai cru ce batard! Sa sale tête ne me dérangeait pas, ils ont tous un peu des sales trognes de toutes façons, je m'attendais plus à un pétage de cable de la part de Bill par exemple, ou même à une trahison d'Henry (le frère de Sam), mais David m'a eu. D'ailleurs tu a peut être remarqué qu'au fil de la conversation ou on comprend qu'il sait qui est Elie, son regard change. Le David faussement normal regarde partout puis le vrai David à le regard qui se fixe dans le vague, puis sur Elie comme si il essayait de la clouer. C'est un serpent. Oui, il est bien fait de ce coté la.

    Après pour tout le reste, savoir si Joel est un héros ou un salaud, c'est vrai que c'est un peu bête de trancher dans un sens ou dans l'autre. Naughty Dog n'a pas créé de personnages tout d'un bloc ou manichéen, à part Robert au début. Ils ne sont ni tout blancs ni tout noirs.

    Et oui c'est carrément plus facile de faire un choix humaniste bien au chaud chez soi sans y être vraiment confronté. Je me rappelle du topic sur FH dont tu parles. C'est paradoxal pour moi car je demande à Joel de faire un choix courageux et exemplaire, sacrifier sa deuxième fille, alors que moi même je n'aurai pas tenu rien qu'après le prologue. Vivre dans un monde ou je n'ai plus rien, ni famille ni amis ni tout ce que j'aimais faire et pire que tout sans la personne qui compte le plus pour moi, j'aurai baissé les bras direct, je me serai suicidé. Je n'aurai eu aucun courage la dessus car ça n'aurait pas eu de sens, aucune gratification ou raison d'être courageux.

    C'est juste que j'aurai voulu que Joel devienne meilleur et qu'il connaisse la paix en fait.

    j'aurai voulu un happy ending quoi! Parce que je m'étais un peu attaché aux persos. C'est assez beau ce qu'il vit avec Elie même si c'est parcouru de moments terribles. Tuer des personnes innocentes j'ai du mal à approuver. Sa vie d'avant on la connaît pas mais si il a traumatisé son frère je me doute bien qu'il a du se défouler sur des soldats. Peut-être même a t'il été maraudeur lui même, vu qu'il dit à Elie qu'il a repéré tout de suite le piège quand ils sont en voiture vu qu'il a déjà été de l'autre coté de la barrière, il a déjà fait des pièges à la pitié. Mais oui c'est facile de dire ça sans le vivre. Je n'ose même pas imaginer ce que ça doit faire d'être confronté à ce choix, ça me rendrait mal à l'aise si j'y pensais sérieusement. Pour tout ça et à la fin surtout pour Elie, je n'approuve pas son choix final, sans pour autant trop le juger. Et je me projette trop loin en imaginant que sa relation avec Elie est désormais corrompue et vouée à disparaître, c'est pour ça que je trouve la fin tragique. Pour moi c'est quand même une fin moche, une petite tragédie Grecque, il a fait tout ça pour rien, il va perdre l'affection d'Elie (on en sait rien, je sais) mais même à la fin est ce que c'est vraiment Elie?

    Il la sauve, mais il la perd quand même. Et en plus il y a un coté il perd ce qui lui restait d'âme pour ça. J'aurai voulu qu'il sauve les autres Sam et Henry qui restent dans ce monde, les autres Elie. J'aurai voulu qu'il soit vraiment apaisé, qu'il sauve son âme.

    Elle n'est plus du tout comme avant, ce n'est plus trop Elie, je sais pas si c'est vraiment ce qu'il voulait. Leur nouvelle vie ne démarre pas bien. Pourtant il voulait retrouver l'Elie d'avant, insouciante, joyeuse, qui parle, qui siffle, qui blague (Ca m'a fait sourire quand elle feuillette le magazine porno de Bill et qu'elle lui demande pourquoi les pages sont collées, et quand Joel est géné elle lui dit qu'elle se fout de sa gueule.)

    Il a fait tout ça pour vivre heureux avec Elie, et la fin me suggère qu'ils ne seront plus jamais heureux, qu'il y a quelque chose de cassé entre eux, elle ne lui fait plus confiance, le ver est déjà dans le fuit. C'est pour ça que je trouvais que la scène des girafes est leur dernier bon moment dans leur vie à deux. C'est la dernière fois qu'on voit Elie contente.

    Il sauve Elie et pourtant il l'a perdue. Je l'ai ressenti comme ça.

    D'ailleurs, si on cesse de se mettre à la place de Joel pour comprendre son choix et qu'on se met à la place d'Elie, qu'est ce qui se passe?

    Qu'elle soit au courant ou pas de sa mort programmée par les lucioles, on est d'accord pour dire qu'elle est en tous cas prête à mourir pour sa cause.

    Donc imagine maintenant que tu découvre que ton père adoptif, que tu aime sincèrement, a tué dans l'œuf le dernier espoir de l'humanité, ce qui était ta raison d'être. Est ce que ton avis sur Joel ne changerait pas, en tant qu'Elie? Ok tu comprendrais les raisons qui l'ont poussé à faire ça, mais est ce que tu le pardonnerais? Si Elie apprend la vérité, ou si elle le sent déjà, je ne la vois pas considérer Joel comme elle l'a fait jusqu'à présent, je la vois considérer Joel comme un monstre d'égoïsme, quelqu'un qu'elle ne peut plus aimer parce qu'il serait passé dans le camp des méchants. Je ne la vois pas continuer et supporter un tel fardeau, ça la travaillerait trop.

    Qu'elle réalise ou pas le mensonge de Joel, leur relation est foutue à mes yeux. Joel ne retrouvera jamais la vraie Elie au mieux, au pire il la perdra pour de bon.

    Des fois on entend que les gens hésitent à faire des enfants en période de crise parce qu'ils ne veulent pas qu'ils grandissent dans un monde comme ça, que çe serait "criminel" de le leur imposer. Joel il choisit à la place d'Elie, il lui laisse un monde dont elle ne veut plus et il lui enlève sa raison de vivre. Marlène le menace un peu la dessus, combien de temps avant qu'elle soit tuée, violée, déchiquetée par un infecté? A la fin on dirait qu'Elie n'a plus vraiment envie de vivre.

    Un truc qui aurait été énorme c'est qu'il y ait deux fins, et qu'on nous laisse la possibilité de choisir ce qu'on veut faire ! Mais alors il n'y aurait plus du tout d'ambiguïté, c'est ptete mieux comme ça finalement, une fin unique.

    En tous cas merci de ton avis. J'aime bien parler des non dits dans les jeux, films et livres que j'aime. C'est comme disgresser sur Childs à la fin de The Thing, je prouve que dalle mais je découvre d'autres points de vue, c'est intéréssant.

    Pour Silent Hill, je m'y mettrais peut-être, un jour. Mais hey, si tu as survécu à The Last of Us, tu peux survivre à Silent Hill. Ce n'est pas la série la plus flippante qui existe. C'est une peur différente, bizarre et malsaine, mais tu pourrais les faire sans lacher la manette je crois. Pour le coup, tu comprendrais l'univers de la série bien mieux qu'avec un topic. Si j'aime autant la plupart des Silent Hill, ce n'est pas parce qu'ils peuvent faire peur, mais parce qu'ils générent des émotions un peu comme la fin de TLOU. A la base certains Silent Hill, ce sont des histoires d'amour si fortes que ça en torture le personnage principal. Alex d'Homecoming m'a touché aussi, le rejet très dur qu'il subit de la part de ses parents au profit de son petit frère, toutes les excuses qu'il leur trouve...

    Franchement, n'attends pas mon topic, et même n'en lis aucun de personne. Joues-y, vis les jeux !


    J'ai édité quelques trucs. Ah au fait, dans ton post tu devrais mettre mon quote en spoiler pour ceux qui l'ont pas encore fini.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Ju le Jeu 1 Aoû - 14:10

    C't'excuse pour pas écrire !  Ha !

    Non je rigole.  Mais il serait d'autant plus précieux ce dossier que j'aime bien ta façon d'écrire (On dirait que tu écris tes pensées mot pour mot, en tout cas c'est ce que je ressens en te lisant) et que je serais incapable de faire un Silent Hill.  Jamais.  Raventruc dans Half-Life c'était déjà au-dessus de mes forces.  Pour TLOU il m'est arrivé d'avoir la manette en main régulièrement mais pas toujours.  J'ai du faire appel à mon joker, esclave sexuel, porteur de sacs et installateur d'ordinateur pour passer les parties flippantes.

    Je pense notamment au passage de
    Spoiler:
    la cave inondée avec le super-infecté qui déboule une fois le générateur allumé.
     La flippe.  Jouer à cache cache avec les humains ça passe encore mais les ambiances dark travaillées alors là, non.
    Avec le lance-flamme en main c'était nettement plus facile par contre :p

    Je reste sur ma position quant à
    Spoiler:

    Elie ignorante de ce qui l'attend réellement une fois chez les Lucioles.  Trop de choses me font dire qu'il s'agit d'un objectif important pour elle mais pas une fin en soi.  Il y a apprendre à nager et jouer de la guitare après.  Et je n'ai pas du tout l'impression qu'elle caresse Joël dans le sens du poil en disant cela.  Sa seule crise provient quand elle réalise qu'après tout Joël ne voit dans les survivants du barrage qu'un moyen de mettre un terme à sa responsabilité.  Je pense qu'elle se sauve plus en réaction à chaud que pour atteindre l'objectif Lucioles quoi qu'il arrive.  Elle fait la gueule à Joël comme toute bonne ado qui se respecte quoi.


    A ce propos ses dialogues avec/sur Bill sont géniaux.  A mourir de rire.

    Et j'ai regardé le jeu en VOSTFR.  Si j'entends un perso crier "claqueur" je m'évanouis je crois.
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Bluipiah le Ven 2 Aoû - 14:59

    On avait pensé à un moment à faire ce topic Silent Hill à deux avec Pulsar vu qu'il est très fan aussi. Je sais pas comment on aurait réparties les tâches ni même comment on l'aurait présenté, un post chacun ou tout mélangé, ou alors un post avec le lettrage qui change pour savoir qui parle ou une idée qui me plaisait aussi: ne pas savoir qui parle pour avoir plusieurs interprétations contradictoires sur un même truc et donner au topic un coté schizophrène à l'image de certains persos de la série. Il faudra que je le recontacte.

    Moi aussi je reste sur ma position pour Elie. Le premier qui bouge a perdu.

    Et oui la séquence flippante dont tu parles c'est celle que j'ai mentionnée, l'hôtel, avec les lumières qui déconnent et le colosse qui oblige à changer de chemin, on est tout désorienté et il y a trop d'infectés pour tous se les faire. Ca fait son petit effet.
    J'ai bien aimé aussi quand

    Spoiler:
    Joel et Sam se retrouvent séparés d'Henry et Elie dans les égouts qui servaient de cachettes à des familles, et que les infectés courent dans tous les sens mais qu'on sait pas si on est repéré ou non, la configuration des lieux avec tous les angles morts et le fait qu'on soit sous terre donne un coté claustro et étouffant et les infectés poussent des cris de plus en plus inhumains, on dirait qu'ils sont épuisés comme si ils souffraient tout le temps, ils halètent entre leurs hurlements, ça rend le joueur tout tendu même quand on est pas repéré. Prenant. Avec la blague pas drôle quand on sort du niveau "Attention, infectés à l'intérieur" taggé sur le mur.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Ju le Ven 2 Aoû - 18:26

    C'est vrai que c'était bien trouvé comme trait d'esprit ironique !

    Et le malaise en étant plus avec Elie, olala.  Encore un passage que je n'aurais pas pu faire moi-même.  Pour l'anecdote mon joueur privé s'est un peu énervé dans cette partie.  Juste après la séparation quand Joël se retrouve dans une espère d'arène avec Sam et tous les infectés.  La pièce école/toilettes/douches.  Dès le début du niveau il y a une espèce de niche sur la droite dans laquelle on peut grimper et ramasser un truc.  Sauf qu'il y a un runner en faction en face et qu'il s'est fait boulotté trois fois sans comprendre d'où il venait.

    La situation s'est débloquée quand il est parti tout droit... et a fait un usage intensif de l'arme récemment trouvée.
    avatar
    Prok'
    Wanderer

    Balance Messages : 986
    Date d'inscription : 18/07/2011
    Age : 30

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Prok' le Sam 3 Aoû - 19:05

    Fallait que Blui' se pointe pendant que je dansais nue sur une plage en Uruguay.  Bravo.


    Non mais les photos quoi merde Sad 


    /lolol
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Ju le Sam 3 Aoû - 20:03

    Haha.  C'est arrivé une fois que je me retrouve à poil avec la bouteille de... ?  Mais ça caille pour le moment là-bas, ça n'a pas duré longtemps.  L'alcool ça tient chaud mais y a des limites xD
    avatar
    Prok'
    Wanderer

    Balance Messages : 986
    Date d'inscription : 18/07/2011
    Age : 30

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Prok' le Sam 3 Aoû - 20:45

    Tu m'étonnes Very Happy

    Contenu sponsorisé

    Re: The Last of us et un tout petit peu Tomb Raider (reboot)

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû - 21:46