Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [Comics] Man-thing, le gardien du nexus de toutes les réalités

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [Comics] Man-thing, le gardien du nexus de toutes les réalités

    Message par Giromu le Mer 23 Nov - 20:31

    Refonte de tous les sujets en face dédiés à mon perso favori tous supports confondus! Avec une nouvelle chronique à la fin.

    La première fois que j'ai entendu parler de ce perso, je devais avoir
    une dizaine d'années. J'avais acheté un Strange special origines
    (magazine qui expliquait au moyen de reeditions d'episodes mythiques et
    de fiches les origines des super-heros Marvel) dans lequel figurait sa
    fiche, avec cette illustration:







    Real Name: Dr. Theodore "Ted" Sallis
    Occupation: Former scientist; currently guardian of the nexus of realities
    Identity: The Man-Thing's existence is publicly
    known, but widely disbelieved; very few people know
    that the Man-Thing was Ted Sallis
    Legal Status: Citizen of the United States; presumed dead
    Former Aliases: None
    Place of Birth: Omaha, Nebraska
    Marital Status: Married
    Known Relatives: Ellen (wife)
    Group Affiliation: None
    Base of Operations: The swamp that surrounds the nexus of realities, near Citrusvilla, Florida
    First Appearance: SAVAGE TALES (1st series) #1 History:
    Ted Sallis first came to prominence in government
    circles as the chief chemist working on "Project
    Sulfur," a U.S. Army research program aimed at developing
    a means to survive bio-chemical warfare. Sallis
    developed "Serum SO-2,' which would have
    succeeded in immunizing human beings to all
    toxic biochemicals, but the mutagenic effects
    of the serum would have transformed people into
    monsters. The serum was never put into production.
    After Project Sulfur was shut down, Sallis was
    reassigned to "Project Gladiator," a research
    program under the auspices of S.H.I.E.L.D.,
    which was aimed at recreating the lost
    "super-soldier" serum that had spawned Captain America
    during World War II. Working separately from
    his colleagues, who included Drs. Wilma Calvin and Barbara
    Morse (later to be known as Mockingbird), Sallis evidently
    attempted to use a modified version of his
    SO-2 formula as the basis for a new
    super-soldier serum. He was close to success
    when he was betrayed into the hands of the
    subversive Advanced Idea Mechanics by his wife, Ellen.
    Perhaps already suspecting betrayal, Sallis had
    earlier destroyed his notes. To guarantee that
    the secret would not fall into AIM's hands,
    Sallis injected himself with the only existing
    sample of his modified Super Soldier serum, and
    fled into the nearby swamp. Sallis should have died, but
    over the course of several hours, mystical forces
    combined with chemical science to transform him
    into the monstrous, misshapen creature who
    would be dubbed the Man-Thing. The substance
    of Sallis's body was eaten away and replaced
    by vegetable matter. Though he mimics the form of humanity
    to a large extent, he can no longer be considered human.
    Though he retains Ted Sallis's soul, and
    rudimentary vestiges of Sallis's intellect, he
    cannot be said to be intelligent in any
    meaningful sense.
    Since the time of his creation, the Man-Thing
    has served as the guardian of the "nexus of
    realities," an interdimensional focal point
    which has manifested itself in the middle of
    the Man-Thing's swamp. Though the Man-Thing's
    adventures have occasionally drawn him away from the swamp,
    he has always returned, and it is said that he is
    destined to remain the guardian of the nexus on
    this plane of existence for as long as the
    nexus continues to manifest itself in this
    reality.
    Height: 7 ft.
    Weight: Approximately 500 lbs.
    Eyes: Red
    Hair: None, though hair-like strands of vegetable matter can be seen growing over most of his body.
    Unusual Features: The Man-Thing is a living,
    semi-sentient creature patterned after the form of a
    human being, and mimicking many of the functions of
    the human body, but composed of vegetable, not
    animal matter. He has two large, red, lidless eyes, but
    no mouth or nose. He has no ears, but has some sort of rudimentary
    hearing apparatus located in what passes for his
    "forehead." His body is composed of pockets of algae,
    moss, and fibrous weeds held together by a network
    of animated tough and starchy roots which follow the
    basic structural pattern of human bone and muscle.
    Extremities of this root hang from the front of his
    head to form the characteristic features of his "face."
    His hands and feet are claw-like. He walks slowly and awkwardly.
    The bacterial colonies which are imbedded within his
    body, and which provide him with his
    nutrient-processing system, give off a strong,
    rotting smell.
    Strength Level: The Man-Thing is superhumanly strong, capable of lifting (pressing) at least 1000 lbs.
    Known Superhuman Powers: The Man-Thing is
    almost invulnerable to harm. Because his body
    is not entirely solid, but made of porous
    muck, fists or bullets will either pass entirely
    through him or lodge harmlessly in his body. Even were
    a significant portion of his mass to be stripped away
    or pulverized, his body would reorganize itself
    and, draw new material as needed form the
    substance of the surrounding swamp.
    Due to the nature of the Man-Thing's body, he is
    capable of oozing through or around openings
    or barriers that would otherwise seem too
    small for him to pass. He has gone through
    wire mesh and past steel bars. The smaller the
    actual physical opening, however, the longer it takes
    him to re-organize his mass on the opposite side.
    The Man-Thing is sensitive to emotion. Psychic
    forces react in some unknown manner with the
    "brain" cells that are located throughout the
    Man-Thing's body. Mild emotions arouse
    "curiosity," and lead the Man-Thing to
    "observe" events from a distance. Violent
    emotions, such as fear, anger, and hatred, cause him extreme
    discomfort, and may provoke him to attack. When the
    Man-Thing is provoked to violence, he excretes
    fuming sulfuric acid, while in the absence of
    violent emotion he produces a soapy mucus that
    will neutralize the acid.
    Weaknesses: During the first few months
    of his existence, the Man-Thing depended
    totally on the swamp environment to sustain
    himself, drawing nutrients directly from immersion
    in the swamp water. Later, after undergoing a tremendous
    chemical shock in the Citrusville sewage treatment
    plant, his body adapted into more of a
    self-contained biological system. Although he
    still weakens, and would eventually lapse into
    dormancy if removed from his swamp for an extended
    period of time, he now weakens only slowly, and will recover
    quickly if exposed to moisture.
    The Man-Thing also seems to "remember" emotional
    patterns, which leads him to "recognize"
    people he's met before. But there is evidently a
    limit to the number of emotional patterns he
    remembers, and he will periodically lapse into
    a state of total immobility until his "brain
    cells" purge themselves of their excess of
    remembered data.
    http://www.marveldirectory.com/individuals/m/manthing.htm

    Donc, je suis là avec mon strange special origines et je devore la fiche
    de ce personnage franchement bizarre, qui ne ressemble à aucun autre
    protagoniste du monde Marvel.
    Je reve de lire les histoires evoquées (dont une infime partie a été
    traduite en Français dans les années 80, en noir et blanc, dans des
    magazines comme Eclipso de Arédit).
    Non, mais vous avez vu sa bio? Vous en avez deja vu une aussi bizarre et barrée?
    Les aventures de Man-thing sont grandioses rienq ue pour ça, deja.

    Pour moi, il sera LE monstre des marais des comics, loin devant Swamp
    thing, plus connu, mais que je trouve moins original, y compris
    graphiquement.

    La fiche du Special origines etait traduite partiellement de l'anglais
    et eludait de nombreuses choses que vous pouvez lire dans cette fiche en
    anglais.
    Mais elle etait accompagnée (et c'est rare!) d'une carte, celle du
    marais de l'Homme-chose (son nom en VF, même si la traduction exacte est
    plutôt "Chose humaine"):

    Une carte qui me faisait rever, evoquant de nombreux personages aux noms
    etranges, d'asiles de fous, de reserves indiennes et...un etrange
    "nexus de toutes les realités".

    Je gardais ce perso en memoire, car j'adorais l'illustration ci-dessus.
    Quelques années plus tard, au lycée, je suis un pratiquant de JDR, et
    mon GURPS: Horreur me conseille, comme source pour les monstres des
    marais, de lire des comics de Swamp thing (excellente lecture au
    passage).
    Swamp thing? Beeeuh! Je prefere encore Man-thing à cette epoque, malgré
    les années qui me separent de ma premiere "rencontre" avec le perso.
    Je pars en vadrouille à Tonkam, rue Keller (qui vendait du comic à cette
    epoque là) et j'y degotte deux numéros de Marvel comics presents, une
    anthologie (de la fin des années 80) de quatre histoires courtes dans
    chaque numeros, avec des arcs de 1 à 12 episodes. C'etait un hebdo.


    Naissance d'un monstre


    A l'epoque, j'achete ces deux comics dans le bac à solde pour 3 F piece!
    Et là, le choc: Je n'ai qu'une partie de l'histoire mais je sais que j'ai un chef d'oeuvre entre les mains!


    "Behold the man" (dont je n'avais à l'epoque que les chapitres 2 et 4.
    c'est un arc en 4 parties) narre les aventures du mutique Man-thing
    confronté à une maison hantée au milieu de son marais. C'est là qu'un
    auteur de romans en mal de succès s'est refugié. Il voit la maison comme
    une riche demeure de planteur ou il est accueilli par des convives de
    gout.





    Contemplez l'homme...sous la plante.


    Man-thing penetre l'illusion et affronte une meute de fantomes qui a pour projet de pomper la force vitale de notre auteur.
    Mais l'histoire se termine mal pour l'humain, malgré son sauvetage.
    ça se termine aussi tres mal pour Theodore Sallis, l'homme enterré sous
    cette couche d'humus et de boue, dont la conscience se debat pour
    exister et ne pas devenir folle.
    Tout ça avec un dessin crade et superbe à la fois, qui fait tout pour
    meler la realité et le cauchemar(cf les couvertures, de 1 à 4. Cliquez
    pour agrandir)




    Et c'est parti pour des années sans entendre parler du perso.
    Jusqu'à ce que j'arrive en Fac, vers ma licence: je traine dans le quartier des boutiques de comics et j'ai internet.
    Va savoir pourquoi (je crois que je suis tombé sur des numéros des
    années 70 dans les bacs), je prends quelques numéros de la série
    d'origine et me passionne à nouveau pour le perso.

    Et là, c'est le début de la fin: je possède aujourd'hui, après des
    années de recherches méticuleuses, absolument TOUTES les apparitions du
    monstre.
    C'est le seul personnage dont je collectionne toutes les apparitions en comics. Meme une histoire ratée, je prends!





    Pourquoi?

    1/Deja, il est rare et méconnu, donc pas tres côté.
    Les vieux comics dans lesquels il apparait ne sont pas chers du tout, et ça c'est le bien!

    Pour ceux qui ne lisent pas l'anglais, collectionner Man-thing est un
    calvaire car ce perso, aux histoires tres axées social et horreur,
    n'était pas traduit dans les histoires pour petits nenfants des
    "illustrés", seulement en partie dans Eclipso, des histoires en NB axées
    horreur et dans un mensuel Hulk, pour la deuxieme serie du perso, celle
    des années 80, tres inferieure à le premiere des années 70, et c'est
    peu dire.

    2/ Son look! Non, mais vous avez vu sa degaine?
    C'est un des persos que je trouve les plus originaux de la creation.
    J'adore sa tete vaguement elephantine. J'adore ses vieux ongles degueux, ses yeux rouges vitreux.
    Sa bosse et sa demarche pataude: le perso ne peut pas courir! Il avance lentement.
    N'ayant pas besoin de se nourrir tres souvent, et seulement de sucs et
    de nutriments tirés de la terre, il peut rester enraciné de longues
    semaines sans bouger.



    Le reveil du Glob! Le leader des cultistes vous fait il penser à
    Nixon? Les lecteurs de l'époque se sont demandés si c'était voulu


    3/ Ses pouvoirs!
    Il peut soulever 500 kgs sans effort, ce qui est deja tres honnete. Il
    se regenere à vitesse grand V: si vous le decoupez en morceaux, en une
    nuit, les morceaux se ressoudent.
    Si vous le broyez ou le brûlez, il se reconstituera.
    Enfin, le meilleur: toute personne qui a peur et se trouve en sa
    présence, si elle est touchée par Man-thing, est brûlée par un acide
    secrété par la créature!
    D'où le slogan du comic: "Whatever knows fear burns at the Man-thing's touch".


    C'est pas ce que vous croyez...


    4/ Sa "personnalité" et la bizarrerie de son concept!

    En effet, Man-thing est un humanoide, mais pas vraiment un humain. Il
    est plus proche de la plante, dont il a le QI. Il ne reagit qu'aux
    emotions humaines et animales:
    La peur declenche en lui une violente douleur. Pour y mettre fin, son
    corps secrete de l'acide et Manny (le petit nom de la bestiole chez les
    fans) détruit la source de peur.
    Autant dire que vous avez interet à être zen à son approche.

    La colere et la haine declenchent aussi sa curiosité, souvent hostile.
    Il a tendance à se retourner assez facilement contre ces facteurs qui
    provoquent chez lui de l'inconfort. Les demons, particulierement riches
    en emotions violentes, doivent vite s'attendre à se battre contre lui.
    Thog, un des diables de l'univers Marvel, est ainsi un de ses ennemis
    recurrents.

    La joie et la melancolie attirent Man-thing comme une mouche. ça l'intrigue carrément. La musique aussi.
    Man-thing est capable, en tant qu'empathe, et malgré son intelligence tres limitée, de se faire des "amis".
    ce sont souvent des personnages jeunes, un peu loosers et deconnectés de
    la realité, mais ayant bon fond, comme Richard Rory, un disc Jockey
    ("DJ" pour les jeunes qui connaissent pas ce mot) qui n'a connu que des
    malheurs dans sa vie (exemple: dès sa naissance, la sage femme le fait
    tomber!) et traine souvent avec lui dans les marais, avec sa musique et
    sa melancolie.
    Rory est un aventurier dans l'âme et accompagne souvent Manny dans ses
    aventures extra-dimensionnelles, quand le terre est envahie de creatures
    d'autres dimensions.
    C'est un seducteur discret, mais toujours poursuivi par la malchance:
    Ses copines finissent toujours par le lacher, meme quand ça va bien!-_-


    Richard Rory est maudit!

    Man-thing est une creature qui assiste à de nombreux evenements dans son
    marais et, par son existence et ses actions, peut agir en bien ou en
    mal, simplement en suivant ses instincts et ses "pulsions" liées à son
    empathie.

    Ses aventures vont de:

    -affronter les demons de Thog et detruire ses plans super tordus pour conquerir le monde


    La première histoire (en deux parties) dans laquelle apparait Howard
    the duck, personnage gag qui devait disparaitre à la fin de
    l'histoire...


    à

    -brûler les deux poursuivants d'un jeune homme payés par son père qui
    veut le "reprogrammer" pour en faire un "winner" de Wall Street

    en passant par

    -rencontrer Howard the duck, un barbare du nom de Korrek et un magicien du nom de Dakkhim et voyager à travers les dimensions



    En passant par le nexus...
    ou encore

    -participer à la mise en scène crée par le fantôme d'un clown suicidé
    qui montre, en utilisant Man-thing et des personnages humains perdus
    dans le marais, ce que fut sa vie.
    Le jury? Un envoyé du ciel, un envoyé de l'enfer et un envoyé du purgatoire qui doivent decider où il va aller

    en passant par

    -assister à l'hypocrite enterrement d'un jeune homme obese detesté par
    sa famille qui a été tué par le prof de sport de son lycée car le pauvre
    ne courait pas assez vite, ce qui arrange bien les autres membres de la
    famille pour qui il etait une gène. Une amie un peu looseuse du jeune
    homme va faire eclater la vérité grace au "book of Edmond", le journal
    intime qu'il lui a confié



    Première aventure solo de Howard the duck dans ce volume. Et surtout
    une des meilleures histoires jamais écrites en comics concernant
    Man-thing


    ou encore

    -lutter contre un geant norvegien fou deguisé en viking qui trouve que
    les etudiants du campus de Citrusville (la ville proche du marais de
    l'home-chose) ne sont pas assez virils et que c'est la faute des livres
    areligieux qu'il lisent. Une folie collective s'empare de la ville et
    une chasse à l'etudiant, menée par le viking et des bigottes enragées,
    nait.


    Le culte de l'entropie veut mettre fin à toute vie

    Les scenarios de Man-thing, c'est du génie! En tout cas, ceux ecrits par
    Steve Gerber dans les années 70, dans la premiere serie qu'a connue le
    personnage (psssst! Elle est contenue toute entiere dans deux volumes en
    noir et blanc à pas cher: "Essential Man-thing" 1 et 2.
    Une des meilleures lectures comics que vous ferez de votre vie! Si ces
    volumes avaient existé avant que je collectionne, j'aurais plus de place
    chez moi...)


    5/L'humain sous le mucus!

    A la base, c'est Theodore Sallis, un scientifique assez patriote qui
    travaille pour le gouvernement US dans les années 70, sur une formule
    qui permettrait à l'être humain de survivre à une pollution excessive de
    son environnement. Effet negatif constaté: les hommes deviendraient
    difformes. Le projet est plus ou moins enterré suite au scandale
    provoqué par sa révélation à la presse.


    Sallis et sa gourgandine. La première apparition du
    personnage. C'est dans Savage tales 1 de 1971, un magazine qui n'a connu
    qu'un opus et est aussi connu pour abriter la première apparition en BD
    de Conan le barbare!
    Vu son prix, j'avoue humblement que c'est
    le SEUL opus que je ne possède pas.-_- Mais l'histoire a été réeditée,
    heureusement pour moi!


    Sallis est ensuite affecté au projet visant à reproduire le serum qui a fait de Captain America ce qu'il est.
    Il s'isole dans un marais de Floride, dans les Everglades, pour plus de
    tranquilillité, accompagné de sa charmante femme, Ellen Sallis (à la
    base, il est fortement suggéré que c'est une fille aux moeurs légères
    qu'il a rencontré dans un bouge).

    Là, dans une cabane anonyme, il réussit son pari, dans le plus grand
    secret. Mais...Ellen est en fait payée par l'A.I.M (Advanced idea
    mechanics), un groupe terroriste américain qui projette de voler le
    serum après avoir noté la formule et tué Sallis. Une nuit, Ellen abat
    ses cartes



    Sallis parvient à fuir en voiture et à s'injecter le serum. La formule a
    été détruite et se trouve dans sa tete seule. Devenu un super soldat,
    comme Captain America, il parviendra à fuir ses poursuivants! Oui,
    mais...Une balle perdue, un pneu qui eclate, une sortie de route et il
    plonge dans les tenebres des marais.
    Le probleme? Il a été choisi par le nexus pour lui servir de gardien et
    le serum le transforme, mais pas exactement dans le sens souhaité...

    Encore à ce moment là empli d'un desir de vengeance, Man-thing parvient à
    tuer les agents de l'A.I.M, defigurant au passage une Ellen morte de
    peur, mais la laissant en vie.







    A partir de là, l'humain s'efface sous le mucus, reapparaissant tres
    rarement (c'est pas le syndrome Banner/Hulk!) et prennant la place du
    monstre peut-etre quoi, 4 fois dans la série en tout?

    Theodore Sallis, quand il est sous le mucus (enfin, façon de parler.
    Seul son esprit est enterré dessous, son corps etant mêlé à la boue et
    au mucus de manière parfaite, Manny n'a même pas d'os...) est en état de
    stase. Quand il en vient à prendre la place du monstre (par action
    magique d'un demon, souvent), il semble se reveiller d'un long reve.
    Ce que j'aime dans ce personnage, c'est son ambivalence: c'est un
    chercheur de haut niveau, assez cynique et patriote. Mais quand il est
    confronté à la réalité (par exemple quand un demon lui offre de lui
    restaurer son humanité en echange d'un petit meurtre par exemple), il se
    mue en héros, faisant toujours le bon choix, au risque de sa vie.

    C'est un "monsieur tout le monde". Ni un héros, ni un salaud, mais avec
    un code moral rejouissant sous une apparence cynique et blasée.
    Un tres bon perso.
    Et puis, comment ne pas compatir à son pauvre sort? A la trahison qu'il vit? A son emprisonnement corporel? Et institutionnel?



    Comme Ben Grimm, la chose des fantastiques, Sallis vient de redevenir
    humain. Mais comment stopper leur ennemi dans ces conditions? Un choix
    s'impose...



    Création du perso:


    Il est né en juillet 71, un mois avant Swamp thing, qu'il a précédé.
    Swamp thing est son equivalent chez DC, mondialement connu grace aux scenars d'Alan Moore qui a fait un travail genial.
    L'histoire dit que les createurs respectifs des deux bestiaux ont
    partagé une chambre et crée plus ou moins ensemble les personnages.
    Man-thing et Swamp thing sont les derniers avatars d'une longue serie de
    monstres des marais publiés chez divers editeurs depuis la 2eme guerre
    Mondiale, comme The heap, It! de Theodore Sturgeon, Solomon Grundy...


    L'Homme-chose contre le Glob, créature des nihilistes du culte de l'enthropie

    Man-thing est, et de loin, un des meilleurs persos crées dans les comics de super-heros.
    Il est le pur produit de son epoque, les 70.
    Pendant ces années on tente de lancer des comics d'horreur pour
    remplacer les super heros, sur le declin, comme Dracula, Werewolf by
    night, Ghost Rider, the zombie...

    Man-thing y ajoute une touche de folie typiquement hippie, avec les
    scenarios de Gerber dont les themes sont axés sur la bizarrerie, les
    voyages dimensionnels, l'absurde, l'horreur, la reflexion sociale et une
    certaine apologie des geeks et des loosers (dont Man-thing est lui-meme
    plus ou moins un representant, en tant que produit raté du serum du
    super soldat) contre l'ordre social bien pensant, le fanatisme religieux
    et les gros beaufs.

    La chanson de Brel, Ces gens-là
    s'applique parfaitement à bien des personnages qu'il nous presente, et à
    qui il oppose des jeunes intelligents qui se cherchent, ouverts
    d'esprit et avides de liberté, tout sauf des premiers de la classe ou
    des sportifs beaux gosses à l'avenir brillant.


    Il est interdit de jeter le gosse dont l'existence vous empeche de
    copiner avec votre bombasse de femme sur la voie publique. Peine
    encourrue: Man-thing viendra vous faire reviser votre droit pénal à
    domicile!



    Man-thing par Steve Gerber, c'est de la BD engagée comme on en fait plus.
    A la fois desabusée, fun, délirante, sombre, triste, mais aussi pleine d'espoir.

    Gerber narre les aventures de ce héros muet et inintelligent avec
    beaucoup de finesse, à la seconde personne. Et c'est un tour de force
    que de le faire!
    Souvent, il ecrit de pleines pages de texte, avec juste une illustration
    en fond, cassant le rythme des cases de BD. Il a aussi un talent
    particulier pour faire vivre le marais, rendant ce lieu, qui nous change
    agréablement de New York, fascinant.

    Audacieux, non?
    Manny a fait une carrière osbcure mais riche en episodes grandioses.
    Dans ce topic, vous trouverez quelques uns des plus marquants.




    Première chronique: je vous sers mon épisode favori, "the kid's night out".

    Vu que même sur le net, c'est galère de trouver des images sur la série,
    je vous ai fait des photos (certes pâles) de mon exemplaire de
    Giant-size Man-thing 4 (mai 1975). Les Giant size, c'est une manière
    d'annual (des numéros annuels speciaux) qui a vite disparu. Il
    comptaient 68 pages, contre 22 pour un numéro normal.
    Cliquez pour agrandir et sachez que je les ai prises de manière à ce qu'on puisse lire le contenu des bulles.



    Ce numéro est surtout recherché car il comporte la première aventure
    solo de Howard the duck, star du comic à la fin des années 70.
    Pour moi, c'est surtout le numéro où l'on trouve une des histoires les
    plus significatives du perso, infiniment triste et sombre.

    Tout commence par un enterrement à Citrusville, en bordure du marais de Man-thing.








    On enterre un jeune homme, Edmond. Sa famille est triste et le prêtre
    nous en présente les membres un par un, prononçant à chaque fois une
    parole signifiant ce qu'il representait pour chacun d'eux.

    Tristes? Voire! Un seul être ressent le malaise qui émane de cette cérémonie, l'empathe Man-thing.



    La cérémonie est interrompue par Alice, une amie d'Edmond qui clame à
    qui veut l'entendre qu'il a été assassiné par son prof de sport. La
    réaction de l'employeur du jeune homme est plutôt disproportionnée.



    Man-thing, ressentant la détresse de la jeune fille et la violence des
    émotions dégagées, s'interpose, mais il doit reculer devant l'absence de
    peur de l'assistance et surtout...la haine qui émane de ses membres.





    Le lendemain, c'est une Alice nullement découragée qui va lire devant sa
    classe la preuve de ses assertions: le journal que lui a confié
    Edmond!
    Mais le professeur Milner, responsable de la mort du jeune homme, entend la menacer.






    Elle ouvre le livre devant son groupe d'études et commence sa lecture.
    Et là, sur 4 pages, on quitte le domaine de la bande dessinée pour
    passer dans celui du roman illustré!

    Je vous laisse lire par vous-même le journal d'Edmond et en apprécier toute la qualité littéraire.
    Cet exercice serait impensable dans une BD Marvel de nos jours.

    Page 1:





    La texte de droite, plus lisible:



    et la fin de la page:



    Page 2:






    Page 3












    Page 4:

    Avec l'illustration



    Texte:













    Epilogue posthume (écrit par Alice):



    Paragraphe 1:



    Paragraphe 2 :



    Et là, on revient au format BD. Alice se demande jusqu'où l'entourage d'Edmond va aller. Loin, tres loin!

    Ils la kidnappent et l'attachent dans le gymnase du lycée. Et aucun secours n'est possible:



    Admirez au passage la lâcheté, la peur du qu'en dira on et l'abus d'autorité manifeste. Ce sont des psychopathes!



    Man-thing ressent la détresse d'Alice et se porte à son secours. Il y'a un monstre sur le campus!







    Il se laisse tomber dans le gymnase, incapable du moindre saut (j'adore
    le style narratif de Gerber, qui nous décrit la masse gélatineuse et
    dégueulasse qu'est Man-thing)



    Un combat se déroule, au désavantage des furieux (qui n'ont pas peur du
    monstre, il faut leur reconnaître ce mérite!), surtout quand ils se
    rendent compte peu à peu qu'il n'a rien d'humain et que leurs coups lui
    passent en travers...



    C'est l'heure de la punition finale: Man-thing fait fondre et fusionner
    en une grotesque prière pour Edmond les mains de M. Milner qui tremble
    de peur. Il mettra de longues minutes à mourir et ne se repentira pas
    d'avoir fait mourir de fatigue Edmond à cause de ses théories à deux
    euros sur le corps humain.









    C'est l'heure du grand final: Man-thing revient dans son marais et le
    coupable est mort sans comprendre pourquoi, le reste de la famille se
    demandant sûrement également ce qu'elle a fait de mal.
    Pas de vainqueur, juste deux morts inutiles, victimes de ces gens-là.

    Une fin très douce amère.






    FINIS.


    Avec cet épisode, tout le talent d'ecriture de Steve Gerber, scenariste
    majeur de la série Man-thing, explose. On est dans de l'horreur sociale
    et psychologique, comme le sera plus tard la série Jigoku shoujo.
    Avec un degré de pathos difficilement croyable. On souffre pour ces
    pauvres jeunes prisonniers des préjugés et des stéréotypes des notables
    de la ville, de leurs idées préconçues.
    Mieux vaut habiter New York et croiser Spider-man que vivre dans ce trou
    paumé et arriéré qu'est Citrusville dans l'univers Marvel.


    Il semble que je ne sois pas le seul à avoir été marqué par cette histoire.
    Ecoutez cette belle chanson de Hannah Fury, "Not like you"

    http://www.youtube.com/watch?v=KPSQk9jGKYI

    Not Like You






    Giant-Size Man-Thing #4
    You are Eleanor
    Don't say a thing
    For me or for him
    Just pretend you are our friend
    Until the end
    Don't speak
    Don't speak
    Don't speak
    Don't support
    Just quietly abhor me
    The thing that feels
    And is not like you
    Don't speak
    Don't speak
    Don't support
    Just quietly abhor me
    The thing that feels
    And is not like you
    I am not like
    So what if you don't like me
    And you don't care how I feel
    So what if you can't see me
    I know I am really here
    So what if you don't believe in me
    Do you really think I care?
    So what if you don't believe in me
    I know I am really real
    I know I am the real thing
    Don't speak
    Don't speak
    Don't support
    Just quietly ignore me
    The thing that feels
    And is not like you
    I am not like you
    I am not like you


    Written by Hannah Fury
    © 1997 Orchid Effect Music (BMI)
    http://www.youtube.com/watch?v=KPSQk9jGKYI


    Elle fait particulièrement référence à ce passage de Giant size Man-thing 4:




    Allez! Attaquons nous à une aventure en deux numéros tirée de Man-thing volume 1 n°5 et 6 (lisible comme toutes les autres, dans les volumes de Essential Man-thing).



    Man-thing: Night of the laughing dead

    Particularité unique: celle-ci fut aussi éditée en 33 tours avec les BD en sus!
    Vous pouvez profitez, grâce au net, de la première partie de cette merveille ici!
    http://www.youtube.com/watch?v=h7qG3ETDs8I
    http://www.youtube.com/watch?v=fAP1bbzwsvg&feature=related

    A l'époque, c'était Mike Ploog, grand dessinateur spécialiste des créatures surnaturelles merveilleuses et avec un dessin très cartoony qui officiait. Encore aujourd'hui, c'est l'un des meilleurs dessinateurs de mon perso favori:
    Steve Gerber, le scénariste, signe là une de ses meilleures histoires.


    Dans le marais de Man-thing, un clown désespéré se suicide. Man-thing ressent sa détresse et son destin se trouve lié au sien.






    Son ami Richard Rory et sa petite amie de l'époque, ainsi que 3 anciens partenaires du clown, vont être pris à partie par le fantôme du clown qui va leur faire jouer une pièce de thèatre sur sa vie pour un mystérieux auditoire de 3 personnes cagoulées. Quelle en est la finalité?




    Le clown, Darrel, est un personnage marquant et attachant, un adulte qui a voulu suivre ses rêves d'enfant après la mort de son père et n'a connu que des épreuves. Son suicide en a fait une âme errante qui parvient à émouvoir ses auditeurs humains et le lecteur, grâce à la très belle écriture de Steve Gerber.
    Ce type de scénario très étrange étant sa spécialité, on ne s'en étonnera pas. ça reste une de mes aventures favorites du monstre, notamment grâce aux somptueux dessins de Ploog, qui retranscrit avec talent les caractéristiques répugnantes et gélatineuses du malheureux monstre.

    A lire!






    Bonus: toutes les couvertures du monstre des marais ou presque!
    http://www.youtube.com/watch?v=O1GVomegeFw&feature=watch_response
    http://www.youtube.com/watch?v=tUC3N8zaQEw&feature=watch_response
    http://www.youtube.com/watch?v=sJi1WupAVv0&feature=watch_response
    http://www.youtube.com/watch?v=g0gkfGbM9Rk&feature=watch_response

      La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû - 3:31