Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    La croisée dans un labyrinthe étranger

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    La croisée dans un labyrinthe étranger

    Message par Giromu le Mar 31 Jan - 21:10


    Rhôôô!



    La croisée dans un labyrinthe étranger (authentique sous titre en Français et traduction de Ikoku Meiro no croisée) est une charmante petite série d’après un manga de la créatrice de Gosick (Victorique is love. C’est mon mantra).
    Le thème est similaire, l’histoire d’un expatrié nippon à l’étranger (une Savoie indépendante dans Gosick, la France dans La croisée), mais le traitement est différent.

    Opening vraiment réussi
    http://www.youtube.com/watch?v=o9sgDkleyBM

    Ending itou
    http://www.youtube.com/watch?v=4EajxIkK8n0


    Amitié franco-nippone!

    Dans cette série de 12 épisodes très calme (c’est du réalisateur d’Aria, c’est pas pour rien), nous suivons la petite Yune, adolescente japonaise, mais on dirait pas du tout, qui débarque un jour, à la fin du 19ème siècle (la date n’est pas donnée mais je soupçonne qu’on est sous le second empire, période libérale, ou aux débuts de la 3ème république, max) dans la famille Claudel par le biais du grand-père, grand voyageur et adorateur du Japon.
    Cette gentille petite (adorable dans ses kimonos ! :3) va servir de vendeuse et de femme de ménage à son petit fils, artisan spécialiste des enseignes de fer forgé. Problème : Claude est un tsundere! Il est choqué par les postures de politesse japonaise de Yune, qu’il considère comme serviles et humiliantes pour elle. D’abord réticent, il va la prendre sous son aile pour la protéger des dangers de la capitale, tout en lui en faisant découvrir les secrets.


    Claude, tsundere d'exception.

    Yune va également être le centre d’attention d’une riche famille, les Blanche, possédant notamment les grands magasins qui menacent l’existence même des artisans de la galerie du Roy à laquelle appartient Claude. Mais on est dans un anime tout gentil et relaxant, donc les deux sœurs auxquelles ils ont affaire (amies d’enfance de la famille Claudel) sont super gentilles en fait.
    Alice, la cadette, est une otaku weaboo avant l’heure. Dès qu’elle voit un article japonais, elle devient surexcitée et enthousiaste. Vous pensez bien que, quand elle apprend qu’une authentique japonaise a débarqué à Paris, elle va tout faire pour discuter avec elle et la soustraire à l’influence de Claude, avec lequel elle ne s’entend pas du tout !


    Alice la fantasque!

    Sa sœur, Camille, c’est la jeune fille française parfaitement éduquée de la haute société. Calme, sage et intelligente, sa voix apaisante a beaucoup d’effet sur Alice. Elle est amoureuse en secret de Claude, mais est tenue par son rôle d’héritière à marier.

    On ne peut pas dire qu’il se passe grand-chose d’impressionnant dans cette série typiquement tranche de vie : Yune découvre Paris, ses splendeurs (le grand magasin, la demeure d’Alice et Camille…) et sa misère (le personnage récurrent du petit garçon orphelin qui vole pour subsister, qu’elle est la seule à essayer de l’aider).
    Elle a souvent maille à partir avec les comportements individualistes, les sautes d’humeur et la quête de liberté de ses interlocuteurs, qui lui est incompréhensible, elle qui vit pour remplir sa place dans la société, en bonne nipponne de l’époque. On assiste ainsi à des scènes souvent drôles, comme quand elle se force à aimer le fromage « car ses hôtes aiment ça », mais se régale du pain chaud, et parfois poignantes, comme quand elle offre un de ses kimonos, hors de prix, à Claude pour le dédommager d’un objet brisé et qu’il découvre qu’il s’agissait d’un objet légué par sa mère.


    La sublime et classieuse Camille...

    Yune a beau être une adolescente, elle laisse vraiment, par son apparence, son comportement et sa candeur, l’impression d’une gentille petite fille sage (et cromeugnonne :3 ).Pas vraiment un personnage ambigu !

    Le casting réduit de personnages qui l’entoure est éminemment sympathique et humain, présentant divers points de vue sur la société à laquelle ils appartiennent.


    J'adoooore cette ambiance 19ème siècle!

    Claude le tsundere est sûrement le meilleur perso du casting en termes de charisme et de capital sympathie. Rares sont les personnages masculins marquants en anime, donc profitez bien de celui-là !
    Alice, l’otaque surexcitée, est souvent drôle et mignonne, surtout en devenant la meilleure amie de Yune et en lui demandant l’utilité des objets nippons qu’elle achète.
    Le fait qu’elle soit doublée par cette excellente seiyuu qu’est Aoi Yuuki, voix de Victorique, aide beaucoup.

    L’époque est particulièrement bien rendue, notamment par la musique, empruntant beaucoup aux sonorités possibles technologiquement. La reconstitution de Paris est vraiment réussie, comme les costumes et les objets. J’ai été soufflé !
    La réalisation, c’est que du bon. On sent qu’il y’a un budget correct pour financer cette craquante série en 12 épisodes qui plaira à tous, même à votre beau-père qui conspue les « mangasses ».


    Rhôôô!:3

    A noter que les titres d’épisodes sont dits par un authentique Français et ne comportent aucune faute d’orthographe.
    Dans la lignée d’un Emma sans ses aspects dramatiques.
    Charmant !


    Ognomeugneuh
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: La croisée dans un labyrinthe étranger

    Message par Giromu le Jeu 9 Fév - 23:23

    Rhôôô! Cro choupi!


      La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 7:34