Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [comics] 2.0 Hulk écraser!

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2614
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [comics] 2.0 Hulk écraser!

    Message par Giromu le Sam 29 Oct - 17:20

    Refonte ici de tous les posts du topic dédiés à Hulk en face!

    Notez qu'on peut lire en couleurs et à vil prix ce qui est la meilleure
    période du titan de jade en couleurs dans la série des incredible hulk
    visionnaries: Peter David (tomes 1 à 8 parus à ce jour en attendant
    impatiemment la suite, qui sort à peu près tous les 2 ans)




    J'aurais aussi bien pu appeler ce sujet dédié au monde de l'incroyable Hulk "le peuple Gamma: les vrais X men".

    Pourquoi?
    J'ai bien eu ma période X men etant enfant puis au college (j'etais fan
    de Cyclope, le leader rationnel, stratège et charismatique du groupe, je
    haissais deja ce m'as-tu-vu brutasse de Wolverine et je ne connaissais
    pas encore le fabuleux Captain America, à côté de qui Cyclope passe pour
    un chef scout) mais elle m'a passé.

    Les pôôôvres mutants rejetés par le monde qui les hait et les craint et qu'ils doivent protéger.

    Leur vie est dure: ils ont des looks de surfers californiens et de top
    models, de fabuleux pouvoirs, logent dans une ecole privée aux moyens
    fabuleux, au contact de primes intelligences et ils ont des pouvoirs
    surhumains qui devraient leur valoir l'admiration dans le monde réel.

    Ils sont une metaphore des minorités (homosexuels, minorités
    ethniques...) et je pense que c'est ce qui explique en grande partie
    leur succès.

    Le charismatique Magneto, leur ennemi juré, est un personnage que j'aime
    beaucoup pour son aveuglement, mais aussi pour sa grande humanité:
    survivant d'Auschwitz, il veut créer un monde sans préjugés, mais dominé
    par les mutants.

    Seules ses methodes hors la loi, sa brutalité et son favoritisme à l'egard des mutants en font un super villain.
    En ce moment, il a viré terroriste (influence post 11/09 oblige) et raciste.
    Il a perdu une grande partie de sa noblesse et de son humanité.

    A côté de ça, nous avons les vrais X men!
    Le peuple Gamma (du nom de la bombe qui a crée Hulk), ce sont les
    malheureux individus difformes qui ont survécu à des explosions
    ultérieures de la bombe ou à des expositions prolongées.
    Ils sont verts, ils sont hideux et ils ont des pouvoirs variés.


    Half life contre le Hulk gris. Half life est le cadavre d'un
    professeur d'anglais ramené à la vie par les radiations Gamma. Son
    pouvoir est de sapper la force de Hulk. Manipulé par le leader, Half
    life se suicidera sur la suggestion du Hulk gris, qui lui explique que,
    meme si il absorbe toute sa force vitale, il ne pourra jamais reprendre
    sa vie d'avant...
    Le Hulk gris peut être impitoyable.



    Un prêtre qui a eu le malheur de survivre à un "test" du Leader.
    Celui-ci a fait péter une bombe gamma au nez du gouvernement dans une
    petite ville en pleine recession, Middletown , juste pour récuperer les
    survivants et en faire des soldats!


    Ce sont souvent des personnages mentalement fragiles, schizophrènes (Hulk en est l'exemple parfait) et solitaires.

    Quand ils n'ont vraiment pas de bol, ils tombent sous la coupe d'un des deux pires ennemis de Hulk, Samuel Sterns, le Leader.

    Tout le monde connaît l'origine (hautement debile maintenant que nous
    connaissons les effets des radiations et leur diffusion, mais credibles
    dans les années 60) de Hulk.



    La première apparition de Wolverine se fait dans les pages du comic Hulk n°180, en 1974!


    Le deuxieme match du canadien face à Hulk! Hulk possède comme
    Wolverine la capacité de régénerer automatiquement ses blessures, en
    plus de sa peau presque impénétrable.



    Robert Bruce Banner est un brillant physicien complètement nerd qui a
    inventé pour l'armée une bombe revolutionnaire, Gamma (metaphore de la
    bombe atomique) pour l'armée américaine.

    Renfermé, froid et rationnel, il dissimule ses emotions et son passé
    douloureux: son père, jaloux de l'attention que sa mère lui portait,
    était un individu violent, qui battait sa femme et son fils, les
    harcelant et les devalorisant sans cesse.
    Alcoolique, ancien enfant battu, paranoiaque, il est persuadé que ses
    recherches dans le domaine nucléaire lui ont donné un mutant pour fils.


    Brian Banner dans ses oeuvres.


    Apres la mort de sa mère des mains de son père (celui-ci décède de sa
    propre violence peu après), Banner se refugie dans la science et fait
    une croix sur les emotions.
    Mais c'est sans compter Betty Ross, sa future femme, et fille du général
    Thaddeus "Thunderbolt" Ross, un des futurs ennemis les plus acharnés de
    Hulk. Cette femme qui n'a jamais vu d'homme sans uniforme, tombe
    amoureuse de Banner et va pénétrer sa coquille très vite.


    Ah! Madman! Un des meilleurs méchants de Hulk. Version normale, puis version transformée.


    Un jour, Banner procède au test "live" de sa bombe et aperçoit à la
    dernière minute un jeune crétin qui a passé les barrières de sécurité et
    joue de l'harmonica dans sa decapotable.
    Rick jones, c'est son nom, a fait un pari stupide avec ses amis et ne
    doit la vie qu'à Banner qui court à sa rencontre en le sommant de fuir.
    il a laissé le soin d'arrêter le test à son assistant.
    Mais celui-ci est un agent communiste qui se fait un devoir de saisir cette opportunité d'éliminer un brillant savant américain.

    Banner parvient à pousser Rick Jones dans une tranchée de protection
    (les tranchées, faut pas croire, ça protège bien des radiations!), ce
    qui lui sauve la vie, le laissant seul au coeur de l'explosion.

    Pour une raison mysterieuse, il va survivre et devenir une creature
    grise (oui, grise!) particulièrement puissante et retorse, qui va devoir
    lutter pour être tranquille, l'armée en voyant immédiatement le
    potentiel de destruction.

    C'est un soldat anonyme dont la jeep a été renversée par Hulk qui lui donne son nom de bapteme (Hulk= pataud, lourdaud, masse).

    Rick Jones va devenir le plus fidele ami de Hulk, assistant à la première metamorphose de Hulk en Banner à l'orée du jour.

    Hulk est gris, fort, retors, énervé et n'apparait qu'à la tombée de la nuit à sa création.


    Le leader et la Riot squad, tous des victimes des radiations gamma manipulées par ses soins...


    La série ne connait que peu le succes et est vite annulée (eh oui!).
    D'ailleurs, Hulk est devenu vert dès le numéro 2, car l'imprimeur ne parvenait pas à rendre un gris digne de ce nom!
    les createurs, Stan Lee et Jack Kirby, optent alors pour un vert pétant, facile à reproduire.
    Le personnage va reapparaitre aux forceps dans les titres des
    fantastiques et des vengeurs, plus populaires et evoluer peu à peu vers
    le grand cretin surpuissant et vert que nous connaissons le mieux.

    Hulk est immensément populaire dès la création de la série TV avec Lou Ferrigno.

    Le Leader est crée très vite dans la série. c'est un simple balayeur un
    peu simplet qui va survivre à une exposition aux rayons gamma.
    Il devient un génie en robotique et en genetique, capable de soumettre à ses ordres quiconque il parvient à toucher
    ce pouvoir ne fonctionne pas sur le peuple Gamma et il n'aura de cesse de detruire Hulk, plus grande menace à sa megalomanie.

    Le Leader est à Hulk ce que le docteur Fatalis est aux fantastiques et Magneto aux X men.
    L'ennemi juré.


    Le hideux Leader adore s'entendre parler et enregistrer ses paroles pour la postérité!


    L'abomination, alias Emil Blonsky, va apparaitre à cette epoque egalement.
    cet espion communiste s'expose volontairement aux rayons gamma et
    devient encore plus hideux et fort que Hulk, gardant son intelligence
    (normale) intacte.
    C'est l'ennemi à la force colossale le plus récurrent de la série, suivi du Fléau, puis du Rhino.


    L'abomination porte bien son nom!



    Par contre, il ne possède pas le plus grand pouvoir de Hulk, le mortel
    le plus fort de l'univers Marvel qui devient invincible et démesurément
    puissant à mesure qu'il s'enerve.

    C'est le scénariste Peter David qui va lui redonner ses lettres de
    noblesse, dans les années 80, en reprenant un titre moribond et dont
    tout le monde se fout.
    Notez qu'on peut lire en couleurs et à vil prix ce qui est la meilleure période du titan de jade en couleurs dans la série des incredible hulk visionnaries: Peter David (tomes 1 à 8 parus à ce jour en attendant impatiemment la suite, qui sort à peu près tous les 2 ans)

    Hulk est deja passé par une phase grise et intelligente, une phase verte
    et debile et une phase verte et sans esprit, extremement violente.

    David va exploiter cette schizophrénie du personnage et ce changement constant de sa morphologie.

    Dans la psyché de Banner, on trouve:

    - Robert Bruce Banner, calme, froid et rationnel, quui dissimule ses emotions mais est sans defense face à Betty Ross
    - le Hulk gris, l'originel. Vicieux, agressif, c'est un peu le "mister
    Hyde" de Banner et tout ce qu'il refoule. Il couche avec des
    prostituées, se biture, jure comme un charretier, attaque par
    derrière... Une sale bête ironique et dont les traits d'esprit sont
    jouissifs.
    - le Hulk vert. Enfantin, surpuissant et tres gentil, il veut juste
    qu'on le laisse tranquille. Il est franchement demeuré, mais toujours
    prêt à sauver le monde.


    C'est le dawa dans la tête de Banner!

    De nombreux autres aspects cohabitent dans son cerveau, mais ces trois
    là se font une guerre perpétuelle pour la possession du corps de Banner.
    Ils se haissent la plupart du temps.

    Plus tard, le psychiatre Leonard Samson parviendra à "fusionner" ces
    trois personnalités en une seule, qui fera les beaux jours des années
    90, "le professeur".

    Le professeur est la parfaite synthèse des trois personnalités. Il est
    grande gueule, jovial, parfois vicieux, toujours heroique et genial.
    C'est la seule facette de Banner à avoir une belle gueule (pour peu qu'on aime les anabolisants et le vert )





    Le professeur fait montre de l'étendue de ses compétences en battant à
    lui seul, par la force et le savoir, les U-foes, ces criminels qui ont
    reproduit les conditions qui ont donné aux Fantastiques leurs pouvoirs.
    Contrairement à ces héros (sauf la chose), ils en ont tous hérité une
    apparence inhumaine.



    La série, sous l'egide de David, est une tuerie.
    On a un personnage qui est entre le héros et le monstre, le génie et le
    debile, un Leader sans aucun frein qui fait péter des bombes gamma de
    temps en temps, kidnappe de pauvres types et en fait son armée,
    profitant des failles de caractere qu'il decele inmanquablement et
    l'armée qui course Banner aux quatre coins des USA.

    David crée des personnages tres vivants et humains.Il a un sens de la
    narration particulièrement puissant, rendant l'humanité du moindre de
    ses personnages, à travers le procédé des pensées intérieures.
    Chaque victime a son moment de gloire et on pénètre ses succès et ses echecs, ses interrogations.

    David insiste sur la part sombre de l'Homme, sur ses mesquineries et ses
    faiblesses, ce qui est peu commun dans une série super-heroique.

    Et c'est tout ce qui fait la force de cette série fleuve et géniale!
    David a tenu plus de 100 numéros sur la série et son empreinte sur le
    personnage est maintenant indélébile.


    Le maestro est la version dégénérée du professeur (qu'on voit de dos)
    dans un futur possible dans lequel un hiver nucleaire a tué tous les
    super-héros.
    Il est devenu le dictateur tyrannique des restes de l'humanité. les
    petits enfants de Rick Jones iront chercher le professeur dans le passé
    grâce à la célèbre machine temporelle du génial docteur Fatalis pour les
    sauver.


    Humains chétifs!!!
    Hulk écraser!!!



    Ce que j'adore dans l'univers de Hulk, c'est le thème de la mutation, de la laideur et des faiblesses.

    Daredevil est une BD qui a beaucoup exploité le thème du handicap de son héros (aveugle), mais c'est une BD sur des humains.

    Le monde de Hulk, c'est l'impermanence.
    Le pouvoir se paye par la monstruosité, la bêtise.

    Banner n'est jamais qu'un petit garçon qui pique de grosses colères. Le Hulk vert montre parfaitement ça.
    Mais il reste un héros: il "sauve" Betty de son destin de femme au foyer
    mariée au fanatique major Talbot, il sauve rick jones de la mort, lui
    permettant de vivre une vie particulièrement bien remplie auprès des
    super-heros (Captain America, Captain Marvel le super heros
    cosmique...).

    C'est grâce à Rick jones que la terre evite la destruction pendant la
    guerre Kree-skrull, deux empires qui ont conquis des galaxies entières.

    Malgré les destructions causées par Hulk, il n'y a jamais de victime,
    Banner evitant inconsciemment de blesser des innocents (il arrive
    cependant au Professeur et au Hulk gris de tuer leur adversaire).

    Un truc que j'adore aussi: pas de masques dans cet univers. On a affaire à des monstres dont tout le monde connait l'identité!

    Il y'a un What if (le 71 de la 2eme serie) qui decrit parfaitement ce
    qu'est Hulk: la peur de la bombe atomique et de la fin de l'humanité!

    La bombe gamma, dans cet univers, est crée à la place de la bombe atomique et lancée sur le Japon en 1945.
    Cet evenement crée des milliers de Hulks qui conquierent le monde au nom
    de l'empereur du Japon, qui agit par l'intermediaire d'un Hulk pas trop
    difforme, le Leader.




    Le meilleur comic sur Hulk?

    Hulk: the end - le dernier des titans est la BD qui m'a relancé vers 2000 dans l'univers de Hulk, que j'avais quitté en 1995.




    Dans un futur possible, Hulk est le dernier être vivant sur terre.
    Une guerre nucléaire a tout rayé de la carte...sauf Hulk et les cafards!

    Les cafards ont évolué à cause des radiations et sont devenus d'une taille monstrueuse (comme ne le montre pas la couv').

    Banner est devenu un vieil homme rachitique et rabougri qui parcourt le monde et admire les restes des civilisations humaines.
    Chaque nuit, il se transforme en Hulk (la version verte et stupide), ainsi qu'à chaque fois qu'il tente de se suicider.
    Chaque nuit, les cafards se jettent sur Hulk pour le dévorer.
    Chaque nuit, Hulk est réduit à l'état de squelette et se reconstitue, satisfaisant ainsi les besoins vitaux des cafards.

    Banner se souvient de Betty Ross, de ses ennemis et de ses amis.
    A moitié fou, il voit des fantômes d'eux.
    Chaque jour, rongé par les regrets, il aspire à la mort.
    Et il marche, souvent accompagné d'un enregistreur ambulant envoyé par
    une civilisation extraterrestre pour assister aux derniers instants du
    dernier homme de la terre, à qui il raconte sa vie.



    Hulk, quand à lui, n'a qu'un but: se debarrasser de Banner.
    Et survivre.
    car il veut être seul au monde, sans personne pour le tromper ou lui faire du tort.

    Comme il le dit lui-même:

    "Plus que le leader, ou que l'abomination, Hulk déteste Banner."



    On ne peut mieux définir le Hulk vert et tout le mépris qu'il a pour sa
    part humaine, ainsi que sa peur absolue d'être trahi ou trompé.

    Le rêve de Hulk est en effet d'être seul, qu'on le laisse tranquille.




    La conclusion, comme l'exécution de cette oeuvre par Peter David et son dessinateur vedette, Dale Keown, est magistrale:

    Spoiler:

    Un soir, alors que Banner est victime d'une attaque cardiaque, Hulk lui survit.
    Il est enfin seul au monde, avec les cafards.



    Et la dernière case, la suivante:

    "And Hulk...is cold"


    Hulk a réalisé le but de sa vie, être seul, et il le regrette.


    Cette BD est une tuerie monumentale.
    C'est Peter David au sommet de son écriture.
    C'est Dale Keown au sommet de son art.
    C'est la définition la plus parfaite existante du personnage, surtout.

    C'est un de mes comics favoris de tous les temps et il est classé dans
    mon rayon d'étagère spécial dédié aux chefs d'oeuvre des comics, ou il
    est plus que difficile d'entrer!
    Civil war n'y est pas, par exemple, et pourtant j'adule ce crossover.

    Jetez vous dessus, malheureux!

    Hulk: Future imperfect



    Un des chefs d'oeuvre de Georges Perez, mais pas celui de Peter David!


    Le prolifique dessinateur est un assez discret génie du dessin, un des
    rares à pouvoir vous coller des centaines de personnages sur deux pages
    tout en vous donnant un rendu fabuleux!
    Il signe ici un de ses plus beaux travaux, utilisant à dessein certaines
    illustrations pleine page comme celle-ci, qu'il faut imaginer en grand!



    Hulk: Future imperfect (avec jeu de mots bien sûr voulu) nous narre un voyage dans le temps.
    Celui effectué par la version "professeur" de Hulk dans un futur
    possible à l'instigation des petits enfants de Rick Jones, le meilleur
    ami du titan vert (et parfois gris) via la machine temporelle de
    Fatalis, un des rares artefacts à avoir survécu à l'apocalypse.



    Hulk contre les chiens de guerre broyeurs d'adamantium, le métal le plus résistant de l'univers marvel.


    Pourquoi le faire venir?
    Le maestro règne sur les décombres de l'humanité. La majeure partie de
    l'espèce humaine a disparu de la surface de la terre, y compris tous les
    amis de ce Hulk alternatif.

    Les radiations l'ont rendu encore plus fort et...encore plus fou.

    Il ne cède maintenant rien à ses désirs: Ayant droit de vie et de mort
    sur chacun de ses sujets, il est virtuellement immortel, s'étant emparé
    de la seule arme pouvant le tuer, le canon inventé par le mutant Forge,
    inventeur de génie.

    Ses troupes lui ramènent régulièrement de pauvres fermières à peine
    majeures qu'il enlève à leurs parents miséreux pour les amener dans son
    harem.

    Seuls le maestro, ses concubines et ses militaires armés de chiens de guerre mécaniques ont de quoi manger à leur faim.

    Un groupe de resistants emmené par un Rick Jones presque gâteux qui ne
    peut plus bouger du fauteuil de sa salle de trophées super héroïques
    envisage une solution.



    Une des plus belles pages des comics!
    Dommage que vous ne voyiez pas cette double page bourrée de clins d'oeil
    à taille réelle...



    Mais un Hulk moins puissant et moins retors peut il faire la différence? Et comment?




    La première rencontre se passe très mal pour le professeur, auquel le
    maestro brise le cou. Seules les capacités de régénération surhumaines
    de "notre" Hulk lui permettent de survivre et de se retablir lentement,
    temps que met à profit le maestro pour lui montrer son royaume et tenter
    d'en faire un allié.




    J'adore cette case!





    Pas facile de se tuer soi-même!


    Le maestro est un personnage très interessant: totalement cynique et
    desabusé, il est à la recherche d'un adversaire digne de ce nom, apres
    des dizaines d'années d'ennui.
    C'est un dictateur tres original puisqu'il préfère combattre à la place de ses hommes dès qu'il en a l'occasion!
    Il n'a plus la rage des origines, mais a gagné en férocité et en cruauté: il torture, explose des têtes...


    Dénué de sens moral, il est le stade ultime de ce qui pourrait arriver
    de pire à Banner: le repli complet sur lui-même et sans personne pour le
    contredire.



    Je vous laisse imaginer ce que peut donner un Hulk au lit...


    Quelque part, on est pas si loin de Shinji d'Evangelion, mais en version plus extériorisée CONTRE les autres.
    Graphiquement, c'est une pure réussite: il est vieux, difforme, massif, limite bestial.

    L'univers de Future imperfect en lui-même, pour être de facture
    post-apocalyptique classique, est tres reussi, notamment dans le côté
    "bazar" des couleurs et le pessimisme très bien rendu des habitants.

    La salle de Rick Jones constitue une des plus belles double page jamais
    faite dans un comic et est bourrée de fantastiques camées.
    David avait dejà parsemé son long "run" d'hommages aux personnages
    Marvel les plus variés à travers la fan-boyerie débridée de Rick Jones,
    humain normal qui cotoie les surhommes et les extra-terrestres au
    quotidien et garde intacte sa faculté d'émerveillement.

    Tout le contraire du Maestro!

    La fin est particulièrement bien vue. Comment se débarrasse on d'un
    adversaire qui a tout vu, tout entendu et est plus puissant que vous?

    Spoiler:
    En faisant jouer sa propre capacité d'innovation, tiens! En surprenant ce vétéran blasé!
    Par exemple, en étant volontairement blessé pour apparaitre inoffensif
    et le contraindre à son insu à pénétrer la machine temporelle de
    Fatalis, le ramenant au coeur de l'explosion gamma qui a crée Hulk.
    Quel en sera le résultat?


    Pas le meilleur épisode de Hulk, mais un classique des comics grâce à sa
    simple mais excellente narration, ainsi qu'au personnage cruel du
    maestro.




    Hulk, le vert et débile, a épousé Jarella, la reine d'un monde microscopique dans lequel Hulk a été projeté






    Le Monde de Jarella




    Jarella fut créée en 1971 par Harlan Ellison, Roy Thomas et Herb Trimpe, dans Incredible Hulk #140. Cet épisode fait directement suite à Avengers
    #88, lui aussi co-signé Ellison et Thomas. Harlan Ellison, le fameux
    écrivain de science-fiction américain, a fourni la trame de cette
    histoire, que Roy Thomas a développée et dialoguée*.

    Il est amusant de voir Harlan Ellison, l’un des auteurs de s-f les plus
    novateurs des années 60, s’inspirer ici d’un vieux classique de la
    science-fiction américaine, ‘The Girl in the golden atom’** de Ray
    Cumings, paru en 1919. A la fin d’Avengers #88, Hulk, captif de
    la créature baptisée Psyklop, est miniaturisé par un rayon réducteur
    jusqu’à disparaître complètement, ou plus exactement jusqu’à atteindre
    une taille microscopique et atterrir sur une planète de la taille d’un
    atome. Après avoir vaincu un warthos, sorte de sanglier de la taille
    d’un diplodocus, il est acclamé par la population locale, dont la peau
    est verte, et présenté à leur impératrice : Jarella.

    Tous deux tombent aussitôt amoureux, et Jarella déclare à son peuple
    qu’elle va épouser le titan vert. Lorsque ses magiciens lancent un sort
    sur Hulk pour lui permettre de parler leur langue, c’est la
    personnalité de Bruce Banner qui émerge.

    Mais le bonheur des deux tourtereaux est menacé par Visis, un prétendant
    au trône qui compte les éliminer tous les deux pour s’octroyer le
    pouvoir. Sa tentative d’assassinat échoue, et Hulk le bannit.

    La veille de leur mariage, Psyklop apparaît à son tour sur la planète,
    mais sa taille est gigantesque. Il s’empare du minuscule Hulk et tous
    deux vont se mettre aussitôt à grandir, jusqu’à recouvrer leur taille
    réelle. Jarella assiste, impuissante, à la disparition de son promis.

    La belle impératrice fait son retour dans la série moins d’un an plus tard, dans Incredible Hulk
    #148. On la retrouve tandis qu’elle mène une guerre sans merci contre
    les troupes de Visis, toujours décidé à prendre le pouvoir. Elle n’en a
    pas oublié Hulk pour autant, et demande à ses magiciens un moyen de le
    retrouver. Ces derniers mettent au point un sortilège qui va
    transporter Jarella sur Terre. Elle rejoint aussitôt Bruce Banner. Mais
    les retrouvailles sont de courte durée. Le sortilège qui l’a conduite
    ici a créé une grave perturbation spatio-temporelle, et menace de
    transformer le soleil en nova. Seul échappatoire : elle doit regagner
    son monde immédiatement. Ce qu’elle fait, à contre-cœur.

    La séparation sera de courte durée. Dans Incredible Hulk #156,
    suite à sa rencontre avec le Shaper of Worlds (en français le Façonneur
    de Mondes, ou le Façonneur tout court, voire le Modeleur, ça dépend des
    jours et des éditeurs), Hulk est une nouvelle fois miniaturisé et
    atterrit sur le monde de Jarella. Le sort que les mages lui avaient
    lancé lors de sa première visite étant toujours actif, il regagne dès
    son arrivée la personnalité de Bruce Banner. Mais les choses ont
    passablement changé sur cette planète. K’ai, la cité de Jarella, n’est
    plus que ruines, et l’impératrice est captive de l’infâme Visis, qui la
    menace de massacrer ses concitoyens si elle n’accepte pas de l’épouser.
    Hulk arrivera à temps pour empêcher le mariage et mettre en déroute
    les troupes de Visis. Mais Hulk et Jarella n’auront pas le temps de
    célébrer leurs retrouvailles que déjà Hulk recommence à grandir et au
    passage, d’un simple coup de pied, précipite la planète hors de son
    orbite.

    Il faudra attendre Incredible Hulk #202, en 1976, pour retrouver
    Jarella. Hulk retourne sur son monde après avoir été miniaturisé par
    le rayon réducteur d’Henry Pym et envoyé dans le cerveau de Glenn
    Talbot. Une arrivée à point nommée, puisque Jarella est sur le point
    d’être sacrifiée par son propre peuple pour apaiser la colère du dieu
    de la montagne, tenu pour responsable des terribles tremblements de
    terre qui frappent la planète depuis la dernière visite de Hulk.

    Hulk et Jarella se rendent dans le château du dieu de la montagne, et
    découvrent que ce dernier n’est qu’un robot, derrière lequel se
    dissimule Psyklops. Celui-ci est bien le responsable des séismes qui
    continuent de secouer la planète – même si à l’origine le responsable
    est Hulk, qui a modifié l’orbite de la planète la dernière fois qu’il
    l’a quittée. Il a recueilli les âmes de tous ceux qui ont péri dans les
    tremblements de terre, et s’apprête à les offrir aux Dieux Noirs qu’il
    vénère. Mais Hulk va détruire l’urne et causer la mort de Psyklops.

    De retour dans la cité de K’ai, Jarella et Hulk s’apprêtent à célébrer
    leur mariage. Mais tous deux se mettent soudain à grandir, et
    réapparaissent ensemble dans la base Gamma du Nouveau Mexique. Jarella
    demande à retourner auprès des siens, mais la lamelle contenant son
    monde sub-atomique a été détruite dans l’opération.

    Jarella est placée en quarantaine, le temps de s’assurer que
    l’atmosphère terrestre ne présente aucun danger pour elle. Sans espoir
    de retourner vers K’ai, elle se console du fait qu’elle est enfin réunie
    à celui qu’elle aime.

    Mais leur bonheur sera de courte durée. Dans Incredible Hulk
    #205, tandis que le couple se promène dans les rues de Santa Fé, ils
    assistent au braquage d’une banque par le robot baptisé Crypto-Man.
    Durant le combat entre Hulk et Crypto-Man, un mur menace de s’effondrer
    sur un enfant. Jarella se précipite pour le sauver et est ensevelie
    sous les décombres. Après avoir détruit Crypto-Man, Hulk conduit
    Jarella, grièvement blessée, à la Base Gamma. Mais le Docteur Samson ne
    parvient pas à sauver la jeune femme. Fou de rage et de chagrin, Hulk
    partira pour New York demander l’aide du Docteur Strange, sans succès.

    L’histoire de Jarella ne s’achève pas là pour autant. Dans Incredible Hulk
    #240, Hulk apprend que le corps de Jarella a été conservé dans un
    caisson à la Base Gamma, apparemment dans le but d’être étudié. Dans Incredible Hulk
    #246, il retrouve en effet le corps et, avec l’aide de Captain Marvel
    et des équipements scientifiques de la base, il retourne sur K’ai, où
    il compte offrir à sa bien-aimée une sépulture décente. Mais le monde
    qu’il découvre est bien différent de celui qu’il a connu. K’ai n’est
    plus qu’un immense désert, et le peuple de Jarella est quasiment
    retourné à l’âge des cavernes.

    La végétation ne subsiste plus qu’en un seul endroit de la planète, une
    immense oasis baptisée la vallée sacrée de la vie, dont l’accès est
    interdit à tout être humain. Ceux qui ont tenté de s’y rendre n’en sont
    jamais revenus, et leurs cadavres alignés à l’entrée de ce domaine
    servent désormais d’avertissement au reste de la population.

    Hulk pénètre pourtant dans la forêt, où il souhaite enterrer Jarella. Il
    est attaqué par diverses créatures, avant de rencontrer le maître de
    ces lieux : le Jardinier. Celui-ci a créé cet éden grâce au joyau de
    l’âme récupéré sur le corps d’Adam Warlock et en a fait sa retraite,
    interdite à tout autre que lui. Hulk va combattre le Jardinier et
    s’emparer du joyau de l’âme qu’il va jeter par terre. Le joyau va
    traverser toute l’écorce terrestre jusqu’à atteindre le noyau de la
    planète. Ses pouvoirs vont alors se manifester sur toute la surface du
    globe et lui redonner vie. Hulk peut enfin enterrer Jarella, juste avant
    de retrouver sa taille normale et de revenir sur Terre.


    Notes :

    * En hommage et clin d’œil à Ellison, Roy Thomas s’est amusé à citer
    dans les dialogues de cet épisode une vingtaine de titres de nouvelles
    de l’écrivain. Le titre américain de cet épisode, ‘The Brute that
    shouted Love at the heart of the atom’ s’inspire de ‘The Beast that
    shouted Love at the Heart of the World’ (en français ‘La Bête qui criait
    Amour au cœur du monde’, in ‘La Bête qui criait Amour au cœur du
    monde’, coll. Harlan Ellison, Les Humanoïdes Associés, 1979), l’un des
    plus célèbres textes de l’auteur. Difficile de s’en rendre compte sans
    disposer de l’édition originale, mais même dans la traduction
    approximative que l’on peut lire dans le petit format Hulk n°8, il en
    reste quelque chose, comme lorsqu’un garde interpelle Hulk d’un curieux «
    Repens-toi, arlequin » (‘« Repent, Harlequin ! » said the
    Ticktockman’, en français ‘ « Repens-toi, Arlequin ! » dit Monsieur
    Tic-Tac’, in Histoires de Rebelles, Le Livre de Poche, 1984) ou avec ce
    très surréaliste « La bataille est inégale, injuste ( … ) Comme le
    Père Noël contre Spiderman. » (‘Santa Claus vs. S.P.I.D.E.R.’, en
    français ‘Papa Noël contre S.P.I.D.E.R’., in ‘La Bête qui criait Amour
    au cœur du monde’, coll. Harlan Ellison, Les Humanoïdes Associés,
    1979).

    ** En français ‘La Fille dans l’atome d’or’, in Les meilleurs Récits de Famous Fantastic Mysteries, J’ai Lu n°731, 1977.


    Chronologie :

    Incredible Hulk #140, ‘The Brute that shouted Love at the heart
    of the atom’, juin 1971. Par Harlan Ellison & Roy Thomas, Herb
    Trimpe, Sam Grainger. Trad. in Hulk n°8, collection Flash, Arédit, avril
    1978.

    Incredible Hulk #148, ‘But Tomorrow… the Sun shall die !’, février 1972. Par Archie
    Goodwin, Herb Trimpe, John Severin. Trad. in Hulk n°13, collection Flash, Arédit, octobre 1978.

    Incredible Hulk #156, ‘Holocaust at the Heart of the Atom !’,
    octobre 1972. Par Archie Goodwin, Herb Trimpe, Sal Trapani. Trad. in
    album Gamma n°2, ‘Un Enfer pour Hulk’, Arédit, deuxième trimestre 1979.

    Incredible Hulk #202, ‘Havoc at the Heart of the Atom’, août
    1976. Par Len Wein, Sal Buscema, Joe Staton. Trad in Hulk n°21,
    collection Flash, Arédit, mai 1982.

    Incredible Hulk #203, ‘Assault on Psyklop !’, septembre 1976.
    Par Len Wein, Sal Buscema, Joe Staton. Trad in Hulk n°21, collection
    Flash, Arédit, mai 1982.

    Incredible Hulk #204, ‘Vicious Circle !’, octobre 1976. Par Len
    Wein, Herb Trimpe, Joe Staton. Trad in Hulk n°22, collection Flash,
    Arédit, juillet 1982.

    Incredible Hulk #205, ‘Do not forsake me !’, novembre 1976. Par
    Len Wein, Sal Buscema, Joe Staton. Trad in Hulk n°23, collection Flash,
    Arédit, septembre 1982.

    Incredible Hulk #240, ‘And now El Dorado’, octobre 1979. Par
    Roger Stern, Sal Buscema, Joe Sinnott. Trad. in Hulk n°6, coll. Flash
    Nouvelle Formule, mai 1984.

    Incredible Hulk #246, ‘The Hero and the Hulk !’, avril 1980. Par
    Bill Mantlo, Sal Buscema. Trad. in Hulk n°11, coll. Flash Nouvelle
    Formule, novembre 1984.

    Incredible Hulk #247, ‘Jarella’s World’, mai 1980. Par Bill
    Mantlo, Sal Buscema. Trad. in Hulk n°12, coll. Flash Nouvelle Formule,
    janvier 1985.

    Incredible Hulk #248, ‘How green my Garden grows !’, juin 1980.
    Par Bill Mantlo, Sal Buscema. Trad. in Hulk n°12, coll. Flash Nouvelle
    Formule, janvier 1985.

    What If ? v.1 #23, ‘What if Hulk’s Girlfriend Jarella had not
    died ?’, octobre 1980. Par Peter Gillis, Herb Trimpe, Mike Esposito.
    Inédit en français. Cette histoire imagine que Jarella n’est pas morte
    dans Incredible Hulk #205, et la voit retourner en compagnie de Hulk
    sur sa planète.







      La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû - 3:09