Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Giromu le Ven 9 Déc - 10:36

    Génération lolitas : l’hypersexualisation des enfants en question


    On les surnomme parfois « nymphettes », ou « mini-femmes ». Ces
    nouvelles lolitas en herbe ont 8 ou 10 ans, parfois moins. Elles ne
    lésinent pas sur le maquillage, les vêtements trop sexy pour leur âge et
    peuvent même se faire faire des soins dans des instituts de beauté pour
    enfants. Des extrêmes ? Pas si sûr…

    En
    Grande-Bretagne et outre-Atlantique comme au Canada et aux États-Unis,
    entre concours de mini-miss et mode vestimentaire, de très jeunes
    enfants sont depuis quelques années déjà la cible d’une stratégie
    marketing qui génère des millions. La faute aux médias qui véhiculent
    une image trop largement présente du sexe ? Dans une société déjà
    largement sexualisée, les enfants y sont aujourd’hui exposés de plus en
    plus tôt. Les conséquences ne s’en font pas moins ressentir et de
    nombreux psychologues interpellent les parents et la société pour
    dénoncer les dangers liés à une érotisation trop précoce.

    Enquête sur un phénomène de société dérangeant : l’hypersexualisation des enfants.


    Elles ont à peine 7 ou 8 ans et s’affichent lascivement, ultra
    maquillées, avec sacs de luxe, talons aiguilles et des poses de femmes
    qui savent ce qu’elles veulent ! Cette campagne de publicité parue à
    Noel 2010 dans le très réputé magazine féminin Vogue a fait scandale.

    Loin d’être un effet de surprise, les médias ne cessent en effet de publier les photos d’enfants
    de stars posant déjà comme leurs parents : Suri Holmes, la célèbre
    fille de Tom Cruise et Katie Holmes et ses talons aiguille à 4 ans,
    Lourdes, la jeune ado de Madonna au look ultra branché ou encore Willow
    Smith, la fille de Will Smith, déjà chanteuse et top-modèle. Sacs à main
    griffés, leggins moulants, wonderbras… mi-femmes, mi-enfants,
    ces petites filles sont plongées dans un univers ultra-sexualisé à un
    âge où, il y a une décennie, leurs aînée jouaient encore aux barbies !














    Des adultes sexuels en miniature


    Une aubaine pour la mode qui se duplique des mères aux petites filles
    et les marques vestimentaires qui ont crée un nouveau phénomène. Mais
    jusqu’où iront-elles ? En Angleterre, on a vu apparaître des chaussures à
    talon au rayon enfant, tandis que la marque Abecrombie créait des
    maillots de bains Push-up et strings pour enfants. On peut s’interroger légitimement : n’a-t-on pas crée des besoins jusque là réservés aux adultes ?

    Cette tendance actuelle touche aussi les garçons qui plongent dans ce
    phénomène de société. Juste adolescents, de plus en plus cèdent aux
    sirènes de la mode sexy : marques de sous-vêtements apparents,
    piercings, tatouages, voire épilation intégrale.

    Idem pour des adolescentes qui n’hésitent pas à se faire gonfler les
    lèvres ou les seins et épiler le pubis, une pratique jusqu’alors
    réservée à leurs aînées. Chez ces jeunes, l’hypersexualisation
    passe par des mœurs sexuées : fuck-friends ou copains de baise,
    expériences à 3 et banalisation de pratiques comme la fellation, ce qui
    interpelle les psychiatres et sexologues. Ces derniers constatent qu’il y
    a 20 ans, la question cruciale était « comment bien embrasser ».
    Aujourd’hui, ce serait plutôt « Comment faire une bonne pipe » !


    Incitations à la consommation sexuelle


    Cette sexualité plaisir est aujourd’hui largement véhiculée par les
    médias et la publicité. Dans une société ou l’obsession du paraître
    prédomine, de très nombreux magazines destinés aux adolescentes, voire
    aux jeunes femmes, sont lus par des enfants.
    Idem pour la télévision qui véhicule, à toute heure de la journée, des
    programmes ou vidéo-clips de leurs idoles : des Britney Spears ou des
    Lady Gaga aux personnages érotisés. De plus en plus d’enfants
    sont confrontés très tôt à des images faisant la promotion de
    l’érotisation ou qui banalisent la pornographie. Un problème quand on
    sait que les enfants sont naïfs et n’ont pas assez d’esprit critique pour y faire face.


    C’est sans compter sur la cyberpornographie. Selon une étude menée en
    2004 par la N2H2 (société américaine spécialisée dans le filtrage du
    contenu Internet), environ 70% du contenu web concernerait le sexe ou ce
    qui est lié au sexe. Or, 58% des garçons et 45% des filles voient leurs
    premières images pornographiques entre 8 et 13 ans, selon l’enquête
    française Marzano et Rosier, souvent par inadvertance devant un écran
    d’ordinateur auxquels beaucoup ont aujourd’hui accès sans contrôle
    parental. Et il semble bien y avoir un rapport étroit entre l’âge de la
    prise de conscience de l’existence de la pornographie et sa
    consommation. Les psychologues interrogés sur la question répondent à
    cela que des enfants encombrés d’images sexuelles tentent de les évacuer en s’y frottant.

    « Les enfants des années 2000 prennent des raccourcis vers l’âge adulte sur le plan de la sexualité » écrit la sexologue Jocelyne Robert dans un article publié sur Wikipedia. En Occident, nous assistons donc selon elle à « la représentation de l’enfant comme une sorte d’adulte sexuel en miniature ».

    Exploitation ou enfants victimes


    Comment protéger ses enfants contre
    la pédophilie tout en les érotisant ou en les transformant en
    mini-femmes dès 12 ans ? C’est un paradoxe que soulève le psychiatre et
    psychanalyste Serge Hefez. Interrogé par l’Express sur le sujet, il dénonce une transmission mère-fille qui s’opère trop tôt. « C’est un mécanisme dangereux ». Même son de cloche chez Marie-France Hirigoyen qui analyse que dans notre société qui valorise le paraître et « à
    une époque où l’on amène les mères à rester jeunes le plus longtemps
    possible, on amène les petites filles à être dans la sexualité et la
    féminité de plus en plus tôt
    ». Un phénomène inquiétant, car il est dangereux de brûler les étapes. Le sociologue Michel Fize remarque dans son ouvrage Les Nouvelles adolescentes* que « l’adolescence est culturelle et psychique avant d’être biologique ».

    Mais que penser lorsqu’on voit des parents consentants complimenter
    leurs petites filles et accepter ces métamorphoses. Que dire de ces
    mères complices ou copines qui exhibent leurs enfants
    pour se valoriser elles-mêmes ? A l’exemple des concours de mini-miss,
    largement plébiscités aux États-Unis, certains parents s’approprient le
    corps de leurs enfants en les rêvant
    parfaits et en projettent alors sur leur progéniture un idéal de beauté
    et de jeunesse. Le psychiatre Didier Laru explique qu’aujourd’hui « l’enfant roi devient une projection d’eux mêmes et une petite poupée qu’ils peuvent modeler à leur guise ».





    Des comportements qui risquent d’induire des troubles de plus en plus tôt chez les enfants.
    Les psychiatres recensent notamment des problèmes de comportements
    alimentaires comme l’anorexie, des effets négatifs de l’estime de soi,
    un risque accru de dépression ou encore des difficultés scolaires.

    Agir et prévenir


    Des résistances pourtant commencent à s’organiser. En Grande-Bretagne, l’hypersexualisation est dans le collimateur du premier ministre David Cameron à qui a été remis un rapport « Letting children be children » (en Français, laissez les enfants être des enfants)
    qui a dores et déjà pris des mesures concrètes comme retirer de la
    vente les sous-vêtements rembourrés pour fillettes de moins de 10 ans ou
    diffuser plus tard en soirée des vidéo clips suggestifs. En France, une
    pétition circule depuis le début de l’année sur Internet « Contre l’érotisation des images d’enfants dans toutes les formes de publicité ».

    Le dialogue est essentiel rappellent les spécialistes de l’enfance. Il
    passe par une éducation à la sexualité en famille quand le moment est
    venu. Du bon sens avec un rôle primordial pour les parents et ; comme le
    rappelle Claudie Halmos « Chacun a sa place avec une place qui doit être bien définie par des étapes ».

    * Les Nouvelles adolescentes, de Michèle Fize, Armand Colin, 2010

    http://www.carevox.fr/enfants-ados/article/generation-lolitas-l




    7 ANS, MANNEQUIN

    De plus en plus de mini-miss en France: inquiétant ?

    08/12/2011 à 18h11 - mis à jour le 08/12/2011 à 19h16 | 2954 vues | 42 réactions





    Election de mini-miss en Alsace en 2010 (MAX PPP)

    Le phénomène des mini-miss a pris de l'ampleur en France lors de la sortie du film Little Miss Sunshine
    en septembre 2006. Les spectateurs découvraient ces concours de beauté
    qui font fureur aux Etats-Unis, où des fillettes défilent maquillées
    comme des femmes adultes.

    En 2011, ce phénomène typiquement
    américain semble gagner progressivement l'Hexagone. Concours de beauté,
    lolitas des cours de récré, publicités aux poses suggestives,... Il n'en
    fallait pas plus à Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités, de
    charger Chantal Jouanno, membre de la délégation aux droits des femmes, d'une mission sur "l'hypersexualisation des petites filles".

    La
    sénatrice devra notamment rédiger une "charte relative à la protection
    des enfants dans les médias intégrant un focus sur
    l'hypersexualisation". Pour cela, elle fera appel à des psys, à
    l'Education nationale ou encore l'industrie de l'habillement.

    Après Miss France, Mini-miss France


    Récemment, un concours de mini-miss a défrayé la chronique à L'Union en Haute-Garonne. Fin novembre, des conseillers municipaux annulaient une élection
    qui devait se tenir quelques jours plus tard dans la salle des fêtes de
    la commune. Les élus locaux s'étaient émus que ce concours mette en
    scène des jeunes filles dont certaines étaient âgées de seulement quatre
    ans, raconte La Depêche.

    Le 18 décembre à Paris se
    tiendra non pas le concours de Miss France, mais celui de... Mini-miss
    France. Marie, 8 ans, postule à la victoire. Au lieu de s'intéresser à
    ses devoirs d'école, celle-ci a d'autres préoccupations : "En ce moment,
    je prépare le discours que je vais réciter. Et on passe aussi du temps pour essayer les robes", dit-elle à L'Indépendant.

    Des comportements inquiétants ?

    Celui-ci peut-être un peu plus. Vous avez sans doute vu cette publicité pour le magazine de mode Vogue Enfant.
    La fille de l'ancienne animatrice télé Véronika Loubry, Thylane, y
    posait maquillée comme une vraie femme, petite robe dorée et talons
    aiguilles... :





    Cette pub avait beaucoup choqué aux Etats-Unis, ainsi qu'en France.

    Plus "grave" peut-être encore (aux Etats-Unis cette fois) : ces injection de Botox pour une fille de 8 ans... Sa mère n'avait pas hésité à montrer des photos d'elle injectant des doses de Botox dans le front de son enfant, rappelle 20 Minutes.

    Le phénomène des mini-miss, qui se développe de plus en plus en France, vous inquiète-t-il ?
    http://www.lepost.fr/article/2011/12/08/2656050_de-plus-en-plus-de-mini-miss-en-france-inquietant.html




    Des écolières priées de se démaquiller

    Le Point.fr
    - Publié le 30/11/2011 à 12:55 - Modifié le 30/11/2011 à 17:08

    Une école du Finistère a interdit dans son règlement
    intérieur maquillage, talons hauts et minijupes. L'inspection joue la
    prudence.


    Depuis la fin du mois d'octobre, un nouveau règlement intérieur régit
    les tenues des élèves de l'école publique maternelle et primaire de
    Keribin, à Ploudalmézeau, dans le Finistère. De nouvelles règles qui
    s'appliquent tout particulièrement aux petites filles de
    l'établissement. "Les élèves ne sont pas autorisés (sic) à venir
    maquillées (re-sic) à l'école (hormis le jour du carnaval), à porter des
    talons, des jupes ou shorts courts (mi-cuisses), des chaussures de
    plage (tongs ou sabots en plastique)", stipule ce nouveau texte, voté à
    l'unanimité par le conseil d'école, qui regroupe enseignants, délégués
    de l'Éducation nationale, représentants de la mairie et des parents
    d'élèves. Le règlement ne prévoit pas de sanction en cas de tenue
    incorrecte, mais une note dans le carnet de correspondance pouvant être
    suivie d'un rendez-vous avec les parents.

    "C'est du sexisme" (une mère d'élève)

    À
    l'origine de cette initiative, les enseignants de cette école de 215
    élèves, agacés par la façon dont pouvaient s'habiller, "comme des
    femmes", certaines élèves de CM2 portant minijupes, shorts au ras des
    fesses et maquillage. "Minijupes et talons n'ont pas de place dans une
    cour d'école", a estimé Édith Quémeneur, adjointe à l'enfance à la
    mairie de Ploudalmézeau. Cette nouvelle disposition n'a toutefois pas
    été du goût de tout le monde, provoquant l'ire d'une mère de famille
    dans les colonnes de Ouest France. "C'est du sexisme !
    s'insurge-t-elle. Une atteinte à la liberté des femmes !" précisant que
    ses filles, qui "mettent parfois du mascara et du gloss", sont "revenues
    en pleurs de l'école et ont rangé leurs jupes".

    Du coup,
    l'inspection d'académie du Finistère a décidé de reformuler le règlement
    de l'école "d'une manière plus générale qui convienne à tout le monde".
    Finalement, il ne serait plus question que de "tenues appropriées"
    pour le confort et la sécurité des enfants dans leurs activités et leurs
    jeux quotidiens. Un flou délibéré qui laisse la place à toutes les
    interprétations. Pourtant, à l'heure où l'on s'inquiète de l'hypersexualisation des petites filles,
    notamment dans la publicité, ce recadrage paraît plutôt à
    contre-courant. Lundi, Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de
    la Cohésion sociale, a d'ailleurs installé un groupe de travail pour
    s'emparer de cette question.

    http://www.lepoint.fr/societe/des-ecolieres-priees-de-se-demaquiller-30-11-2011-1402267_23.php



    Et une réaction à contre-courant :


    Interdire la minijupe à l'école ? Non !

    Publié le 24 novembre 2011
    "L’école n’a pas pour objectif d’imposer un code de bonne conduite à ses élèves"

    L’école publique maternelle et primaire de Ploudalmézeau (Finistère) part en guerre contre les
    minijupes, les shorts, le maquillage et les talons. Le règlement
    intérieur, voté à l’unanimité par le conseil de l’école, instaure un
    code vestimentaire scrupuleux pour les jeunes filles. Mais, selon
    l'écrivain Jules Gassot, "on peut lire Voltaire en mini-jupe !"


    Atlantico : Une école publique
    maternelle et primaire de Ploudalmézeau (Finistère) a voté un code
    vestimentaire scrupuleux pour les jeunes filles : exit les minijupes,
    les shorts, le maquillage et les talons.

    Pourquoi une école a-t-elle besoin d’inscrire ces notions dans son règlement intérieur ?


    Jules Gassot: Un problème d’éducation entre les parents et les enfants persiste. Si
    l’école a besoin de se substituer au rôle des parents, ce règlement
    peut s’avérer nécessaire pour l’établissement.

    Il est néanmoins fort dommage que l’école brise la créativité des enfants,
    tous les matins chacun apprécie de choisir ses vêtements et affirmer
    son style. C’est l’âge de la découverte.


    Le maquillage ne me semble pas gênant pour apprendre à lire et à compter. De nos jours, nous
    observons une phobie ambiante sur tout. Il existe une peur collective
    sur la sexualité. Au moindre écart, les gens s’alarment. C’est une
    réaction défensive de l’établissement mais je ne suis pas sûr que cela
    règle quoique ce soit. Pour régler le sujet, le dialogue s’impose.


    L’interdiction,souvent, ne fonctionne pas. Cependant sur des enfants, c’est une valeur
    qui peut avoir des résultats, n’ayant pas les moyens de se défendre.
    Lorsque l’on impose quelque chose, il se créer, généralement, l’effet
    inverse. Si cette école y voit une amélioration tant mieux mais je
    crains que ce règlement et sa vocation reste lettre morte.

    Doit-on y voir une sexualisation des jeunes filles de plus en plus précoce ?

    Pourquoi les enfants jouent-ils aux adultes avant l’âge ? Mettre du gloss, des
    mini-jupes et des talons traduit certes un rapport de séduction, cela
    peut donner l’impression d’une sexualisation plus précoce des enfants.
    Mais il existe une différence entre vivre sa sexualité et vivre dans un
    monde sexy.


    Quel sont les intérêts des jeunes filles derrière ce comportement ? La question se pose. Les
    enfants font ça innocemment, je pense que c’est une simple volonté
    d’imiter les plus grands, sans avoir conscience de leurs actes. C’est de
    l’amusement d’aller à l’école maquillée et en talon
    .

    Je ne pense pas qu’il y est une volonté de séduire l’instituteur derrière ce
    comportement. On oublie trop souvent la notion du plaisir de découverte
    des enfants, de tester certaines choses.


    Ce n’est pas calculé, par ailleurs, leur environnement est très sexué. Les
    magazines, les programmes télévisés notamment. Est-ce que pour autant
    les enfants de CM1/CM2 sont plus sexués qu’il y a 30 ans ? J’en doute.


    Le regard adulte est perturbé par la société qui lui échappe et son
    évolution qui s'effectue plus rapidement que pour la génération
    précédente
    . La société s’inquiète de voir ces enfants devenir des adultes.


    De surcroit avec l’interdiction de s’habiller comme elle le souhaite, une
    fois arrivée au collège ces jeunes filles vont se déchaîner.

    Est-ce la vocation de l’école de légiférer les codes vestimentaires des élèves ?

    C’est étrange. L’école n’est pas là pour juger. Je ne pense pas non plus que
    les instituteurs de cette école avaient l’intention d’élaborer un
    règlement vestimentaire en se lançant dans cette vocation. Leur combat
    est intéressant mais si celui-ci n’est pas relayé auprès des parents il
    n’a pas d’aboutissement.


    L’école n’a pas pour objectif d’imposer un code de bonne conduite à ses élèves.
    Elle est là pour les aider à se construire et à s’accomplir.

    Ce n’est pas à travers un code vestimentaire que l’on peut changer le
    cerveau de quelqu’un. On peut lire Voltaire en mini-jupe !


    L’école et le ministère de l’Éducation nationale donne l’impression de dresser
    un citoyen parfait. Robespierre s’est déjà cassé les dents sur ce sujet.
    Un citoyen parfait n’est pas un bon citoyen c’est un soldat de plus
    sans personnalité. Cette volonté d’uniformisation des individus n’est
    pas la solution, bien au contraire, le but est de former des individus
    ultra-différents.

    Cet évènement est une petite goutte d’eau qui corrobore les actions du
    gouvernement. Depuis quatre ans il n’existe pas de prime à
    l’originalité, la tendance est plutôt à la dépersonnalisation.

    Cela témoigne d’une volonté de résoudre tous les problèmes comportementaux,
    on pense que le bien se réduit à ne pas déranger. L’école ne souhaite
    plus d’enfant turbulents par conséquent, ils inventent des textes pour
    canaliser les comportements, celui-ci ne sera qu’une proposition
    supplémentaire parmi tant d’autre. La semaine prochaine le nouveau
    règlement concernera les garçons qui n’auront plus droit de porter des
    joggings ou des jeans car cela ne fait pas sérieux.

    Nous pouvons inventer un texte comme ce dernier une fois par semaine, c’est
    une perte de temps vis-à-vis de la pédagogie qui mériterait d’être
    davantage prise au sérieux pour s’adapter à ces nouvelles attitudes
    .


    C’est une régression dans la mission d’un enseignant, une perte de temps sur un travail délicat.

    http://www.atlantico.fr/decryptage/ecole-ploudalmezeau-imposer-code-bonne-conduite-jupes-vetement-interdiction-jules-gassot-230889.html


    Et vous? Est ce respecter la liberté individuelle des enfants de les laisser s'habiller comme des petites pépées?
    Les enfants ont ils des limites à leurs libertés individuelles? A leur liverté de "femmes" et d'"hommes"?
    Est ce que cette mode prise en compte par le gouvernement (Chantal Jouanno a été chargé d'étudier la question d'un point de vue d'interdiction) est grave ou non? Risque elle d'inciter plus de passages à l'acte pédophiles?
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 35
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Ju le Ven 9 Déc - 15:57

    Par définition quand tu es une enfant, tu n'es pas encore une femme. Il y a donc de quoi différencier ces deux états qui sont sensés être séparés par l'adolescence, période de changements tant physiques que psychiques. En plus cette façon d'habiller les gamines n'a pas qu'un impact psy.... Les talons ça pourrit le dos et donne des migraines à l'âge adulte. Imaginez en commençant à 4 ans ! Je les plains 20 ans après.


    Quand j'étais au collège (belge donc 7 - 18 ans) le règlement stipulait l'interdiction des mini-jupes et autres tenues affriolantes. Et chaque année le règlement était mis à jour. Sont apparus le maquillage exagéré, les longues boucles d'oreilles, les mini-shorts, les couvre-chefs, les piercings, les boucle d'oreille pour les garçons, les trainings etc.

    Et bizarrement personne n'a jamais rien trouvé à redire ! Ca laissait amplement le choix de sa tenue chaque jour et ça n'empêchait pas les puputes de se détacher du lot.
    avatar
    Corran
    Citoyen

    Masculin Cancer Messages : 357
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 33

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Corran le Ven 9 Déc - 16:49

    Le vrai souci, c'est ça

    auxquels beaucoup ont aujourd’hui accès sans contrôle
    parental.
    Pas que le net sois une antre du sexe.

    Surveillez vos gosses ! Arrêtez de regarder le foot ou votre feuilleton à
    l'eau de rose et surveillez vos gosses. Faites des choses avec eux,
    même si c'est emmerdant. Sans ça vos gosses chéri deviendront des ado
    étrangers très vite.

    Une école du Finistère a interdit dans son règlement
    intérieur maquillage, talons hauts et minijupes. L'inspection joue la
    prudence.

    Interdit dans mon ancienne école depuis 2001, ainsi
    que les trainings, le tabac et l'alcool.

    Et c'est aussi bien. Là on ne parle même pas d'ado mais de d'enfant.
    C'est incompréhensible pour moi de laisser son gosse montrer son cul et
    de trouver ça bien.

    L’école n’a pas pour objectif d’imposer un code de bonne
    conduite à ses élèves. Elle est là pour les aider à se construire et à
    s’accomplir.

    Encore une connerie, l'école c'est fait pour
    apprendre, pas pour éduquer ou montrer son cul. Pour le premier, c'est
    le rôle des parents pour le second le gosse aura le temps de le faire
    quand il sera adulte sexuellement.

    En gros, je ne comprends pas comment on peut
    laisser des gosses singer les adultes et ne pas voir que la suite c'est
    traiter les gosses comme des adultes avec tout ce que ça peut impliquer
    de sexuel.

    Et ce n'est pas une question du droit de la femme... Si un garçon venait
    en boxer à l'école, je pense que là aussi y aurait des soucis. Faut pas
    confondre le droit de la femme et le droit de l'enfant.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Giromu le Ven 9 Déc - 17:36

    C'est quoi un "training"?
    avatar
    Corran
    Citoyen

    Masculin Cancer Messages : 357
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 33

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Corran le Ven 9 Déc - 17:47

    Vêtements de sport ^^
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Moira le Ven 9 Déc - 18:00

    Même question que Giromu, c'est quoi un "training" ? Un "jogging" pour les Belges ?

    En lisant tout ça, il ne me vient qu'une réaction de révolte. Laisser le choix aux enfants dans leur tenue, c'est sur la couleur, la forme, et le style, mais pas sur "est-ce que je veux passer pour une mini-pute ou pas" ! Et puis, du "sexisme envers les femmes" ? Ah bon ? Pour moi, les seules femmes dans une école primaire sont celles qui ont plus de 18 ans et ont un salaire. On ne devrait pouvoir s'habiller de façon à attirer le regard de l'autre et à susciter le désir sexuel que lorsqu'on est susceptible de pouvoir le gérer ! C'est-à-dire de pouvoir dire "non", de pouvoir montrer que non, et si toutefois on veut dire oui, de pouvoir assumer derrière. Avoir un STRING à 8 ans ?! Nan mais sans blague !

    Mes enfants auront le droit de porter des jupes, garçons et filles, mais ce seront des jupes correctes, raisonnables, et confortables. Et pas en hiver.
    avatar
    Corran
    Citoyen

    Masculin Cancer Messages : 357
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 33

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Corran le Ven 9 Déc - 18:06

    Même question que Giromu, c'est quoi un "training" ? Un "jogging" pour
    les Belges ?

    Jogging, chez nous, c'est courir.

    avatar
    Détrôa
    Ninja bouboule

    Masculin Sagittaire Messages : 474
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 33
    Localisation : quelque part dans un monde avec un gouvernement mais toujours sans justice

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Détrôa le Ven 9 Déc - 19:08

    Je vais pas développer car ça ferait qu'enfoncer des portes ouvertes, je me contenterai d'un "ça me conforte dans l'idée qu'il faudrait des permis pour enfanter" et que les médias bah c'est de la merde.

    J'élèverai mes enfants loin de la civilisation déchéante, dans la nature, parmi les ours! Enfin, s'il en reste.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 35
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Ju le Ven 9 Déc - 19:20

    Un training c'est ce que vous appelez un jogging. Parce qu'un jogging chez nous -hormis l'exercice physique- c'est aussi un autre type de vêtement. Avant (fin 80's, début 90's) ça se mettait pour aller au sport et on voyait des enfants avec à l'école.

    Maintenant on ne voit ça que sur la racaille des abris bus :p (vous savez, le pantalon gris épais qui vous fait dire "Tiens, ils sortent en pyjama maintenant ?").

    avatar
    Corran
    Citoyen

    Masculin Cancer Messages : 357
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 33

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Corran le Ven 9 Déc - 19:25

    Maintenant on ne voit ça que sur la racaille des abris bus :p (vous
    savez, le pantalon gris épais qui vous fait dire "Tiens, ils sortent en
    pyjama maintenant ?").

    T'as oublié les chaussettes par dessus le pantalon comme un golfeur =D
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Baxter le Ven 9 Déc - 20:47

    Je trouve que l'écrivain ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Certes, la fillette qui se ramène en string à l'école n'a sûrement pas d'idées malsaines en tête et que c'est plus un déguisement qu'autre chose mais pour moi, ce n'est pas l'enfant le problème, c'est ses parents. Laisser sortir son enfant ainsi, c'est montrer le peu de respect que l'on a pour lui. C'est une créature qu'on exhibe, pas un enfant que l'on protège. Et comme d'hab', dès que l'école essaie de dire quelque chose, les parents se sentent agresser et l'académie, au lieu de prendre part au débat, opte pour donner raison aux parents, c'est tellement plus simple de taper sur l'école.

    Mais voila, pour l'instant, ce sont des enfants et les parents les exhibent comme des créatures sexuées. Le problème, c'est quand leurs enfants seront devenu ado. Leur père et leur mère auront tellement l'habitude de voir leurs enfants habillées comme des putes qu'ils les laisseront continuer à l'âge des premiers émois sexuels et là, ça devient grave. Il faut accompagner les enfants et les adolescents pour leur donner des bases saines et solides. A 8 ans, elle est en string, pas de notion de sexualité derrière peut-être, mais à 12 ans ? Les adolescents ont des rapports sexuels de plus en plus tôt à un âge où ils ne sont pas capable de les assumer parce que leurs parents leur laissent toute liberté, capitulant à toutes leurs envies. Or, un enfant et un adolescent ont besoin de limite. L'enfant se laissera faire alors que l'ado se rebellera sûrement mais c'est le jeu. L'adolescent ne respectera sans doute pas toutes les limites mais il en aura tout de même une notion qui l'empèchera d'aller trop loin. C'est pour ça que l'écrivain se plante. Il ne voit que l'enfant qui ne prend sûrement ça que comme un jeu mais il ne voit pas l'adolescent que ça va donner derrière. Dire à un enfant de ne pas venir en string/bas-résille, ce n'est pas l'éduquer lui, c'est éduquer les parents de manière à ce qu'ils puissent combattre l'adolescence de leurs enfants et non pas laisser couler et laisser faire n'importe quoi.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 35
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Ju le Ven 9 Déc - 22:10

    Toutafait.

    Ceci dit, même s'ils semblent décrire un phénomène en pleine ampleur je ne croise quand même que très très peu de jeunes gamines "sexuées" vestimentairement parlant.

    Je suis d'accord que les grandes ados (pas confondre avec les adulescents) de 16-18 ans se confondent de plus en plus avec des femmes plus matures. Maquillage étudié, fringues pas forcément vulgaires mais BCBG qu'on aurait vu que sur une mère du temps où on était à l'école. En soirée il faut faire de plus en plus attention à qui on ramène à la maison... Mais des petiotes en string/talons ça ne court quand même pas les rues !
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Moira le Ven 9 Déc - 23:13

    Bah, à Paris et à Metz, c'est plus courant. Je dis pas forcément de 8 à 12 ans, mais 14, 15 ans, c'est courant. Et ça me désole complètement. Ce qui me désole encore plus, c'est que c'est nous qui sommes censés être les déviants, les pervers, et vu les résultats de ce débat pour l'instant, j'ai l'impression que comparé aux bien-pensants là dehors, on est plutôt équilibrés...

    Cela dit, ne tenez pas trop compte de ce que je raconte, je suis bourrée.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Giromu le Dim 11 Déc - 17:44

    ça fait plaisir de voir que tout le monde est sur la même longueur d'ondes. ça veut dire qu'on est soit tous des "vieux cons", soit des individus responsables. Laughing
    avatar
    Srkat
    Wanderer

    Verseau Messages : 933
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 32

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Srkat le Dim 11 Déc - 19:46

    'doit y avoir des nuances quand meme entre vieux cons et responsables.
    Disons qu'on a tous assez de sens commun. Meme si on a pas les memes avis sur tout au final.

    Au passage, les mini miss, y'en avait dans mon patelin en pleine cambrousse y'a 10 ans, ça date pas d'hier.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Giromu le Lun 10 Déc - 14:07

    Dans la rubrique "au secours!" les Chinois ont mis des gamines de 6 ans (max?) en bikini dans un salon auto.

    http://www.sankakucomplex.com/2012/11/18/lolicon-china-motor-show-bikini-babes-youthful-indeed/

    Non mais sérieux...-_-
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Moira le Lun 10 Déc - 14:52

    Pauv'gamines... é__è Ça me les rend pitoyables.
    avatar
    Corran
    Citoyen

    Masculin Cancer Messages : 357
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 33

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Corran le Lun 10 Déc - 15:42



    Pendant chinois des "junior" idol japonaises je crois. C'est pas mieux.
    avatar
    ADN san
    Citoyen

    Messages : 486
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par ADN san le Lun 10 Déc - 18:22

    Elles sont mignonnes quoi, genre câlins, gaufres au sucre et peluches, mais elles font un peu tache dans le décor.
    Celle en maillot bleu fout juste la trouille !
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Baxter le Lun 10 Déc - 19:27

    C'est juste ignoble.-_-

    Contenu sponsorisé

    Re: [Débat] L'hypersexualisation des enfants

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 0:34