Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Giromu le Lun 27 Aoû - 18:45

    Takao Saito est une légende vivante du manga très méconnue en France.
    Auteur dès la fin des années 60 des aventures du mythique tueur Golgo
    13, dont deux énormes pavés best of reprenant une sélection de ses
    meilleures aventures sont parues en France chez Glénat, « le choix des
    lecteurs » et « le choix de l’auteur ».
    A ce jour, je n’ai pas eu la chance de les lire. Il s’agit d’un des
    mangas les plus longs de l’Histoire et d’un succès considérable dans son
    pays d’origine.




    Survivant, paru en 10 volumes dans la collection « classiques »
    de l’éditeur VF Milan (sous le label Kanko), est l’un de ces milliers
    de mangas parus chez nous qui n’ont pas fait parler d’eux et ont été
    noyés dans la masse. Franchement, c’est injuste ! En 10 volumes
    magistraux, on assiste à une véritable leçon de courage et de survie
    absolument passionnante et magistrale, surtout pour qui aime les
    histoires de fin du monde et de survie dans la nature.





    Oubliez les invasions de zombies et autres attaques extra-terrestres,
    la fin du monde de ce manga ultra réaliste paru entre 1976 et 1978 au
    Japon est bien plus banale et plausible, causée par plusieurs
    tremblements de terre successifs qui ravagent les îles du Japon. Satoru,
    un collégien typique de l’époque natif de Tokyo, se réveille dans une
    grotte à la suite d’une excursion campagnarde avec des amis. Ils ont été
    pris dans un tremblement de terre et ses amis sont morts, le laissant
    sur ce qui est par la force des choses devenu une île.
    Satoru doit faire appel à toute sa volonté de vivre et à son
    ingéniosité pour survivre dans ce nouveau monde, à commencer par faire
    du feu, se trouver un abri et trouver à manger et de l’eau potable.
    Rapidement, il comprend qu’il devra lutter en permanence contre les
    rats qui en veulent à sa nourriture et sont des machines à survivre.
    Fort heureusement, il a la chance incroyable de tomber sur un livre en
    anglais richement illustré sur la vie en milieu sauvage. Il ne parle pas
    cette langue mais s’aide des schémas. De plus, son père géologue lui
    avait donné de précieux conseils auxquels il n’avait à l’époque guère
    prêté attention mais dont sa volonté de vivre va lui permettre de se
    remémorer et de faire usage. Mais la vie est dure et il va devoir se
    départir de ses habitudes liées au confort moderne et aux mets délicats
    dont nous nous délectons chaque jour sans y faire attention.
    Il se nourrit de glands, de poissons qu’il pèche et même d’un ours avec qui il partage son île à son grand dam.
    Très vite, il se demande si ses parents sont encore en vie et si il
    y’a d’autres survivants dans l’archipel ou même dans le reste du monde.
    La catastrophe est elle mondiale ? Est il le dernier être humain ? Et
    comment pourrait-il atteindre l’île voisine pour y trouver peut-être des
    provisions et des survivants ?





    J’arrête là pour vous laisser le plaisir de découvrir si ses
    supputations et envies ont un fondement et trouveront satisfaction, car
    c’est la grande qualité de ce manga que d’impliquer avec passion le
    lecteur dans ce nouveau monde. L’auteur ne recule devant rien pour nous
    montrer la dangerosité de celui-ci et le danger permanent qu’est la
    quête de nourriture de Satoru : les animaux sauvages, la maladie, les
    intoxications alimentaires, les bouleversements climatiques divers… ce
    manga dont l’intérêt et les thèmes n’ont pas pris une ride depuis sa
    création nous montre les conséquences concrètes qui nous menacent en cas
    de catastrophe écologique bien réelle. On apprécie la conscience
    politique et le réalisme dont faisaient part les mangakas du mouvement
    Gekiga (premier courant réaliste et adulte de la BD nipponne) de
    l’époque en cette période de légèreté, de moe et de fiction totale
    actuelle.





    A part la chance incroyable de Satoru, il n’y a rien de délirant dans
    la narration : c’est par l’empirisme, sa volonté de survie et de revoir
    ses parents que Satoru reste en vie. Nous assistons également souvent à
    ses fréquentes phases d’abattement et de découragement, car Satoru est
    un citadin dans l’âme et un enfant du miracle économique japonais qui
    n’a jamais eu à se battre pour manger. Nombreux sont les flashbacks qui
    le montre avec son père (qui ressemble physiquement beaucoup à Duke
    Togo, le tueur de Golgo 13 !) et font contraster la vie de cet
    homme robuste qui a été enfant pendant la Seconde guerre Mondiale et a
    une connaissance solide la nature qui lui ont permis d’améliorer
    l’ordinaire en pêchant et en cueillant certaines plantes, et Satoru, qui
    se plaint quand le menu préparé par sa mère n’est pas à son goût. Notre
    héros se remémorera souvent avec nostalgie cette période de sa vie où
    il était un enfant gâté et choyé.





    Graphiquement, c’est vraiment magistral. Si le trait des personnages,
    réaliste, est typique des années 70, les décors sont absolument fabuleux
    et le format de poche très petit (bunko) ne les altère en rien.
    Montagnes et animaux sont incroyables. On sent toute la puissance de
    l’ours, la dangerosité de la meute de rats qui dévore tout sur son
    passage… Le paysage de l’île est si réaliste qu’on a l’impression d’y
    être. Les personnages ne sont pas en reste et sont finement dépeints,
    psychologiquement et physiquement. Ils ont des traits typiquement
    nippons, l’auteur dessinant des personnages d’apparence moyenne loin des
    tops modèles habituels.
    Ceci renforce le caractère authentique de ce manga !





    Takao Saito explique, dans une passionnante entrevue accordée à
    l’éditeur français et parue dans le tome 7, qu’il a réalisé ce manga
    (qui fut un succès incontestable à sa sortie au Japon) car il s’est
    rendu compte que le savoir populaire des gens de sa génération (qui a
    connu la guerre et les privations de l’après-guerre) comme faire un feu
    sans briquet ou pêcher à la ligne se perdaient dès les années 70. Il
    affirme n’avoir pas fait de recherches pour écrire son histoire et
    n’avoir fait que transmettre son savoir personnel en matière de survie.
    Si c’est bien le cas, c’est l’homme à suivre en cas de catastrophe tant Survivant est un véritable manuel de survie absolument passionnant.
    Il se désole également que les jeunes nippons aient tendance à tout
    prendre pour acquis et à ne jamais remettre en cause les règle, ce qui
    lui semble ne pas avoir changé dans les années 2000, prenant ainsi
    l’exemple des piétons face aux feux de circulation. En effet, le civisme
    et la sécurité nous enseignent à ne passer qu’au vert, mais il explique
    qu’au contraire de la France, il est courant au Japon de voir les gens
    ne pas traverser au rouge même si il n’y aucun danger à l’horizon, ce
    qui le désole.
    Il explique également que ce manga a pour but d’enseigner des gestes
    simples propres au sens commun à des citadins qui n’ont jamais vu une
    vache autrement qu’en steak et à des enfants qui croient que les
    poissons n’existent que sous la forme de filets ou de poissons panés !
    ça fait un peu « vieux c… » ces exemples, mais c’est une réalité que
    les jeunes japonais sont essentiellement citadins et n’ont que peu de
    désir de faire du camping autrement que dans un cadre très organisé et
    avec tout le confort. La rédaction de Kanko laisse entendre que les
    jeunes Français sont un peu plus ouverts à la nature et débrouillards. A
    vous de juger.





    Dans le manga, cela se traduit par de nombreux encarts très
    didactiques qui expliquent ce que fait notre héros ou vérifie la
    justesse ou non de ses intuitions. Ceci concerne aussi bien la géologie
    que la biologie, l’astronomie, la climatologie… Ces textes sont très
    enrichissants et bien construits, suffisamment courts pour ne pas
    ennuyer mais être enrichissants pour le lecteur.


    Satoru est un personnage très attachant et très humain qui ne perd
    jamais sa générosité et sa curiosité. L’auteur a expliqué vouloir
    transmettre des valeurs altruistes et de courage assez éloignées de ses
    personnages habituels, bien plus sombres. On peut dire que c’est réussi,
    car c’est un excellent personnage.

    Survivant est juste une des plus grandes aventures réalistes qu’un lecteur de bande-dessinées peut entreprendre.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Ju le Lun 27 Aoû - 19:10

    Ca c'est un genre qui me plairait bien. Comme Dragon Head, le côté fantastique en moins.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Giromu le Lun 27 Aoû - 19:20

    C'est ultra réaliste et c'est ça qui est génial. On est à fond dedans. C'est tellement bien raconté qu'on dévore les volumes pour savoir la suite, un truc de fou. La fin est simple et efficace. J'ai vraiment adoré ce manga pas comme les autres.
    Du grand shonen.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Ju le Lun 27 Aoû - 20:51

    C'est en vente "easy" à la FNOC ou bien t'as déniché ça sur eBay comme tes comics de l'époque de mes grand-parents ?
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Giromu le Lun 27 Aoû - 21:45

    Bibliotheque en fait. Mais ça se trouve tres facilement d'occase car ça a fait un flop
    http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_ss_i_6_9?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=survivant+saito&sprefix=survivant%2Cstripbooks%2C343
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Ju le Lun 27 Aoû - 23:38

    Arf. Puisses-tu trouver un jour un truc à acheter dans un magasin sans passer par les arcanes du net /o/
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Giromu le Mar 28 Aoû - 4:56

    Sinon tu va en FNAC et tu commandes les titres chez eux si ils ne les ont pas. Wink
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Ju le Mar 28 Aoû - 19:14

    Ils font ça eux ? Jamais essayé :p
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Giromu le Mar 28 Aoû - 20:40

    Toutes les librairies, dont la FNAC, peuvent commander un titre à ta demande. C'est comme ça que les petits libraires survivent, avec la loi sur le prix unique du livre (je crois que vous avez un truc similaire chez vous non?)
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Ju le Mar 28 Aoû - 21:02

    C'est surtout qu'à la FNAC ils sont tellement aimables comme des portes de prison quel que soit le magasin de l'enseigne que je préfère me pendre qu'aller leur parler. Mais je ne leur jette pas la pierre, si au boulot j'avais des gens affalés partout dans le chemin en train de jouer avec mon matériel je deviendrais grincheuse à coup sûr xD
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Giromu le Mar 28 Aoû - 21:08

    T'as pas une petite librairie peinarde et sympa dans ton coin? Perso, j'ai une librairie spécialisée en comics VO où je suis un vieux client. ça me reviendrait moins cher de passer par le net mais j'aime autant leur faire gagner leur vie (et ça m'empeche pas de passer aussi par le net pour certains trucs).

    Pareil pour mes mangas, je les achete dans une autre petite librairie pas loin avec des vendeurs sympa. La FNAC c'est surtout pour feuilleter ou pour les DVD.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Ju le Mar 28 Aoû - 21:38

    Je vais dans une librairie assez grande où tu peux manger sur place et qui est ouverte 365 jours par an. C'est là que j'achète les quelques comics dont tu parles et qui sont accessibles en magasin directement.
    avatar
    ADN san
    Citoyen

    Messages : 486
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par ADN san le Mer 29 Aoû - 17:59

    Parfaitement le genre de titres qui m’intéresse !

    Contenu sponsorisé

    Re: [Classique] Survivant, de Takeo Saito

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 24 Aoû - 0:59