Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    Le sens du devoir chez Type moon.

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2613
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Le sens du devoir chez Type moon.

    Message par Giromu le Dim 19 Fév - 11:33

    Attention, spoils massifs ! Si vous
    n’avez pas joué aux visual novels de Fate/stay night (FSN) et Tsukihime (TS),
    voire seulement vu les anime correspondants et si Fate/zero (FZ) ou la série
    des Garden of sinners (GOS) vous sont inconnus, rebroussez chemin,
    malheureux !
    *





    Dans un monde aussi pourri que celui de
    Type-moon, le nasuverse, la notion de sens du devoir n’est pas nécessairement
    synonyme d’honneur. Vous dites ? Monde pourri ? Ce point est discuté
    mais il semble bien que Fate/stay night et Tsukihime partagent le même univers,
    au contraire de Garden of sinners, œuvre antérieure qui se déroule dans un
    univers alternatif qui a donné naissance aux concepts des deux jeux sus cités.





    Monde pourri car on parle d’un monde dans
    lequel les vampires existent et dévorent les êtres humains par nécessité et par
    plaisir(TS). Certes, la vampire originelle veut leur peau, mais elle-même a
    subi un lavage de cerveau par des mages (Zerelch, on t’as vu !) et a
    encore changé de personnalité (pour le mieux heureusement) après avoir été
    découpée en morceaux par Shiki. A côté des vampires, certaines familles
    japonaises comptent une malédiction due à leur sang qui les force à tuer, car
    ils ne peuvent réfréner leurs instincts.


    Les vampires sont traqués par une Eglise
    influente qui forme des tueurs invincibles ou presque, quitte à employer des
    moyens franchement inhumains et sordides, comme dans le cas de Ciel.






    L’Eglise copine avec les mages, des humains
    pratiquant une magie rituelle qu’ils dissimulent au reste des humains normaux
    et n’hésitent pas à en trucider quelques uns, soit pour préserver leur secret, soit pour faire sur
    eux des expériences afin d’améliorer leur savoir C’est particulièrement visible
    chez les ennemis d’Aozaki, bien qu’elle-même ne soit pas très claire sur le
    sujet. Le père de Rin Tohsaka, Tokiomi, n’est clairement pas traumatisé par la
    mort d’humains normaux quand Kirei lui reporte les crimes atroces de Caster et
    son master, mais s’inquiète seulement du manquement aux règles de la 4ème
    guerre du Graal qu’ils constituent (FZ).


    La guilde des mages est organisée strictement,
    avec une aristocratie régnante immuable, toute la vie d’un individu étant
    déterminée par sa naissance. Leur but unique est de gagner de nouvelles
    capacités afin de se rapprocher de l’origine du monde, la racine d’Akasha.
    C’est pour cela que le père de Rin se lance dans le tournoi de la 4ème
    guerre du Graal, quitte à sacrifier une de ses filles aux conventions des mages
    en la donnant contre le gré de sa mère à la famille Matou. Il éloigne son autre fille et sa femme pour
    leur épargner les répercussions de la guerre tout en sachant qu’il ne les
    reverra jamais : soit il gagne le tournoi et rejoint sans retour l’origine
    du monde, soit il meurt à la tâche. Un bon père de famille, quoi…


    Rappelons que selon le créateur de ce monde,
    Nasu, celui-ci est condamné à terme par des entités lovecraftiennes proches par
    leur nature des Grands Anciens de Lovecraft, les Ultimes.




    Un monde sympathique, non ?





    Dans cet univers où l’égoïsme et le cynisme
    sont aussi prégnants chez les gens de pouvoir (vampires, mages, certains
    servants), seul un sens du devoir particulièrement poussé fait la différence
    entre les « mauvais » et les « bons ».





    I/L’égoïsme comme
    source du Mal





    Les individus maléfiques chez Type moon sont
    souvent dépourvus d’un tel code d’honneur, poursuivant des buts personnels
    avant tout qui les conduisent à emprunter des chemins condamnables :




    Matou Shinji est un mage sans pouvoirs
    complexé par l’absence de reconnaissance dont il jouit, notamment auprès de son
    grand-père. Celui-ci préfère entraîner une mage étrangère à la famille, Sakura
    Tohsaka car le sang des Matou a perdu ses vertus magiques avec les dernières
    générations.


    Shinji ne recule devant aucun expédient dans
    sa quête de pouvoir personnelle, seulement dictée par son égo blessé et
    nullement par le bien de l’avenir de son horrible famille : il viole sa
    « sœur » adoptive fréquemment, contraignant ainsi Rider à exécuter
    des ordres allant à l’encontre de son crédo(HF), manque de violer Rin pour
    satisfaire son égo et ses pulsions (UBW), exploite la gentillesse des gens
    autour de lui (dont Shirou)…





    Son grand-père, Zouken (HF), est un être à la
    nature inhumaine qui a un but purement personnel : prolonger sa vie et
    revoir son amour, Justicia Von Einzbern, l’homuncule originel avec qui il a
    crée les règles du tournoi du Graal voilà une centaine d’années en compagnie du
    fondateur de la famille Tohsaka.


    Pour ce faire, il devient inhumain (son corps
    est constitué de vers magiques) et soumet Sakura à un traitement monstrueux
    afin d’éveiller ses potentiels de mage de façon artificielle, ce qui conduit
    celle-ci aux frontières de la souffrance et de la folie (HF). Son existence
    prolongée lui fait perdre de plus en plus de vue ce qui faisait de lui un
    Homme.




    Gilgamesh/Archer a beau être défini comme
    « chaotique bon » dans le jeu, je cherche encore en quoi il l’est. Ce
    demi-dieu ne voit que son plaisir personnel et sa lutte contre l’ennui, ayant
    pour unique code moral de faire honneur à son nom et à sa légende afin de
    satisfaire son égo. Il honorer son contrat de manière biaisée, puisqu’il
    corrompt Kirei simplement pour s’amuser (FZ). Ses actes dans UBW (le meurtre
    d’Ilya, la manipulation et la transformation de Shinji…) sont tout aussi
    condamnables. Tout son être est vanité et orgueil.




    Caster et son master (FZ) sont fous. Leur code
    de l’honneur très personnel, qui consiste à tuer des enfants de manière atroce,
    soit pour se révolter contre Dieu, soit pour jouer le rôle que leur a attribué
    la Providence selon eux, n’est qu’un délire de sociopathes.




    Les ennemis d’Arcueid (TS) ne valent pas
    mieux. Nero Chaos est à l’origine un humain qui a dérobé une partie du pouvoir
    d’Arcueid pour sa jouissance personnelle. Il ne vise qu’à accroître son pouvoir
    sans frein et n’a aucune considération pour la vie humaine.




    Roa est peut-être pire puisqu’il s’incarne
    volontairement dans le corps d’humains et subjugue leur esprit, leur faisant
    commettre des crimes atroces et tenir des comportements immoraux. Quand il
    occupait le corps de Ciel, il la faisait se balader seulement vêtue d’une cape,
    par exemple.


    Il a amené la ruine de nombreuses familles
    juste pour jouir de son immortalité et éventuellement coucher avec Arcueid
    contre son gré s’il le faut.









    II/Dédier sa vie à
    une cause ne fait pas forcément un individu honorable



    A côté de ces monstres, on trouve une zone
    grise tirant fortement sur le noir, omniprésente dans l’œuvre de Nasu :




    L’écrasante majorité des mages est uniquement
    préoccupée par ses recherches et par la communication des découvertes au sein
    de la communauté. Et encore.


    Souren (GOS) prend un immeuble en otage et en
    vide toute vie simplement pour se livrer à une expérience lui permettant de
    rejoindre la racine d’Akasha. Il n’a jamais hésité non plus à pourrir la vie de
    Mikoto et Shiki juste pour parvenir à réaliser ses plans. Mais c’est pour la
    science magique, monsieur !


    Son complice, le mage Cornelius Alba, torture
    des êtres humains pour ses expériences comme d’autres vont acheter du pain. Il
    semble qu’il les transforme en pantins…







    En sus du père de Rin, qui n’est pas
    franchement un père très sympathique, on peut citer le maître de Lancer (FZ),
    Lord Archibald El Melloi : imbu de sa personne parce que doué et bien né,
    il provoque, en humiliant en public ses prétentions et ses origines modestes de
    mage, le besoin de reconnaissance de Waver Velvet, qui lui dérobe les moyens
    d’invoquer son servant pour la 4ème guerre du Graal. Une fois qu’il
    découvre que celui-ci est responsable du forfait, il l’humilie à nouveau en
    présence de différents masters et servants, se délectant à l’avance de pouvoir
    le tuer. Il réitérera des menaces de mort sadiques sous l’effet de la colère à
    l’endroit de Kiritsugu lors de leur affrontement. On le sent parfaitement
    décidé à les mettre en pratique




    Les membres de la famille Einzbern veulent
    gagner la guerre du Graal JUSTE pour
    prouver qu’ils en sont capables aux familles Tohsaka et Matou.


    Pour cela, ils n’hésitent pas un instant à
    créer des homuncules afin de servir de catalyseur au Graal (Illyasviel et sa
    mère Irisviel), sachant pertinemment que ces êtres artificiels à la brève vie
    sont condamnés d’avance à être sacrifiés pour activer le Graal. Ils agissent
    ainsi afin d’honorer leur part du contrat forgé avec les deux autres familles
    fondatrices de la guerre du Graal mais aussi par simple vanité.


    Après le décès de sa mère et la défection de
    son père qui les a trahis, ils éduquent Ilya en manipulant ses souvenirs d’enfance et en faisant d’elle l’instrument
    de leur revanche sur la famille Emiya et sur les autres participants de la 5ème
    guerre du Graal.








    L’Eglise, la tentaculaire organisation
    religieuse prédominante dans le nasuverse, n’hésite pas un instant à employer
    toutes les méthodes afin de traquer Roa et les autres vampires, quitte à
    utiliser un de ses anciens corps d’emprunt, Ciel, après l’avoir torturée
    pendant des jours, ceci afin de définir les limites de son immortalité. C’est
    fait pour éliminer tous les vampires du globe, vous comprenez ?


    Le personnage de Kirei, prêtre sans émotions
    appartenant à l’Eglise et ayant épousé sa femme sans l’aimer est
    particulièrement symptomatique : il devient mage pour obéir à son père,
    également prêtre, et devient allié de la famille Tohsaka, s’étonnant d’avoir été
    choisi pour combattre dans la 4ème guerre du Graal alors qu’il n’a
    aucun vœu à faire exaucer à l’artefact. La fréquentation de Gilgamesh/Archer le
    conduira au parricide et à devenir un sadique manipulateur, comme on le voit
    dans FZ et FSN.





    Relatif contrepoint, Caster (FSN) cherche à
    échapper à son passé. Elle commet des actes atroces mais abandonne peu à peu
    ses lubies coupables en se rendant compte de leur futilité depuis qu’elle est
    tombée amoureuse de son master Souichiro. Celui-ci ne la juge pas et accepte
    entièrement ses actes et son passé, ce qui est avant tout ce qu’elle
    recherchait. C’est selon moi un personnage plus tragique que maléfique.




    A côté de tous ces personnages à la moralité
    questionnable et aux codes de conduite pas franchement conformes aux Droits de
    l’Homme, il y’a heureusement nos héros, des personnages là aussi très torturés
    et parfois ambigus mais bénéficiant d’un sens du devoir allant de normal à
    inhumain.






    III/Le héros est
    celui qui pense aux autres




    Il faut qu’Arcueid rencontre Shiki pour
    qu’elle envisage avec moins d’obsession et de sens du devoir mêlé de
    culpabilité sa mission d’extermination. Malgré ça et le fait qu’il l’ait
    découpé en tranches, elle n’hésite pas à se mettre en danger afin de le sauver.




    Ciel agit de manière semblable en cachant la
    vérité à son kohai pour son bien, puis en le protégeant à moultes reprises au prix
    de nombreuses souffrances. Akiha protège également fortement son grand-frère
    adoptif en lui cachant la vérité pour son bien, lui imposant notamment des
    règles de vie contraignante pour lui épargner la mort.




    Kohaku et Hisui sont tenues par le devoir
    qu’elles éprouvent vis-à-vis du père adoptif de Shiki Tohno, Makihisa, malgré
    le fait qu’il les a plus violées qu’autre chose à de nombreuses reprises …Elles
    restent au service des Tohno par loyauté envers ses héritiers. Les deux sœurs
    sont également très protectrices l’une de l’autre, bien au-delà de la normale.
    Le fait que Kohaku soit relativement jetée aide pas mal, mais pas que.





    Dans GOS, Shiki, malgré son caractère
    difficile et sa soif de sang, est une authentique héroïne qui vient en aide à
    bien des victimes en enquêtant pour le compte d’Aozaki.


    Mikiya lui aussi, qui arrive à faire la part
    des choses dans la personnalité complexe de Shiki et n’hésite pas à se mettre
    en danger par sens du devoir envers ses alliées.




    Dans FZ, Kiritsugu est prêt à tout sacrifier
    pour sauver le monde par l’action du Graal : sa santé (la manière dont on
    lui fabrique ses balles magiques…), sa femme, son honneur et sa réputation. Il
    n’y a guère qu’Ilya qui soit épargnée, confiée aux bons soins des Einzbern, à
    des milliers de kilomètres du lieu des combats.


    Mieux, quand il découvre la nature maléfique
    et corrompue du graal, il n’hésite pas à le détruire, sachant qu’il sera traqué
    par les Einzbern.




    Sakura Matou, malgré la douleur et le plaisir
    incontrôlables et permanents qui sont indissociables de son corps depuis les
    bons soins de son gentil grand-père adoptif, arrive à jouer le rôle d’une yamato
    nadeshiko (jeune fille japonaise modèle) toujours calme et d’humeur égale en
    présence de Shirou, (sauf quand elle finit par craquer dans HF). Malgré les
    traitements atroces que lui infligent Shinji et Zouken, elle les couvre afin de
    protéger la vie de Shirou.


    Si ça, ce n’est pas un sens du devoir hors du
    commun…








    Son oncle Kariya (FZ) sacrifie sa santé et sa
    vie aux mêmes vers qui rongent sa nièce afin de la sauver en gagnant le Graal
    pour Zouken. Vain espoir pour cet admirable personnage, puisque celui-ci ne lui
    a octroyé un pouvoir de mage que pour jouir du spectacle de ses efforts
    condamnés à l’échec, ce que Kariya ne sait pas…




    Shirou est certes traumatisé par l’accident
    qui a conduit à son adoption par Kiritsugu, mais il est surtout doté d’un
    gigantesque sens du devoir envers l’humanité, si énorme qu’il est prêt, comme
    son père, à lui sacrifier sa vie.


    Sa confrontation avec Archer (UBW) est
    suffisamment significative, celui-ci étant une version issue d’un futur
    possible dans lequel il a fait le choix d’être un héros, pour le pire, selon
    Archer.


    Paradoxalement, c’est le sens du devoir à la
    limite du machisme (ou de la stupidité, ce point est discuté) de Shirou qui va
    sauver Saber, puisque c’est la première fois de sa vie qu’elle est perçue comme
    une femme et non comme un symbole de force et d’unité par quelqu’un. C’est
    grâce à lui qu’elle va remettre progressivement en cause ses idéaux qui en font
    plus un symbole vivant qu’un être humain avec des buts, des aspirations et des
    rêves.




    Shirou est un des personnages qui remettent le
    plus en cause les sombres fondations de l’univers de Type moon et c’est bien ce
    qui nous le rend sympathique, malgré ses défauts.



    Saber est un exemple particulièrement
    incroyable d’abnégation et de sens du devoir, puisqu’elle sacrifie sa vie, son
    genre et sa postérité à son royaume. Il émane d’elle une image de droiture et
    de pureté incroyable. Chevalier parfait au service des dames et des plus
    faibles, elle a beaucoup de mal à interagir avec Kiritsugu (FZ) car elle ne
    peut pas concevoir de faire des concessions. Dans un monde plein de compromis
    et de compromissions comme celui de Type moon, elle fait presque figure
    d’exception, ce qui doit sûrement la contribuer à nous la rendre si attachante.




    Sa vision est cependant partiellement erronée,
    comme le lui font remarquer Shirou et avant lui Rider (FZ), un autre roi
    célèbre ayant une vision moins pure et parfaite des choses qu’elle, mais à
    dimension plus humaine (il est neutre bon, alors qu’elle est loyal bonne).
    Comme il l’explique, son sens du devoir va à ses devoirs de roi et de symbole
    de son pays, ainsi qu’à l’image de légende qu’il a laissée mais il n’en oublie
    pas pour autant qu’il reste un homme avec ses aspirations et ses rêves. Il
    explique même que son sens du devoir est particulièrement développé à l’égard de
    ses hommes (tellement qu’ils sont entrés comme lui dans la légende en devenant
    une partie de son noble phantasm), mais qu’il rêve avant tout de redevenir
    vivant au 20ème siècle, ce qui nous le rend plus humain encore.





    De nombreux servants tenus par des devoirs
    d’honneur et de fidélité à un maître mais aussi de respect de la parole donnée
    existent parmi les servants. Ils obéissent à leur maître même si cela va à
    l’encontre de leur code moral, que ce soit sans conditions (Lancer de FZ, Rider
    de FZ) ou en ne se révoltant que lorsque l’ordre donné est perçu comme trop
    dégradant (Lancer de FSN, comme Saber)




    Rin Tohsaka est un personnage intéressant du
    point de vue moral en cela qu’elle va progressivement délaisser les vues de son
    père pour laisser parler de plus en plus sa nature : contrairement aux
    usages de la guerre du Graal, elle sauve Shirou de la mort, puis s’allie à lui,
    et en empêchant son servant de l’attaquer. Elle finira par reconnaître sa
    filiation avec sa sœur Sakura, qu’elle avait toujours niée, sûrement pour obéir
    plus ou moins inconsciemment à son père et aux règles des mages.







    En conclusion, je pense qu’un des aspects les
    plus déterminants des héros de Type Moon est leur propension à refuser la
    fatalité et les absurdités du monde qui les entoure, avec plus ou moins de
    propension à négocier.




    Saber est l’un de mes personnages favoris par
    la hauteur et la noblesse incroyables des buts qu’elle s’est fixée ainsi que sa
    propension à ne faire aucun compromis moral pour les atteindre dans un monde moralement
    plus noir que gris.


    Les titres de Type moon, particulièrement Fate/stay
    night et Fate/Zero (en collaboration avec Nitroplus), ont merveilleusement bien
    développé le dilemme moral de ses personnages et le parcours initiatique qui
    les conduit à faire face aux multiples embûches qui jalonnent leur vie en restant
    le plus fidèle possible dans leurs choix à leurs convictions et à leurs
    engagements.


    C’est l’une des raisons majeures qui me font
    adorer les héros de Type moon.





    * je ne cite pas Canaan car je ne considère
    pas cet anime moyen comme étant du Type Moon.







      La date/heure actuelle est Jeu 27 Juil - 6:52