Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [Comics] Adam Warlock et Thanos

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2611
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [Comics] Adam Warlock et Thanos

    Message par Giromu le Lun 17 Sep - 19:01

    L’univers Marvel est bien connu pour ce qui se passe sur sa terre 616 et les autres mais souvent moins pour ce qui se passe dans le même univers.
    Le travail de Jim Starlin, des années 70 aux années 2000 est pourtant remarquable et mérite une découverte approfondie, par la richesse de ses idées et son très impressionnant graphisme, bien qu’il abandonne ce pan de son travail après les années 70 (c’est bien dommage).



    Essential Warlock condense en un énorme volume VO toutes les aventures de ce personnage charismatique peu connu, du moment où il fut renommé Adam Warlock (1972) jusqu’à sa mort en 1977 contre Thanos.

    Il ressuscitera dans les années 90 dans les pages du célèbre Infinity Gauntlet (« le défi de Thanos » chez Semic, « le gant d’infini » chez Panini. Je me trompe peut-être mais « gauntlet », c’est plutôt « gantelet » en VF, non ? Comme la pièce d’armure ?).
    Manquent seulement à l’appel dans ce volume ses combats contre les fantastiques et Thor sous le nom de Him (« Lui ») dans les années 60. Il est apparu sous ce nom dans 5 numéros des FF et de Thor en tout et pour tout entre 1967 (première apparition) et 1969 (dernière apparition avant sa reprise en mains par Thomas).

    Him est un surhomme crée par des scientifiques terriens avides de pouvoir dans un endroit isolé appelé « Bee Hive » (la ruche). Crée pour être parfait, celui-ci va se rebeller contre ses créateurs, dont il perçoit les intensions funestes.
    Cet être surpuissant mais incompris finit par se replier dans un cocon dérivant dans l’espace, personnage mineur laissé à l’abandon. A l’époque, il est seulement vêtu d’un super slip.


    Him et son super slip contre Thor. Il veut lui chourer sa copine!

    Ses pouvoirs sont alors considérables : il est aussi fort que Thor, peut voler et manipuler l’énergie cosmique ainsi que créer un cocon pour s’y régénérer. Il est également très rapide, agile et endurant.

    Arrive Roy Thomas qui lui fait rencontrer en avril 1972 dans les pages de Marvel premiere 1 un nouveau venu de l’époque, High evolutionary (le maître de l’évolution), un chercheur en génétique ayant accédé au statut de dieu. Celui-ci lui raconte son dilemme : ayant crée une réplique de la terre, counter-earth (« la contre-terre »), à égale distance du soleil que l’originelle et cachée par l’orbe céleste, il avait pour but de créer humanité soit moralement parfaite, ne connaissant pas les guerres et les péchés qui sont notre lot.


    Le maître de l'évolution fut un mortel mais il a bien changé!

    Or, il s’est aperçu avec horreur qu’un loup qu’il avait fait évoluer jusqu’à une forme humanoïde a échappé à son contrôle. Concentré de haine, particulièrement à l’égard de son créateur, à cause de la nature féroce de la bête dont il est issu (SIC, on doit pas connaître les mêmes loups), celui-ci a entrepris de mettre sa grande intelligence à contribution afin de pervertir l’humanité et la contre-terre si parfaite sous le nom de « Man-beast » (« l’homme-bête »). Avec l’aide d’autres animaux évolués, les Neo men, il a fait en sorte d’empêcher l’existence des super-héros que nous connaissons : Fatalis est un brillant chercheur au service des Etats-Unis, collaborateur du docteur Richards, Peter Parker est mort à cause de la morsure radioactive de l’araignée…


    Man beast attaque en traitre High evolutionary.

    La contre- terre sans super pouvoirs est donc à la merci de l’homme-bête et de ses alliés, ce qui a provoqué à regret la décision chez le maître de l’évolution de la détruire, afin d’empêcher sa corruption totale.
    Him lui explique qu’il peut sauver la contre-terre. Le maître finit par se laisser fléchir mais le prévient qu’il observera ses actes afin de juger si celle-ci doit être détruite ou non.


    Le maître et un neo man.

    Warlock sort de son cocon et s’incarne à nouveau sous une forme humaine. Cette fois-ci, il est vêtu de bracelets d’or et d’une tunique courte sans manches et jambes nues typique des comics des années 70.
    Sorti prématurément de son cocon, il a perdu un grand nombre de ses pouvoirs en tant que Him mais reste clairement un surhomme.


    Un nouveau look pour les seventies

    Lui confiant une mystérieuse gemme, High evolutionary l’envoie sur cette Terre et le surnomme Warlock (« le sorcier ») car c’est ainsi qu’il sera perçu par l’humanité avec ses dons divins et son apparence angélique.
    La gemme lui permet de léviter et de faire « dévoluer » les neo-men à leurs animaux de base.

    Le problème est qu’il oublie sa mission après avoir été envoyé sur Terre et ne se souvient que du surnom qui lui a été donné juste avant.
    Recueilli par un groupe de jeunes gens qui pensent que Warlock est son nom de famille et lui demandent son prénom, il sera baptisé par une des jeunes filles Adam, car il est visiblement le premier d’une nouvelle espèce.


    Jésus contre le tentateur!

    Tout au long des épisodes de Roy Thomas puis de Rich Buckler, assistés de bons dessinateurs comme Gil Kane et d’autres beaucoup plus moyens et oubliés, Warlock sera le champion de la contre-terre, affrontant d’abord Man-beast et ses troupes séparément, puis la peur de l’humanité à son égard, notamment celle du Président des Etats-Unis fraichement élu.

    Les aventures de ce personnage seul contre tous qui retrouve peu à peu la mémoire et doit sauver l’humanité de la corruption mais aussi d’elle-même sont plaisantes à lire, mais tout le potentiel du personnage n’est pas exploité.

    L’intrigue est très classique et répétitive : le synopsis de base est excellent cependant et reprend l’aspect messianique de super-héros comme Superman :
    Warlock sera confronté à la tentation, à la trahison de ses disciples et se sacrifiera pour le bien de l’humanité avant de ressusciter. Ce personnage est très christique !


    Le christ spatial et ses jeunes disciples.

    Cet aspect religieux se retrouve dans ses nombreuses conversations télépathiques avec le distant High Evolutionary, qu’il doit souvent convaincre de ne pas détruire la contre-terre malgré la corruption qui y règne.
    Là où Warlock est très intéressant, c’est dans le fait qu’il échoue souvent à sauver ses fidèles et ceux qui croient en lui, le rendant plus humain et souvent en proie au doute, presque un messie maudit (situation que reprendra Jim Starlin plus tard).

    On retrouve également le diptyque souvent exploité Bien/beauté parfaite contre Mal/difformité dont parlait si bien Samuel L. Jackson dans Incassable et la trahison des élites post scandale du Watergate touche les figures d’autorité comme le Président dont Warlock voit l’ascension, mais aussi les parents haut placés de ses jeunes acolytes, qui préfèrent le prestige et le statu quo aux rêves idéalistes de leurs enfants.
    L’histoire sera conclue dans les pages d’Incredible Hulk en 1974, avec son dernier clash contre Man-beast. Ces trois numéros sont de loin les plus ratés du volume, avec un scénario presque assoupissant de Bill Mantlo et des dessins vraiment moches de Herb Trimpe (il faut voir ses neo men et son Man-beast, carrément ridicules !). Ça sent la fin de parcours et les méventes pour Warlock dont le titre (The power of Warlock) s’est arrêté au numéro 8. Il sera repris au numéro 9 quelques années plus tard par Jim Starlin.


    Starlin aux dessins, c'est juste la classe...cosmique!

    Mais d'abord, le personnage est repris en mains par Jim Starlin en 1975 dans les pages de deux numéros de Strange tales. L’auteur sort alors de ses œuvres sur un célèbre héros cosmique, Captain Marvel (faut que je choppe les Essential captain Marvel pour les lire, tiens).
    Il fait quitter la contre-terre à Warlock, voyager à travers l’espace et le relooke, l’affublant d’une cape du plus bel effet.


    Une révolution, ça commence toujours en unissant les opprimés. Ne vous fiez pas à leur apparence.



    Un superbe résumé pour les nouveaux lecteurs.


    Dans « la saga de Magus », Warlock va échouer à secourir une jeune femme de fanatiques religieux et entreprendre de venger sa mort. Il découvre, grâce aux pouvoirs nécromantiques cachés de sa gemme, que les fidèles qui l’ont tué obéissent à Magus (le mage en VF), un dieu qui règne sur plusieurs galaxies et exhorte ses armées à d’autres conquêtes au nom de l’amour et de la tolérance.


    Magus et sa coupe afro super tendance dans les seventies! C'est une fashion victim. La preuve, il passera au catogan dans les années 90!

    Problème : il rase et pille justement des planètes pacifistes au nom de l’amour alors que ses fidèles ne sont tenus de respecter ses édits religieux qu’entre fidèles… et peuvent trucider allègrement tous ceux qui n’en sont pas ! Pire, Magus ayant expliqué qu’il avait été autrefois humain, prône le génocide de toutes les races ayant une apparence différente.


    L'alliée numéro 1 du mage, la matriarche, est sa grande prêtresse pour toutes les galaxies qu'il contrôle.

    Au cours de ses aventures, Warlock va découvrir la vraie nature du faux dieu et rencontrer ses plus célèbres compagnons, la superbe et dangereuse Gamorra, pupille de Thanos, et Pip le troll, personnage comique amoral dont la race a été décrétée comme étant à exterminer par Magus.


    Pip le troll, plus fidèle compagnon de Warlock, est soupe au lait et impulsif!

    Les épisodes de Starlin sur Warlock sont franchement magiques. Graphiquement, c’est simplement une tuerie monumentale. On remercie le noir et blanc car c’est encore plus beau qu’en couleurs pour le coup ! Starlin est vite rejoint par Steve Leihaloha pour les dessins et ça devient moins beau à mon goût. Ce devait sûrement être pour des raisons de délais.
    La saga de Magus est un space opera épique et fascinant. On tourne les pages sans même sans rendre compte tant c’est passionnant.
    Starlin en profite pour placer son personnage fétiche, Thanos, en tant qu’allié de Warlock contre Magus.


    Première rencontre entre ces deux ennemis mortels qui en viendront au fil des années à se respecter pourtant mutuellement.

    Le titan fou a en effet ses propres plans et préfère éliminer ce dangereux rival pour conserver le plus torturé et plus facilement manipulable messie cosmique héros de ces pages.


    Warlock est obnubilé par la révélation qu'il va devenir le mage. Thanos est obligé de lui mettre du plomb dans la cervelle si ils veulent survivre à l'assaut lancé contre eux par les troupes d'élite fanatisées de Magus. 15000 bonhommes contre nos 4 "héros"!

    Thanos, apparu dans les pages d'Iron man et ayant pris sa vraie dimension dans les pages de Captain Marvel, trouve ici un premier rôle ambigüe à sa mesure, que Starlin développera de plus en plus, notamment à partir de Infinity war (« la guerre du pouvoir » en VF semic), une saga injustement décriée qui a fait beaucoup pour le développement du caractère de Thanos. Mais nous en reparlerons.


    Une scène très étrange qui sera importante dans la mort de Warlock.

    Le personnage de Magus est extrêmement intéressant : son nom vient du latin et a une signification proche de celle de Warlock (« magicien » contre « sorcier »).
    Normal, il s’agit en fait d’un Warlock venu du futur et purement maléfique, qui ne laisse exister aucune entrave à son pouvoir. Si on excepte sa coupe afro très kitsch (il la troquera dans les années 90 pour un catogan breveté « je suis un bad guy » typique de l’époque), ce personnage sans aucune entrave morale est l’ultime tentateur pour Warlock. Il le place dans une situation paradoxale afin qu’il devienne ce que lui-même est, avancant subtilement ses pions.



    Thanos contre le mage: bring on the bad guys!

    Ce personnage n’a rien à envier à un Mephisto pour la perfidie et la manipulation. On cherchera ailleurs la noblesse d’un Warlock ou même d’un Thanos : le mage est un monstre au-delà de toute rédemption.

    Starlin donne également à la gemme une conscience propre qui l’incite, tel un vampire psychique, à dévorer l’âme de ses ennemis !
    Warlock se débat pour ne pas succomber à son influence mais, fidèle au personnage de messie maudit défini par Mike Friedrich, il ne parvient pas toujours à ses fins, ce qui le mine.


    Alliance contre nature!

    Après avoir vaincu Magus, notre héros vit quelques aventures réussies mais un peu plus oubliables, affrontant avec Spider-man dans un Marvel team up (scénario très oubliable de Mantlo et jolis dessins de Byrne) le doyen de l’univers du nom de l’étranger ou encore un terrien littéralement privé de ses 5 sens et prisonnier de son corps. Sa volonté titanesque et de puissants pouvoirs psychiques en font un destructeur de planètes nihiliste qui sera arrêté par Warlock. Deux belles pages de Starlin:


    Le surpuissant star thief, un terrien qui a fait fi de la prison de son corps et dévaste les galaxies!


    Warlock contre les créations du voleur d'étoiles.

    La série se conclut au numéro 15 (méventes ?) et la saga de Warlock prend fin dans deux numéros épiques qui furent mon premier contact avec les personnages de Thanos, de Captain Marvel et de Warlock (dans les pages du Strange special origines qui me fit découvrir Man-thing !). Ces deux numéros concluent Essential Warlock et c’est une des plus belles fins de séries qu’on puisse imaginer !


    Death be thy name!


    Avengers annual 7 (novembre 1977) confronte les vengeurs à Thanos, qui a construit grâce à ses talents et aux gemmes de l’infini comme composants un « canon » (en fait une gemme synthétique géante qui projette une énergie dévastatrice) capable d’oblitérer des planètes pour séduire sa maîtresse, Dame Mort (oui, c’est bien de la Mort elle-même dont on parle, le titan fou étant amoureux de la déesse).
    Warlock a été prévenu de ses desseins par la pupille de Thanos, Gamorra, qui a payé cette information de sa vie. Il absorbe son âme dans sa gemme et devra en faire de même pour son seul ami, le troll Pip, plongé dans un état catatonique par le titan fou.





    Les magnifiques planches de Starlin nous dépeignent un Warlock fou de rage et de tristesse qui décide d’aller chercher l’aide des vengeurs pour accomplir sa vengeance.


    J'adore cette page!


    Adam Warlock raconte aux vengeurs les desseins de Thanos.


    Les vengeurs, avec l’aide de Captain Marvel et Adam Warlock, partent affronter Thanos et sa bande de mercenaires dans son arche intersidérale. Iron man parvient à détruire son « canon » mais les vengeurs connaissent la défaite lorsqu’Adam Warlock, le messie maudit perd la vie lors de son combat contre le titan. Les champions de la terre sont mis en état de stase.


    La mort d'Adam.


    L’âme de Warlock est aspirée dans sa gemme de l’âme par son Moi venu du passé lors d’une scène très étrange (ça devrait vous rappeler le meme épisode un peu plus haut et c'est normal, paradoxe temporel oblige)



    Il y retrouve tous les ennemis et les amis dont il a absorbé l’âme, le juge Kraytor (j’adore son look et la scène de la parodie de justice lors de la saga de Magus était géniale) et bien d’autres.


    Le génialement bien pensé juge Kraytor dirige une cour de justice ne laissant aucune chance à l'accusé.

    Le monde de la gemme est un monde de paix où tout le monde vit en harmonie et où le héros se sent enfin chez lui.



    Il faut dire, pour ceux qui ne le connaissent pas, que Thanos c’est pas un demi-sel : Issu de la race des titans, des éternels exilés sur le satellite homonyme de Saturne, né avec avec un physique ingrat différent de la beauté de ses compatriotes, il est pris par la Mort sous son aile, qui lui apprend des savoirs interdits. Exilé par sa famille, il lance plus tard une attaque meurtrière sur sa planète natale, qui tuera sa mère.

    Son père, Mentor, et son frère Eros (oui, Eros et Thanatos sont les sources d’inspiration de ces personnages) sont détestés par Thanos. Le reste de sa vie, jusqu’à la fin de Infinity gauntlet, est une longue série de tentatives de conquête du pouvoir absolu et de massacres de masse.



    Thanos contre les vengeurs. Et sans gant de l'infini!

    Thanos est si fort qu’il peut tenir tête à tous les vengeurs en même temps. Né mutant, il est le plus résistant de sa race, capable de manipuler librement l’énergie cosmique (comme celle qui donne ses pouvoirs au surfer d’argent).
    Il est si intelligent et equipé en matériel scientifique de pointe qu’il peut presque tutoyer un dieu cosmique comme Galactus. Personnage ultra charismatique, c’est peut-être mon super criminel favori juste derrière Fatalis.
    Sa grande force est dans la noblesse et la proximité avec le lecteur qu’il dégage malgré ses buts morbides. Personnage qui se sent rejeté, il s’est construit un destin propre et a très mal placé sa dévotion, mais celle-ci reste très humaine. Il est véritablement amoureux de Dame Mort et fait tout pour lui plaire. Son but n’est pas en soi la conquête de l’univers ou le développement de son égo aux dépends d’autrui mais plus simplement une quête de reconnaissance et de l’amour de sa bien-aimée. Son personnage connaîtra par la suite de profonds bouleversements pour le meilleur après sa résurrection dans les années 70.
    Personnellement, j’ai très peur qu’ils nous le simplifient un peu trop dans le films des gardiens de la galaxie et la suite de celui des vengeurs (d’ailleurs, pourquoi ne pas lui avoir gardé son regard plongé dans la pénombre caractéristique? Les sentiments de Thanos passent par sa gestuelle et sa bouche, pas par ses yeux. Et puis le fait qu’une lueur jaune malveillante en émerge quand il est en colère ou veut intimider le rend particulièrement impressionnant).



    Bref, les vengeurs sont toujours dans les vapes et le danger posé par Thanos est toujours là. Dans Marvel two in one annual 2 (décembre 1977), deux des dieux cosmiques, Lord Chaos et Master Order, qui symbolisent le chaos et l’ordre dans l’univers Marvel, décident de faire libérer les vengeurs par un des héros de la terre.


    Lord Chaos et Master Order ont choisi Spider-man pour libérer les vengeurs et mettre Thanos hors de combat.

    Ils choisissent Spider-man pour son grand courage et lui parlent en rêve, lui expliquant la situation. Celui-ci se sent dépassé et décide d’aller chercher l’aide d’un ami plus au fait des voyages spatiaux, Ben Grimm, alias la chose des FF. Pilote émérite, il le conduit sur la gigantesque arche de Thanos.



    Après un énorme instant de doute durant lequel Spidey est prêt à abandonner toute action tant il ne se sent ni à la hauteur, ni à sa place, Spider-man libère les vengeurs en faisant tomber tout son poids sur l’appareil qui les retient en état de stase puis s’évanouit à cause du choc. Les pages qui dépeignent le doute de Spidey sont extrêmement réussies et nous montrent toute son humanité, dans sa faiblesse comme dans son héroïsme. Il n’en devient que plus proche de nous.

    Les vengeurs affrontent les mercenaires du titan. La chose et Thor se déchainent sur Thanos.


    Baston générale!

    Spidey détruit le « canon cosmique » reconstruit par Thanos, libérant les gemmes, ce qui rend Warlock conscient du monde extérieur qui a besoin de lui. Les dieux cosmiques lui expliquent en effet que lui seul peut arrêter Thanos et qu’il doit remplir cette dernière mission. Son esprit s’échappe de sa gemme de l’âme, sous la forme d’une silhouette enflammée. Thanos est stupéfait de voir Warlock vivant, ce qui le paralyse de stupeur.



    Warlock enserre son cou de ses mains et le transforme en pierre, emprisonnant son esprit dans ce corps statufié puis retourne dans sa gemme pour y couler des jours paisibles.





    Les vengeurs retournent sur Terre et l’histoire se conclut sur une autre planche magnifique montrant un Thanos pétrifié qui verse une larme sur son amour inassouvi. Une page d’une grande puissance.



    Epique, cette fin et particulièrement géniale. Je ne sais pas si les autres épisodes de Warlock ont été traduits en VF à l’époque, mais ces deux derniers numéros qui racontent sa mort sont gravés dans ma mémoire, surtout l’image de Warlock en flammes et Thanos pétrifié.



    En résumé, cet essential est juste parfait pour découvrir Warlock et Thanos.

    Note finale pour la première partie (Roy Thomas, Gary Friedrich et leurs collègues dessinateurs) : 13/20.
    Intéressant et posant les bases du concept de Warlock, mais trop répétitif et limité.

    Note finale pour la deuxième partie (Starlin et quelques autres dessinateurs) : 19/20.
    Si si, c’est mérité. A lire obligatoirement, surtout pour les fans de Thanos et Warlock.




    Thanos quest (en 2 volumes VO (et aussi VF chez Semic, publié en un volume dans la collection RCM sous le titre "Thanos". Etonnant que ça n’ait pas été réédité alors que c’est génial !)





    Nous sommes en 1990 et Jim Starlin, avec l’aide de Ron Lim aux dessins (pourquoi ne dessine il pas lui-même ? ;_ ; ) nous montre un Thanos qui s’est vu confier comme mission par Dame Mort de supprimer la moitié de la population de l’univers ! Elle vient pour cela de le ressusciter…


    Thanos et le deux apparences de Dame Mort.

    Thanos, interrogé par l’un des porte-parole de celle-ci (Dame Mort ne parle jamais et ne s’exprime que par ce biais) sur les raisons de son inaction lui explique que sa longue contemplation du puits de l’infini, un artefact appartenant à la puissante déesse et recelant tous les secrets de l’univers, lui a appris la véritable nature des gemmes de l’infini dont il s’était servi pour tenter d’annihiler les planètes du système solaire avant sa mort aux mains de Warlock : chacune contrôle une puissance incommensurable et régit un domaine de la réalité et Thanos compte les récupérer pour accomplir rapidement sa mission et faire plaisir à la Mort.


    Le premier des six travaux de Thanos: libérer l'intermédiaire de sa prison divine

    Elles ont appartenu à un être aux pouvoirs comparables à ceux de Dieu (mais ce n’est pas le véritable Dieu, le Créateur de l’univers Marvel est un concept au dessus des dieux cosmiques, qui n’intervient jamais dans le domaine du vivant) qui a abandonné sa puissance car il était seul au monde et en souffrait. Il s’est scindé en 6 gemmes : celle de l’âme appartenait à Warlock, qui n’en mesurait pas la puissance, comme les 6 détenteurs actuels de ces gemmes, 6 doyens de l’univers, des dieux cosmiques qu’on pourrait qualifier de mineurs (ils sont pour la plupart plus humains en termes d’émotions que les plus puissants) : Il s’agit de the In betweener (« l’intermédiaire », serviteur de Lord Chaos et Master Order), the champion (« le champion », le meilleur et le plus puissant combattant de l’univers ou presque, qui ne vit que pour le combat),


    Pour vaincre le simplet mais invincible champion, rien ne vaut la ruse...


    the gardener (« le jardinier », un être paisible qui cultive les plus beaux jardins), the collector (« le collectionneur », le plus gros geek de l’univers, qui collectionne les êtres vivants et les plus grandes raretés),


    La confrontation avec le jardinier est ma favorite de tout Thanos quest. Surtout parceque Thanos a d'abord essayé de discuter avec lui pour le convaincre.




    the runner (« le coureur ». seul Flash pourrait aller plus vite que lui, encore que c’est plus compliqué, lisez Thanos quest) et the grand master (« le grand maître », le plus dangereux de tous car il ne vit que pour les défis, les paris et le jeu et a le sens stratégique et la démesure qui vont avec).

    Mais Thanos poursuit à l’insu de la Mort un autre but que de simplement satisfaire les désirs de sa dulcinée : devenir son égal et siéger à ses côtés, ce que la possession des gemmes lui permettra.
    Thanos va tout mettre en œuvre, son savoir, son intelligence, sa duplicité, son affabilité, son sens tactique et son sens de la persuasion, pour obtenir une par une les gemmes de l’infini. Nous sommes à ses côtés et partageons son point de vue et ses pensées dans Thanos quest, ce qui nous le rend extrêmement proche. Le mode de narration choisi est absolument génial. On a rarement aussi bien saisi les doutes et la vulnérabilité d’un super criminel.
    La façon dont il récupère les pierres est juste épique, notamment parcequ’il a adapte ses techniques à ses interlocuteurs.


    Le duel contre le grand maître est vraiment génialement mené de part et d'autre!

    Il exploite la bêtise et l’orgueil du champion et du coureur, l’honneur de l’intermédiaire et du jardinier, l’addiction à la possession et au risque du collectionneur et du grand maître. C’est vraiment fascinant de le voir avancer ses pions subtilement et avec une totale maîtrise !


    La Mort n'est pas ravie de l'ascension de son amoureux transi.

    Thanos revient auprès de la Mort le sentiment du devoir accompli. Mais pourquoi n’a elle pas l’air ravie en contemplant sa puissance nouvelle? C’est certes la coodere ultime, mais quand même !
    C'est simple, comme le lui explique son porte-parole : il et devenu plus puissant qu'elle et a outrepassé ses directives.



    Thanos n'apprécie pas et le fait savoir.



    Les dessins de Ron Lim sont à leur meilleur et les couleurs sont agréables, au contraire de celles dont il souffrira dans Infinity war et Infinity crusade, le pauvre. Dessinateur injustement décrié, il prouve dans ces pages qu’il est vraiment excellent, tout juste peut on lui reprocher, comme à beaucoup d’autres, de ne pas assez varier les visages de ses personnages.
    Son Thanos est encore plus massif que celui de Starlin, un vrai taureau !

    Thanos quest est le prologue au crossover ultra connu Infinity Gauntlet (« le défi de Thanos » chez Semic, « le gant d’infini » chez Panini), qui est peut-être la plus célèbre œuvre de Starlin avec la mort de Captain Marvel.

    Personnellement, je lui préfère Thanos quest, qui a une dimension tragique, plus intime et est mieux construit, moins tape-à l’œil. La narration est juste parfaite.
    A lire absolument !
    Note finale : 19/20. C'est vraiment du génie!




    Sur sa lancée, Jim Starlin, associé à Georges Perez puis à Ron Lim, va conter la suite des aventures de son titan fétiche tout au long des années 90, au travers de trois crossovers impliquant l’ensemble de héros du monde Marvel.
    En 1991, sort le premier coup d’envoi de ce qui va devenir une célèbre trilogie.
    The infinity gauntlet (« le gant de l’infini » ou encore « le défi de Thanos » selon la traduction) est la suite directe de Thanos quest et d’épisodes du surfer d’argent qui ont été réédités dans le TPB Rebirth of Thanos. Celui-ci est inédit en France mais il n’est pas obligatoire d’avoir lu l’un ou l’autre pour apprécier the infinity gauntlet. Cette remarque est également valable pour les deux autres opus de la trilogie, the infinity war et the infinity crusade. Personnellement, j’ai commencé à l’époque par le second chez Semic (saga parue en 3 RCM) et j’ai compris facilement les enjeux, Starlin expliquant tout comme il faut à chaque fois.



    The infinity gauntlet est paru à l’origine en 6 numéros, dont les 3 premiers sont dessinés par Georges Perez et les 3 autres par Ron Lim. Il voit donc le triomphe de Thanos, qui expérimente les possibilités de ses nouveaux pouvoirs avec le diable Mephisto à ses côtés.Thanos est grisé par son pouvoir et fait de l’épate auprès de Dame Mort pour tenter de lui montrer qu’il est digne d’elle, puisqu’il a transcendé ses limites et ce qu’elle lui a demandé.
    Mais la Mort refuse de lui parler, se sentant inférieure en puissance à son disciple énamouré.



    Thanos tente tout :
    Il lui édifie un temple au beau milieu de l’espace,



    il place sa petite fille Nebula dans un état atroce entre vie et mort, la transformant en zombie conscient de ce qui se passe autour d’elle mais ne pouvant agir.
    Il tue la moitié de l’univers comme elle le lui avait demandé…


    Tuer la moitié de la population de l'univers, c'est facile!

    C’est cet acte qui va déclencher les hostilités avec les héros de la Terre. Le surfeur d’argent prévient le docteur Strange de ce qui se passe et la nouvelle du retour de Thanos va se répandre comme une trainée de poudre. Les vengeurs, les FF, Spider-man… Tous les super-héros n’ayant pas été éliminés par l’acte de Thanos qui a divisé la population par deux s’allient.



    Fatalis fait aussi alliance avec les héros, espérant faire main basse sur le pouvoir responsable de ce prodige (on ne se refait pas).


    Adam Warlock a changé sa garde robe pour attaquer les années 90. Perso, j'adore, un uniforme de super-héros simple et classe!

    Warlock s’évade du paradis de sa gemme de l’âme, en compagnie de ses amis Pip le troll et Gamorra. Seuls à savoir comment combattre efficacement Thanos, ils proposent leur aide aux super-héros terriens. Warlock, désormais élégamment vêtu, avec un bâton orné dans sa main droite devient le chef de facto de l’alliance des super-héros (et de Fatalis !). Forcément, ça râle, surtout que Warlock est un « homme mystère » qui a juste combattu une fois avec les vengeurs (cf dernière histoire de l’Essential Warlock). Il est étonnant de constater que Warlock est extrêmement calme et neutre dans ses actes, loin de l’image que nous avions de lui précédemment. Sa résurrection l’a fait passer par une phase de recréation dans son cocon, ce qui a peut-être modifié sa personnalité ?



    Pendant ce temps, Thanos est agressé par les dieux cosmiques, qui lui contestent le pouvoir omnipotent qu’il a acquis mais sont défaits lors d’un combat spectaculaire contre lui. Mephisto veille à ses intérêts et manipule subtilement Thanos, en expert consommé du mensonge.


    Devinez quel camp est avantagé?


    En le flattant, il parvient à lui faire baisser consciemment sa puissance lors de son affrontement contre les super-héros,


    Coucouche panier, Serval!

    mais Thanos, qui passe très près de la défaite à cause de caprice d’orgueil (le surfer d’argent manque de lui voler le gant notamment) décide de regagner sa puissance.





    Thanos continue à vouloir faire fléchir Dame Mort, scindant même son pouvoir divin en deux avec elle, mais elle le repousse toujours.
    Les efforts de Mephisto portent leurs fruits et Thanos finit par se lasser de la Mort. Lors d’une crise de jalousie, il se crée une femme à son image, toute à sa dévotion, mais c’est clairement un acte de dépit.




    Sa chute commence quand il décide de devenir pur esprit et d’abandonner derrière lui son corps. Nébula, toujours dans un état immonde, s’empare alors de la puissance du gant d’infini. Le problème est qu’elle a une volonté normale et que son esprit, à la limite de la folie, est incapable de saisir la puissance qui est devenue sienne.
    Warlock propose à Thanos une alliance pour lutter contre son imprévisible nièce et un plan est élaboré. Avec l’aide du surfer d’argent, du docteur Strange et de Warlock, Thanos profite de la haine de Nébula à son encontre et de l’état dérangé de son esprit pour la conduire à souhaiter que tout redevienne comme avant qu’il ait le pouvoir cosmique.
    Elle est alors à nouveau piégée dans le corps entre mort et vie que lui avait donné Thanos. Après d'autres péripéties, Warlock parvient à lui faire abandonner le gant. C'est alors une course à qui pourra le prendre !



    Plutôt que d'être jugé, Thanos se suicide à l'aide d'un appareil à raction thermonucléaire personnel.

    C’est finalement Adam Warlock qui en devient possesseur et rétablit définitivement l’univers comme il était juste avant que Thanos use du pouvoir du gant.



    Il décide de devenir un dieu juste et impartial, ne privilégiant personne.
    Avec ses amis Gamorra et Pip, il découvre que Thanos s'est retiré sur une planète sans nom pour y cultiver des champs et méditer sur sa vie, ironisant intérieurement sur le fardeau que s’est imposé le messie maudit.



    The infinity gauntlet est un crossover spectaculaire qui vaut la lecture par le nombre d’évènement spectaculaires qui y’est raconté. D’une grande importance dans l’histoire du monde Marvel (et des ventes de l’éditeur !) et surtout dans celle de Thanos qui va voir sa personnalité maléfique peu à peu évoluer en celle d’un puissant antihéros, il a l’avantage de rester très abordable et bien écrit.
    La cassure graphique entre les deux dessinateurs qui se sont succédé sur le titre n’est pas trop marquée et chacun a ses thuriféraires. Personnellement, je préfère les numéros de Ron Lim sur ce titre.
    Le succès de ce crossover va conduire Marvel à lancer deux suites dont nous reparlerons.

    Au final, je vais peut-être en faire hurler, mais je trouve que ce n'est pas le meilleur travail de Starlin,surement à cause de la dimension "crossover" qui implique de s'interesser aussi aux super-héros terriens, alors qu'on sent bien à la lecture qu'il se satisfait pleinement des dieux cosmiques et de son casting fétiche de la série Power of Warlock. Du coup, les terriens font un peu surnuméraires, à deux ou trois jolis morceaux de bravoure près.
    Captain America FTW! Seul héros debout face à Thanos, voici sa réaction:





    Au final, j'ai toujours une impression de bancalité en lisant ce cross et c'est pour ça que je ne lui mets "que" 17/20.


    Dernière édition par Giromu le Jeu 20 Sep - 17:36, édité 1 fois
    avatar
    ADN san
    Citoyen

    Messages : 486
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] Adam Warlock et Thanos

    Message par ADN san le Lun 17 Sep - 21:07

    Lu en entier.
    J'adore tes articles, tu t'améliore à chaque fois.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Comics] Adam Warlock et Thanos

    Message par Ju le Mar 18 Sep - 19:49

    Sacré papier. J'espère que tu les postes ailleurs, ils méritent mieux que les quelques vues qu'on peut lui offrir ici.

    Pour ma part, comme toujours, je n'accroche pas du tout aux comics de la vieille époque. Le style graphique m'horripile. Mais ça reste toujours aussi agréable de les découvrir et d'en apprendre plus sur un sujet mal connu.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2611
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] Adam Warlock et Thanos

    Message par Giromu le Mar 18 Sep - 19:55

    Je multiposte sur d'autres forums ce genre d'articles oui. J'aime bien faire decouvrir des trucs à un max de gens.
    Je ferai la suite très bientôt, peut etre pour demain.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2611
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] Adam Warlock et Thanos

    Message par Giromu le Mer 19 Sep - 17:08

    1992 : Infinity war (« la guerre du pouvoir » chez Semic)


    Magus et Thanos entourent Adam Warlock et les super héros

    Warlock gagne sa propre série régulière après the infinity gauntlet. Il s’agit de « Warlock and the infinity watch ». En France, la série fut publiée sous le titre « Warlock et les gardiens du pouvoir » dans le mensuel Titans de Semic, tout comme la mini-série de 8 numéros associée « Warlock Chronicles» (« les chroniques de Warlock ») qui parait à l’occasion du crossover qui suivra celui-ci, Infinity crusade.



    Dans les 6 premiers numéros de Warlock and the infinity watch (que je n’ai pas lus), notre héros est jugé indigne du pouvoir du gant d’éternité par le tribunal vivant (un dieu cosmique qui juge les affaires les plus graves) et les autres dieux. Les gemmes ne fonctionneront plus ensemble.
    Warlock décide donc de scinder les gemmes entre lui et ses amis et de veiller sur elles. Notre héros conserve sa gemme de l’âme, Pip veille sur la gemme de l’espace et Gamora sur celle du temps. La vengeuse Moondragon (Dragon lune) et son père Drax le destructeur, ennemi mortel de Thanos, ont été adjoints au groupe. La télépathe aux velléités divines devient la gardienne de la gemme de l’esprit et son père Drax, devenu simplet pour des raisons que j’ignore, celle de la puissance. La gemme de la réalité a été confiée à un gardien inconnu.

    En 1992, nous en arrivons au deuxième crossover cosmique de Starlin, the infinity war (« la guerre du pouvoir » chez Semic, paru en 3 récits complets marvel compilant chacun 2 numéros). En VO, les 6 numéros d’origine ont été réunis dans un TPB qui m’a permis de relire ces épisodes. Le TPB comporte également les épisodes 7 à 10 de la série « Warlock and the infinity watch » qui y sont liés et ceux-ci comportent même parfois des dessins meilleurs que ceux des épisodes principaux ! On trouve également des extraits de « Marvel comics presents » 108 à 111.

    Les héros de la Terre se défient toujours de Warlock et Thanos est présumé mort par les héros de la Terre.
    Le titan Thanos décide de quitter ses champs et d’enquêter sur un nouvel ennemi qui menace la paix universelle. Celui-ci, tapi dans l’ombre, avance ses pions à l’insu de tous. Thanos se sent observé et découvre qu’un double lui ressemblant en tous points l’espionne.



    Sur Terre, certains super-héros sont attaqués par des versions difformes et hideuses d’eux-mêmes. Nous suivons ainsi les combats de Mister Fantastic, Spider-man, Wolverine et Iron man, mais ils ne sont pas les seuls à être attaqués (comme le montrent les numéros de leurs séries liés au crossover, Captain America, Moon Knight ou encore Darkhawk le sont aussi, mais je n’ai pas lu les épisodes autres que ceux contenus dans le TPB Infinity war donc je ne peux pas juger de leur qualité).





    Reed Richards convoque tous les super-héros au Four Freedom plazza (le légendaire Baxter Building n’étant pas la demeure des FF à l’époque) en leur précisant qu’il s’agit d’une réunion à l’importance si grande qu’il ne peut leur en dire plus via les réseaux de communication.
    Thanos découvre l’identité de celui qui l’espionne et a envoyé les doubles sur Terre. Il s’agit de nul autre que Magus (le Mage), le vieil ennemi de Warlock qui est son Moi venu d’un futur où il est devenu fou. Il porte toujours le même uniforme typique des seventies mais s’est mis au catogan (la coupe spéciale des méchants de fiction US des années 90).



    Recevant Thanos dans sa gigantesque forteresse construite au milieu de nulle part, il se vante de ses projets grandioses et clame qu’il va devenir le maître de toute chose. Le double de Thanos lui sert de valet et d’espion et il fait bien sentir au titan que rien ne pourra l’arrêter, d’autant plus qu’il est épaulé dans sa tâche par la possession de cinq cubes cosmiques, excusez du peu ! Un cube cosmique permet, comme le gant d’éternité, de réaliser des tâches normalement impossibles et rend extrêmement puissant.
    Thanos décide alors d’aller avertir le seul capable de l’arrêter, Warlock. Le titan a en effet bien changé comme sa discussion avec le mage nous le révèle. Comme le lui a expliqué Warlock à la fin d’Infinity gauntlet, Thanos ne perd que parce que son inconscient le lui dicte. En son for intérieur, il se sent indigne de parvenir à ses fins, que ce soit satisfaire la Mort ou régner sur la galaxie. C’est pour méditer sur sa vie que le titan s’est retiré au vert.
    Le mage le regarde s’éloigner et constate avec satisfaction que son plan se déroule comme prévu.

    Sentant l’existence des cubes cosmiques, Fatalis noue une alliance avec Kang le conquérant afin d’enquêter et de s’emparer du pouvoir inouï qu’il devine à portée de main. Kang et Fatalis, bien sur, ne rêvent que de se tirer dans le dos, ce qui donne lieu à de multiples bulles de pensée très drôles qui contrastent avec leur bonne volonté affichée en parole.



    Galactus et quelques héros terriens découvrent qu’Eternité (le dieu cosmique qui est l’incarnation de l’univers) a été plongé par un ennemi mystérieux dans un état catatonique. Ils réchappent à une attaque du mage grâce à la technologie et au pouvoir de Galactus.



    Les super-héros réunis au FF plazza constatent que certains collègues sont en retard, Œil de faucon et Spider-man, notamment (seul le lecteur sait qu’ils ont été vaincus par un double maléfique d’Œil et le double d’Iron man, qui semble avoir absorbé le héros pour adopter son apparence). Reed semble jouer à frôler de son doigt un petit bouton caché sous son pupitre, ce que personne ne remarque.



    Il expose aux héros ce qu’il sait du plan du mage mais aussi qu’il ne connait pas l’identité de leur ennemi. Arrive alors Wolverine, qui a vaincu son double et clame à qui veut l’entendre que l’odeur d’Iron man et celle de Reed Richards n’est pas la même que d’habitude. « Iron man » commence à discuter ses capacités et lâche une injure raciale caractérisée, « Mutie » (« Mutos » en VF). Fidèles à leur réputation, les héros Marvel, au lieu de discuter calmement commencent doucement à s’échauffer.
    Daredevil finit par prévenir tout le monde qu’effectivement le pouls d’Iron man et de Reed est anormal et jette sa matraque dans le cou de Mister Fantastic.




    Une baston générale finit par éclater (mais ! Quels super blaireaux !). « Reed » appuie sur le bouton de son pupitre et une bombe gamma explose, soufflant la pièce.


    Pendant ce temps, Thanos arrive dans les nouveaux appartements de Warlock et des gardiens du pouvoir, qui se sont installés sur l’île des monstres, une île perdue qui porte bien son nom (monstres géants powaaa !) est le seul territoire non souterrain appartenant à l’homme taupe, le premier ennemi des FF, qui règne sur tout le monde d’en dessous. Après quelques mises au point (Drax veut tuer Thanos), le groupe se transporte auprès du puits magique appartenant à Dame Mort pour en apprendre plus sur le mage.



    Bien entendu, les héros ont survécu à l’explosion, contenue par Sue Richards/Invisible woman dans un champ de force et évacuée par Thor dans l’espace.



    C’est au moment de demander des explications aux doubles infiltrés qu’une porte dimensionnelle s’ouvre dans la pièce. Aux yeux des héros, leur ennemi Thanos, supposé mort et un inconnu ressemblant fortement à Adam Warlock exfiltrent « Iron man » et « Mister Fantastic ». Le plan du mage se poursuit : il a semé le doute dans l’esprit des héros et ça ne va pas les mettre dans de bonnes dispositions vis-à-vis de Thanos et de ses nouveaux alliés…



    Il en profite pour annuler le camouflage crée par les machines de Thanos qui dissimulait leur présence aux yeux de Dame Mort quand il estime qu’ils en ont appris assez. Ce mage est en fait différent du premier, qui a cessé d'exister après les actes de Warlock dans la série the power of Warlock.
    Quand Adam Warlock est devenu Dieu et a souhaité être le plus juste possible, son inconscient a séparé tout ce qu’il y’avait de bon et de mauvais en lui pour en faire un être totalement impartial et neutre.
    Magus est donc le côté maléfique de Warlock et il veut que celui-ci le sache afin de le briser et devenir le seul Adam Warlock.
    Les gardiens fuient la Mort mais les systèmes de téléportation de Thanos faillissent.


    Retrouvailles de famille!

    Sur une planète perdue, le groupe est assailli par les super-héros terriens. Baston générale.



    Warlock, en rassemblant les gemmes des gardiens (dont celle de la réalité, fournie par Thanos, le gardien mystère) se rend compte que le gant d’infini ne fonctionne pas.
    Les gemmes du pouvoir ne peuvent plus fonctionner ensemble depuis la décision du tribunal vivant mais Galactus estime qu’il est nécessaire de lever l’interdit pour lutter contre la menace qui pèse sur l’univers. Après consultation avec le tribunal vivant, il décide de soigner Eternité, seul capable de réactiver le pouvoir omnipotent du gant, ceci afin de bannir le mage et la menace qu’il représente de l’existence.

    Il se sert donc de Gamora comme d’un scalpel pour guérir Eternité,



    ce qui rappelle à la pauvre ancienne pupille de Thanos un épisode atroce de son passé durant lequel elle s’était juré de ne plus jamais être utilisée : adolescente, l’orpheline a été recueillie par Thanos et entraînée dès son plus jeune âge pour devenir son garde du corps et son agent. Faisant escale dans un port spatial mal famé, Gamora passa outre la mise en garde de son tuteur et fut torturée et violée par des malfrats, la laissant au seuil de la mort.
    Thanos la sauva et la transforma en cyborg, ce qui la rendit froide et méfiante envers autrui. Cet épisode tiré de Warlock and the infinity watch est particulièrement marquant et enrichit la personnalité de la belle alien verte, nous la rendant plus proche et plus humaine.

    Gamora libère Eternité de ses entraves mais aussi Infini, une déesse cosmique qui est la face cachée d’Eternité. Elle seule est étonnée par ce fait, Galactus étant visiblement déjà au courant et la rabaissant en lui rappelant qu’elle n’est que mortelle. Gamora, qui se sent souillée d’avoir été utilisée sans son consentement, fut ce pour la bonne cause, jure de se venger de Galactus, qui en rit et passe au chevet d’Eternité.



    Celui-ci, affaibli par l’épreuve, a juste le temps de déclarer que les joyaux peuvent fonctionner à nouveau ensemble et donner à qui le détient un pouvoir omnipotent.

    Cet épisode est très important, car il va tout changer. Il se déroule en même temps que les actes des super-heros qui finissent par comprendre qui est leur ennemi. Ils se sont scindés en deux : les plus bourrins et connus forment un petit commando pour attaquer le mage dans sa base et les autres restent sur terre pour veiller les blessés et constituer une réserve opérationnelle. Thanos, qui s’est allié aux super-héros, confie à Quasar (super-héros cosmique mineur des années 90) l’annihilateur ultime de Galactus, une arme si puissante que le moindre défaut de concentration peut provoquer la fin de l’univers et détruire son porteur (il lui cache ce dernier fait, le vil !). Quasar a pour mission de détruire la forteresse de Magus et tout ce qui s’y trouve.



    Pour occuper les héros présents sur Terre, Magus leur a envoyé une nouvelle vague de doubles maléfiques, mais ceux-ci ont la faculté de réapparaitre aléatoirement dans la pièce après avoir été tués ! Le commando de super-héros se heurte à une autre vague de doubles et Adam Warlock et son équipe investissent aussi le repère du mage qui continue à se vanter de ses plans auprès du double de Thanos. Adam est capturé par le mage.
    Magus est attaqué par surprise par l’alliance Fatalis/Kang, dont personne ne soupçonnait l’existence et Warlock prend sa défense. Mieux vaut avoir un ennemi connu et prévisible que deux ennemis imprévisibles qui complexifient la donne!
    Magus fuit, suivi par Adam Warlock. Fatalis achève Kang, blessé, jugeant le moment opportun pour s’emparer du pouvoir du gant d’éternité (et passablement échaudé par le fait que celui-ci lui donne des ordres sans s’en rendre compte…).



    Il rejoint ensuite Magus et Warlock qui se disputent le gant inactif mais comportant toutes les gemmes qui sont d’une grande puissance individuellement. Warlock est vaincu par Magus et Fatalis le menace afin qu’il lui donne le gant. Et c’est précisément à ce moment qu’Eternité réactive la possibilité d’action commune des gemmes.



    Fatalis est soufflé au moment où Magus devient un dieu omnipotent.
    Le mage crucifie Warlock, met toutes les cartes à plat et accroche les super-héros à un gigantesque tableau de chasse. Quasar et l’annihilateur ultime en font partie, qui n’ont pas pu agir à temps. Magus joue avec son pouvoir, distendant toutes les limites physiques, le temps et l’espace. Warlock se moque de lui et lui dit qu’il ne sera toujours que son ombre, quoi qu’il fasse.



    Thanos vainc son double, après avoir perçu la véritable nature de celui-ci, si parfaitement imité qu’il pense à trahir son maître et s’emparer du pouvoir. Au cours d’un duel épique, le titan lui explique sa nouvelle façon de penser et lui prouve qu’il reste plus fort que lui.





    Thanos pénètre dans la pièce où le mage joue avec son nouveau pouvoir. Il constate avec effroi que celui-ci s’adapte bien plus vite que lui à sa nouvelle condition et parvient, en discutant avec lui et en insufflant le doute dans son esprit, à ouvrir une faille dans son pouvoir que Warlock saisit.
    Un duel d’une ampleur inégalée pour la possession du gant s’ensuit. C’est l’apparition d’Eternité et de sa face cachée libérée par Gamora, Infini, que le mage est finalement vaincu et enfermé dans un recoin du paradis de la gemme de l’âme de Warlock. Sa pire crainte est réalisée : il est devenu moins qu’une ombre, puisque les autres anciens ennemis qui le peuplent ne le voient ni ne l’entendent !
    Warlock tombe dans le coma après ce dernier acte. Thanos explique aux héros médusés que le mage n’a jamais détenu le pouvoir ultime comme il le croyait car la gemme de la réalité que ce rusé a confiée à Warlock était juste une copie convaincante…

    Les dieux cosmiques, au premier chef Eternité, décident de rendre les joyaux désormais totalement inactifs ensemble afin d’éviter que pareille situation ne se reproduise. Cette fois-ci, il ne pourra plus être possible de revenir sur cette décision comme pendant cet épisode.

    Les super-héros réintègrent la Terre et l’équipe de Warlock est confortée dans son rôle de gardiens. On aperçoit la déesse, le bon côté de Warlock, qui se barre avec la cai…euh, les cinq cubes cosmiques. Thanos repart vers ses champs et se dit qu’il redoute le moment où l’univers devra affronter le bon côté du héros doré, car il craint que ce ne soit encore pire…

    Bilan ?
    Au registre du moins bien, les couleurs sont super moches et les dessins de Ron Lim sont beaucoup moins soignés que par le passé. La faute à l’encreur Al Milgrom ? En tout cas, les dessins sont bien moins détaillés et on perd du coup en beauté et en épique.

    Au registre du mieux, le récit est mieux construit à mon avis que Infinity gauntlet. Starlin sait parfaitement où il va et déroule avec délice le plan subtil et ingénieux du mage, qui roule son monde sans difficulté mais tombe sur plus roué que lui en la personne de Thanos.
    Encore une fois, les super-héros proprement dits semblent indifférer le génial scénariste mais ils sont quand même un peu moins les jouets du scénario que dans le précédent opus.
    Leur rôle majeur demeure quand même de meubler l’intrigue en combats et d’être occupés par les troupes du mage, ce qui n’est pas l’aspect le plus intéressant du scénario.

    Le grand gagnant de la saga est Thanos, qui ressort comme la véritable star d’Infinity war. Il continue à douter mais agit, cette fois-ci dans un but de préservation de l’univers, non de destruction. Son personnage est complexifié et c’est un régal de le voir devenir un anti-héros, toujours haï par les autres et se servant de son intelligence supérieure pour manipuler ses ennemis.
    Le personnage charismatique de Warlock et celui de Gamora ressortent également grandis de l’expérience et complexifiés pour l’occasion, la décision de brièvement s’allier à Magus prise par le messie maudit rejeté étant un épisode marquant du développement de sa personnalité.

    Infinity war reste un très bon crossover malgré des dessins moyens. Il mérite la lecture ! Au final, je le préfère même à Infinity gauntlet, car il est certes moins épique, mais il est mieux écrit. Le personnage du mage, malgré son look toujours aussi improbable, est presque aussi charismatique que lors de sa première apparition dans les années 70. La vilénie et la bassesse qui s’en dégagent, tout comme son art consommé de la manipulation, le rendent particulièrement marquant.
    A cause des dessins, je ne peux mettre à ce crossover une meilleure note qu’Infinity gauntlet.
    17/20, donc.


    Il parait que ce sera pire quand ce sera au tour du bon côté de Warlock. Qui veut parier?
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2611
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] Adam Warlock et Thanos

    Message par Giromu le Jeu 20 Sep - 17:26

    1993 : Infinity crusade (« Croisade cosmique » chez Semic)


    Tous ceux touchés par la lumière de la déesse sur cette image vont la suivre!

    Le dernier pan de la trilogie Starlin/Lim ! L’univers va cette fois avoir affaire à Goddess (« la déesse »), le bon côté de Warlock qu’il a expurgé en même temps que son mauvais côté quand il a voulu devenir un Dieu logique et impartial.


    La Déesse, sous sa forme désincarnée, purement spirituelle, entourée de ses cubes cosmiques (dont certains ont des formes étranges...)

    La meilleure façon de lire ce crossover sans se perdre dans les mutiples numéros liés est encore de lire les 2 TPS américains qui lui sont consacrés. En effet, en plus des 6 numéros de la mini série d’origine, ils rassemblent seulement les numéros importants pour développer l’intrigue, les numéros annexes à ceux de la série principale s’avérant même souvent plus intéressants !
    Infinity crusade 1 contient: les numéros US Infinity crusade 1 à 3, Warlock and the infinity watch 18 et 19 et Warlock chronicles 1 à 3.
    Infinity crusade 2 contient: les numéros US Infinity crusade 4 à 6, Warlock and the infinity watch 20 à 22 (des purges!) et Warlock chronicles 4 et 5.

    La série a été traduite en VF chez Semic en 3 RCM titrés « Croisade cosmique » comprenant chacun 2 numéros US. Les séries annexes ont été traduites dans le mensuel Titans.

    Croisade cosmique est un cas complexe : poser le bon côté de Warlock en adversaire des super-héros est une idée géniale, car elle implique des choix moraux et philosophiques réjouissants. L’exécution suit elle ?
    En jetant un oeil aux images, vous constaterez que la garde-robe de Warlock à légèrement évolué. Il porte désormais une tunique rouge au dessus de sa combinaison noire.

    Le postulat de départ est passionnant : La déesse, qui a volé les 5 cubes cosmiques de Magus dans le volet précédent, plonge Warlock, qui était en méditation, dans un coma profond afin de l’empêcher d’intervenir dans le conflit qui va suivre.


    Warlock, en train de méditer peu avant l'attaque, en profitait pour parler ce faisant à Eternité.

    Pour un « bon côté », ça démarre fort ! Notre héros va devoir lutter pour sortir du monde des esprits où il est enfermé et plus particulièrement de the crossroads (« la croisée des chemins »), d’où il sera sauvé par un voyageur anonyme, en route pour déposer un tyran. Ce personnage est très intriguant. Il faudra que je me renseigne à son sujet.

    Pendant ce temps, les gardiens du pouvoir sont en train de tester les limites du pouvoir du géant Maxam, un amnésique de grande force capable de changer de taille et de poids qui les a rejoints.
    Pip et Drax sont médusés quand une porte dimensionnelle s’ouvre et que Gamora y pénètre après avoir tenu une brève discussion avec un interlocuteur invisible.


    La scène en vrai. Les non croyants ne peuvent pas voir ou entendre la déesse.

    Warlock étant dans le coma, la fine équipe se bagarre pour savoir ce que va être la suite de l’opération et qui va être le chef d’équipe, l’absence de Warlock. Pip en sort gagnant, revêt un pompeux et ridicule uniforme et kidnappe Reed Richards des Fantastiques pour avoir un point de vue scientifique sur la question.
    Ça tombe bien, la femme de celui-ci a été victime du même phénomène et les héros de la Terre se sont rassemblés pour tenter de comprendre ce qui se passe.

    En fait, de nombreux super héros ont disparu après avoir vu un signe dans le ciel, une croix, un croissant, une étoile de David ou tout autre symbole religieux qui correspond à leur foi (un trident pour Namora, par exemple). Ils ont ensuite été subjugués par la Déesse, qui a pris forme humaine (on remarque qu’elle ressemble BEAUCOUP à Jeanne d’Arc version plaquée or) et leur a expliqué les avoir choisis pour leurs qualités de bravoure, d’intégrité et de piété avant de les amener à elle via des portails dimensionnels.




    C’est à ce moment qu’on peut dresser une liste des héros concernés, en fait choisis parce qu’ils sont parmi les plus pieux et/ou qu’ils ont connu une « Near death experience » (du genre âme sortie du corps, brève visite du paradis et tutti quanti).
    Etonnant que Malicia n'y figure pas.


    Captain America
    Madrox the Multiple Man
    Jean Grey
    Namorita
    Silhouette
    Spider-Man
    Puck
    Archangel
    Crystal
    Firelord
    Hercules
    Shaman
    Talisman
    Moondragon
    Quicksilver
    Scarlet Witch
    Silver Surfer
    Sersi
    Living Lightning
    Thor
    Invisible Woman
    USAgent
    Moon Knight
    Wolfsbane
    Doctor Strange
    Wonder Man
    Daredevil
    Black Knight
    Windshear
    Sasquatch
    Storm
    Gamora
    Sleepwalker
    http://www.adherents.com/lit/comics/InfinityCrusade.html

    3 héros scientifiques, Iron man, Mister Fantastic et la vision, enquêtent auprès du watcher (le "gardien" en VF) et découvrent l’existence de la planète crée de toutes pièces par la déesse, Paradise Omega (« Paradis Omega »). La déesse l’a crée grâce à l’action de 30 cubes cosmiques qu’elle a rassemblés afin de parvenir à ses fins. Elle les a mêlés en un gigantesque artefact, l’œuf cosmique, capable de réaliser tous les souhaits.



    Les héros subjugués ont été chargés de veiller sur sa sécurité pendant qu’elle médite afin de parvenir à the rapture (« l’extase » dans la traduction Semic. On peut préférer le terme «liesse » sinon), un évènement qui purgera l’univers de tout le mal qui y’existe. Dès qu'elle se met à méditer (en position du lotus, on peut pas dire qu'elle est pas syncrétique!), son influence, amplifiée par les cubes cosmiques, se répand progressivement à travers tous l'univers. Les criminels arrêtent leurs méfaits, les guerres entre Sh'iar et Skrull prennent fin...



    Les héros athées et agnostiques, voire croyants très modérés, se posent beaucoup de questions ! Faut-il empêcher cet être qui a un but si noble de parvenir à ses fins ? Si ce sont les meilleurs, les plus moralement irréprochables qui ont été pris, est ce que ça ne prouve pas la noblesse de son but ? Les esprits s’échauffent entre pro et anti. Le professeur Xavier, chef de file des partisans de la discussion, établit le dialogue Moondragon (Dragonlune, gardienne du pouvoir) afin de lui demander d’inclure les héros restants dans les nobles plans de la déesse. Celle-ci refuse catégoriquement en expliquant qu’ils sont corrompus et ne peuvent comprendre ce qui se passe. Elle est complètement fanatisée et lui envoie une rafale psychique qui le laisse sur le carreau pour le reste du crossover !


    Les héros sous l'emprise de la déesse lancent un assaut par téléportation sur la terre après le départ des "agnostiques" pour Paradise Omega. Pas de bol!

    Les héros restants décident d’aller sur Paradise omega pour libérer leurs amis de l’emprise de la déesse, qui est clairement une dangereuse fanatique religieuse.

    Pendant ce temps, Pip le troll a fait la jonction avec les héros terriens et a tenté d’en prendre la tête, estimant être, en l’absence de Warlock, le plus à même de vaincre la déesse.



    Ceux-ci ne le prennent pas au sérieux, ce qui le vexe. Comme il avait posé sa main sur l’épaule de Xavier pendant la transmission mentale avec Dragonlune, il sait précisément où se trouve Paradise Omega et, possesseur de la gemme de l’espace (autant dire une téléportation instantanée et surpuissante), il trahit tout le monde : il se téléporte sur Paradise omega, souhaite que la déesse se change en statue de sel (souhait réalisé par l’œuf cosmique) et commence à rêver à ses futures actions de dieu omniscient.



    Il est neutralisé par la jeune new warrior (un groupe de jeunes super-héros très à la mode dans les années 90) Silhouette, qui avait été postée en embuscade par la déesse pour pallier à ce genre de désagrément.

    Warlock ne reste pas inactif et va chercher l’aide de Thanos, qu’il sauve d’une attaque de la déesse. Pour des ennemis jurés avec un gros passif, ils ont l’air d’être devenus plutôt amis ! Le diable Mephisto, qui était en vacances pendant le crossover précédent (pendant Infinity crusade, c’est au tour de Fatalis de se remettre de ses émotions en partant au club Med) apparait devant eux et leur propose ses nombreuses informations sur la déesse.



    En effet, comme il l’explique bien, si la déesse parvient à éradiquer le mal de l’univers, il n’existera plus.
    Pour prix de ses services, il ne demande rien ou presque : juste l’un de ces jolis cubes cosmiques utilisés par la déesse, où est le mal ?
    Le marché est passé entre les deux parties, car Thanos accepte le marché, même si Warlock le refuse.


    Thanos s’allie aux héros non croyants, auxquels s’adjoint le surfeur d’argent, qui s’est libéré de l’emprise du bon côté d’Adam Warlock.


    Le sourire de Thanos est ULTIME!



    A la demande de Thanos, il se charge à bloc d’énergie cosmique, se transformant en missile surpuissant et incontrôlable (graphiqument, on dirait un surfer bodybuildé à l’extrême, aux yeux crépitants d’énergie). Avec l’aide d’un vigoureux coup de poing de Hulk qui rectifie sa trajectoire, le surfeur détruit ainsi les barrières protégeant Paradise Omega.



    Thor, subjugué par la déesse, détruit les deux vaisseaux des héros terriens qui s’écrasent sur la planète et engage le combat avec le surpuissant Drax et Hulk. Un coup de marteau mal placé détruit le jetpack de ce dernier, qui est le seul à ne savoir ni voler, ni respirer dans l’espace. Il se met à lentement dériver, mais la force d’attraction de Paradise Omega joue pour lui.



    Le combat Thor/Drax aura raison de l’emprise de la déesse sur l’Asgardien, car il refuse d’abandonner le glorieux combat qui l’oppose à Drax et donc d’obéir aux ordres de Moondragon qui veut qu’il retourne sur la planète. Or on ne dérange pas le duel d’un Asgardien, c’est sacré !

    Nos héros terriens sauvent les meubles et s’écrasent sans dégâts sur la planète. Ils décident de partir à la recherche de la déesse par équipes de deux pour couvrir plus de surface, mais le comité d’accueil des héros en transe les attend également par équipes de deux (c’est super facile, comme artifice de narration. ;_ ; ).



    C’est à ce moment que la déesse active the rapture : il s’agit en fait ni plus ni moins que de l’extermination totale de la population de l’univers ! Ben oui c’est logique : si il n’y a plus de vie, il n’y a plus de mal possible! On a droit à de très belles pages de destruction totale et c’est la fin de l’univers Marvel…



    Bon ok, en fait, la déesse n’a pas réussi à réaliser ses buts. C’est une illusion crée par warlock qui l’attaque sur le plan spirituel, couplée à une attaque mentale du puissant psychique Thanos, qui s’est en plus adjoint les capacités du professeur X, toujours dans le coma.

    Il y’a une double page très sympa qui fait une mise en abyme. On y voit un lecteur en train de lire le numéro 6 d’Infinity war, précisément la double page sur laquelle un type est en train de lire le numéro 6 d’Infinity war qui… vous avez compris.

    Les troupes de la déesse sortent de leur transe en voyant ses véritables buts. Les cubes cosmiques, dont la déesse avait tenté, en méditant tout ce temps, de lever les sécurités construites à l’intérieur afin d’empêcher la personne qui fait un souhait de détruire l’univers, ne sont plus dupes (ils sont semi conscients).

    Les informations de Mephisto et les recherches de Warlock dans son propre subconscient lui ont fait comprendre que la déesse est une part refoulée et rejetée d’Adam, qui est devenue nihiliste en se réfugiant dans la folie. Pendant son enquête, il a également été quérir l’aide du mage qui la lui a refusée par pure haine de lui. Cet épisode, outre qu’il donne lieu à un superbe affrontement muet de plusieurs pages orchestré par le dessinateur Tom Raney, l’a conforté dans sa volonté de chercher une solution sans plus jamais recourir à son côté maléfique.



    La déesse doit abandonner son corps physique pour affronter l’alliance Warlock/Thanos/Professeur Xavier dans le coma qui l’attaquent sur le plan mental.
    Elle finit par être absorbée dans la gemme de l’âme et y rencontre le mage, également prisonnier. A sa grande colère, elle découvre qu’elle n’est, comme lui, visible que de Warlock et du mage. De plus, aucun des aspects de Warlock ne peut se toucher et encore moins se battre.
    La déesse et le mal ne peuvent bien sûr pas se paffer, ça va être que du bonheur, l’éternité qui s’ouvre devant eux.

    Les héros retournent sur terre. L’oeuf cosmique annule ce qui s’est passé sur le souhait de Thanos, qui désactive aussi les cubes qui le composent. Il émet aussi le souhait que Paradise Omega soit détruit et que personne ne puisse plus jamais utiliser les forces utilisées par la déesse. Il a préservé un cube de la destruction pour Mephisto, qui reçoit son paiement.
    Comme il n’avait pas précisé qu’il souhaitait obtenir un cube en état de marche, il se fait rouler par le titan et n’obtient qu’une coquille vide…



    Bon, alors :

    Au registre des défauts, c’est encore un cran moins beau que le précédent pour du Ron Lim, qui ne se foule vraiment plus. Exit les détails, les visages se ressemblent tous à deux ou trois exceptions prêt… Je pose à nouveau la question : Al Milgrom, l’encreur, est il responsabe de ce massacre ?
    Le pire reste les numéros de Warlock and the infinity watch dont la lecture est plus que recommandée pour profiter pleinement du crossover (ils sont tous inclus dans les deux TPB). Autant les numéros de Warlock Chronicles liés a crossover sont vraiment réussis, autant ceux de la série susnommée sont immondes !!! Les épisodes consacrés à Pip font pleurer de rage, le pire restant le travail de Grinberg, notamment le hideux duel Thor/Drax.


    Avec ce genre de travail, je me demande si le monsieur est longtemps resté dans le circuit?

    Objectivement, c’est un des pires dessinateurs que j’ai vus. C’est juste immonde et en plus c’est ridicule ! Non mais sérieux, il faut voir ces corps difformes, ces visages ridicules. Thor prend au moins 5 tailles de pantalon. Drax, dejà difforme dans sa version stupide des années 90, l’est encore plus sous son trait. Beurk !

    Le scénario de Starlin en lui-même part sur des très bonnes bases mais celles-ci ne sont pas exploitées : avec une opposition entre héros religieux et autres qui ne le sont pas, on tenait un thème en or, en sus de celui de « la fin justifie elle les moyens ? ».

    On se retrouve avec quoi ? Des fanatiques embrigadés et menés par une folle nihiliste contre les héros.
    La seule chose qui sauve la seconde partie, c’est la révélation sur ce qui a conduit la déesse à devenir ce qu’elle est, avec les explications psychofumeuses réussies sur le rejet auquel Adam l’a inconsciemment soumise. Pour le reste, les fanatiques religieux sont rarement « fun » et intéressants en fiction. Ça se confirme dans Infinity crusade.

    De la même manière, les épisodes essentiels du crossover (contenus dans les TPB) sont trop nombreux et dilués dans la trame principale. Ça aurait pu tenir sur beaucoup moins de pages.


    Ce qui reste de bien dans Infinity crusade :

    - Ça reste du Starlin, avec une bonne utilisation de Warlock et Thanos, qui sont presque devenus amis (Warlock est le seul ami de Thanos en ce cas). C’est bien écrit et bien mené sur plusieurs fronts, ce qui confirme la solidité de ses talents de scénariste.

    - Un duel épique entre Warlock et le mage.

    - Des concepts alléchants (mais inexploités) sur la religion.

    - Le personnage intéressant de la déesse.



    - Des super-héros qui n’ont ENFIN pas l’air de faire du tourisme (paradoxalement, c’est sûrement pour ça que c’est moins bien, on les voit trop et on ne voit pas assez les personnages cosmiques). Par contre où sont les dieux cosmiques ? Eux qui étaient omniprésents dans les opus précédents ? C’est tout juste si on a le gardien qui tape la discute avec Thor un moment et une apparition d'Eternité.
    A croire qu'ils sont au Club Med avec Fatalis...


    Une des rares belles pages d'Infinity crusade: le surfeur se défait de l'influence de la déesse en parlant à Moondragon.

    Infinity crusade est donc une déception, dont la lecture est réservée aux nostalgiques et aux fans de Starlin. Comme quoi, les crossovers, c’était pas forcément mieux avant.

    Note finale : 14/20.

    Contenu sponsorisé

    Re: [Comics] Adam Warlock et Thanos

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 28 Juin - 14:12