Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    The Road, les ET

    Partagez
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    The Road, les ET

    Message par Sunderland le Ven 8 Fév - 17:08

    Salut tous,

    Bon, je ne cherche pas à présenter le livre, ni son adaptation cinématographique. Je veux juste savoir qui l'a lu, et si oui, en quelle langue.

    Je m'explique, j'ai hésité entre quelques livres post-apo, comme Metro 2033, I Am Legend et The Road. Une amie qu'est du style grosse lectrice m'a conseillé The Road (mais je crois qu'elle n'a pas lu Metro 2033). Qu'importe, je suis le genre de personne qui a beaucoup de mal à prendre une décision quand j'ai plusieurs choix devant. J'ai suivi son conseil -et puis je suis réticent à l'idée de voir le film à cause de l'acteur qui joue le petit garçon, que j'ai envie de maltraiter. Ca me permet donc de connaître l'histoire-.
    Et pour le moment je suis au début, dans les premières pages. Et un fait me frappe un peu. Merde, y'a pleins de répétitions ! Surtout pour ce qui est des "et". Y'a aussi les prises de paroles sans guillemets et dont la différenciation se fait par des sauts de lignes, mais je suppose que là c'est l'aspect d'une genre.
    Enfin, c'est surtout les répétitions qui m'ont choqués et semblé étranges.
    Je me suis dit que là aussi c'est le style de l'auteur... Mais après coup je me demande si ce n'est pas à cause du traducteur.
    Perso je ne suis pas habitué à ce genre de façon d'écrire ! D'ailleurs le "et" est un peu LE mot à éviter d'écrire trop de fois.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Road, les ET

    Message par Ju le Ven 8 Fév - 17:51

    Pas lu, juste vu.

    Par contre j'ai lu les Metro (car il y en a deux: 2033 et 2034) qui ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable. C'est pas mauvais mais on reste sur sa faim. The Road est un bon film post-apo qui a une atmosphère bien rendue, tu devrais passer outre tes désirs... de maltraitance (??) et le regarder.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Road, les ET

    Message par Sunderland le Ven 8 Fév - 21:30

    J'aime pas sa tronche. Ça doit sûrement être physique / chimique. Et si en plus là il joue le rôle d'un petit garçon faiblard... Bref.

    Depuis que j'ai découvert les jeux vidéos Fallout, quand je vois un univers post-apo, j'ai envie de voir du mutant, pas juste des fous furieux cannibales. Dans Metro je crois qu'il y a des créatures mutantes d'ailleurs. Même chose pour I Am Legend.

    Enfin bon, je vais faire confiances aux conseils que l'on me donne. Du coup ça va être livre + film.

    Mais franchement le livre, même s'il y a du bon, narrativement je le trouve étrange. Il n'y a même pas de chapitres pour s'y retrouver, et trop de fois on passe d'un élément à un autre sans crier garde, que qui porte à confusion. Et pas comme Les Fourmis de Werber qui nous joue un jeu similaire pour que l'on confonde les humains et fourmis. Et puis même des fois la significations des phrases peut sembler vraiment bizarre.

    Merci quand même pour la réponse, mais je réalise d'un coup en toute logique qu'il est vraiment peu probable qu'un membre du forum l'ait lit là Laughing
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Road, les ET

    Message par Ju le Ven 8 Fév - 22:08

    Comment on peut se planter entre "Julie" et "603.683" ? -_-

    Metro n'a rien à voir avec les jeux du même nom d'après ce que j'ai pu voir. Il y a certes des bestioles mais c'est à peine si elles sont mentionnées alors que visiblement dans le jeu on passe son temps à massacrer (se faire massacrer ?) par des trucs pas bô. L'ennemi dans Metro c'est l'être humain et sa nature humain.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Road, les ET

    Message par Sunderland le Sam 9 Fév - 11:10

    [quote="Ju']Comment on peut se planter entre "Julie" et "603.683" ? -_- [/quote]

    Bonne question... j'ai cherché un moment si quelle gaffe j'aurai pu commettre Laughing

    Ju' a écrit:L'ennemi dans Metro c'est l'être humain et sa nature humain.

    Encore ! Bon ben ciao Metro. Ils sont pas facile à trouver, mes pauv' mutants Sad. Ni même les radiés d'ailleurs !
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Road, les ET

    Message par Ju le Sam 9 Fév - 11:40

    Y a aussi des phénomènes inexpliqués dans Metro. Et quelques accrochages avec des trucs pas trop humain comme des bestioles ayant mutées. Mais la menace principale vient clairement des rouges et des fascistes qui se font la guerre entre stations etc.

    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Road, les ET

    Message par Sunderland le Sam 9 Fév - 18:29

    Je suis plus facilement attiré par la science fiction et la fantastique -mêlé à l'horreur-. Les œuvres post-apo comme The Road n'ont pas forcément ces éléments-là. Dans un style assez proche, et même si c'est un aspect plutôt mince, Waterworld l'avait cet aspect. Le héros en lui-même est un mutant (bon ok, il fait juste un peu poisson sur les bords), mais on voit aussi une espèce de bestiole géante qui essai de le bouffer quand il fait sa petite partie de pêche au corps humain.
    Des bestioles ayant mutés, je trouve ça vachement intéressant moi :p. Dommage qu'il y en ait peu dans Metro.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Road, les ET

    Message par Ju le Sam 9 Fév - 18:59

    Essaye peut-être Ilium et sa suite de Dan Simmons. C'est pas du post-apo en plein mais y a un mélange de SF et de fantastique, voir d'horreur.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Road, les ET

    Message par Sunderland le Sam 9 Fév - 20:20

    Vous avez un sacré trip avec Simmons ici. J'ai essayé Terreur. Mais bordel, je ne suis pas arrivé à dégager les cinquante premières pages. Je m'ennuie trop et au bout d'un moment je laisse tomber. Sûrement la description de la situation et du lieu qui est trop grande. Le thème, l'intrigue et même les axes doivent prendre un sacré temps à se mettre en place je suppose.

    Pour le moment je dois me faire The Road, pis Le Livre de la Mort d'anonyme, et ensuite du King que m'a conseillé une amie je crois. D'ailleurs j'aurai dû noter le titre... Et il y a aussi l'autre livre de Simmons dont Moira a parlé, et comme quoi elle en aurait trouvé ses nuits agité à cause de.
    Mais j'vais checker le Illium aussi, donc. Merci !
    avatar
    Prok'
    Wanderer

    Balance Messages : 986
    Date d'inscription : 18/07/2011
    Age : 30

    Re: The Road, les ET

    Message par Prok' le Dim 10 Fév - 14:40

    Post apo en bouquins ? tu vas difficilement trouver du mutant et autres pour ça vaut mieux taper dans la Dark Fantasy, mais bien plus des oeuvres sur l'homme qui se bat contre l'homme généralement, dans un contexte de survie assez extrême.

    Essaie Stalker des frères Strougatski, c'est excellent, assez étrange mais comme pour Metro même si y'a tout un contexte paranormal donné par l'histoire, ça parle surtout de la bêtise humaine
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Road, les ET

    Message par Sunderland le Dim 10 Fév - 23:44

    Depuis que j'ai joué à Fallout 3 j'ai... je ne me souviens plus de la traduction française. En anglais on dit "a crush" je crois . Bref j'ai un crush sur les mutants et les goules.

    Cinématographiquement les mutants sont des éléments assez populaires dans des œuvres dans lesquelles l'être humain a été un peu trop loin avec le science, ou en a fait des conneries D'ailleurs on peut à présent extérioriser les vampires, les zombies et dégénérés comme mutants.
    Leurs mutations étant en règle général du fait de facteurs environnementaux chimiques, physiques ou biologiques sévères. Les agents mutagènes sont donc logiquement d'origines virales -RE, I Am Legend, Daybreakers aussi je crois- ou radioactives -La Colline a des Yeux-. Après on peut avoir quelques rares cas de ces agents à cause de produits toxiques -Planet Terror, ou d'autres films bien série B ou Z- par exemple.

    Mais je suis fichtrement tombé sous le charme de l’intérêt des super mutants de la saga Fallout, qui sont à la base des
    Spoiler:
    êtres humains radiés à un degré très précis et se développant étrangement en cause d'expériences scientifiques
    . Et je suis presque attristé de voir que ces genres de mutants là sont au final très peu populaires.

    Et ton Stalker semble drôlement appétissant ! Au vu du résumé, ça m'a fait penser à Fringe et Bioshock, bien qu'il n'y ait aucun extra terrestres dans les deux :p
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: The Road, les ET

    Message par Ju le Lun 11 Fév - 0:08

    Un coup de foudre.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Road, les ET

    Message par Sunderland le Mar 12 Fév - 21:23

    Tiens, j'ai voulu signifier ça Laughing ? Marrant.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: The Road, les ET

    Message par Sunderland le Ven 15 Fév - 12:54

    The Road le livre, fini. Ben plutôt triste dans le genre. Sinon, j'ai un peu de mal avec cette structure écrite nouvelle génération.
    Pas de chapitres, une ponctuation étrange (il y a seulement des points, points interrogations et virgules je crois) un genre de chronique vachement longue. Et finalement, son trip des "et", qui est au final un style d'écriture, mais peut être aussi un raccourcis que l'on fait passer pour un style (Et il pris son sac, et il fit une dernière fois le tour du magasin, et il regarda le petit une dernière fois avec désolation, et il se mit en marche...). Bref, j'adhère pas très bien.
    Ca a vraiment une face réaliste, mais c'est ce qui cause l'ennui. Parce que tout le bouquin est centré sur deux et uniques personnages. Lorsqu'il y a des apparitions, peut être 4 ou 5, d'autres êtres vivants, ça ne dure rarement que plus de quelques pages.
    Du coup, pas vraiment d'intrigue, juste un genre de chronique avec une assez chiante habitude à faire apparaître des paragraphes où il y a un questionnement. Ou encore lorsque tout d'un coup une longue description en accord à une métaphore déprimante arrive et d'où on peut se demander de quoi l'auteur est en train de parler, dans le sens où on dirait qu'il écrit un paragraphe pour faire plus de pages et combler le livre puisque que ça semble être du "parler pour ne rien dire". A la limite de l’interrogation philosophique inutile.

    Mais j'ai apprécié, ça a carrément empiéter sur mon temps que je consacre au cinéma et aux séries, ce qui montre que ça a capté mon attention. Par contre, des fois, on peut se demander si les actions des persos sont-elles réellement logique. Le but des deux compères, c'est d'aller vers le SUD. Rien d'autre, voyez le problème ? Y'a pas vraiment de "plan". Et quand, presque en plein hiver alors qu'ils sont près à crever dans le froid, ils trouvent un abris anti-nucléaire, un putain d'havre de paix ! Pleins de provisions, deux lits, de l'eau, système de chaufferie, toilettes chimiques etc, de quoi vivre peut être plus d'un an dans un confort digne de la classe social supérieur et riche d'un monde post apo. Et qu'est ce qu'ils font ? Ils le quittent après quelques jours comme quoi ça pourrait être dangereux si un fou dangereux venait à voir la porte... Ouiii bien sûûûr. Logique ! Tu risques ta vie chaque jour dans le froid, avec des tarés cannibales qui parcourent les routes, sans réel but, crevant de faim probablement un jour sur deux et ne comptant que sur le hasard pour te trouver des boites de conserves, dans des baraques et villes quasiment réduites en cendres et déjà dévalisés, qui n'auraient pas tirés leurs révérences. Mais quand tu trouves un abris protégé de tout ce merdier, tu ne te dis que qu'il faudrait juste faire en sorte de trouver un moyen astucieux pour cacher la porte qui y mène alors qu'elle le trouve à plat, dans le sol ?

    Je devrais me faire le film sous peu. Mais j'en parlerai plutôt en section cinéma, qui prend la poussière, là.

    Je suppose que j’adhérerais encore moins Requiem for a Dream avec son absence totale de ponctuation dans tout le roman. Vu la gueule du film, le roman doit être encore plus barré Laughing

    Contenu sponsorisé

    Re: The Road, les ET

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin - 5:27