Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [SF/Fantasy] Ray Bradbury est mort

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [SF/Fantasy] Ray Bradbury est mort

    Message par Giromu le Jeu 7 Juin - 16:51

    Ray Bradbury est mort hier et personne n'en cause ici?
    J'avoue, je n'ai lu que ses classiques (Fahrenheit 451, La foire des
    ténèbres, chroniques martiennes, l'homme illustré) quand j'étais lycéen.
    ça reste un de mes auteurs de SF favoris. Et meme de mes auteurs tout
    court.


    J'avoue que je le croyais mort depuis longtemps, et je ne savais pas qu'il continuait à écrire.
    Le film de Truffaut sur Farenheit 451 n'est pas un des meilleurs du
    grand réalisateur français, mais il reste une agréable intro au bouquin.
    http://www.youtube.com/watch?v=M9n98SXNGl8

    Le film de 83 des studios Disney sur la foire des ténèbres vaut le coup
    d'oeil. L'acteur qui joue monsieur Dark est vraiment excellent et le
    film est un des rares pour enfants que je trouve à meme de les
    inquiéter.
    http://www.youtube.com/watch?v=HX_1TyS1gqQ

    Perso, c'est surtout les chroniques martiennes que je trouve
    fabuleusement poétique. La fin est à chialer de bonheur tant c'est
    beau.


    The Martian Chronicles is a 1950 science fiction short story collection by Ray Bradbury that chronicles the colonization of Mars by humans fleeing from a troubled and eventually atomically devastated Earth, and the conflict between aboriginal
    Martians and the new colonists. The book lies somewhere between a short
    story collection and an episodic novel, containing stories Bradbury
    originally published in the late 1940s in science fiction magazines. The
    stories were loosely woven together with a series of short, interstitial vignettes for publication.
    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Martian_Chronicles






    Janvier 2030
    L’été de la fusée

    A un moment donné c’était l’hiver en Ohio, avec ses portes fermées, ses fenêtres verrouillées, ses vitres masquées de givre, ses toits frangés de stalactites, les enfants qui skiaient
    sur les pentes, les ménagères engoncées dans leurs fourrures qui, tels de grands ours noirs, avançaient pesamment dans les rues verglacées.

    Puis une longue vague de chaleur
    balaya la petite ville. Un raz de marée d’air brûlant ; comme si on avait
    laissé ouvert un four de boulanger. La vibration de fournaise passa sur les
    pavillons, les buissons, les enfants. Les glaçons se détachèrent, se brisèrent,
    se mirent à fondre. Portes et fenêtres s’ouvrirent à la volée. Les enfants
    s’extirpèrent de leurs lainages. Les femmes se dépouillèrent de leurs défroques
    d’ours. La neige se liquéfia, révélant l’ancien vert des pelouses de l’été
    précédent.

    L’été de la fusée.
    On passa le mot dans les maisons grandesouvertes. L’été de la fusée. La
    touffeur de désert modifiait les broderies du givre sur les fenêtres, effaçait l’œuvre d’art. Skis et luges devenaient soudain inutiles. La neige qui tombait
    du ciel froid sur la ville se transformait en pluie chaude avant de toucher le
    sol.

    L’été de la fusée.
    Les gens se penchaient hors de leurs vérandas
    ruisselantes pour contempler le ciel rougeoyant.

    Sur la rampe de lancement, la
    fusée crachait des nuages de flammes roses et une chaleur d’étuve. Dressée dans
    cette froide matinée d’hiver, elle donnait vie à l’été à chaque souffle de ses
    puissantes tuyères. La fusée commandait au climat, faisant régner un court
    moment l’été sur le pays.

    Août 2030

    La nuit d’été

    Dans les galeries de pierre, les gens formaient des groupes et des grappes qui se glissaient dans les ombres au
    milieu des collines bleues. Une douce clarté tombait des étoiles et des deux
    lunes luminescentes de Mars. Au-delà de l’amphithéâtre, dans de lointaines
    ténèbres, se nichaient de petites agglomérations et des villas ; des eaux
    argentées s’étalaient en nappes immobiles et les canaux scintillaient d’un
    horizon à l’autre. C’était un soir d’été dans toute la paix et la clémence de
    la planète Mars.

    Sur les canaux de vin vert se croisaient des bateaux aussi délicats que des fleurs de bronze. Au sein des
    longues demeures qui s’incurvaient interminablement, pareilles à des serpents
    au repos, à travers les collines, les amants paressaient en échangeant des
    chuchotis dans la fraîcheur nocturne des lits. Quelques enfants couraient encore
    dans les ruelles à la lueur des torches, brandissant des araignées d’or qui
    projetaient des entrelacs de fils. Ca et là se préparait un souper tardif sur
    des tables où de la lave portée au blanc argent bouillonnait en sifflant. Dans
    les amphithéâtres d’une centaine de villes situées sur la face nocturne de
    Mars, les Martiens à la peau brune et aux yeux pareils à des pièces d’or
    étaient calmement conviés à fixer leur attention sur des estrades où des
    musiciens faisaient flotter une musique sereine, tel un parfum de fleur, dans
    l’air paisible.


    Sur une estrade une femme chantait.

    Un frémissement parcourut
    l’assistance.

    Elle s’arrêta de chanter, porta
    une main à sa gorge, fit un signe de tête aux musiciens et ils reprirent le
    morceau.

    Et les musiciens de jouer et elle de chanter, et cette fois l’assistance soupira et se pencha en avant, quelques
    hommes se dressèrent sous le coup de la surprise, et un souffle glacé traversa
    l’amphithéâtre. Car c’était une chanson étrange et effrayante que chantait
    cette femme. Elle tenta d’empêcher les mots de franchir ses lèvres, mais ils
    étaient là :

    La beauté marche avec elle, comme la nuit

    Des cieux qui sont voués au règne des
    étoiles ;


    Et le plus beau du noir et de tout ce qui
    luit


    Dans sa personne entière et ses yeux se
    dévoile...


    La chanteuse se fit un bâillon de ses mains, interdite.

    “ Qu’est-ce que c’est que ces paroles ? se demandaient les musiciens.

    - Qu’est-ce que c’est que cette
    chanson ?

    - Qu’est-ce que c’est que cette langue ? ”

    Et quand ils se remirent à souffler
    dans leurs trompes dorées, l’étrange musique s’éleva pour planer au-dessus des
    spectateurs qui maintenant quittaient leurs sièges en parlant à voix haute.

    “ Qu’est-ce qui te prend ? se demandaient mutuellement les musiciens.

    - Quel air tu jouais ?


    - Et toi, qu’est-ce que tu joues ? ”

    La femme fondit en larmes et
    quitta la scène en courant. Le public déserta l’amphithéâtre. Et partout, dans
    toutes les villes de Mars, jetant le trouble, le même phénomène s’était
    produit. Une froidure de neige s’était emparé de l’atmosphère.

    Dans les ruelles enténébrées, sous les torches, les enfants chantaient :

    Et quand elle arriva

    Il n’y avait plus rien,

    Et son chien fit tintin !

    “ Hé, les enfants ! criaient des voix. C’était quoi cette chanson ? Où l’avez-vous apprise ?

    - Elle nous est venue comme ça, d’un coup. C’est des mots qu’on ne comprend pas. ”

    Les portes claquaient. Les rues
    se vidaient. Au-dessus des collines bleues une étoile verte se leva.

    Sur toute la face nocturne de Mars les amants se réveillaient pour écouter leurs bien-aimées fredonner dans
    l’obscurité.

    “ Quel est donc cet air ? ”

    Et dans un millier de villas, au milieu de la nuit, des femmes se réveillaient en hurlant. Il fallait les calmer
    tandis que leur visage ruisselait de larmes. “ Là, là. Dors. Qu’est-ce qui ne va pas ? Un rêve ?

    - Quelque chose d’affreux va arriver demain matin.

    - Il ne peut rien arriver, tout va bien. ”

    Sanglot hystérique. “ Ca se rapproche, ça se rapproche de plus en
    plus
    !


    - Il ne peut rien nous arriver.
    Quelle idée ! Allons, dors. Dors. ”


    Tout était calme dans les petites heures du matin martien, aussi calme que les fraîches ténèbres d’un puits. Les
    étoiles brillaient dans les eaux des canaux ; les enfants étaient
    pelotonnés dans leur chambre et le bruit de leur respiration, les poings
    refermés sur leurs araignées d’or ; les amants étaient enlacés, les lunes
    couchées, les torches froides, les amphithéâtres de pierre déserts.


    Le silence ne fut rompu qu’à l’approche de l’aube par un veilleur de nuit qui, au loin, dans les sombres
    profondeurs d’une rue solitaire, fredonnait en marchant une étrange chanson...

    http://www.neomillenium.org/bibliotheque/bqdbury.htm




    Farenheit 451

    Dans un futur indéterminé, Montag est un « pompier » dont le
    travail est de brûler toutes les œuvres écrites, sans exception. Lui et
    son escouade pyromane parcourent la ville à la recherche de toutes les
    bibliothèques illégales, et ont pour ordre strict d’en faire un autodafé.
    Le monde de Montag est un monde où posséder un livre, voire simplement
    lire une œuvre écrite, sont devenus des crimes. La littérature, répugnée
    par la société, n’existe plus. Jusque-là pleinement satisfait de son
    travail, Montag va un jour décider de soustraire des livres à leur
    destruction promise et va les lire. Il décide de cacher les œuvres chez
    lui, sans que personne ne soit au courant. Une nuit, en regagnant sa
    maison après son travail, il rencontre une jeune fille au détour d'une
    rue. Elle s'appelle Clarisse McClellan; elle a 17 ans. Elle est
    l'opposée en tous points de l'épouse de Guy Montag, Mildred, endoctrinée
    par la propagande télévisée.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fahrenheit_451




    Something Wicked This Way Comes is a 1962 novel by Ray Bradbury. It is about two 13-year-old boys, Jim Nightshade and William Halloway, who have a harrowing experience with a nightmarish traveling carnival that comes to their Midwestern town one October. The carnival's leader is the mysterious "Mr. Dark" who bears a tattoo
    for each person who, lured by the offer to live out his secret
    fantasies, has become bound in service to the carnival. Mr. Dark's
    malevolent presence is countered by that of Will's father, Charles
    Halloway, who harbors his own secret desire to regain his youth because
    he feels like he is too old for Will.


    The novel combines elements of fantasy and horror,
    analyzing the conflicting natures of good and evil, and on how they
    come into play between the characters and the carnival. Unlike many of
    Bradbury's other works, including the tangentially related Dandelion Wine, which is a collection of loosely related short stories, Something Wicked This Way Comes is a full-length novel.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Something_Wicked_This_Way_Comes_%28novel%29




    Composé de dix-huit nouvelles, L'Homme illustré est construit autour de la rencontre entre le narrateur et un employé de cirque. Ce dernier a été tatoué, ou plutôt illustré,
    sur l'ensemble du corps par une vieille femme qui prétendait maîtriser
    le temps. Chaque image, en prenant vie, raconte alors une histoire
    différente, prédictive de ce qui doit arriver. Les nouvelles sont
    indépendantes les unes des autres.

    De la même manière que le font les Chroniques martiennes, L'Homme illustré traite de thèmes qui sont chers à la société américaine de l'époque. Ainsi, le recueil peut parfois s'avérer être une critique de la guerre (La Grand-route, Le Renard et la forêt, La Dernière nuit du monde), du racisme (Comme on se retrouve) ou de la technologie (La Brousse, Automates, société anonyme).


    Ray Bradbury, notamment dans ses nouvelles Les Bannis et La Bétonneuse s'intéresse également ici au problème de la censure. De ce fait, il prépare ce qui deviendra plus tard le roman Fahrenheit 451.


    Enfin le recueil, comme d'autres œuvres écrites durant l'Age d'or de la science-fiction aborde la conquête de l'espace,
    en laissant cette fois-ci la place centrale des intrigues aux rapports
    humains et aux conséquences de la technologie sur ces derniers.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Homme_illustr%C3%A9




    Mort de Ray Bradbury : Hommage d’Aurélie Filippetti


    L’auteur Ray Bradbury est décédé mardi 5 juin à Los
    Angeles. Il avait 91 ans. Ce maître de la science-fiction a aidé à
    faire entrer le genre au panthéon de la littérature. Aurélie
    Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, a tenu à
    rendre hommage à cet homme qui aimait les livres papier, les
    bibliothèques et pas les ebooks. (lire notre article)
    Voici le communiqué du ministre : « Avec
    Ray Bradbury, c’est un géant de la littérature mondiale qui disparaît.
    Un romancier véritablement visionnaire qui a donné ses lettres de
    noblesse à la science-fiction, qu’il considérait comme « une description
    de la réalité » par opposition au fantastique, « une description de
    l’irréel ».

    En 1954, son recueil Chroniques martiennes sera le
    premier numéro de la collection Présence du futur, collection
    d’ouvrages de science-fiction, des éditions Denoël. Fahrenheit 451 et
    Chroniques martiennes, ses romans cultes, sont de ceux qui traversent
    les siècles en bouleversant et en enflammant l’imagination de leurs
    lecteurs.
    Nous avons tous été marqués par Fahrenheit 451, cette fable inspirée des
    autodafés nazis de livres, adaptée au cinéma par François Truffaut en
    1966. Peu d’œuvres ont aussi bien dénoncé les grands maux de notre
    siècle : la censure et le totalitarisme, les dangers de la modernité, la
    société de consommation.

    Bradbury était un humaniste, inquiet de la survie
    spirituelle de l’humanité. Cette inquiétude l’a poussé à écrire
    frénétiquement depuis l’âge de 17 ans, en autodidacte, dans toutes les
    formes d’écritures : cinq cents nouvelles, trente romans, pièces de
    théâtre, scénarios. C’était sa façon à lui de « vivre pour toujours ». »


    http://www.idboox.com/ebook/infos-ebooks/mort-de-ray-bradbury-hommage-d-aurelie-filippetti/
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: [SF/Fantasy] Ray Bradbury est mort

    Message par Moira le Jeu 7 Juin - 19:36

    Bah merde alors. J'avais encore consulté sa page Wikipédia y'a deux ou trois semaines. J'ai adoré Farenheit 451, et je sais que j'ai lu Chroniques martiennes parmi d'autres bouquins de SF que j'avais avalés en peu de temps y'a cinq ans (A.E. Van Vogt, Ray Bradbury, Isaac Asimov, principalement). Je suis triste.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [SF/Fantasy] Ray Bradbury est mort

    Message par Ju le Jeu 7 Juin - 22:49

    Je savais pas Sad
    Pas eu le temps de regarder ou écouter les infos cette semaine Sad

    Mon père m'a fait lire Farenheit 451. Ca fait partie de mon éducation. Je regrette pas.
    avatar
    ADN san
    Citoyen

    Messages : 486
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [SF/Fantasy] Ray Bradbury est mort

    Message par ADN san le Jeu 7 Juin - 22:59



    - - -

    - - -



    Contenu sponsorisé

    Re: [SF/Fantasy] Ray Bradbury est mort

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû - 19:28