Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    Kotoura~san : tragi-comédie nipponne

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Kotoura~san : tragi-comédie nipponne

    Message par Giromu le Mar 22 Jan - 18:21

    Attention, gros coup de cœur pour cette série qui a passé le deuxième épisode !

    Un opening excellent
    http://www.youtube.com/watch?v=QfwY8TP23IM

    Bon ending, qui résume bien la série
    http://www.youtube.com/watch?v=sQBRlRVVJSo

    J’ai rarement vu un épisode 1 aussi parfait et le 2 confirme la bonne impression.

    Kotoura naît avec un don qui est aussi sa malédiction : contrairement à ses camarades, elle peut lire les pensées des gens !

    Ce don étonne tout le monde et lui permet de gagner à shi-fu-mi (pierre feuilles ciseaux) ou de prévoir les réactions de ses camarades. Problème : de nature très franche et naïve, elle met tout le monde mal à l’aise en confondant ce que pensent les gens et ce qu’ils disent, en révélant par exemple qui est amoureux de qui comme si cela avait été dit à haute voix.


    La pôôôvre!:furious:

    Ses parents s’inquiètent mais son père se lave bien vite les mains de la question. Sa mère a beau courir les médecins, personne ne voit que la petite a un don et ils ne voient que les problèmes que cela crée en société. En effet, les gens refusent de constater que leurs secrets sont réels en public et préfèrent accuser notre héroïne d’être une menteuse pathologique.


    Les médecins ne trouvent rien.

    Son père ayant disparu avec une autre femme et sa mère l’ayant abandonnée, notre gentille héroïne est élevée par son grand-père maternel, veuf. Constatant que ses dons la condamnent à perdre ses amis un par un, elle décide de s’enfermer dans une forteresse de solitude après avoir changé d’école. Mais c’est sans compter son voisin de table, un jeune garçon éminemment sympathique qui en tombe amoureux et décide de la soutenir en toute circonstance.

    Faisant fi de son don, il la fréquente et se lie d’amitié avec elle qui est rejetée de toute la classe à cause de son comportement volontairement asocial.


    Kotoura et Manabe


    La seule inquiétude de notre héros est qu’elle le déteste à cause de son imagination débridée qui la met involontairement en scène dans des situations sexy qui la mettent mal à l’aise ! Kotoura en fait relativement fi, trop heureuse d’avoir un ami qui l’accepte tel qu’elle est.

    Ceci n’est pas du goût de sa rivale amoureuse malheureuse, Moritani, une fille plutôt gentille qui a des vues sur le héros mais est prête à jouer les pestes pour parvenir à ses fins.


    Moritani, pas si méchante que ça.

    Kotoura peut également compter sur le soutien des gens du club d’études des phénomènes paranormaux, dont éminemment sympathique vice-présidente veut réhabiliter le souvenir de sa mère, une medium clairvoyante qui aidait la police et s’est suicidée à cause de rumeurs l’accusant de charlatanisme…


    Mifune, la vice-présidente à qui on ne dit pas non!


    X men meets Transparent

    Il y’a un peu de ces deux séries dans ce petit bijou d’humour et de justesse qu’est Kotoura~san.

    Adapté d’un manga yon koma (gags en 4 cases), cette série étonne par sa finesse, son intelligence et son empathie.

    On retrouve les codes classiques du kawai et du moe chers aux Japonais (notamment dans l’apparence de la charmante héroïne et dans les rêveries sexy de notre héros) habilement mis en scène au service d’une histoire somme toute dramatique qui ne déparerait pas dans le monde Marvel (une jeune mutante découvre ses pouvoirs et peine à les maîtriser mais n’est pas repérée par les X men et doit vivre avec) ou dans le manga Transparent (à ceci près que la situation est inversée).

    La grande force de la série est sa capacité à jouer l’humour et le drame en même temps, en montrant comment une seule personne peut changer la vie d’une autre. Car c’est bien l’absence de préjugés de notre héros et son insistance à épauler notre héroïne, au départ contre sa volonté, qui vont changer sa vie.

    Le couple de héros est éminemment crédible et doublé avec talent. Impossible de ne pas être ému par les malheurs de l’une et l’optimisme de l’autre !

    Perso, cette série qui touche très juste m’a mis la larme à l’œil par moments.

    Le fait qu’elle soit adaptée d’un yon koma pourrait faire craindre une série à sketchs type Lucky star ou plus proche de nous, Acchi kocchi (cette dernière série étant du même studio), format qui ne serait pas forcément adapté au propos. Heureusement, il n’en est rien.


    Cherchez l'intrus...

    Kotoura~san est d’une narration aussi fluide que n’importe quelle série « classique » et il a fallu que j’aille sur my anime list pour voir que le manga d’origine était un yon koma, c’est dire !


    Je n’ai pas encore vu beaucoup des séries lancées en janvier de cette année mais le coup de cœur a été immédiat, dès les premières minutes, pour celle-ci.

    Une série brillante, à voir absolument.


    17/20
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Kotoura~san : tragi-comédie nipponne

    Message par Giromu le Jeu 14 Fév - 5:51

    Darry, un blogueur américain que je lis depuis 2007, a tout compris à la série et à son intérêt.


    wait, what? kotoura-san?

    My opinion of Kotoura-san has changed.

    I think romantic comedy anime can only go as far as the male lead as nothing is quite as soul crushing as having someone like Shinji Ikari or Tomonori Iwaki as the focus of the haremettes attention. For most harem shows, because there is a wide variety of female characters, it isn’t as devastating to have a bad female lead, but it’s nearly impossible to recover because of a poor male lead. Manabe? He’s excellent. It’s rare to see a male lead (a) honest with himself (b) genuinely good guy (c) man it up when he needs to. He is a refreshing choice for a male lead, and he is definitely a billion times more interesting of a character than poor Mochisou.

    (Manabe should have been the hero for Maoyuu. I can’t imagine him leaving poor Demon King alone for a whole fucking year because he’s too spineless to meet her. He’s a white knight personality, and he’ll find a use for useless meat.)

    And Manabe just gets it. He does all he can to protect Kotoura, and he always tries to use humor to diffuse situations. If we replaced any average male lead in any crappy anime with Manabe, that show would get better. Kono Naka ni Hitori, Imouto ga Iru!, I’m looking at you. Still, despite how wonderful Manabe is to Kotoura, the show manages to keep romcom potential because Kotoura is deftly afraid of being close to anyone. So the show ends up being how Manabe can get closer to her and whittle down her defenses like how General Grant whittled down the defenses at Vicksburg.

    There’s just the right balance of seriousness and slapstick. For a romantic comedy, it is not easy balancing the two, but Kotoura-san does it and does it well. The slapstick moments (like this one) are perfectly timed, and they’re quite funny. Characters seem to do what you would expect in a generic romcom, but they take it a step further. Like here, Mifune playfully grabs onto Kotoura, and you’re thinking, “Oh, she captured her.” Then Mifune throws down Kotoura as if this were Million Dollar Man going up against Randy Savage. Of course, this all happens right after a very sweet yet not so sweet scene between Kotoura and Manabe.

    All the characters, except Manabe and Kotoura, are bat shit insane and broken to some degree. The president has some childhood trauma. The vice-president has a dark sense of humor. The kung-fu girl feels like a character from Melrose Place. And, really, we’re just waiting for the shoe to drop on Manabe or Kotoura. I’m not ruling anything out. Kotoura could re-enact nice boat, Watanagashi-hen, and Beyonce’s halftime show before this show is all over. But romcoms need a supporting cast to stretch shows out to a full 13 episodes, and Kotoura’s doesn’t disappoint.

    (Okay, poor Hiyori feels more like a generic villain from Great Teacher Onizuka, but is that really a bad thing? Miyabi Aizawa is a premiere villain. And Urumi…)

    Half of this show is watching hope and happiness build up for Kotoura and then seeing it ripped out from under her. I don’t think the show will continue like that, but it did make more interesting stories. It was just enough to hook me, and now I feel too emotionally vested in the characters to not continue watching… damn you better than average writing. This is how you start an anime series, which is the exact opposite of how Da Capo III, Amensia, Vividred, and others started.

    One thing I wonder about Kotoura is if she can tell if someone is speaking or if someone is thinking. Generally, in other fiction, people who have this power can tell if the person is thinking something or speaking something, which lets them to better hide their power. Kotoura, though, either doesn’t have this capability or the ability to filter what she says, thus exposing her powers. It’s interesting. I can definitely see how this power can be confusing especially if one can’t see someone’s lips. You don’t know if they said it or thought it. I just find it interesting because mind-reading characters are usually portrayed as people who can instantaneous discern if a thought is spoken or thought.

    My biggest complaint now about this show? Manabe’s perverted fantasies aren’t perverted enough. Dude, it’s 2013. Who cares if you want to spank Kotoura or want to take a bubble bath with her? It’s lame. Ali Larter tempted Van Der Beek with a cream sandwich was tame for 1999… and it’s 2013 now. You either want more perverted fantasies or go the other way and have super lame fantasies a la Hosaka. But wanting to spank Kotoura? What are you? A Catholic priest?

    http://blogsuki.com/archives/2013/02/10/6196/#more-6196

      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 17:38