Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    A porte fermée

    Partagez
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    A porte fermée

    Message par Ju le Mer 2 Nov - 22:54

    huis clos :

    Expression venant de "huis" qui veut dire porte en vieux français (du latin "ostium" qui signifie lui-même ouverture, un terme qu'on utilise encore couramment en médecine cardiaque) et de "clos", tout simplement le participe passé du verbe "clore" alias fermer.

    A porte fermée.

    Le Huis clos, qui ne prend pas de trait d'union malgré ma fâcheuse manie d'en mettre un, est une expression qu'on entend guère plus qu'au J.T. lors des reportages sur des procès où "la séance se déroule à huis clos". Sorti de ça il faut bien avouer que l'expression est un peu tombée en désuétude et doit probablement faire loucher les jeunes quand on leur en parle.

    Quel dommage.

    Car le huis clos s'exprime partout à travers de nombreux médias.

    - Film: The Hole
    - Bande-dessinée (au sens mondial du terme): Dragon Head
    - Livre: Les dix petits nègres
    - Jeux (de société): Cluedo
    - Activité IRL: Murder party
    - Pièce de théâtre: "Huis clos" est d'ailleurs le nom d'une pièce très célèbre que peu de monde semble avoir vu et que pourtant tout le monde connaît…

    "L'enfer c'est les autres". Une phrase inscrite dans la culture mondiale que l'on doit à Jean-Paul Sartre qui a mis en scène cette vérité -sa vérité- avec trois personnages morts (mais loquaces) et emprisonnés dans une pièce, l'Enfer pour eux, et… c'est tout. Cinq actes pour nous faire comprendre que l'Enfer tient à peu de choses: Il suffit de garder des personnes prisonnières d'un lieu pour que chacune d'elles devienne le bourreau des autres.

    L'impossibilité de rompre le contact, de changer d'air ou d'ambiance, d'échapper aux autres ou à l'environnement directe. L'obligation de faire face à l'instant présent et en tout cas de le subir. Rarement pour le meilleur, souvent pour le pire. Dans les huis clos il faudrait être aveugle pour ne pas voir que le lieu est un personnage à part entière qui s'exprime tout au long de l'histoire quelque soit le média. Souvent la perception qu'on en a se modifie au cours du temps et c'est en général pour se charger d'inquiétude. Un lieu sombre devient plus inquiétant à cause des bruits qu'on ignorait au début. Ou a leur absence. Un lieu éclairé crûment devient de plus en plus oppressant à cause de ses couleurs claires (souvent étendues à l'infini comme la neige blanche et le ciel bleu d'une base arctique) alors qu'on a commencé par penser "grand espace" et "liberté".

    Dans le huis clos le lieu conditionne, dirige, change les gens (j'adore le moment de la fracture, quand le groupe d'amis bien soudés laisse place aux remontrances, aux rancoeurs cachées et à l'agressivité). Le huis clos ne pose pas toutes les règles mais délimite la surface où elles s'appliquent ce qui est le summum du pouvoir finalement. Mais c'est aussi là que les règles se brouillent…

    Une base arctique façon "préfabriqué" c'est un lieu clos (The Last Winter). Un sous-marin c'est un lieu clos (U-571). De même qu'un train (Le crime de l'orient-express). Mais quid si un avion se pose près de la base où a lieu un massacre, qu'un navire prend en chasse le sous-marin en proie à des avaries et à l'isolement jusque là ou encore qu'un hélicoptère pose un agent spécial sur le train détourné ? Le huis clos est-il brisé ? Momentanément ou définitivement ? Quid des histoires débutant et/ou se finissant dans un environnement ouvert à tout venant mais composé d'un nombre d'individus fixe dans quelques pièces condamnées la majeure partie du temps (The Hole) ? Et si le nombre est bien fixe (enfin, ne peut aller qu'en diminuant…) mais que la surface du lieu est très grande ? Personne ne parlerait de huis clos dans une ville, c'est absurde, (encore que 30 days of night et sa ville impossible à quitter…) mais quid d'une station de métro ou d'un tunnel isolé (Daylight) ? De tout un réseau (Metro 2033/4) ? D'une histoire se focalisant uniquement sur un endroit extrêmement petit comme une cabine téléphonique mais en contact avec l'extérieur (Phone game) ? D'une surface gigantesque mais avec très peu de monde (Wrong Way) ?


    Complexe.


    Certaines personnes réagissent peu face aux huis clos, qu'ils soient "purs ou dilués", ne portant même pas attention au concept même et se focalisant sur le reste consciemment ou non. Le meurtrier présumé, la qualité des décors, … D'autres y sont particulièrement réceptifs. C'est mon cas, vous l'aurez compris. Je suis tellement éperdue de ce genre que j'ai des projets d'écriture -personnels- plus ou moins avancés. Mais peut-on seulement parler de "genre" pour un concept qui se marrie aisément à tous les autres de la comédie à l'horreur en passant par la philosophie et l'action ?

    Je vais citer et décrire brièvement quelques exemples de huis clos que je considère comme intéressants et/ou m'ayant marquée. Et j'espère, en sus de recueillir vos avis sur le principe même du huis clos, voir fleurir des propositions de titres qui pourraient m'intéresser ^^

    En film je citerai The Hole, un thriller britannique de 2001 où Thora Birch et surtout Keira Knightley font leurs premiers pas. Il s'agit déjà d'une entorse puisque le film ne ne passe pas entièrement à huis clos mais la partie concernée est bien délimitée en tant que tel.

    Elizabeth 'Liz' Dunn, Frances 'Frankie' Almond Smith, Michael 'Mike' Steel et Geoffrey 'Geoff' Bingham , quatre étudiants d'une prestigieuse université britannique, décident d'investir un bunker durant trois jours pour s'essayer à de nombreuses expériences et faire des folies.Cependant il ne parviennent pas à en sortir. Au bout de dix-huit jours, alors que personne ne croit plus les revoir, liz réapparaît, seule survivante, couverte de sang et traumatisée par ce qui vient de lui arriver.
    Aidée par Philippa Horwood, une psychologue de la police, Liz tente de rassembler ses souvenirs : elle aurait décidé avec trois autres de ses camarades de se cacher dans un ancien bunker désaffecté pour échapper à un voyage scolaire et y faire la fête. Ils devaient y passer deux jours, mais y sont restés coincés pendant plus de deux semaines. Là, ses amis auraient trouvé la mort dans d'effroyables circonstances.
    Rapidement, Dr Horwood découvre que la jeune fille mélange réalité et fiction. Où se cache la vérité ? Comment Liz en est-elle sortie vivante ? Tandis que l'on extirpe des cadavres du bunker, le puzzle du cauchemar se reconstitue peu à peu.


    Une grande pièce, quelques personnes, une situation qui vire au drame et impossible de s'échapper. Voilà l'essence même du huis clos. Bien sûr je pourrais citer des dizaines d'autres films dans différents genres dont des bien plus connus mais lorsque j'en parle ce titre me vient de lui-même parmi les premiers.

    Niveau activités IRL j'ai déjà mentionné les fameux procès à huis clos (les médiatisés en général). Ajoutons-y les fameuses murder party où tout le monde se déguise et passe la soirée ou le week-end dans un lieu dit (manoir, …) et tente de résoudre le crime qui a eu lieu grâce à des pnj. Ce n'est rien d'autre que des versions grandeur nature du célèbre Cluedo, essence même ici aussi du huis clos !

    Niveau lecture enfin, comment ne pas citer l'éternel Les dix petits nègres d'Agatha Christie (dieu la bénisse) : 10 personnes ne se connaissant pas se retrouvent dans la seule maison d'une petite île pour y passer des vacances suite à une série d'invitations. Mais dès le premier soir ils commencent à mourir les uns après les autres. Vite, une certitude s'installe: le ou la coupable est parmi eux…

    A lire plutôt qu'à voir en film ou au théâtre.



    avatar
    Srkat
    Wanderer

    Verseau Messages : 933
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 32

    Re: A porte fermée

    Message par Srkat le Jeu 3 Nov - 13:29

    Je ne connais pas grand chose dans le genre, mais je me souviens d'un film qui m'avait assez marqué, Malefique:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mal%C3%A9fique_%28film%29

    Bouquins, j'ai pas d'exemple.

    Et en jeux videos , le theme est assez peu exploité, en tout cas rarement au dela de devoir échapper a un lieu, sans tellement s'occuper des relations entre les personnages - ce qui fait tout l'interet du huis clos, pourtant... ah, si, peut etre, avec The Void, le jeu in-recommandable de chez Ice-Pick Lodge, une experience post mortem ou l'on se retrouve dans un monde ou la couleur a valeur de vie, et ou l'on doit composer avec une gallerie de personnages souvent déplaisants... mais meme là, je sais pas si ça correspondrait vraiment a ce que tu cherches.
    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Void_%28video_game%29
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: A porte fermée

    Message par Ju le Jeu 3 Nov - 21:03

    La vache Srkat. Le pitch de ton film d'horreur c'est... Laughing
    avatar
    Srkat
    Wanderer

    Verseau Messages : 933
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 32

    Re: A porte fermée

    Message par Srkat le Jeu 3 Nov - 23:02

    C'est mieux quand c'est pas résumé en trois lignes, mais bon, c'est ça. Une série B quoi.
    On peut aussi ajouter Cube a la liste, tiens.

    ... et également la plupart des émissions de télé réalité consistant a enfermer des gens dans une baraque ou a les isoler sur une ile.
    Meme si, sans personne pour mettre un scénario derriere, c'est pas aussi interessant et ça se résume généralement a X va pourrir la vie de Y parce qu'il/elle a réussi a se taper Z avant, ce qui vu le QI des participants revient grosso-modo a regarder une cours de récré de primaire dont les éleves auraient simplement redoublé une quinzaine de fois.

    Hum, on s'éloigne.

    En parlant d'ile, peut on considerer Battle Royale comme un huis clos?
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: A porte fermée

    Message par Ju le Ven 4 Nov - 18:15

    Non mais j'adore, au contraire. Le pitch fait carrément envie avec son côté WTF assumé (me semble-t-il). Je vais sûrement me pencher dessus à l'occasion d'ailleurs Wink

    Cube, sa suite et le troisième sont clairement des huis clos, oui. L'effet est encore renforcé par le fait que chaque pièce est la stricte copie de la précédente, corps non compris. C'est d'ailleurs un cinéma que j'aime bien. Ce n'est pas transcendant mais il y a un réel résultat partant d'un concept tout simple. D'autres films sont bien plus ratés quand on pioche dans le genre "X inconnus sont enfermés dans une pièce, quels liens les unissent les uns aux autres ?". Un genre qui a explosé après le succès des deux premiers SAW.


    Tu n'as pas tort avec la téléréalité. C'est malheureusement du produit de consommation pour décérébrés mais on ne peut nier que le principe du huis clos est respecté (sauf dans l'excellent Dead Set où les zombies s'invitent sur le plateau d'un Big Brother. Je conseille).

    Quant à Battle Royale 1 et 2 ça fait justement partie de ces titres si difficile à classer. Certes on est sur une île mais avec pas mal de monde -du moins au début :p- et un environnement très ouvert. Faut-il juger cela comme huis clos vu la non interaction avec le reste du monde ou bien accepter de poser des limites du genre "pour un huis clos il faut un système fermé (véhicule, station, grotte, pièce,...) de petite taille par rapport au nombre de personnes présentes". Chacun pose sa limite je pense.

    Par exemple j'associe aisément film de sous-marin à huis clos. On ressent en général bien le manque de place, la promiscuité, l'impossibilité physique de sortir du cadre sans y laisser sa peau. Alors qu'un Titanic reste pour moi, avant tout, un drame romantique et non pas un huis clos. Pourtant il y a des similitudes entre les deux.

    Les films d'avions (la série des Turbulences, Air Force One et la pléthore de serpents/zombies/fourmis/guêpes tueuses dans l'avion) sont encore plus sur la corde. En général le genre premier -thriller, suspens, policier, horreur- prédomine mais on pourrait se poser la question. Alors qu'un Altitude avec ses cinq jeunes dans une toute petite cabine me fait penser tout du long à un huis clos malgré ses composantes autres que sont le suspens et le fantastique.

    Il y a une sensibilité personnelle. Peut-être doit-on considérer une "oeuvre" comme un huis clos à partir du moment où on en a eu l'impression, tout simplement.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: A porte fermée

    Message par Sunderland le Mar 13 Nov - 19:21

    Il y en a une pléthore de huis clos à travers les médias. Mais il est difficile d'en faire quelque chose d'inquiétant et d'effrayant pour le spectateur habitué je crois. Dès que l'on connait le principe, et surtout si on est cinéphile, l'effet du huis clos peut très vite s'épuiser.

    Pour ma part, l'un de mes premiers huis clos fut lorsque je devais avoir dans les environs de 9 ans, quand je suis allé voir chez mon meilleur ami le 4ème volet de la saga Alien, Alien Resurrection. Et oh putain, ce fut peut être l'un des seuls et uniques films m'ayant fait faire d'affreux cauchemars. La scène où l'on voit des prisonniers attachés et obligés de se faire faire un french kiss de la part des facehuggers a probablement dû me choquer un peu Laughing. L'effet de claustrophobie est un peu présent aussi.
    Et je peux vous dire que les effets du huis clos de ce film m'avaient profondément affectés.
    Par ailleurs, beaucoup diront que le quatrième volet est le pire de la saga Alien (sans spin off), mais c'est celui qui m'a fait découvrir la franchise et qui m'a fait ressentir de tels émotions, quelque chose de vraiment profond. Je ne suis pas certain qu'un autre film m'ait fait ressentir autant. Je pense à autre mais pas sûr. Dans tous les cas l'effet nostalgique que je ressens pour ce film fait que c'est l'un de mes préférés.

    Pis, on peut étendre le huis clos à trop de films je pense, celui qui est le plus effrayant est celui dont on ne peut pas vraiment s'échapper (et dont le lieu n'est pas trop vaste) et où réside le danger. Alien premier du nom et Resurrection sont de parfaits exemples.

    Après, bien sûr, il y en a d'autres assez bien et originales (toujours en cinématographie). Par exemple The Experiment est vraiment bien joué (malgré qu'un peu surréaliste) et résume bien le "L'enfer c'est les autres" sans user du surnaturel ou de la science fiction, juste en se basant sur la nature humaine.
    The Blair Witch Project est intéressant dans le sens où le lieu est vaste et en quelque sorte infini si on pense que le film verse dans le fantastique horreur (on se base sur un différent avis quand on dit que le film tourne autour d'une manipulation).
    Et puis il y a les autres, avec qui on passe une bonne soirée dans l'ensemble, REC (1 & 2), Doom, du Carpenter qui utilise bien ce genre des ses œuvres avec l'exellent The Thing ou Assault, Escape from N.Y. /L.A., puis Feast, Day of the Dead, Evil Dead, Paranormal Activity etc etc. Au final ça en devient banal.

    En littérature, je ne suis pas sûr que l'on puisse qualifier les œuvres de Lovecraft de huis clos, quand bien même il fut très influencé par Poe. Néanmoins Le Cauchemar D'Innsmouth fait très huis clos je trouve. Ou alors on peut dire que ces œuvres seraient des gigantesques huis clos, non ? Étant donné que le lieu est la terre entière, et que les protagonistes ne s'y sentent plus en sécurité en découvrant les entités montreuses qui s'y terrent et qui ont des pouvoirs défiant l'imagination, ça semble être un huis clos XXXL, la terre semblant clos.
    Le Cimetière du Diable, de l'auteur anonyme, est un monstrueux et énorme et généralissime roman traitant du huis clos aussi, avec un Faux Elvis, Janis Joplin, des zombies, un tueur en série psychopathe et attachant, le diable, le tout dans un hôtel perdu dans le désert.

    Pour ce qui est du jeu vidéo, je dirais que le meilleur revient à la série SH. SH The Room est particulièrement crade et inquiétant à ce sujet, j'aime la manière dont le lieu qui est sensé être le plus rassurant, notre appartement, peut devenir foutrement inquiétant et plus du tout sûr.
    Dead Space premier du nom est pas mal aussi.

    Bon, c'est pas tout, mais faut que je vois ce que donne The Hole, Daylight et Metro 2033 truc.

    P.S. : J'ai remonté un topic de deux semaines ou d'un an ? J'ai un doute là ...
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: A porte fermée

    Message par Ju le Mar 13 Nov - 21:09

    Un an. Mais comme c'est un très bon sujet c'est pas grave :p

    En terme de cinéma, comme je le disais plus haut, c'est difficile de juger ou commence mais surtout où s'arrête le huis-clos. Est-ce qu'un vaisseau spatial gigantesque est un huis-clos sous prétexte qu'on ne peut en sortir comme on sortirait d'une ville ? Est-ce qu'un film de sous-marin est un huis-clos parce qu'on est dans un endroit exigu malgré que tout le lieu se déplace ? Est-ce qu'un film comme Phone Game est un huis-clos au regard du fait qu'il se passe dans une cabine téléphonique mais avec une interaction extérieure ? Les The Thing peuvent-ils être classés huis-clos alors qu'ils se passent sur un continent vide dont les protagonistes ne peuvent s'échapper mais continent tout de même ?

    Mon avis personnel était, et est toujours, que tout dépend de la sensibilité de chacun. Frozen reste pour moi un huis-clos avant d'être un film d'horreur. The Hole (le film anglais, pas l'américain) reste un bon huis-clos avant d'être un film à suspens. A contrario tous les films de pirates de l'air sont avant tout des films d'actions/policiers et pas des huis-clos. Trop de monde, trop de codes d'autres univers.
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: A porte fermée

    Message par Sunderland le Mar 13 Nov - 23:53

    Certains genres prévalent sur d'autres oui.
    J'avais justement un doute au fait que l'on pourrait appeler certains films "huis clos". Comme Paranormal Activity. Les deux protagonistes peuvent très librement sortir de la maison hanté, et ils le font occasionnellement même. Néanmoins ils y resteront, malgré le danger, pour cause d'un genre de barrière psychologique. Néanmoins on peut le considérer comme étant un huis clos.
    Pour moi on peut définir le huis clos par quelques caractéristiques, comme par exemple par un espace dont d'une manière ou d'une autre nous sommes emprisonnés, bloqués, que cela soit de manière psychique ou physique (contre le grès des protagonistes pour le côté horreur, et avec une tension). Cela résume presque la totalité des films qui ont été cités, même Battle Royal, mais dans ce cas-ci le genre et l'esprit dans lequel est tourné le film prévaut sur le huis clos.

    Pour le cas de Frozen, je suis d'accord, c'est un huis clos. Mais le truc étant, rien qu'au nom "huis clos", et aux œuvres qui furent les premières à en découler, on pense d'instinct, je crois, à la base de ce genre. Base qui est un lieu physique aux barrières physique dont on ne s'échappe pas ou difficilement. Comme Nosferatu.
    Après le genre s'étend, et peut se révolutionner. On remet ce genre dans un autre contexte, qui est totalement différent de celui de base. Comme les The Thing !
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: A porte fermée

    Message par Moira le Mer 14 Nov - 7:37

    Huis clos, à la base, c'est une pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre. Le lieu ne change pas, les personnages doivent, pour une raison ou une autre, rester ensemble et, en général, la tension psychologique est assez forte.

    Mais d'autres films ont eu l'appellation de huis clos, comme "The man from Earth", magnifique film avec une unité de temps et de lieu réduite à un salon vide et à l'entrée de la maison, à une journée du matin à la nuit. Et c'est juste magnifique.

    Je crois que, maintenant, ce qui caractérise le huis clos comme genre cinématographique, c'est surtout et avant tout l'unité de lieu, l'unité de temps et un nombre réduit de personnages.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: A porte fermée

    Message par Ju le Mer 14 Nov - 14:21

    L'expression huis clos date du 15 ou 16 ème siècle. La pièce de Sartre et son fameux "L'Enfer c'est les Autres" date des années 40 ;-)

    Huis clos ça veut dire sans public, sans publicité. En fait c'est très mal choisi pour une pièce de théâtre :p
    avatar
    Moira
    Citoyen

    Féminin Taureau Messages : 484
    Date d'inscription : 11/07/2011
    Age : 32

    Re: A porte fermée

    Message par Moira le Jeu 15 Nov - 0:40

    ... Au temps (irk) pour moi, alors.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: A porte fermée

    Message par Ju le Jeu 15 Nov - 19:00

    Ceci dit la pièce de Sartre a énormément contribué au genre. Comme Les 10 petits Nègres d'Agatha Christie. Donc ce n'est vraiment pas une erreur de la citer, loin de là.

    Contenu sponsorisé

    Re: A porte fermée

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû - 21:41