Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Partagez
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Bluipiah le Lun 11 Juil - 22:24

    C'est le meme topic que j'ai posté sur FH, mais si j'ai bien compris, il y a des membres ici qui ne viennent plus sur FH, alors autant le mettre ici aussi. Ca fait un peu doublon mais bon, ça ne me coute qu'un copier/coller. Et puis on aura ptete des nouveaux arrivants pas issus de FH?
    Voila, il n'y a rien de plus ici, sauf si vous me versez 4,99 Dollars, auquel cas vous aurez une sextape.



    "Just one more thing", c'est une des catchphrase les plus célèbres du plus malin des flics à la télé, j'ai nommé le lieutenant Columbo.
    J'adore Columbo, c'est une de mes 5 séries préférées, et avec le décès de Peter Falk il y a quelques jours, j'ai eu envie de finir ce topic, un peu pour lui rendre hommage, et un peu pour vous faire redécouvrir cette série, car je suis sur que vous la connaissez déjà, mais peut-etre superficiellement?
    Columbo est souvent considérée comme une série rasoir ou il n'y a pas du suspense, et en tant que fan je trouve ça un peu injuste.
    Ce qui me plait dedans, c'est l'atmosphère inimitable, les énigmes à l'ancienne, l'ambiance. J'espère que la lecture de ce topic en incitera certains à la voir d'un autre oeil ^^

    Dans les années 60, William Link et Richard Levinson sont deux scénaristes assez connus et amis de longue date. Ils sont membres de l'organisation Mystery Writers of America, et leur dada, c'est d'écrire des histoires policières, des polars, des enquêtes, des romans à suspense, tout ce qui compose le mystery genre. Ils sont fans d'Alfred Hitchcock, d'Arthur Conan Doyle et d'Agatha Christie. Ils ont prétés leurs plumes pour des romans de gare, des films et des téléfilms, des feuilletons et des périodiques.


    Richard Levinson et William Link

    Véxé de s'être fait traité de dinosaure par un producteur peu visionnaire qui avait qualifié le genre smart cop de dépassé et bon pour la poubelle, et plutôt que de réecrire le travail des autres, William Link était habité par l'idée de créer sa propre série.

    Le Smart cop, c'est le flic intelligent, celui dont le point fort est sa cervelle. Il faut savoir que pendant la gestation de Columbo, le genre commençait doucement à péricliter, et on assistait à l'avénement du Beat cop, celui qui utilise plutôt ses poings ou son flingue, genre dont l'incarnation ultime est Dirty Harry Callahan en 1971, ou les justiciers solitaires de type vigilante, à la Charles Bronson. Plus tard on verra apparaitre les Glamour cops, puis encore plus tard les Techno Cops qui résolvent leurs enquêtes grace à la technologie et aux progrès de la science.
    Mais revenons à nos moutons. Link et Levinson sont motivés pour défendre ce qu'ils aiment, le détective à l'ancienne. Pour eux le genre n'est pas mort, et ils sont bien motivés à le prouver, mais pour sauver le genre, il faut être capable de le renouveller, de sortir des codes établis. Pour les deux compères, le plus important était de sortir du format classique du Whodunit.

    Qu'est ce que le Whodunit? En fait, si vous lisez un Agatha Christie, ou une histoire avec Sherlock Holmes, un Maigret, une aventure de Rouletabille, bref peu importe, si vous regardez/lisez une enquête policière, il y a de très grandes chances que ce soit du whodunit. Vous pouvez traduire ça sommairement par "Qui l'as fait". Who done it, qui l'as fait, c'est à-dire qui est le ou la coupable?
    Dans une histoire de type whodunit, un crime est commis au début, ou un vol, un kidnapping, un délit, quelque chose et le lecteur ne sait pas qui en est le responsable. Arrive alors un personnage sensé mener l'enquête, et le lecteur suit ses progrès, jusqu'à la révélation finale ou le coupable est enfin démasqué. Le suspense ou le mystère tient alors dans l'identité des coupables, leurs motivations, savoir comment ils ont opérés, etc. En général le personnage principal garde une longueur d'avance sur le lecteur, ou alors ses compétences font en sorte que lui seul peut comprendre et interpréter correctement certains indices, et ainsi le lecteur ne peut être sur de l'identité du ou des coupables avant que le personnage principal ne le révèle. Si vous avez déjà lu un Poirot, vous voyez de quoi je parle.
    Pour Link et Levinson, il était important de sortir du whodunit pour proposer quelque chose de neuf, et aussi de marquer de leurs empreintes le genre.
    Ainsi est réapparu un genre oublié, le Howcatchem.

    Le Howcatchem, ou "Comment les attraper" est le format opposé au whodunit: Ici, il n'y a pas de mystère quant à l'identité du coupable. On sait dès le début de qui il s'agit, on sait pourquoi il l'as fait, on sait comment il l'as fait, et on sait avec qui il l'as fait.
    Le suspense du Howcatchem repose sur d'autres éléments, nottament la chute du coupable. Comment va t'il se faire attraper, qu'est ce qui va permettre à la police de le coincer? Ce ne sont pas eux qui ont inventé ce genre, mais ils l'ont en tous cas popularisé.

    Pour Link et Levinson, remettre au gout du jour le format presque inconnu du howcatchem était une priorité. Il fallait sortir des sentiers battus, ou disparaitre.
    En plus de ça, ils mirent sur le papier ce qui leur tenait à coeur dans leur esprit de romanciers old school dinosaures (Il semblerait que Link n'ait vraiment pas digéré cette insulte à l'époque).
    Premièrement, le personnage principal devait lui aussi être un dinosaure, quelqu'un du passé. Pied de nez à tous les producteurs qui ne jurent que par ce qui est à la mode, voire petite vengeance personnelle, en tous cas le "héros" devait être assez old school, quelqu'un sorti d'une autre époque, le témoignage d'un temps révolu.
    Quelqu'un qui n'utilise pas ses poings ou son arme, quelqu'un qui n'est pas moderne et n'est pas à l'aise avec le monde moderne, quelqu'un qui ne se tient pas vraiment au courant des dernières innovations technologiques, parce que justement c'est un dinosaure, et qu'il est tourné vers le passé.
    Deuxièmement, le personnage devait avoir un certain age, voire être vieux, car il y a plus de chances qu'une personne assez agée soit old school, en tous cas c'est plus cohérent, plus crédible. Levinson déclara plus tard qui n'aimait pas la mode du jeunisme (déjà présente à l'époque). Pour lui la question de l'age avait son importance, et lorsque lui et son ami décidèrent plus tard de créer une série avec comme personnage principal une femme, ils décidèrent la encore de ne pas céder à la mode du jeunisme, et de mettre une vieille dame. Ce personnage sera Jessica Fletcher dans la série Murder, she wrote, ou Arabesque en VF.



    Jessica Fletcher

    Jessica Fletcher, c'est un peu la grand-mère que tous les enfants réveraient d'avoir, une mamie super sympa mais une mamie quand même. Mettre comme personnage principal une personne agée n'était pas vraiment un gros risque en soi, mais ca devenait démodé, c'est pour ça que Link et Levinson tenait à ce que leur "héros" ne soit pas quelqu'un qui dispose de tous les atouts de la jeunesse, quelqu'un de beau, de grand, de costaud ou de puissant, qui puisse aussi se servir de son sex-appeal.
    D'ailleurs à la base, ils trouvaient que Peter Falk avec ses 40 ans était trop jeune pour incarner le lieutenant à l'imperméable.

    Ensuite, en tant que personnage ni jeune ni beau ni fort, il ne devait pas être intimidant comme le sera Dirty Harry, ni évidemment intelligent comme un Hercule Poirot. On ne doit pas s'en méfier. On ne doit même pas savoir qu'il est de la police avant qu'il nous le dise. Comme Jessica Fletcher, il ne doit pas inspirer la crainte ou la méfiance lorsqu'on est un coupable. Qui se méfierait d'une vieille dame? Qui se méfierait d'un flic qui as l'air constamment dans la lune?
    Enfin, quitte à sortir des sentiers battus, pourquoi ne pas carrément inverses les rôles? Et si le méchant apparaissait aux yeux des spectateurs comme plus sympathique que le gentil? Pourquoi ne pas faire en sorte que les spectateurs souhaitent qu'ils s'en tire? Et si le héros avait en plus des manies agaçantes qui donnerait envie de lui foutre des claques?

    En 1960, William Link et Richard Levinson adaptent pour la télévision une de leur nouvelle dans laquelle un policier du nom de Fisher résolvait une énigme sur laquelle plusieurs enquêteurs s'étaient cassées les dents. Link et Levinson n'ont pas eu un controle créatif total sur ce téléfilm appellé Enough Rope, qui n'as eu qu'un petit succès d'estime, mais pour la petite anecdote, ils changèrent quasiment à la dernière minute le nom de Fisher en... Columbo.
    L'acteur qui interprète Columbo est Bert Freed. Je n'ai pas pu voir ce téléfilm car il ne passe nul part et n'est disponible sur aucun support, mais pour ceux qui l'ont vu, le personnage du Lieutenant diffère pas mal des volontés initiales de Link et Levinson. Columbo y est plus direct, plus agressif, plus ouvertement intelligent.

    En 1962, Link et Levinson décidèrent d'adapter une de leur nouvelle, mais cette fois-ci au théatre. Les couts étants beaucoup moins importants, ils ne seraient pas dépendants d'un studio pour des raisons financières et pourraient donc enfin réaliser leur version de Columbo sans avoir de compte à rendre ou de modifications à effectuer.
    La pièce fut nommée Prescription : Murder, et Thomas Mitchell obtint le rôle du Lieutenant. Il avait à l'époque 70 ans, ce qui correspondait bien à l'image que les deux auteurs s'en faisaient, quelqu'un d'agé, dont on ne se méfiat pas forcément, mais qui disposait d'une grande expérience. Cette fois le succès fut au rendez-vous, la pièce fit un carton et le duo Link/Levinson songeait à adapter d'autres de leurs romans en pièces de théatre. Malheureusement, Mitchell mourut du cancer peu après les dernières représentations. Columbo fut son dernier rôle.

    Avec le succès de la pièce, Link et Levinson acquirent une plus grande notoriété, et la chaine NBC leur commanda une adaptation pour la télévision de Prescription : Murder. Columbo était né avec la télé, il était passé par la case théatre et le voila qui revenait sur le petit écran. Forts de leur nouvelle notoriété, Link et Levinson acceptèrent à condition d'avoir le choix sur le casting, le réalisateur, les musiques etc...
    NBC leur promit que si cette adaptation télé marchait bien, alors la chaine les aiderait à produire leur propre série.
    Nous sommes en 1968 et les téléspectateurs du NBC mystery movie show sont en train de suivre le déroulement du crime parfait imaginé par le docteur psychiatre Ray Fleming (interprété par Gene Barry de La guerre des mondes). Celui-ci vient de tuer sa femme, et il a conçu tout un plan pour avoir un alibi en béton. Il part en voyage avec sa maitresse et complice (qui est déguisée et grimée comme l'était sa femme) et dans l'avion, peu avant le décollage, il s'arrange pour avoir une scène de ménage avec sa prétendue femme, devant tous les passagers qui sont témoins de la dispute. La maitresse quitte l'avion, le docteur part en vacances l'esprit léger. Il est veuf, libre, riche, et quand il reviendra sa maitresse l'attendra, et la police ne le soupçonnera pas, puisque plusieurs personnes pourront témoigner que Madame Fleming était encore vivante lorsque l'avion a décollé. Le mari était loin, ça ne peut pas être lui.

    L'épisode est commençé depuis 30 minutes déjà, et on ne voit pas comment Ray Fleming pourrait être inquiété. La police recherche un voleur, mais elle n'as aucune piste sérieuse.
    Le psychiatre est en train de réfléchir à tout ce qu'il va pouvoir faire, quand soudain c'est le grain de sable dans l'engrenange.

    Oh, rien de grave, c'est juste ce flic de la criminelle qui lui pose une ou deux questions. Il n'as pas l'air bien méchant, et puis il est si poli, toujours à donner du "Monsieur", à faire de légères courbettes. Pour tout dire, il à l'air perdu, dépassé par les évenements. Une poignée de mains, les politesses d'usage et le voila qui part...

    Ah, tiens non, il revient.

    Il a une toute petite question à poser, la dernière, promis.
    C'est vraiment rien du tout, c'est juste un petit détail qui le chiffonne. Il se met à bavarder, à lui parler de sa femme. Le psychiatre n'en à déjà plus rien à foutre de la sienne, alors celle d'un autre...
    Après un peu de blabla, voila le lieutenant qui part. Enfin tranquille !... Pendant au moins 20 secondes.

    Le lieutenant est revenu.

    Il a juste une dernière ptite question, M'sieur.
    Le lieutenant Columbo tel qu'on le connait venait de naitre sous les traits de Peter Falk.


    Les débuts de Columbo

    Un téléfilm Columbo est une partie d'échecs mentale entre le criminel et le lieutenant, un jeu du chat et de la souris ou les deux adversaires jouent un rôle, le coupable arbore une façade d'innocence et Columbo feint l'incompétence pour mieux endormir ses proies. Le spectateur, lui, suit le déroulement de l'enquête, un coup du point de vue de Columbo et un coup du point de vue du coupable.
    Au début, il est en général confiant et sur d'avoir commis le crime parfait mais le coupable devient rapidement nerveux avec le temps, Columbo devenant de plus en plus intrusif. Pour moi, l'interet de la série se situe dans les diverses réactions des criminels et criminelles face aux techniques de Columbo.
    Ils essaient de l'aider pendant un temps, le lieutenant à l'air largué, puis après une poignée de questions embarassantes, ils essaient de dévier l'obstiné Columbo sur une fausse piste. Columbo joue avec ça, et il n'hésite pas à se faire passer pour un imbécile pour mieux demander par la suite de l'aide aux suspects. Il leur demande d'exposer leur théories sur le meurtre, qui as bien pu faire ça selon eux, et il parle, il blablate, encore et encore, c'est un incorrigible bavard, mais dérrière le papotage innocent se tapissent les questions assassines, d'autant plus redoutables que les suspects sont pris par surprise, déjà bien énérvés et irrités que le lieutenant tourne autant autour du pot pour le moindre truc.
    C'est une des techniques les plus utilisées de Columbo, le False Exit.

    Le False exit, c'est quand Columbo fait semblant de s'en aller après avoir discuté avec le suspect. Il se répand en politesses inutiles, continue de tenir la jambe, puis s'en va. le suspect se croit tranquille, et Columbo revient, avec une dernière question, même pas liée à l'enquête. Combien vaut la paire de chaussures que le coupable porte, est ce qu'il a la recette de tel plat, est-ce que Columbo a bien mis sa cravate, une question insignifiante uniquement dans le but de casser les noix à son interlocuteur. Ce petit jeu peut se répéter plusieurs fois, puis lorsque le suspect est bien fébrile, et donc off-guard, Columbo revient pour poser la question qui lui brulait les lêvres depuis le début. Le suspect, sous le coup de la colère (mauvaise conseillère), n'as pas le temps de réfléchir à une réponse adéquate, alors il parle. Et parler à Columbo quand on est coupable, c'est dangereux. Le coupable révèle un peu ses cartes, conscient trop tard qu'il s'est fait manipuler.
    Cela le rend presque sympathique, en tous cas c'était le but des deux auteurs que le spectateur puisse, à un certain degré, s'identifier au coupable et vouloir qu'il s'en sorte. L'accent est mis la dessus dans quasiment tous les épisodes. Le coupable à un rôle presque plus important que Columbo dans le téléfilm. C'est lui la star (temporaire) du show. C'est lui qu'on voit au début, Columbo n'apparaissant parfois pas avant la première demi-heure du téléfilm. Ce sont ses motivations qui intéressent le spectateur, son mobile, l'élaboration et l'éxécution de son crime. Comment en est-il arrivé la, quelles étaient ses relations avec la victime, et pourquoi on le trouve plus amical que la victime.
    Le but des introductions dans Columbo, c'est un peu de rendre le spectateur complice du meurtrier.

    Le coupable est donc la star du show, et il était joué par des acteurs et actrices de talent: ainsi ont participé aux épisodes des acteurs et actrices tels que Leonard Nimoy, alias Mr.Spock, ou il jouait un coupable chirurgien ambitieux dans A stitch in crime, William Shatner, deux fois coupable dans deux épisodes, Leslie Nielsen, John Cassavetes, le chanteur Johnny Cash, meutrier de Swan Song, Faye Dunaway, Roddy McDowall et Kim Hunter de la Planète des singes, Martin Landau, Robert Conrad, Georges Hamilton et Robert Vaughn, Oskar Werner de Jules et Jim, Dyck Van Dyke... Certains noms ne vous disent peut-être rien, mais à l'époque ils étaient tous très connus, c'était une des marque de fabrique de la série, les coupables étaient interprétés par des guest-stars prestigieuses.

    Parmi eux, il y a un petit groupe officieusement appelé" The Three Villains" et qui sont en fait les acteurs ayant fait le plus d'apparitions dans Columbo en tant que méchants. Lorsqu'on demande à un fan quel est son coupable préféré, il s'agit souvent d'un des "Three Villains".
    Ces 3 acteurs sont Jack Cassidy, Robert Culp et Patrick McGoohan.
    Ils représentent le méchant typique de la série: quelqu'un de bien habillé, propre sur lui, appartenant aux classes supérieures, très confiant parfois jusqu'à l'arrogance et condescendant envers Columbo (qui lui représente les classes moyennes, voire même un peu en dessous).
    Mais à la fin, ils finissent par trouver le lieutenant assez sympathique, et ils le respectent pour ses compétences et son acharnement. Certains lui serrent la main, parfois même ils trinquent avec lui alors qu'ils vont aller en prison, et tous reconnaissent qu'ils ont gravement sous-estimés ce petit flic à l'air bêta.

    Jack Cassidy à joué en tout 3 coupables. Bien qu'il ne soit pas le premier meurtrier de la série, il est quand même considéré comme tel par de nombreux fans car les deux épisodes avant le sien sont des pilotes et catalogués comme "hors-série". Il apparait la première fois dans Murder by the book, en 1971, et a été le coupable dans un de mes épisodes préférés, Now you see him, ou il incarnait un magicien.


    Jack Cassidy en magicien hautain.

    Robert Culp est mon méchant préféré. Il est plus froid et a un coté plus menaçant, mais j'aime beaucoup ses interprétations. Il a joué dans 4 épisodes, 3 fois en tant que coupable, et une fois en tant que père d'un coupable. Et en guise de clin d'oeil pour les fans, il a aussi joué un des méchants dans l'épisode pilote du spin-off Madame Columbo.


    Robert Culp(ability)

    Patrick McGoohan est plus connu pour avoir joué le rôle de numéro 6 dans la série Le prisonnier, vous savez, le gars coincé dans le village avec les gens tous habillés pareil et qui essaie de s'enfuir.
    Il est celui qui est le plus apparu dans Columbo, hors Peter Falk bien sur. Il a joué dans 4 épisodes, à chaque fois coupable, et en a dirigé deux autres, dont l'épisode Ashes to ashes en 1998 qu'il a financé en partie avec ses propres deniers. C'était un vrai fan de la série, il ne ratait aucun épisode et à même écrit quelques articles dessus, mais c'est celui que j'aime le moins dans le trio. Son interprétation est parfois un peu bancale, c'est comme si il ne pouvait s'empêcher par moments de montrer à quel point il était content de jouer dans la série, et son jeu d'acteur s'en ressent, son personnage sourit sans raisons, il cabotine, on s'attend presque à le voir faire un clin d'oeil à la caméra. Il sort parfois de son rôle, je trouve.

    Patrick McGoohan et Peter Falk.

    Columbo est né de parents Italiens, dans un petit quartier près de Chinatown, à New-York. C'était un élève médiocre qui passait plus de temps à trainer avec sa bande d'amis qu'à faire ses devoirs. Columbo n'est pas tellement cultivé, et il le dit souvent à ses suspects, parce que c'est la vérité mais aussi pour les rassurer en se faisant passer pour quelqu'un d'idiot.
    A l'adolescence, Columbo à souvent commis quelques petits délits avec sa bande, casser des lampadaires dans la rue, boucher les tuyaus d'échappements des voitures, ainsi que quelques petits vols. C'est dans un commissariat qu'il fera la connaissance du sergent Gilhooley et c'est à partir de la qu'il commencera à s'intéresser au métier de policier, le sergent étant un homme à l'enthousiasme communicatif qui captivera le jeune Columbo avec ses histoires de police et de bandits. Columbo dira en plaisantant dans un épisode qu'il avait voulu devenir flic pour se racheter de son passé de délinquant.
    Après avoir tenté de devenir menuisier, Columbo partira pour la guerre de Corée en tant que cuisinier. Il cuisine assez bien et envisage une carrière dans cette branche, mais à son retour sur le sol Américain, il rencontre à nouveau Gilhooley qui s'occupera de sa formation, puis il déménagera à Los Angeles ou il se mariera et débutera sa longue carrière de policier.

    Columbo est un homme d'habitudes, il dévie rarement de sa routine. Il mange presque toujours la même chose le midi (du chili con carne avec des biscuits) et porte en général les mêmes vetements, dont son fameux imperméable beige, pas très élégant mais bien pratique avec toutes ces poches pour y fourrer indices et calepins. Columbo note tout car il est souvent dans la lune et il lui arrive d'oublier ce qu'il doit faire dans la journée. Pour info, l'imperméable provient de la garde-robe personnelle de Peter Falk. Columbo est un homme du passé, il n'aime pas le changement. Lorsque sa femme lui achètera un nouveau costume plus élégant mais moins confortable, il demandera à un de ses sergents de bien vouloir le lui voler !
    Il conduit une Peugeot 403 décapotable en mauvais état. La aussi c'est un choix de Peter Falk, qui aimait les voitures, et qui a jeté son dévolu sur le cabriolet.
    "It's a good French car, you know !" dit-il parfois aux coupables, tout en tapant d'un air convaincu sur le capot, ce qui engendre parfois la chute d'un de ses phares ou d'un rétroviseur, alors que les coupables, eux, roulent dans des voitures de luxe, des grosses berlines, en Jaguar et d'un haussement de sourcils méprisant, ils se moquent de la quasi-épave que conduit le lieutenant. Mais Columbo n'en a cure, il garde sa vieille bagnole car il n'aime pas changer, bien qu'il admette que son véhicule lui coute cher en termes de réparations, qu'il cale souvent et que son moteur fait un bruit pas possible, à tel point qu'il effraie parfois les passants quand le moteur fait un bruit de détonation.



    Il fume des cigares de basse qualité mais comme il cotoie régulièrement des gens de la haute société, il s'arrange pour se faire offrir des ciagres plus chers, et quand il n'y a personne autour, il va jusqu'a les fourrer discrètement dans sa poche en sifflotant. Pas vu pas pris.

    Jusqu'en 1974, les spectateurs ne pouvaient dire avec certitude si Columbo était vraiment marié ou pas. Il parle de sa femme dans tous les épisodes mais l'on sait aussi qu'il ment pas mal et invente des événements ou des personnes de sa famille juste pour avoir un sujet de conversation avec le suspect. Peut-être que sa femme était elle aussi une invention, d'autant plus qu'on ne la voit jamais, même lorsqu'elle est dans le coin. Lorsque le suspect veut la rencontrer, Columbo à toujours une bonne excuse, elle ne se sentait pas bien, elle avait mal à la tête, il l'as perdue de vue, une urgence à régler...
    Link et Levinson jouait avec le fait que sa femme était à la fois omniprésente et invisible, et en 1974 dans l'épisode Troubled Waters, on à la confirmation qu'elle existe bel et bien, via une tierce personne qui prévient Columbo que sa femme l'attend au bar. Plus tard dans d'autres épisodes, elle se manifestera en appelant le Lieutenant à son travail, et un des neveux de Columbo lui dira qu'il a vu sa femme récemment et qu'elle avait bonne mine.
    On ne sait par contre pas à quoi elle ressemble, on ne la voit jamais dans la série. On sait juste qu'elle est brune et de taille moyenne, et qu'elle est un peu ronde, ce qui n'est pas pour déplaire à Columbo. Par contre on en apprend beaucoup sur loisirs, et il apparait au final qu'elle un peu une sorte de clone féminin du lieutenant, à partager ses gouts un peu ringards. Quand Columbo lui parle de ses affaires criminelles, elle choisit toujours le mauvais coupable, mais c'est souvent en discutant avec sa femme que Columbo trouve le moyen de coincer le meurtrier.
    Pour l'anecdote, si on ne sait pas à quoi ressemble Madame Columbo (la vraie, pas celle du spin-off), on sait à quoi ressemble Madame Falk, la femme de l'acteur. C'est sur le tournage d'un épisode de Columbo qu'il a rencontré sa vraie (seconde) femme, et elle a joué des seconds rôles dans quelques épisodes. A force de parler de sa femme pour de faux, il a fini par en rencontrer une IRL, et ils étaient encore mariés lors du décès de Falk il y a quelques jours.


    Columbo et sa "vraie" femme.

    Comme pour le lieutenant, le prénom de sa femme devait aussi rester un secret. On devait juste savoir qu'elle avait comme ses soeurs Ruth et Rita un prénom de 4 lettres qui commence par R. Mais en 1978, après la deuxième fin de la série, Peter Falk fit une apparition en tant que Columbo lors d'une émission appelée le Dean Martin celebrity roast. Lors de son passage, il interrompt les invités et les embête un peu de la même manière dont il enquiquinerait un suspect, en parlant pour ne rien dire. Puis il demande un autographe à l'un des invités et lui fait réécrire plusieurs fois, en lui demandant de signer "Pour le lieutenant Columbo" puis "Pour le lieutenant et sa femme" puis de mettre sa femme en premier, puis à la fin il lui dit "Mettez juste Pour Rose".
    La femme du lieutenant s'appelle donc Rose.

    http://www.youtube.com/watch?fmt=18&gl=NL&feature=channel&hl=nl&v=yuevpFTS_po


    Quel est le prénom de Columbo?

    Jusqu'en 2006, c'était la question qui revenait souvent sur les forums de discussions dédiés au célèbre detective. Lors d'interviews, Peter Falk plaisantait en disant que le prénom du célèbre detective était lieutenant. Les producteurs de la série et Falk lui même préferaient que cela reste un mystère, pour ajouter une petite particularité à la série. Il ne le dit jamais lorsqu'on lui demande, se contentant d'un simple "Lieutenant Columbo m'sieur" (ou m'dame), les coupables comme ses collègues l'appellent toujours comme ça, soit par son grade soit par son nom. Dans un épisode, Columbo dit que seule sa femme l'utilise de toute façons.
    Les créateurs de la série voulaient à la base que son prénom reste un mystère, ils ne lui en avaient pas attribué un en particulier.
    Théoriquement, Columbo pouvait avoir n'importe quel prénom mais au fil du temps, 4 étaient considérés comme plus ou moins crédibles par les fans pour diverses raisons: Bob, Phillip, Frank et Joseph.

    Le premier prénom possible était Bob. Dans l'épisode Etude in black / Symphonie en noir , Columbo est chez le vétérinaire pour son chien et à un moment, on entend distinctement le véto dire "Hey Bob!". Comme ils ne sont que tous les deux, il s'adresse normalement à Columbo. Les studios Universal précisèrent après que le lieutenant ne s'appellait pas Bob et que l'acteur qui jouait le vétérinaire croyait que la scène était finie et qu'il s'adressait en fait à quelqu'un du plateau.
    A noter que le "Hey Bob!" a disparu de l'épisode lors de la sortie des DVD.

    Le deuxième prénom possible était Phillip. Une édition du Trivial pursuit posait la question suivante "Quel est le prénom du lieutenant Columbo dans la série éponyme?" et au dos de la carte il y était marqué "Phillip". Certains ont cru que c'était officiel et Peugeot aurait fait une affiche publicitaire disant "Faites comme Phillip Columbo, achetez une Peugeot".
    Il s'agissait en fait d'un fake, les personnes chargées de rédiger les questions pour le Trivial pursuit prenaient leurs sources dans divers ouvrages, dont ceux de Fred L.Worth qui écrivait des bouquins de culture générale, ils ignoraient juste que l'auteur avait volontairement placé plusieurs informations fausses pour voir si certains de ses bouquins étaient plagiés. Fred Worth à même porté plainte contre les éditeurs du Trivial pursuit en arguant qu'ils ne lui avaient pas payés de copyrights, mais il a perdu son procès.

    Les deux autres prénoms possibles étaient Frank et Joseph. Dans l'épisode Dead weight / Poids mort, le général Hollister (le coupable du jour) demande à voir le badge de police de Columbo. Celui-ci lui montre mais, contrairement à d'habitude, la caméra n'est pas placée dérrière lui mais de trois quarts. On peut alors voir un peu ce qu'il y a marqué sur sa carte. A l'époque la qualité d'image était beaucoup moins bonne que maintenant, et en zoomant certains lisaient "Frank", d'autres "Joseph". Encore une fois Universal a dit que ce n'était ni l'un ni l'autre et que ce qu'il y avait de marqué sur la carte était juste du fait d'un des accessoiristes de la série, qui a marqué le premier prénom qui lui passait par la tête parce qu'il fallait bien marquer quelque chose, sinon la carte faisait vide.
    Lors des sorties en DVD, la qualité d'image a été retravaillée et cette fois en zoomant, on peut voir clairement qu'il y est inscrit "Frank".



    Finalement, lors de la sortie de la saison 4 en DVD, les fans ont eu une petite surprise dans le boitier puisque en soulevant le dernier dvd, on voyait dérrière une photo de Columbo et de son chien, avec marqué en dessous "Frank Columbo, L.A.P.D".

    Cette fois ci c'était officiel, le lieutenant s'appelle Frank.

    Cependant, je me permet d'ajouter une réflexion personnelle, partagée par quelques fans: Columbo étant d'origine Italienne et les membres de sa famille ayant des prénoms Italiens (qu'ils ont américanisés après l'obtention de la nationalité), il serait surprenant que le prénom d'origine de Columbo ne soit pas Italien.
    Le cousin Marco est devenu Mark, l'oncle Giovanni est devenu John, le petit neveu s'appelle Giuseppe ou Joseph, bref tous les membres de sa famille qui ont émigrés ont changés leurs prénoms. Il serait logique que ce soit aussi le cas pour Columbo, et que Frank soit la version US de son prénom Italien.
    Son prénom original pourrait alors être Franco, ou Francesco.
    Je trouve que le deuxième sonne bien. Francesco "Frank" Columbo. Dans ma tête, c'est comme ça qu'il s'appelle ^^

    Le chien

    A la base, les Columbo ne devaient pas avoir de chien, et dans les premiers téléfilms, ils n'en ont pas. Mais une fois que la série à eu du succès, les studios Universal ont fait pression sur Link et Levinson pour qu'ils ajoutent un autre personnage récurrent en dehors de Columbo. Ils voyaient bien un jeune sergent, un partenaire pour le Lieutenant, quelqu'un qui aurait une personnalité opposée. Ils pensaient que le manque de personnages récurrents allaient lasser les téléspectateurs. Link et Levinson n'étaient pas chaud pour inclure un autre personnage revenant régulièrement, et Falk non plus. Ils ne voulaient pas d'une ambiance Buddy movie, et ce n'était de toutes façons pas l'idée qu'ils avaient en tête depuis le début. Columbo devait travailler seul la plupart du temps.
    Universal a insisté pour qu'un autre personnage fasse son apparition, peu importe que son rôle soit imprtant ou pas. Ils l'exigeait.

    William Link et Richard Levinson ont feintés: ils ont bien ajouté un personnage, mais il s'agit d'un animal ! Un chien, un basset un peu à l'image du Lieutenant, petit, moche, un peu lent. Columbo le trouve dans un chenil lors d'une affaire et il s'y attache. Comme pour son maitre, le chien n'as pas de prénom. Quelques personnes dans l'entourage du détective ont fait des propositions, le véto trouvait que Fido (fidèle) lui irait bien, mais aucun ne lui plaisait. Au final, il sera juste appellé The dog, le chien, car le chien ne vient ni ne répond à aucun nom. La seule chose qui le fasse réagir est le remplissage de sa gamelle.



    C'est un basset apathique dont les deux activitées principales sont de dormir et de baver. A un moment, Columbo pensait en faire un chien de garde, mais dans une nouvelle, le chien a réussi à s'endormir en plein cambriolage. La seule fois ou le chien a fait preuve d'un peu d'initiative, c'est pour mordre Columbo parce que celui ci l'avait amené à un concours canin et que le chien était jaloux des autres concurrents !
    Le chien n'apparait que dans 10 téléfilms, il a souvent une utilité plus comique qu'autre chose.

    Columbo pense que son chien pourrait être une arme mortelle : http://www.youtube.com/watch?v=P5HRVz_bSqg

    Le thème musical caché.

    La quasi totalité des séries ont un thème qui les symbolise musicalement, ou qui représente le ou les personnages principaux. Vous êtes surement capable de reconnaitre les yeux fermés le thème des Simpsons, celui de MacGyver, de Starsky et Hutch et de bien d'autres. Les séries célèbres ont un thème qui devient facilement identifiable meme lorsqu'on ne les regardent pas. Je n'ai jamais vu un seul épisode de Mission: Impossible, pourtant je connais la musique. Quasiment toutes les séries ont un générique de début et de fin, les dessins animés aussi, les séries en anime...

    Columbo n'as pas de générique commun à tous les épisodes et donc n'as officiellement pas de thème particulier. Ceci est du au fait que chaque histoire de Columbo n'est pas vraiment considérée comme un épisode mais comme un téléfilm à part entière, n'ayant pas de liens les uns avec les autres (il n'y a pas vraiment de continuité et aucun autre personnage récurrent, excepté le chien et une poignée de persos secondaires) et donc comme ce sont des téléfilms, ils ont chacun un thème précis, différent de celui des autres téléfilms, et faits par des compositeurs différents selon les saisons.
    Ces divers thèmes "s'adaptent" au style du téléfilm, par exemple si le lieutenant enquête dans un campus de l'armée, nous aurons beaucoup de mélodies évoquant les marches militaires. Un épisode se passe au Mexique et voila qu'on entend des mariachis. Si le meutrier est un chef d'orchestre, alors l'histoire sera parsemée de musique classique, etc...

    Bref chaque téléfilm à son style musical, et la série elle-même n'as pas de thème. Pourtant, on peut trouver sur plusieurs sites un thème prétendument attitré à Columbo. Et si vous tapez "Columbo theme" sur Youtube, vous trouverez la musique suivante, qui est reprise sur les sites de fans en question.

    http://www.youtube.com/watch?v=dRBWG0nBdyw

    Alors, comment se fait-il? En fait, cette musique est considérée à tort comme le thème officiel par beaucoup téléspectateurs Américains parce que les épisodes de Columbo passaient dans une émission appellée The mystery movie show, sur NBC. Il s'agit du thème de l'émission, et non pas de Columbo. Au début, il y avait d'autres séries policières, puis avec le temps l'émission ne diffusait plus que des épisodes de Columbo, ce qui fait que les téléspectateurs Américains entendaient d'abord le thème de Mystery movie avant chaque épisode de Columbo, et donc l'associaient à la série plus qu'à l'émission.
    Ce thème d'introduction n'as été diffusé qu'aux Etats-Unis et un peu en Angleterre, il est normal qu'il ne vous dise rien.
    Il n'y a donc pas de thème officiel à la série, mais il y a par contre un thème officieux qui caractérise le lieutenant, un air "caché", que seuls les fans connaissent.

    On peut l'entendre sans faire attention dans plusieurs épisodes, puis lorsqu'on vous le dit, on repère la mélodie à chacune de ses apparitions. Cette mélodie cachée provient d'une sorte de private joke entre Peter Falk et les créateurs, Link et Levinson. Ceux ci ont remarqué que lorsque le lieutenant sifflotait dans une scène, c'était toujours la même chose. Ils ont demandé à Peter Falk de changer de mélodie, histoire de ne pas lasser le spectateur avec toujours le même air mais Falk a répliqué que de toutes façons personne ne faisait gaffe quand le lieutenant sifflotait. C'était juste un bruit de fond. Link et Levinson ont insistés et à chaque nouvelle scène, Peter Falk sifflait le même air avec une excuse différente, comme quoi il avait la tete ailleurs et qu'il n'avait pas fait attention, que c'était trop tard pour refaire une prise, que cet air la s'accordait bien avec la scène, ou que de toutes façons il n'en connaissait qu'un.

    En guise de clin d'oeil à l'obstination bornée de Falk, Link et Levinson inclurent dans plusieurs épisodes une version orchestrée de cette mélodie. Un coup elle passe à la radio, une autre fois ce sont des enfants dans une chorale qui l'entonnent quand Columbo passe à proximité, parfois, c'est le ou la coupable qui se surprend à la marmonner, comme si ils avaient étés contaminés par le lieutenant.
    Cet air, c'est "This old man came rolling home" ou "This old man", parfois aussi appelée "The children marching song". C'est une comptine enfantine connue aux USA, à la musique répétitive et aux paroles absurdes, le genre de truc qu'on chante aux petits pour les endormir. L'air a été repris de nombreuses fois dans beaucoup de pays, justement pour des émissions pour enfants. Aux USA c'est Barney le dinosaure qui la chante (une sorte de Casimir local), en France elle a été reprise par Annie Cordy, une "dorothée" hispanique en a fait son thème principal en Espagne, bref...
    Dans son livre, Peter Falk dit juste que cet un air qu'il aimait bien, et qu'il adorait énerver gentiment Link et Levinson en ne faisant pas toujours ce qu'ils demandaient, dans le cas présent en refusant de changer de mélodie lorsqu'il sifflotait en cherchant des indices.

    L'air en question: http://www.youtube.com/watch?v=Mc90gdV4fcQ

    En guise de clin d'oeil pour les fans, Peter Falk (alors producteur éxecutif) l'inclut dans quelques génériques de fin, ce qui en fit le thème officieux.
    Ainsi dans l'extrait suivant, un Columbo sur le point de raccrocher l'imper vient de faire arrêter le coupable. La petite amie de la victime, une musicienne, demande ce qu'elle peut faire pour le remercier et Columbo lui demande de lui enseigner au piano un air que soi disant sa femme chantonne tout le temps quand elle fait le ménage. Lorsqu'elle lui demande de quelle mélodie il s'agit, on se rend compte que c'est "This old man" et que Columbo apprend au piano son propre air qu'il siffle depuis plus de 40 ans. L'épisode se termine comme ça, avec Columbo qui pianote le thème caché.

    http://www.youtube.com/watch?v=o04Mmc6cMIY

    Cet extrait musical de fin était déjà utilisé dans un autre épisode, rompant ainsi avec la tradition de la série qui voulait des musiques différentes pour chaque épisode.

    http://www.youtube.com/watch?v=I-JR2jr48Jc&feature=related
    (vous remarquerez que c'est quasiment la même musique. Ici, Columbo donne une excuse bidon à un mafieux pour lui signifier qu'il ne trinquera pas avec lui, sous-entendu il ne s'acoquine pas avec la pègre).
    C'est donc cela, le thème caché de la série. Peter Falk dira plus tard que cette comptine correspond bien au lieutenant puisque celui ci à un coté naif, un peu enfantin à s'émerveiller de tout.

    Madame Columbo, le Spin-off désavoué

    Après le départ de Peter Falk et la fin du deuxième cycle de Columbo, un spin-off fut créé avec pour personnage principal la femme du Lieutenant. La série n'eut pas le succès escompté, et les fans reprochèrent aux scénaristes les nombreuses différences entre la Madame Columbo de la série originale et celle du spin-off. Premièrement, l'actrice qui jouait Madame Columbo, Kate Mulgrew, était trop jeune. On ne sait pas quand elle est née mais dans la série originale, sa femme a sensiblement le même age que son mari. Or Kate Mulgrew a 24 ans quand le premier épisode du spin-off débute, à une époque ou son mari est sensé en avoir 50! Il est impossible que Columbo ait épousé une femme deux fois plus jeune que lui, surtout qu'à cette même époque, il est marié depuis presque 20 ans, et à moins qu'il ait épousé sa femme lorsqu'elle avait 4 ans...
    Ensuite, ils ont juste une fille alors que les Columbo sont sensés avoir des enfants, donc au moins deux. Elle devait être une femme au foyer et la nouvelle à un travail de journaliste à plein temps.
    Son prénom dans le spin-off, Kate Columbo, ne colle pas avec le prénom imaginé par les scénaristes (Rose), elle garde la Peugeot (Comment fait Columbo pour se déplacer?) et surtout, son caractère ne correspond pas à celui décrit par le lieutenant. Ni son physique d'ailleurs, elle est brune comme l'originale mais trop mince (Columbo admettant dans l'épisode An exercice in fatality que sa femme faisait du sport parce qu'elle se trouvait trop grosse, mais que Columbo voulait pas qu'elle en fasses trop car il aimait bien les rondeurs.)
    La seule chose cohérente entre les deux séries est le chien, toujours aussi mou.

    Dès la diffusion des premiers épisodes, les scénaristes modifièrent plusieurs choses pour éviter le flop, sans succès. Toutes les références à Columbo furent progressivement effacées pour qu'au final les deux séries ne soient pas liées (bonjour le rétro-pédalage). Ils firent tout d'abord divorcer le couple (??) puis le titre changea de Mrs.Columbo à Kate Columbo, puis à Kate the detective puis finalement Kate loves a mystery, et le personnage principal fut renommé Kate Callahan, le chien a disparu, la voiture aussi, bref...
    L'audience pour la 1ère saison fut mauvaise et NBC ne renouvella pas pour une seconde.

    La dernière apparition de Peter Falk en tant que Columbo remonte à 2007, dans une petite parodie pour fêter les 50 ans de la chaine ABC. L'équipe de Sidney Bristow de la série ALIAS à un nouveau partenaire, et c'est le lieutenant lui-même, mais dans une version ou il aurait un peu perdu la boule, et ironiquement c'est durant la même année que Peter Falk fit quelques crises de démence et qu'on lui diagnostiqua la maladie d'Alzheimer.

    http://www.youtube.com/watch?v=nSyeQH15evw

    Un dernier script avait été écrit par William Link pour la dernière enquête de Columbo, mais l'acteur étant tombé malade entretemps, le projet fut abandonné. On ne sait donc pas ce qu'il se serait passé dans Columbo's last case ou Hear no evil, les deux titres potentiels d'après Universal. Les rumeurs disaient que Tom Hanks était préssenti pour jouer le dernier coupable, mais rien de certain.
    Peut-être qu'un film verra le jour prochainement, sur la jeunesse du lieutenant, ou alors sa dernière affaire, on ne sait pas encore, on parle même d'une nouvelle série avec un autre acteur, mais ce n'est qu'à l'état de projet pour le moment.
    En tous cas sur les planches, le nouveau Columbo sera peut-être Dirk Benedict. Si le nom ne vous dit rien, vous connaissez surement son visage. C'est lui qui jouait Futé dans l'Agence tout risques. Il y a plein d'autres acteurs qui ont joué Columbo au théatre, mais la rumeur dit que Dirk Benedict pourrait devenir le prochain interprete officiel dans le sens ou Universal financerait d'autres pièces adaptées de nouvelles policières de Link, avec Benedict dans le rôle-titre.


    Dirk Benedict en Columbo




    Un trailer pour la pièce: http://www.youtube.com/watch?v=jK8WindSDLg

    Il s'agit de la même pièce que Link et Levinson avait montée pour le théatre en 1962, et qui avait été reprise pour le premier épisode TV avec Falk. Un retour aux sources donc pour le possible nouveau Columbo.
    Tous les téléfilms de Columbo sont sortis en DVD. Je les aient tous et euh, comment dire... C'est pas que je veuille vous inciter au piratage, mais franchement, C'est trop cher pour le peu de contenu qu'ils proposent. Il y a les épisodes, et c'est tout. Rien d'autre, aucun bonus, pas d'interviews des acteurs, des auteurs ou des réalisateurs, pas de making-off, pas de betisier, de scènes coupées, pas de publicités, vraiment RIEN, et pour le prix auquel ils vendaient ça, je trouvais que c'était un peu abusé. Maintenant ça a du baisser de prix, quoique avec la décès de Falk peut-être pas, mais à l'époque je les achetaient dès qu'ils sortaient, bah ça fait un peu mal aux fesses de débourser 40 Euros pour voir le traitement qu'Universal a réservé à une de ses séries cultes. Il y aurait pu avoir un effort de fait à ce niveau la.
    Vous connaissez sa voiture, ses cigares, et son chien... Mais connaissez-vous son prénom? : http://www.youtube.com/watch?v=-tddaAfV4iM

    Bref si vous donnez une chance à cette série, vous pouvez commencer par n'importe quel téléfilm, puisqu'il n'y a quasiment aucune continuité. Cela dit, tant qu'a commençer, autant éviter les fruits pourris, les épisodes qui ont vraiment déplus parce qu'il ne respectait pas la formula. Evitez donc No time to die (à chacun son heure) une histoire d'enlèvement qui n'as plus rien à voir avec l'ambiance des autres téléfilms, ainsi que Columbo: undercover (Columbo change de peau). Pour le premier cycle, ne pas commencer par Last salute to the commodore, qui est le premier épisode à laisser le Howcatchem pour revenir au Whodunit, et qui as une atmosphère un peu bizarre, c'était sensé être le dernier épisode et certains acteurs cabotinent pour l'occasion, y compris Peter Falk.
    Maintenant, si vous ne savez pas par lesquels commencer, voici ma petite liste d'épisodes préférés. Il y en a plein d'autres qui sont bien, mais ils me viennent à l'esprit en premier. Si vous ne deviez en voir qu'une poignée, ça devrait ceux la.

    - Suitable for framing (VF: Plein cadre), 1971

    Dale Kingston est un critique d'art qui vit aux crochets de son oncle, et qui aimerait bien hériter un jour de celui-ci, mais il ne peut pas, car il n'est pas sur le testament. Kingston à un plan pour remédier à ça, mais en attendant, il faut se débarasser de l'encombrant tonton. Qu'à cela ne tienne, il profite d'une soirée ou ils ne sont que tous les deux et il lui tire une balle en plein coeur. Puis il recouvre le cadavre d'une couverture électrique chauffante. Arrive alors la complice de Dale, une étudiante en art. Kingston lui remet l'arme et s'en va à une petite fête ou il se fait voir de tous les invités pour se forger un alibi. La complice doit attendre. Attendre quoi? Que le veilleur de nuit de la résidence fasse sa ronde. Lorsque celui-ci arrive, la complice retire la couverture et tire un coup de feu à l'extérieur. Alerté par le bruit, le veilleur de nuit entre dans la maison des Kingston pour y découvrir le cadavre de l'oncle, encore chaud. Quand la police l'interrogera, il dira qu'il a entendu un coup de feu à telle heure, heure qui innocente Dale Kingston puisqu'il était à une petite soirée à plusieurs kilomètres de la.

    Dale Kingston pourra bientot profiter du patrimoine de son oncle... Enfin, dès qu'il se sera débarassé de cet agaçant lieutenant et de ses incessantes questions...

    - Sex and the married detective (VF: Fantasmes), 1989

    Joan Allenby est une sexothérapeute qui à tout pour être heureuse: son émission de radio cartonne, ses livres se vendent bien, elle à un fan-club et elle est amoureuse de son petit copain, David Kincaid, qui est aussi son associé. Mais en revenant à l'improviste à son bureau après l'annulation de son vol, elle découvre que son petit ami la trompe avec une secrétaire. Pire, ils sont en train de se foutre de sa gueule. Le fiancé idéal n'est qu'un menteur intéréssé par l'argent. Qui dit coeur brisé dit vengeance, alors Joan décide de tuer l'infidèle en se faisant passer pour Lisa, une "professionnelle" aguicheuse, aussi brune et provocatrice que Joan est blonde et réservée.

    Une fois son alibi au point et le crime commis, elle retourne à son travail et écoute les histoires de couples. Ca tombe bien, Columbo adore parler de sa femme.

    - Now you see him (VF: Tout n'est qu'illusion), 1976

    Le grand Santini est un prestidigitateur qui as pas mal de succès sur scène. Jesse Jerome, son patron, à des problèmes d'argent et décide de faire chanter son employé en menaçant de réveler le passé du magicien: celui ci s'appelle en fait Stefan Mueller, et c'est un ancien nazi. Santini élabore un plan pour se débarasser de son patron pendant qu'il effectue des tours de magie devant son public. On y verra que du feu, après tout, Santini est le roi de l'illusion. Mais il va apprendre à ses dépens que le lieutenant Columbo à lui aussi plusieurs tours dans sa manche.

    C'est la dernière apparition de Jack Cassidy, un des trois villains, dans un Columbo. Il était prévu qu'il en fasse plus mais il est mort à l'age de 46 ans dans l'incendie de son appartement, probablement à cause d'une cigarette restée allumée pendant son sommeil.

    J'aime bien le look du coupable, il me faisait penser à Mandrake, moustache soignée avec un costume noir et une cape à fond rouge. L'accroche du téléfilm m'avait intrigué: Can Columbo trick the master trickster?

    - Death hits the jackpot (VF: Meurtres au champagne), 1991


    La chance sourit enfin à Freddy Brower! Son petit commerce de photographie touchait le fond et il allait avoir de sérieux problèmes d'argent, mais voila qu'il vient de toucher la cagnotte du loto. 30 millions de dollars l'attendent. Seul petit problème, sa femme Nancy, qu'il deteste cordialement. D'ailleurs ils vont divorcer, mais Freddy ne veut pas toucher l'argent avant le divorce, sinon il sera obligé de donner la moitié de ses gains. Il demande de l'aide à son oncle, Leon Lamarr, qui lui propose de toucher la somme gagnée à sa place, puis d'attendre l'officialisation du divorce. Freddy accepte, mais ce qu'il ne sait pas, c'est que son oncle à une idée dérrière la tête: et si son neveu était victime d'un malheureux accident? Il pourrait garder l'argent pour lui tout seul.
    Soirée costumée, meurtre, alibi... Leon est riche, une nouvelle vie s'offre à lui, et c'est quand même pas ce petit flic habillé comme l'as de pique qui va l'empêcher d'en profiter, non?

    J'ai apprécié ce téléfilm car c'est le premier Columbo que j'ai vu et que j'aime bien Rip Torn, le coupable. Sa tête me fait sourire, même quand il garde une expression sérieuse. C'était le boss de l'agence dans Men in black.

    http://www.youtube.com/watch?v=d1PQAbPJW_g : Une scène un peu comique ou le coupable participe à des enchères, et ou Columbo fait involontairement monter les prix en voulant saluer Rip Torn. Il ne vas pas cesser de lui casser les couilles par la suite ^^

    - Prescription : Murder (VF: Prescription: meurtre), 1968

    Simplement parce que c'est le premier téléfilm Columbo, c'est le début d'une longue série de "dernière petite question".
    Et un petit rajout vite fait, Playback (1975) , pour sa fin assez émouvante avec Gena Rowlands qui se rend compte que son mari va aller en prison pour le meurtre de sa belle-mère.
    Bon, et bien je crois avoir dit tout ce que je voulais dire, il est temps que je poste ce petit pavé.



    Ah, juste une dernière petite chose...

    William Link est toujours vivant, et il écrit toujours des nouvelles policières, dont des Columbo. Alors si vous ne pouvez pas piffer le genre à la télé mais que vous l'aimez bien à l'écrit, il y a un recueil des enquêtes de Columbo paru en 2010, appellé The Columbo collection, comprenant 12 histoires toutes écrites par Link. Qui sait, ça vous plaira peut-être.

    On dit même que Link serait en train d'écrire cette fameuse dernière enquête que tous les fans attendent depuis 2003. Columbo cesserait d'être un Lieutenant pour être enfin promu capitaine ! Après plus de 40 ans de bons et loyaux services, ce n'est pas trop tôt. Et si c'est le cas, je ne sais pas de quoi parlera le bouquin, mais je vous parie ma chemise qu'il se terminera ainsi:

    Et Columbo hocha la tête d'un air surpris.
    -" Moi Capitaine?
    Et bah...
    Quand je vais dire ça à ma femme ! "


    -Rideau-


    Dernière édition par Bluipiah le Ven 15 Juil - 10:42, édité 5 fois
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Ju le Lun 11 Juil - 22:46

    Je le redis ici: Sacré boulot, un vrai plaisir à lire !
    avatar
    Koma
    Sonic youth

    Masculin Lion Messages : 434
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 30
    Localisation : Lyon

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Koma le Jeu 14 Juil - 15:59

    J'ai tout lu ! Raison pour laquelle je n'ai pas répondu avant.

    J'ai appris plein de choses, sur ces histoires de nom inconnu, de thème secret, etc... et j'ai aussi appris par toi que cette série marchait encore tellement bien qu'Universal la gardait dans ses cartons pour un reboot ou d'autres projets et je dois dire que je suis étonné. Je pensais que Colombo était mort et enterré depuis longtemps et qu'on se tapait des redif depuis 30 ans.

    Un très très bon dossier, très complet. Tu devrais le proposer à des fansites.

    La question maintenant, c'est : Mamoru Oshii est il fan de Colombo ? Car lui aussi il aime foutre des bassets à l'air mou dans tous ses films.


    _________________
    Gamalive, la culture du jeu vidéo (avec des infos partiales et des rédacteurs bêtes et méchants)
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Ju le Jeu 14 Juil - 16:48

    Ca donne carrément envie de s'y mettre oui ! A Columbo et à Murder, She wrote que je regardais à la télé quand j'étais malade, emballée dans mon plaid, mon thé-citron-miel-sucre à la main.

    Marrant les associations d'idées/souvenirs qu'on se fait.
    avatar
    Bluipiah
    Legacy of Quake

    Masculin Messages : 66
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Bluipiah le Ven 15 Juil - 11:11

    j'ai aussi appris par toi que cette série marchait encore tellement bien qu'Universal la gardait dans ses cartons pour un reboot ou d'autres projets et je dois dire que je suis étonné. Je pensais que Colombo était mort et enterré depuis longtemps et qu'on se tapait des redif depuis 30 ans.


    La question maintenant, c'est : Mamoru Oshii est il fan de Colombo ? Car lui aussi il aime foutre des bassets à l'air mou dans tous ses films.
    J'ai regardé sur Wikipedia pour Mamoru Oshii, il à un basset, il doit juste bien aimer ces chiens.
    Pour le reboot ou une nouvelle série, pour l'instant ça n'est qu'à l'état de rumeurs. Et pour les rediffs bah c'est un peu ça, le dernier téléfilm a été tourné en 2003 et avant cela en 2000, la production des téléfilms Columbo avait ralenti par rapports à ses débuts ou ils en faisaient 7-8 par an. Puis il y a eu un gros trou entre 78 et 89 avant que Falk ne remette l'imper. Il n'y a pas tellement d'épisodes, mais ils sont plus longs que la moyenne. Un Monk par exemple c'est une quarantaine de minutes, génériques de début et fin compris, un Dexter environ 50 et un Columbo entre 1h20 et 1h40 pour le plus long.
    Ca donne carrément envie de s'y mettre oui ! A Columbo et à Murder, She wrote que je regardais à la télé quand j'étais malade, emballée dans mon plaid, mon thé-citron-miel-sucre à la main.

    Marrant les associations d'idées/souvenirs qu'on se fait.

    Tiens, blast from the past : http://www.youtube.com/watch?v=v94ugLhua9Y

    La première association d'idée qui me vient à l'esprit, c'est MacGyver = heure du goûter = bol de lait avec princes de lu à faire fondre dedans.
    Donc MacGyver est un biscuit.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Ju le Ven 15 Juil - 20:13

    Le basset chez Oshii c'est tout un mythe tout de même ! :

    The dog and espacialy the basset hound is considered now as Mamoru
    Oshii's stamp, his signature. He openly loves the basset hound as he
    finds a lot of similarities between his character and the dog's. Yet,
    that emblem is not only an emotional choice. It has a relevant meaning.
    The dog, as the closer animal to man, is the best external point of view
    on mankind. It's an impartial witness of the film. He also represents
    reality as he waits for his master after a day of work. In Ghost in the
    Shell for instance, a man has been brain hacked to make him believe he
    has a family. His life is only in his head. When he looks at a picture
    of what he believes to be his family, he sees his wife, his daughter,
    his dog and himself. Actualy, the photograh only shows himlself and his
    dog. That's reality. Ash's dog in Avalon disapears as she loses contact
    with her reality. Mamoru Oshii couldn't depict the world in its whole
    without showing the animal. He considers films focused on man as
    aroguant and pretentious. He needs the animal to show a wider range of
    feelings and emotions. Mamoru Oshii's ultimate film, the one of his
    artistic maturity, will have a dog as main character and will show the world through its eyes.

    http://www.thebassethound.net/

    Tiens, blast from the past : http://www.youtube.com/watch?v=v94ugLhua9Y

    Haaa, ce générique. Quand on la voit courir au début j'ai envie de crier "arrête, tu vas mourir !"
    avatar
    Koma
    Sonic youth

    Masculin Lion Messages : 434
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 30
    Localisation : Lyon

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Koma le Ven 15 Juil - 21:11

    Quelle branlette quand même le mec qui a écrit ça. Autant je suis d'accord pour le symbole de la réalité, autant le coup du témoin impartial de la vie, j'ai plutôt envie de dire que le clébard dans les films reste un clébard : il dort, il bouffe, il chie et il pige que dalle à ce qui se passe quand les gens s'engueulent.

    Le comble étant The Sky Crawlers, où le clebs doit être le perso le plus travaillé de l'anime question expressions et personnalité.
    Mamoru Oshii's ultimate film, the one of his artistic maturity, will have a dog as main character and will show the world through its eyes.
    Tout un programme.


    _________________
    Gamalive, la culture du jeu vidéo (avec des infos partiales et des rédacteurs bêtes et méchants)
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Ju le Ven 15 Juil - 21:24

    Certes, c'est du jus de couille, mais il reste que le basset d'Avalon ou de Batou n'est pas simplement ignoré par le spectateur. C'est pas du décor en carton-pâte. Une des meilleures scènes de Solid State Society c'est quand le cyborg-pas-froid-aux-yeux-tue-les-deux-mains-dans-le-dos fait un détour spécialement pour acheter de la viande de qualité et préparer à manger pour son basset.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Giromu le Ven 15 Juil - 22:58

    Un des meilleurs sketchs des guignols avec Colombo sur la mort des deux
    jeunes dans le transformateur qui avait donné une émeute il y'a quelques
    années.
    http://www.youtube.com/watch?v=7CCtqzyV3yI&NR=1

    Un autre sur le 11 septembre 2001
    http://www.youtube.com/watch?v=_7UJr6fHhoU&NR=1

    Très fin et bon emploi de l'inspecteur.

    Contenu sponsorisé

    Re: [Série] Columbo (1968 - 2003)

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 10:58