Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [Débat] La société française et la violence

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [Débat] La société française et la violence

    Message par Giromu le Lun 9 Avr - 18:11



    J'en cause car c'est un sujet qui revient souvent sur les sites que je lis (par exemple un forum d'expatriés au Japon) et les radios que j'écoute (l'émission de ce soir sur France inter). Difficile d'imaginer des solutions.

    Une société plus allergique à la violence ?

    Deux études récentes montrent que les violences n’augmentent pas, mais que nous les tolérons de moins en moins.

    L’impression domine que nous vivons dans des sociétés où la
    violence serait de plus en plus présente. Quatre sociologues, qui ont
    exploité des enquêtes de victimation réalisées entre 1984 et 2005, ont
    récemment proposé un diagnostic plus nuancé. Selon eux, ce qui augmente
    avant tout est une « violence de basse intensité » (menaces,
    injures, racket…), les violences plus graves et les vols variant peu.
    Ils notent également le caractère de plus en plus répétitif de ces
    agressions, ceux qui y sont soumis l’étant de plus en plus souvent.

    Des
    constats qui confirment globalement l’analyse proposée il y a peu par
    le sociologue Laurent Mucchielli. Jetant un regard d’ensemble sur les
    violences interpersonnelles en France depuis les années 1970, il
    distingue plusieurs tendances :

    • Le processus de
    « pacification des mœurs », mis en évidence par le sociologue Norbert
    Elias, se poursuit : globalement, les violences physiques ne sont pas en
    augmentation dans la société française. On constate certes une hausse
    des violences verbales, mais compensée par une diminution des faits les
    plus graves (homicides, violences physiques caractérisées). La
    proportion de la population ayant subi une agression reste stable autour
    de 7 %. En revanche, des violences autrefois tolérées sont dénoncées,
    principalement la maltraitance des enfants, les violences sexuelles et
    les violences conjugales. Notre seuil de tolérance continue de
    s’affaisser.

    • La « pénalisation des mœurs » s’accentue : de
    nouvelles incriminations apparaissent (actes de torture et de barbarie,
    mise en danger d’autrui, harcèlement sexuel…). Les anciennes sont plus
    sévèrement réprimées : les peines encourues sont plus lourdes, la
    qualification est aggravée (ce qui relevait de la contravention devient
    un délit), ou l’on ajoute des circonstances aggravantes. Ce phénomène
    explique largement, selon L. Mucchielli, la place croissante de la
    « violence des mineurs », stable statistiquement, moins grave mais
    beaucoup plus poursuivie et condamnée qu’avant.

    • Le recours à
    la justice pour régler les conflits de la vie sociale s’intensifie,
    essentiellement à cause de l’anonymat grandissant des lieux de vie. D’où
    un recours de plus en plus fréquent à la police pour régler toute sorte
    de contentieux entre particuliers (conflits de voisinage, bruit
    nocturne…) mais aussi en particulier au sein de l’école et des
    institutions confrontées aux incivilités et à la petite délinquance des
    adolescents, où la distance culturelle s’accroît entre les agents et
    leur public.

    • Les vols, après avoir fortement augmenté, se
    maintiennent à un très haut niveau et s’accompagnent souvent de
    violences (30 % des cas de vols de téléphone portable, par exemple).
    Cette « contradiction importante dans le processus de pacification des mœurs » est, selon L. Mucchielli, «
     le prix à payer du maintien des inégalités et des situations
    d’exclusion dans une société de consommation en plein développement »
    .

    Philippe Robert, Renée Zauberman, Sophie Névanen et Emmanuel Didier, «
     L’évolution de la délinquance d’après les enquêtes de victimation,
    1984-2005 », Déviance et société, vol. XXXII, n° 4, décembre 2008.
    Laurent Mucchielli, «
     Une société plus violente ? Une analyse sociohistorique des violences
    interpersonnelles en France, des années 1970 à nos jours », Déviance et
    société, vol. XXXII, n° 2, juin 2008.
    http://www.scienceshumaines.com/une-societe-plus-allergique-a-la-violence_fr_23514.html

    La violence menace-t-elle nos sociétés ?



    Durant les années 70 et 80, la plupart des
    intellectuels et des journalistes considéraient que le thème de
    l’insécurité était une idéologie destinée à fonder des politiques
    sécuritaires répressives. Les années 90 ont été marquées par un
    retournement d’attitude et l’on peut se demander si la tendance
    catastrophiste actuelle n’est pas aussi exagérée que le silence
    précédent. Les chiffres qui alimentent en permanence le débat public
    doivent être relativisés. En même temps, il ne faut pas amalgamer, sous
    les mêmes étiquettes, des comportements et des motivations qui n’ont
    souvent rien à voir.

    Y a-t-il une montée de la violence ?

    Les statistiques tiennent une très grande
    place dans les débats sur la violence. Il est légitime d’essayer de
    quantifier les évolutions sociales, mais un double danger menace. Primo,
    cette autorité accordée aux statistiques confère en même temps de
    l’autorité à ceux qui les produisent et qui les manient. C’est sans
    doute une des raisons de la montée en puissance des discours policiers
    sur les violences urbaines. Les deux principales sources de données
    couramment utilisées de nos jours sont, d’une part les statistiques de
    police et de gendarmerie qui concernent l’ensemble des infractions constatées
    en France chaque année (publication annuelle à la Documentation
    française), d’autre part les statistiques des Renseignements généraux,
    beaucoup plus récentes (depuis 1991) et qui se concentrent sur les
    seules " violences urbaines ", c’est-à-dire en réalité sur les rapports
    conflictuels entre les jeunes et la police dans les quartiers dits
    " sensibles ". Secundo, lorsqu’un chiffre est avancé, on commence
    généralement par l’interpréter avant de se demander comment il a été
    produit et si l’on peut le tenir pour une mesure " objective " de la
    réalité. Or, les chiffres de la police témoignent d’abord de ce que fait la police face aux délinquants et non pas de tout ce que font les délinquants eux-mêmes.
    Les deux activités sont liées, mais cette liaison n’est pas univoque.
    C’est pourquoi il faut se méfier des chiffres censés témoigner d’une
    " explosion " récente de la violence en France que les médias reprennent
    le plus souvent en tant que tels.

    Observons le tableau suivant qui indique l’évolution
    de la part de la délinquance des mineurs dans l’ensemble de la
    délinquance constatée par les statistiques de police et de gendarmerie
    (en %), en 1987 et 1997, la troisième colonne mentionnant l'ampleur de
    l'augmentation entre les deux dates.
    La suite là. Les chiffres du ministère de l'intérieur sur l'augmentation des actes violents de 87 à 97 sont impressionnants.

    http://laurent.mucchielli.free.fr/violencemenace.htm


    Les médecins de plus en plus victimes d'agressions verbales







    Le nombre d'incidents signalés au Conseil de
    l'ordre par les professionnels de santé a légèrement diminué en 2011
    mais reste à un niveau élevé.




    «Il est intolérable que la violence conduise à
    l'apparition de zones de non-droit aux soins», s'est indigné le
    président du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) Michel
    Legmann, mardi, lors de la présentation du bilan annuel des agressions
    contre la profession. Si les incidents enregistrés ont baissé de 15%
    entre 2010 et 2011, les atteintes aux personnes, notamment les
    agressions verbales et les menaces, sont en augmentation.
    L'observatoire de la sécurité du Cnom a recensé au total 822 déclarations d'incidents en 2011, contre 920 l'année précédente.
    Un «léger recul» qui «n'est pas très significatif et mérite d'être
    confirmé dans les mois qui viennent», selon Bernard Le Douarin,
    coordonnateur de l'observatoire précisant que ce chiffre reste
    «au-dessus» de la moyenne des dernières années (651 déclarations).
    L'étude, réalisée en collaboration avec l'institut Ipsos, est basée sur
    le recensement des déclarations adressées par les médecins à leur
    Conseil de l'ordre départemental.
    Les généralistes sont les plus exposés

    Si
    les atteintes aux biens sont en diminution (32% contre 36% en 2010),
    les atteintes aux personnes ont progressé (78% contre 72% en 2010). La
    grande majorité de ces «incidents» sont des agressions verbales (70%),
    en constante augmentation depuis la création de l'observatoire en 2002 -
    elles n'étaient alors que de 43%.
    Comme en 2010, les victimes
    sont en majorité des généralistes, le plus souvent des hommes - mais les
    hommes sont aussi majoritaires chez les médecins. Viennent ensuite les
    ophtalmologues, les gynécologues et les psychiatres. Une fois sur deux,
    l'agresseur est un patient. L'incident peut être lié à un reproche dans
    la prise en charge (26% des cas), à un vol ou une tentative (20%), à un
    refus de prescription (16%) ou à un temps d'attente jugé excessif (9%).
    En
    termes de fréquence des agressions, la Seine-Saint-Denis arrive en tête
    (1,77% des médecins inscrits à l'ordre départemental ), suivie par les
    Hautes-Pyrénées (1,19%) et l'Aisne (1,17%).
    Le Dr Legmann
    s'inquiète par ailleurs de la baisse de 4% du nombre de dépôt de
    plaintes qui révèle selon lui une «crainte de représailles». Il appelle à
    poursuivre les efforts sur le terrain, notamment par la déclinaison
    départementale d'un protocole signé en avril par le gouvernement.
    Ce protocole prévoit la mise en place d'un numéro destiné aux médecins,
    d'un référent en zone gendarmerie ou police et d'un livret pédagogique.
    Soixante-deux départements l'ont déjà pris en compte et 37 ont mis en
    place des mesures concrètes.
    (Avec AFP)
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/03/28/17850-medecins-plus-plus-victimes-dagressions-verbales
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Ju le Lun 9 Avr - 20:05

    Haaa ça m'énerve les études intellos comme ça... "Les gens se font de plus en plus injurier, menacer, racketter MAIS la violence n'augmente pas, voyez-vous."
    avatar
    Srkat
    Wanderer

    Verseau Messages : 933
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 32

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Srkat le Lun 9 Avr - 20:09

    Chouette, des chiffres de 1997.
    Ca fait quinze ans, c'est fou comme le temps passe vite...

    Hum, bon.
    Euh... c'est quoi la question?
    Perso, je vois pas spécialement une augmentation de la violence mais d'un autre coté, 'suis relativement isolé dans mon coin. Pas de transports en commun, un taf où l'on a pas affaire au public et ou y'a pas de bourrins - pas dans ma branche en tout cas...

    ... par contre des képis j'en vois partout.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Giromu le Lun 9 Avr - 20:36

    Je ne vois pas d'augmentation de la violence non plus. En revanche, je trouve qu'il y'a de plus en plus d'agressivité et d'impatience dans les rapports de rue (transports en commun, supermarchés...).
    La moindre remarque, le simple fait d'effleurer un parisien peut vite dégénérer si la situation n'est pas immédiatement désamorcée par la parole ou en s'écrasant.

    Au travail, je remarque aussi souvent cette impatience et cette agressivité: si la situation d'un type n'est pas limite résolue dans la minute, ça peut vite être l'escalade verbale. Après, difficile de faire la part des choses, mais je pense que les quelques facteurs suivants sont les principaux responsables de cette montée de la violence tant physique que verbale:

    - "No future" généralisé: absence d'une vision d'avenir nationale ou de ce qui peut être perçu comme un projet commun. Au mieux, sentiment d'appartenance à une ville. Pour les cas les plus atteints, il n'y a plus que la famille comme refuge et encore.

    - Généralisation d'un sentiment de frustration, notamment pécuniaire, notamment généré par l'écart dramatiquement grandissant entre riches et pauvres. Les plus forts joignent les deux bouts malgré des situations souvent dramatiques (je me souviens d'une CDD que j'ai connu avec une situation bien flippante, pauvre, avec enfants à charge, traites d'un appart à payer malgré un divorce...et qui faisait front de manière admirable alors qu'elle nous annonçait un nouveau malheur par jour), les plus faibles craquent ou font une dépression.

    - L'internet a rendu nos rapports de plus en plus rapides pour le meilleur et pour le pire. Le pire, c'est que les gens supportent de moins en moins d'attendre.

    - l''étrange répartition du travail, avec une frange grandissante de la population au chomage et une autre à qui on demande de ne plus compter ses heures, de maniere plus ou moins voilée. Grosse pression mise aussi sur les cadres, de plus en plus pressés de donner des chiffres, des stats et des"résultats". Tout doit être "rentable", y compris ce qui ne peut pas l'etre par définition.

    Il semble que la France ait une image de pays de plus en plus dangereux à l'étranger (on en est pas au niveau du Brésil, des Etats unis ou même de l'Angleterre ceci dit). Qu'en penser?
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Ju le Lun 9 Avr - 21:27

    Eh bien dans la capitale européenne je la vois augmenter la violence. Tant la "simple" agressivité dans les transports en commun et autres lieux publics (les supermarchés, woaaah) que la violence pure et simple. Je baigne dedans au travail. Les jeunes font de plus en plus n'importe quoi, se démolissent de plus en plus jeune, de plus en plus gravement mais surtout dans une totale absence de prise de conscience.

    C'est mort bourré à 14 ans avec des cachets entre les lèvres et c'est surtout mort de rire avec ses potes qui le félicite alors qu'on est en train de réguler l'activité électrique foireuse de son coeur. Mais rien à foutre, il sera le héros de l'école dans quelques jours avec un mur Facebook à l'honneur, remplis de "GG man" pleins de fautes d'orthographe. C'est tous les soirs cette violence envers "soi-même". Mais c'est 24/24h envers les autres. De plus en plus d'agressions, de vols avec violence parfois gratuite mais toujours traumatisante. Sauf que quelque chose à changé: Maintenant les victimes t'expliquent que c'est pas grave, qu'"il va les retrouver ces petits fils de putes et qu'il va tous leur claquer sa mère avec ses potes, attends tu vas voir." Et effectivement..

    Avant les gens arrivaient avec des contusions après en être venu aux mains en état d'ébriété dans un bar. Maintenant ils sont pleinement conscients de leurs gestes et se tapent dessus à coup de tuyaux, de tessons de bouteilles, de couteaux. Et les blessures par balle sont aussi en augmentation. Je pars de plus en plus en intervention de concert avec la police (idem pour les pompiers) parce qu'il y a eu violence et/ou que les lieux ne sont pas sûrs. Quand ce n'est pas la victime ou sa famille/ses amis qui vous prennent à parti.

    Les gens n'ont plus de patience, il faut gérer la crise, le pronostic vitale et en même temps gendarmer et faire assistante sociale pour des gens qui n'en veulent pas (mais ne t'avise pas de ne pas le faire surtout !). Avant on te boudait dessus maintenant on t'attrape par le col.

    Il y a quelques années notre service a reçu la permission de faire enlever toute identification (nom/photo/charge) de nos tenues/badges etc. Trop d'agressions après le travail ou en y allant. "J'te r'trouverai." C'est pas un mythe, c'est la réalité que mes collègues, mes copines et moi-même vivons jours et nuits toute l'année. Régulièrement la zone passe en tolérance zéro policière et on a reçu la permission de la Justice de paraître domiciliés sur notre lieu travail pour que nos adresses réelles ne figurent dans aucun dossier en cas de litige.

    Tout n'est pas violence mais plein de choses y contribue. Les gosses qui ne savent plus dire merci/bonjour/au revoir et qui, paradoxalement, épuisent leurs parents démissionnaires ça ne peut pas donner quelque chose de bon quand ils sont en nombre trop important pour être aidés, devenant la norme. Et s'y complaisant.

    Oh bien sûr ce n'est pas le vietnam non plus ! Il y a des nuits calmes avec seulement des appendoches et des accidents de roulage dû à l'alcool. On ne bosse pas encore avec des gilets par balle même si on a du renforcer la sécurité avec des portes ouvertes à distance et des gardiens qui patrouillent 24/24H mais j'emmerde très sincèrement (oui, je suis violente aussi :p) ceux qui viennent étaler des études du genre "C'est une psychose de groupe, une mécompréhension de la situation, la violence n'augmente pas du tout."

    Cette après-midi je suis sortie sur un viol (annoncé, qui "n'était que des attouchements" avant la fuite de l'agresseur une fois sur place), j'ai décroché un pendu (situation précaire, je vous fait pas un dessin) et on a récolté le fruit de plusieurs bagarres différentes avec son lots de côtes et arcades cassées (mais z'y va, cherche pas à comprend' l'embrouille, soign' s'tout). Alors des histoires pleines de papillons multicolores amis avec les petits poneys qui vivent en harmonie dans une société où la violence est tout à fait stable je veux bien en écrire moi aussi. Mais à condition que les sociologues champions de la lecture de la rue fassent mon taf pendant ce temps là.


    Gnnmpff. *énervée*
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Giromu le Lun 9 Avr - 21:41

    De ce que nos amis internautes belges racontent de la Belgique, j'ai plus l'impression que la violence est là avant d'être en France. Surprised

    Pour les sociologues, ils bossent sur des stats et des chiffres pour peindre une fresque la plus globale et objective possible. Ils interrogent des gens pour essayer d'etre au plus près des réalités, ce que raconte bien leurs etudes décrites dans les articles (qui concernent la France, pas la Belgique). Après, ily'a effectivement une difference entre decrire des faits de maniere scientifique sans etre à leur contact et etre en plein dans le feu de l'action.

    Pour le reste, tu devrais venir habiter sur Paris. Ce que tu decris n'arrive pas à ce point dans le plus pauvre des hopitaux de la ville. o_O
    Et tu peux meme descendre plus bas en France. On se bat pour avoir des infirmieres!
    Apres je veux bien que la façon française de bosser te convienne pas, mais je vois pas comment tu supportes une ambiance aussi pourrie.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Ju le Lun 9 Avr - 22:02

    T'inquiète on en manque aussi. Sauf qu'ici c'est la direction qui n'engage pas et ne remplace pas les partants. Ca aussi c'est une forme de violence, presser des catégories de travailleurs comme des citrons...
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Ju le Mar 10 Avr - 10:01


    Concerne
    Soyez vigilant aux arrachages de colliers !

      Mesdames, Messieurs,

      Nos services doivent malheureusement constater une recrudescence d'agressions avec violence dans tout Bruxelles y compris dans la proximité immédiate de notre institution . La plupart de celles-ci sont perpétrées principalement au niveau du [..]
      Ces agressions se caractérisent par des arrachages de chaînes en or ou argent portées autour du cou. Les agresseurs sont souvent à deux ou trois. Deux de leurs tactiques ont été identifiées. La première se présente sous la forme d'un individu qui vous demande l'heure et lorsque vous regardez votre montre, votre chaîne est arrachée et l'individu s'encourt aussitôt. La deuxième est la suivante. Un individu se présente devant vous, un autre derrière vous pousse au sol pendant que le premier arrache votre chaîne puis s'enfuit avec son acolyte.

      Certains agresseurs ont déjà été enregistrés sur nos caméras de surveillance et les images ont été remises à la Police avec laquelle nous travaillons en étroite collaboration sur cette problématique d'agressions.

      Par cette note, nous vous conseillons d'être très vigilants et surtout d'éviter le plus possible de laisser entrevoir vos chaînes et colliers.

      Par la même occasion, nous nous permettons d'insister sur le fait que nous avons absolument besoin que vous déclareriez toute agression au Service de Sécurité au [...] ainsi qu'à la Police. Transmettez également tout PV de Police et renseignements importants à [...] ou par mail qui fera le lien et le suivi avec la Police.

      [...]

      Chef du Service Interne de Prévention et de Protection
      Responsable Sécurité



    Aujourd'hui dans ma boite mail en arrivant au boulot. J'aime mais j'aime pas la coincidence.
    avatar
    Détrôa
    Ninja bouboule

    Masculin Sagittaire Messages : 474
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 33
    Localisation : quelque part dans un monde avec un gouvernement mais toujours sans justice

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Détrôa le Mar 10 Avr - 12:35

    Giromu a écrit:Ce que tu decris n'arrive pas à ce point dans le plus pauvre des hopitaux de la ville. o_O

    Tu en es sûr Giro, ou c'est juste parce que les médias n'en parlent pas? La situation décrite par Ju est loin d'être "à ce point" dans les médias d'ici, en fait, quand on parle du personnel soignant, c'est généralement pour dire qu'on en manque et qu'ils font des horaires de fou, c'est moins difficile à avouer.

    En tout cas, de ce que j'ai déjà pu entendre de la part de deux Français semi-directement concernés (du côté patient (avec donc une vision limitée à la surface émergée de l'iceberg uniquement) mais hélas très réguliers) il y a quelques années, dans certains coins tout du moins (de la capitale), c'était plus proche de ce que raconte Ju que du petit coin pas trop mouvementé où tout le monde dit bonjour-merci-au revoir. Après, comme souligné, c'était il y a quelques années, les choses ont peut-être changées, et dans ce cas j'aimerais connaître les solutions miracles appliquées qui pourraient servir dans d'autres domaines aussi.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Ju le Mar 10 Avr - 16:23

    La capitale est-elle plus dangereuse qu'avant Les statistiques de la police fédérale sont stables mais les vols à main armée ont augmenté de 20% depuis 2007
    .

    Ohoho.


    (Au fait, je vous ai dit qu'il y a trois mecs qui se sont fait tirer dessus à 200 mètres de l'hosto y a deux mois ? Je travaillais ce soir là. Mais tout va bien madame la Marquise. C'était des tirs d'arme à feu, pas de la violence ohoho).

    Bon j'arrête maintenant Wink
    avatar
    Srkat
    Wanderer

    Verseau Messages : 933
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 32

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Srkat le Mar 10 Avr - 16:50

    Il CRAINT, ton patelin, Ju. [/Captain Obvious]

    Sinon, bah les urgences, j'y suis allé le mois dernier dans une petite ville : ça ralait - forcément, c'est toujours chiant de poireauter quand on est malade en attendant le foutu toubib de garde qu'est pas là - mais c'etait calme. Ceci dit l'hosto avait eu la bonne idée d'avoir des salles d'attentes séparées: une pour l'acceuil puis, une fois passé celui ci et un petit examen préliminaire, une salle par spécialité.
    Moins on entasse les patients, moins ils gueulent.

    Du coup, dans la salle ORL, j'ai aussi constaté que les gens jouent à la plus grosse en comparant la taille de leurs symptomes et le temps depuis lequel ils se le trainent.
    L'ambiance avait l'air nettement plus tendue en salle "fractures et contusions diverses", ceci dit, mais rien de bien méchant.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Giromu le Mar 10 Avr - 17:01

    Detroa: A Paris intra muros, il n'y guere que des histoires de vols (ultra frequents) de portables, d'argent et d'ordis portables. Y'a des voleurs specialisés qui rodent dans les hopitaux pour faire les poches des manteaux des malades (meme là ou je suis, on a des individus du genre, mais moins qu'ailleurs).
    J'avais assisté, de loin, à un vol d'ordi portable quand j'etais dans un hopital de l'est parisien: un cadre de la fonction puplique avait eu le malheur de s'absenter en laissnat la porte ouverte. Il l'a jamais revu, le pauvre. De toute maniere, les hopitaux sont des aimants à voleurs, vu la facilité qu'il y'a a commettre des forfaits (tout y est ouvert et accessible pour des raisons evidentes de rapidité d'intervention des soignants).

    Pour la violence pure, il y'a certes l'hopital de Nanterre qui craint, avec des histoires de rixes parfois et de coups de couteaux qui partent vite. Les directeurs ont meme des gardes du corps. Faut dire que c'est l'hopital de la police de Paris et qu'on y met pas mal de cas sociaux imbibés et/ou dangereux. La pauvreté est l'apanage des malades qui frequentent l'hopital ce qui n'aide pas (pas mal de SDF toxicos et de populations pauvres). A part ça, je ne connais pas d'hopital français aussi OK corral que ce que nous décrit Ju.
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Baxter le Mar 10 Avr - 17:07

    Ju a écrit:

    Concerne
    Soyez vigilant aux arrachages de colliers !

      Mesdames, Messieurs,

      Nos services doivent malheureusement constater une recrudescence d'agressions avec violence dans tout Bruxelles y compris dans la proximité immédiate de notre institution . La plupart de celles-ci sont perpétrées principalement au niveau du [..]
      Ces agressions se caractérisent par des arrachages de chaînes en or ou argent portées autour du cou. Les agresseurs sont souvent à deux ou trois. Deux de leurs tactiques ont été identifiées. La première se présente sous la forme d'un individu qui vous demande l'heure et lorsque vous regardez votre montre, votre chaîne est arrachée et l'individu s'encourt aussitôt. La deuxième est la suivante. Un individu se présente devant vous, un autre derrière vous pousse au sol pendant que le premier arrache votre chaîne puis s'enfuit avec son acolyte.

      Certains agresseurs ont déjà été enregistrés sur nos caméras de surveillance et les images ont été remises à la Police avec laquelle nous travaillons en étroite collaboration sur cette problématique d'agressions.

      Par cette note, nous vous conseillons d'être très vigilants et surtout d'éviter le plus possible de laisser entrevoir vos chaînes et colliers.

      Par la même occasion, nous nous permettons d'insister sur le fait que nous avons absolument besoin que vous déclareriez toute agression au Service de Sécurité au [...] ainsi qu'à la Police. Transmettez également tout PV de Police et renseignements importants à [...] ou par mail qui fera le lien et le suivi avec la Police.

      [...]

      Chef du Service Interne de Prévention et de Protection
      Responsable Sécurité



    Aujourd'hui dans ma boite mail en arrivant au boulot. J'aime mais j'aime pas la coincidence.

    Y a eu ça aussi en France, une recrudescence de vol à l'arrachée de bijoux en or, recrudescence arrivant étrangement après la diffusion d'une pub où l'on nous proposait de racheter nos bijoux en or. XD

    Sinon, la violence qui n'aurait pas augmenté... Bah tient, à part ça... Tout ceux qui m'entourent au boulot habitent dans la banlieue Parisienne et tous ont vu leurs cités se dégrader, les gens fréquentable partir les uns après les autres parce que l'ambiance se dégradait, puis remplacés peu à peu par des gens infoutu d'élever un gamin et qui en ont pourtant toute une tripotée juste pour les alloc' (non, qu'on ne me dise pas qu'une mère qui a une gosse attardée mentale toute seule dans la rue avec son frère de même pas 8 ans comme seule surveillance (alors que même lui, faudrait déjà quelqu'un pour le surveiller) aime ses gosses !). Et après, on s'étonne que des bandes se forment, emmerdant le voisinage, brisant les cadenas des caves pour y entreposer les marchandises volées ou les scooters dans le local d'un pauvre bougre qui voit toutes ses possessions entreposée là disparaitre par la même occasion. Et attention, si tu préviens les flics, ta voiture seras constamment détériorée, ta boite aux lettres vidées. Ton coffre fracturé et vidé des courses le temps que tu ailles chercher ton môme pour qu'il t'aide à tout monter pour son anniv', c'est gratos par contre, c'est pour te montrer qu'ils apprécient les efforts que tu fais pour ton gosse en se baffrant de son repas d'anniv' devant tes yeux (et les siens). L'intrusion en masse dans une réception pour piquer tout ce qui se trouve sur le buffet et foutre la merde un max si tu protestes, c'est cadeau aussi. Sans oublier les poubelles qui s'enflamment miraculeusement dans les locaux sans raison, du moins c'est ce qu'assurent tout les vauriens qui se trouvent à côté. Et les petites vieilles qui, avant, pouvait aller chercher leur argent à la poste sans soucis, doivent maintenant apprendre à ne plus avoir leur sac autour du cou car, si avant c'était la technique pour éviter qu'on te le vole (on respectait l'intégrité de la personne avant, on la volait mais on ne la blessait pas forcément), c'est maintenant le meilleur moyen pour te retrouver traînée sur plusieurs mètres de trottoir (et pas que les vieilles d'ailleurs, même mon oncle y a eu le droit et c'est vu brisé le bras avec plusieurs mois de rééducation en bonus). Mais non, la violence n'a pas augmenté. Ou bien le car-jacking (dont je connais 4 victimes différentes dans mon entourage proche), simple légende urbaine...

    Non franchement, ça me fait un peu rire son dossier, au gars qui indique que le racket a augmenté mais pas la violence, parce que le racket, c'est une violence de basse intensité, m'voyez ? Tout comme ses gens qui viennent te chercher des noises comme ça, sans raison, alors que t'attends juste ton tram.

    La violence en tant que telle n'est peut-être pas plus dure qu'avant (si on veut reprendre l'expression de violence de basse intensité du journaleux)même si j'ai de gros doute... mais elle est bien plus présente dans le quotidien des gens qui voit leur environnement se dégrader de plus en plus, leurs biens s'envoler, leurs amis un peu plus chanceux qu'eux se faire la malle et leur environnement qui se dégrade encore plus. On tolère moins la violence... oui, on la tolère moins car elle est de plus en plus présente. Elle est désormais quasi incontournable. Et il faut voir que les gens ont peur d'en parler. Car si tu en parles, ce n'est malheureusement pas les flics incroyablement brimés qui ont le pouvoir de te protéger et là, attention à tes miches.

    De toute façon, c'est bien simple, quand j'étais gamin, mon immeuble était complètement ouvert, tout le monde s'entendait bien. Aujourd'hui, ça s'est tellement pourri qu'il est complètement barricadé (par contre, y a eu un poil d'excès, ils ont muré une vitre qui était, certes, brisée tout les jours, mais vu que c'était une vitre donnant sur un local menant à... rien et avec... rien à l'intérieur, bah ça fait quand même un peu con... ils auraient du retirer la vitre et pis c'est tout, pour ce que les gens en ont à foutre du local...), la gardienne qui a toujours fait un super boulot qui se faisait insulter et agresser constamment, etc... Non, franchement, la violence A augmenté, je n'ai pu que le constaté de visu. Et j'habite dans un coin plutôt calme comparé à d'autres.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Ju le Mar 10 Avr - 17:39

    Autre symptôme (tant qu'à parler d'hôpitaux) c'est que les vols, justement, on en parle plus. Depuis le début de l'année tous les pc de consultation de cardiologie se sont fait voler. Deux fois. Ainsi que tous les lecteurs de pace qui valent chacun une fortune (et ne sont pas revendables en Belgique). Il me serait jamais venu à l'idée d'en parler sur le fofo ou à la famille ou aux wookies parce que c'est tellement banal que... bah c'est devenu normal en fait. Osef quoi Laughing

    Idem chez nous pour les visites aux soins intensifs. Gardes de sécurité à la porte, on passe deux par deux et il faut donner le nom de la personne qu'on va voir. Y avait trop de problèmes. Genre des collègues qui se font taper dessus quand tu leur demande de partir en fin d'aprèm ou d'arrêter de débarquer à 12-15 car c'est pas vivable. Ben quand je l'évoque les gens disent "c'est fou quand même". Pour nous les gardes de sécu ça fait pas moins partie du décor que les plantes vertes, les affiches pour les campagnes de vaccination ou les distributeurs (blindés maintenant). On s'habitue à tout. Au final, c'est peut-être ça le plus triste... Faut pas s'étonner que la perception de la violence n'enregistre pas tout si le seuil d'alerte est lui aussi augmenté.

    J'ai le cafard maintenant -.-
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Giromu le Mar 10 Avr - 18:50

    Notez les points d'interrogation dans les articles. ça reste une question pour les sociologues. Après, le racket et les délist qu'ils reportent qui augmentent (comme l'intimidation en bande que rapportent Bax et Ju), c'est pas du vol à l'arraché mais ça pourrit tout autant la vie de l'honnete citoyen.

    La violence a de fait augmenté, que ce soit dans la banalisation du passage à l'acte ou de comportements autrefois perçus comme extremes (trainer une vieille pour lui piquer un sac, car jacking). Par contre, la grande criminalité n'augmente pas. Enfait, c'est la banalisation des "incivilités" qui augmente et c'est pas parce que le mot à l'air gentil que ça ne recouvre pas des actes graves pour la vie en commun (les poubelles brulées ou les vitres brisées que releve Baxter).

    Ce que disent les sociologues recoupe ce que vous dites en partie.Apres, il est clair l'ancienne mixité sociale disparait peu à peu au profit de ghettos de riches et de pauvres. Et ça ça fait peur.
    Pour les raisons du pourquoi, je trouve tres bon cet article, moi
    http://laurent.mucchielli.free.fr/violencemenace.htm

    ça et le repli sur soi généralisé, le culte du fric rapide, le refus de se remettre en cause à tous les niveaux, le no future...
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Ju le Mar 10 Avr - 18:55

    Heu, les ghettos c'était un peu la V1 du problème. Maintenant le soucis c'est que les Ghettos, en tout cas à Bruxelles, ils s'expansent dans toutes les directions et empiètent de plus en plus sur le terrain d'à côté. Bientôt t'auras des ghettos de riches. x)

    Contenu sponsorisé

    Re: [Débat] La société française et la violence

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû - 21:39