Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Partagez
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Baxter le Dim 11 Sep - 2:57

    Que serait les animes sans les talents vocales des Seiyus. Il n'est pas rare que ce soit d'ailleurs les personnages principaux qui entonnent l'opening et l'ending, voir d'autres chansons entendu dans la série. Sans oublier les différents drama auxquels ils participent, poussant la chansonnette. La musique et l'animation sont très liés et quelques fois, cela débouche sur un show musicale, voir carrément une comédie.

    Voici donc le topic sur les concerts/comédie musicale live tirées des animes, jeux-vidéos et autres.

    Pour ma part, je me consacrerai surtout aux comédies musicales de Sakura Taisen mais je sais qu'il y en a plein d'autres (genre, les Final Fantasy, Haruhi Suzumiya, La Rose de Versailles, Utena, etc...) donc, il y a de quoi faire. Donc, si vous vibrez vous aussi sur les performances lives de vos personnages préférés, n'hésitez pas.^^

    Mon premier post concernera la troisème comédie musicale de Sakura Taisen, Benitokage.

    Benitokage, c'est un pas important dans l'univers des comédies musicales de Sakura Taisen. Ce n'est certes pas la toute première (la première étant la comédie musicale Ai Yue Ni), mais c'est la première pour laquelle des chansons seront écrites. Avec cette comédie musicale, l'histoire n'est plus là pour chanter des chansons mais au contraire, les chansons sont là pour servir l'histoire. Selon une interview de Ohji Hiroi, Benitokage serait donc la première vraie comédie musicale de la troupe.

    Bon, je vous avoue tout de suite qu'à part quelques mots (surtout appris en mattant des animes), je ne comprends pas le japonais et il y aura peut-être quelques erreurs dans l'histoire que je vais vous conter. Néanmoins, c'est ainsi que je la vois et je ne pense pas être très loin de la réalité.

    Personnage :

    Sumire Kanzaki, l'héroïne de cette pièce : meilleure actrice de la troupe mais aussi véritable peste, elle souffre d'un complexe d'infériorité vis à vis de ses parents (son père est l'un des hommes d'affaires les plus influents du Japon tandis que sa mère est juste la meilleure actrice du pays) et à toujours souffert de ne pas exister à leur côté. Elle veut alors à tout prix être supérieur aux autres en tout point.


    Reni Milchtrasse, le second rôle : ancienne coodere, Reni est un papillon de nuit irrémédiablement attiré par la lumière, la chaleur qui se dégage des autres.


    Sakura Shinguji : éternelle gaffeuse, Sakura attire malgré tout tous les regards de par sa fraicheur naturelle.


    Maria Tachibana : Maria est la figure la plus respectée de la troupe, c'est un peu la soeur aînée. Intelligente, elle est toujours de bons conseils et tout le monde l'écoute.


    Kaede Fujieda : Kaede est la directrice du théatre. Si Maria est la grande soeur, Kaede est sans nulle doute la mère. C'est elle qui gère la troupe et ces à-côtés et ce n'est pas facile tout les jours.


    Kanna Kirishima : Kanna est la meilleure ennemie de Sumire. Aussi sociable que Sumire est individualiste, ce qui entraîne souvent des joutes aussi bien verbales que physique entre les deux. Mais ne vous y trompez pas, ces deux-là s'adorent et leurs duos sont toujours magiques.


    Soretta Orihime : L'Italienne Orihime est une grande gueule. Enfin, une Italienne quoi.


    Iris Chateaubriand : Iris est l'un des grands espoirs de la troupe, avec déjà de très grands talents d'artiste. En attendant, c'est une petite fille qui se laisse souvent entraîner dans ses propres délires, mais n'allez surtout pas le lui dire... si vous tenez à vos os.


    Kohran Ri : Si Kohran est une véritable aliénée, c'est aussi surtout une génie de l'ingénieurie mécanique. Son rève, remplir le monde de robots au service de l'homme.


    Oyakata : Oyakata s'occupe du visuel du théatre. C'est lui qui s'occupe de la pub, des décors, etc... Il est très impliqué dans son travail.


    Ôgami : Ôgami est le chéri de ses dames. Il s'occupe de la maintenance et de la vente de billet.


    Kotone Seiryuin et Kikunojo Oka : Membre de la Baragumi, une troupe du théâtre constitué de caricatures d'homosexuel, ils sont persuadés d'être des artites talentueux. Ils sont juste ridicules.


    Kosuke Dan (aka Dandy), Takeda Peromucho et Nishimura Yantaro : ces trois Yakuza forment, sous la poigne de fer de Kosuke "Dandy" Dan, le gang des Dandy, un groupe de mafieux qui veulent croire qu'ils sont classes. Néanmoins, ils aiment intensément Tokyo et ses quartiers et toutes la ville le leur rend bien.


    PARTIE I

    Tout commence par l'entrée en scène du compositeur, Tanaka Kôhei, qui descend dans la fosse et salue le public avant de se tourner vers son orchestre, baguette à la main, pour lancer les première notes du show.




    Introduction :
    Le rideau tombe et apparait le Teikoku Kagekidan en costume de scène pailleté. La troupe entonne la chanson "Kore ga rebue" (Ceci est une revue), mais à peine les filles commencent-elles à se déplacer que Sakura provoque un accident en sortant de sa zone par erreur, bousculant Sumire. Les filles continuent malgré tout mais très vite, l'envie de revanche de Sumire se fait de plus en plus forte et cette dernière finie par craquer, bousculant à son tour Sakura. C'est alors l'escalade. Chaque rencontre des deux jeunes femmes sur cette chanson donne lieu à une mini-bagarre... jusqu'à l'accident. Sumire, prenant appui sur le décors le fait s'effondrer sur elle et tombe à terre. Maria arrête tout de suite la musique.


    Accident en direct live, une intro peu banale

    La réalité s'offre alors aux yeux du spectateur. Il n'est pas devant une simple intro de comédie musicale pour présenter les personnages. Non, l'histoire a déjà commencé et c'est à une simple répétition qu'il a assisté.
    Sumire, toujours à terre, reste muette. Kanna s'élance vers elle... et réinstalle le décors sans soucier de sa meilleure ennemie, déclenchant les foudres de la top-star. Mais c'est Orihime qui la fait sortir de ses gonds en se moquant d'elle et Sumire se lève pour reprendre son rôle de top-star. Ouf, elle n'est pas blessée. Les filles, rassurées, repartent en coulisse sans plus se soucier d'elle. Sumire fulmine et part de l'autre côté.


    Mission de sauvetage pour Kanna... Ouf, la poutre n'a rien.

    En coulisse, Kaede, directrice de la troupe, rencontre Sumire qui fulmine toujours. Kaede calme le jeu en la noyant de compliment, ce qui rend le sourire à la top Star... jusqu'au mot de trop, ou le compliment devient ridicule. Kaede comprenant son erreur s'arrête. Sumire fait mine de ne pas s'offusquer et quitte la directrice avec le sourire. Mais dès qu'elle se retrouve seule, le masque tombe. Tout le monde semble se moquer d'elle, la star. Elle qui tient toute la réputation du théâtre sur ses épaules, elle qui lui a sacrifié sa vie, son bonheur et ses larmes. Sumire a une pression énorme sur ses épaules mais personne ne la supporte. Mais comment feraient ses "amies" si elle n'était pas là ? Un sourire se dessine sur ses lèvres. Et bien, puisque nul ne la supporte, elle non plus ne va supporter personne, elle va s'octroyer des vacances bien mérité et l'on verra bien comment le théâtre fera sans son actrice fétiche. C'est sur un rire démoniaque qu'elle s'en va mettre son plan à exécution.


    Chapitre 1 : Crime...

    Rien ne va plus au théatre. La top-star, Sumire Kanzaki, est blessée à la jambe, soit-disant une foulure consécutive à son accident lors de la répétition. Les filles réagissent selon leur caractère. Kanna, très inquiète, se jette sur Sumire pour lui ausculter la jambe, Sakura s'enfuit, poursuivit par Reni qui veut sans doute la consoler, Orihime se voit déjà en haut de l'affiche, Kohran imagine l'invention rigolote qui aidera la star à se déplacer, quand à Iris, elle a un plan derrière la tête pour tout arranger. Une fois tout le monde partie, Kanna aide Sumire à rejoindre sa chambre, sous les yeux amusés de Kaede et de Maria qui devine la frustration que doit ressentir la star de devoir accepter le soutient de sa meilleure ennemie (qu'elle expulse en se moquant de la petite taille de Kanna).

    "- Vas-y Sumire, tiens toi à mon épaule... Non pas à la tête Sumire... A mon épaule !!!
    - Roh... Tu n'as qu'à pas avoir l'épaule si basse !"



    Pendant ce temps, Orihime apprend la nouvelle de la blessure de Sumire à Oyakata, sans doute dans l'espoir de descendre l'estime que le maître du théatre à pour cette dernière mais celui-ci est tellement horrifié d'apprendre que ses décors ont blessé la star du théatre qu'il s'éclipse brusquement, laissant la "pauvre" Orihime en plan.



    Au même instant, la Baragumi, troupe ridicule du théatre constituée de caricature d'hommes gay, apprennent eux aussi la nouvelle. Loin de les affecter, au contraire, c'est pour eux une parfaite opportunité pour enfin faire profiter le monde de leur talent. Rejoignant aussitôt les danseuses du théatre, ils tentent d'en prendre le contrôle pour les aider dans la conquête de la scène du théatre. Les danseuses ne sont pas forcément d'accord mais hiérarchie oblige, elles se doivent de les suivre. S'ensuit une prestation abominable.

    http://www.youtube.com/watch?v=IDOC2Sh3l_k.

    Heureusement, Iris et Kohran veillent au grain et l'ingénieur de génie sort l'artillerie lourde, faisant fuir la Baragumi.

    Oyakata est dans le bureau de Kaede. Traumatisé par l'accident, il ne se sent plus digne d'appartenir au personnel du théatre et présente sa démission. Malgré le refus de Kaede qui tente de minimiser l'affaire et lui rappelle à quel point il est important pour la troupe, Oyakata lui rend son tablier.



    Maria et Sakura entrent à ce moment dans le bureau de la directrice pour lui parler et surprennent la scène. Oyakata, honteux, quitte les lieux. Kaede tend alors l'uniforme d'Oyakata à Maria pour que celle-ci aille le convaincre de revenir. Une fois Maria partie, Kanna entre dans la pièce et demande plus de précision sur Benitokage à Kaede. Celle-ci lui répond que c'est l'histoire d'une femme du nom de Benitokage (le lézard pourpre) qui, à la tête d'une organisation mafieuse, dérobe toute la beauté du monde pour sa collection. Kanna imagine alors ce que cela aurait pu donner avec une Sumire caricaturale, violente et ridicule.

    http://www.youtube.com/watch?v=34tBhpVX5A4&translated=1
    (cette scène donnera ensuite lieu à un running gag. A chaque comédie musicale, Kanna viendra donner une version rigolote de la pièce, souvent à base de jeux de mots pourris)

    C'est alors que Kaede annonce la terrible nouvelle. Sumire étant blessée, la pièce musicale Benitokage risque d'être annulée. De plus, il y a du retard dans l'écriture de la pièce, l'auteur profitant de l'état de Sumire pour se sôuler... Kanna et Sakura n'en croient pas leurs oreilles. Kanna rappelle à quel point elles ont travaillé mais le fait est là. Pas de Sumire, pas de Benitokage. Kanna et Sakura s'en vont ulcérée, laissant Kaede se morfondre avec la lettre de démission d'Oyakata dans les mains.

    Décidant de réagir, Kanna envoie Sakura encourager l'auteur de la pièce pour accélérer l'écriture du scénar, au cas où...

    Dans la chambre de Sumire, la star se repose dans son lit tandis que Reni monte la garde à son chevet. Commence alors un horripilant défilé.

    C'est d'abord Kohran qui débarque dans la chambre, plusieurs modèles de béquilles à la main. Sumire faisant semblant de dormir, c'est Reni qui devra subir la folie de l'inventrice. Entre la béquille à ressort qui permet de sauter, la béquille-balaie qui permet de balayer et la béquille-lanterne qui permet de s'éclairer dans le noir, Sumire est attérée devant tant d'âneries tandis que Kohran ne se sent plus devant le génie de ses inventions... jusqu'à ce que Reni lui remette les pieds sur terre. C'est marrant en tant que gadget mais l'aspect pratique est nul. Aucun éclopé ne se baladera avec ça. Kohran, d'abord choquer devant ce manque d'enthousiasme comprend son erreur et quitte la pièce suivie de Reni... qui se retrouve nez à nez en face d'une Orihime furieuse qui se jette dans la pièce.


    Kohran dans une démonstration de télé-achat

    La pauvre coodere a juste le temps de se planquer derrière la porte et assiste à la crise d'hystérie de l'Italienne qui se met à hurler sur Sumire qui l'ignore, se cachant sous ses couvertures. Néanmoins, Orihime l'insulte copieusement pour tout les dégats que la blessure de la star occasionne et cette dernière bouillonne en son fort intérieur.

    Une fois la crise "Orihime" passée, Reni n'ose toujours pas sortir de sa cachette. Grand bien lui fasse, Sumire se croyant seule, c'est sa colère qui explose, se défoulant sur son lit. Puis, une fois calmée, la top-star décide de se dégourdir les jambes, retirant son plâtre devant le regard effaré de Reni, riant même de son vilain tour. L'Allemande n'en croit pas ses yeux.

    C'est alors qu'Iris toque à la porte, accompagnée de son nounours Jean-Paul et de l'enseigne Ôgami, le chéri de ces dames. Sumire se jette dans son lit et leur dit d'entrer. Iris a la solution aux problèmes. Par la formule magique "Chinchin no pui", elle va soigner la blessure de Sumire. Reni, toujours planquée, assiste avec amusement à la prestation.

    http://www.youtube.com/watch?v=RtyiUA7I7wU

    Malheureusement, celle-ci débouchera sur un pétage de plomb de la petite fille qui va s'emballer et prendre le contrôle du corps d'Ogami et de Sumire, les faisant agir de manière ridicule. Confuse, Iris part en prescrivant une dernière fois la phrase "Chinchin no pui" à Sumire, puis traîne le pauvre Ogami derrière elle.
    Tout sourire et promettant de se soigner à coup de "chinchin no pui", Sumire regarde la fillette partir, mais dès que la porte se referme derrière cette dernière, la top-star rentre dans une rage folle et fait preuve de mépris envers les attentions de ses "amies"... avant de se rendre compte de sa folie. Ce n'est pas parce qu'on ne la supporte pas qu'elle est en colère, ce n'est qu'un prétexte. La preuve, toutes ses amies s'inquiètent pour sa santé mais elle fait toujours la mauvaise tête. Non, c'est parce qu'elle est épuisée, la pression n'a jamais été si forte. Benitokage, c'est un trop gros morceau, même pour elle. L'une des plus grosses comédies musicales qu'elle n'a jamais eu à jouer et, comme Sakura ou Iris en leur temps, la "top-star" a craqué, elle s'est laissé déborder par le trac. Démoralisée, elle s'effondre sur son lit.

    Reni comprend alors le problème de Sumire, sa solitude. Malgré son attitude arrogante et ses plaintes sur des sujets complètement futile, la jeune femme garde tout pour elle, ne se plaignant jamais des difficultés qu'elle rencontre réellement. L'Allemande va remettre les pendules à l'heure dans une performance magistrale (et traduite Very Happy).

    http://www.youtube.com/watch?v=xbDiFgeTC_g.

    Elle lui rappelle ses dons naturels et extraordinaires pour la comédie mais aussi qu'elle n'a pas à être aussi seule que ce qu'elle s'impose, que ses amies sont tout à fait disposées à l'aider, qu'elles sont là pour ça. Une pièce de théâtre après tout n'est pas le travail d'une seule personne mais celui de toute une équipe. (nb : Sumire reprendra d'ailleurs ce discours (du moins en partie) dans la seconde saison d'OAV où l'équipe tourne le film "Benitokage")

    Sumire est remotivée par la chanson. Reni lui a remis les idées en place. Néanmoins, la supercherie est mise à jour et Sumire craint les réactions de ses amies quand elles l'apprendront. Son sort est entre le mains de la sage Reni. La "top-star" n'a plus qu'à attendre la sentence.

    Le gang Dandy entre en scène. Faisant les fier-à-bras, ils percutent le pauvre Oyakata et s'amusent à le maltraiter avant de se rendre compte qu'ils s'en prennent au plus fidèle serviteur du Teikoku Kagekidan qu'ils admirent tant. Alors qu'ils l'aident à se relever, Oyakata s'enfuit en pleurant. Ne serait-il qu'un looseur ? Le gang des Dandy le regarde partir un peu étonné puis se remet à ses occupations de glandage.


    "Ah ta ta ta ta ta ta !!!! Tu es déjà mort mais tu ne le sais pas encore."

    .
    C'est alors qu'ils rencontrent Sakura et l'auteur (sans doute Yoneda, je n'ai pas réussi à le déterminer) qui cherche l'inspiration dans le quartier d'Asakusa. Le gang Dandy est fier du quartier placé sous sa protection. Mais l'auteur lache une parole malheureuse sur Asakusa avant de s'éclipser pour aller se saouler. Boss Dandy décide alors de montrer à Sakura à quel point le lieu est agréable et plein de vie.

    http://www.youtube.com/watch?v=XTrI6TYscw4 (notons la présence de la mascotte des pièces en lives du Teikoku Kagekidan, la petite Anna, qui fait une démonstration de claquette)

    Problème, ça ne fait pas avancer l'écriture de la pièce.

    *Entracte*

    Iris et Ogami chante Kono yo wa Tanoshi en attendant la seconde partie.

    http://www.youtube.com/watch?v=zYoPaL1oeo8&translated=1

    Puis Ohji Hiroi, créateur de l'univers de Sakura Taisen, fait une courte apparition en tant qu'homme de ménage, passant la serpillère sur le sol.

    *fin de l'entracte*

    Chapitre 2 : ... et châtiment ?

    Oyakata s'occupe désormais de ses bonsai avec pour seul compagnie un joueur d'harmonica lorsque Maria débarque pour lui demander de revenir au théatre. Mais Oyakata n'a plus confiance en lui-même. Maria ne supportant pas de voir ce grand travailleur se considérer aussi durement tente de le faire réagir en lui disant qu'il a sans doute raison, qu'il n'aime pas assez le théâtre pour y travailler et fait mine de partir. Cela produit l'effet escompté. Oyakata n'admet pas qu'on remette en doute sa loyauté envers le Teikoku Kagekidan. Il n'est pas convaincu pour autant. Le ton monte entre les deux mais le joueur d'harmonica apaise les moeurs en jouant un petit air tranquille derrière eux. Et c'est les yeux embués d'émotions que Maria tente de faire revenir Oyakata sur sa décision lorsqu'un groupe de jeunes délinquants arrivent, molestant le musicien. Oyakata s'interpose mais ne peut rien faire et se fait agresser à son tour. C'est alors Maria qui intervient, règlant la situation en un tour de main et tournant les voyous en ridicule.


    Et un petit French Cancan pour madame

    Une fois le calme revenu, Maria se pose à côté d'Oyakata et ménage sa susceptibilité en s'excusant d'être intervenue et lui confirme qu'elles ont besoin de lui au théatre. Elle pousse la chansonnette avec l'aide du joueur d'harmonica pour finir de le convaincre.

    http://www.youtube.com/watch?v=O1SBxINzJOg

    Ce dernier accepte finalement de revenir.

    Retour sur Sakura et le vieux Yoneda. Celui-ci a, comme à son habitude, abusé sur la picole et il n'est vraiment plus en état d'écrire quoique ce soit. De plus, Kanna arrive à leur rencontre et se prend la tête avec le vieil homme sur son rôle, apportant plus de confusion. Ce n'est pas pour demain que la pièce sera écrite, et pourtant, la date se rapproche à grand pas. Et le fait que Sumire soit blessée ne motive pas vraiment l'auteur a reprendre la plume. Le théatre, va-t'il vraiment annuler sa représentation ?

    De son côté, Sumire tourne en rond dans sa chambre, ne supportant plus l'attente de la sentence. On toque alors à sa porte. C'est Reni. Sumire, effondrée, lui dit d'entrer. L'Allemande pénètre dans la pièce et s'arrête interloquée devant une Sumire qui ne se cache plus et se tient debout devant elle. Les deux sont aussi génée l'une que l'autre. C'est alors que Reni prend les choses en mains. Attrapant une chaise, elle fait s'assoir Sumire dessus et fait mine de s'inquiéter pour sa jambe. Alors que Sumire s'apprête à lui demander à quoi elle joue, Reni la stoppe et lui tend une pommade ultra-efficace contre les entorses, lui expliquant qu'elle sera remise sur pied en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Devant la bonté de Reni, Sumire ne sait trop que dire et la coodere s'éclipse discrètement. Mais, avant de quitter les lieux, Reni rappelle à Sumire que tout le monde attend énormément d'elle et de sa prestation. La jeune femme lui répond qu'elle ne les décevra pas. Reni s'en va, satisfaite. Sumire sert alors le baume contre son coeur. "Arigato".


    Reni passe de la pommade à Sumire, dans tout les sens du terme

    Juste derrière la porte, Reni indique à Kaede que Sumire va beaucoup mieux et qu'elle pourra jouer son rôle. C'est le coeur en joie que Kaede rejoint tout le monde. Oyakata, Sumire... Tout s'arrange. C'est la fête au théatre. Kaede pousse la chansonnette.

    http://www.youtube.com/watch?v=YsEXg0cYUCM

    Mais tout n'est pas fini pour autant. Le script n'est pas encore écrit dans son intégralité et le jour de la pièce est vraiment très proche. C'est Kohran qui apporte la solution. Une machine qui stimule les idées. Placée sur la tête de Yoneda, celui-ci va noircir ses feuilles. Et c'est parti pour un tour dans le monde complètement allumé de fête foraine que Kohran a dans la tête.

    http://www.youtube.com/watch?v=4t2-FQjEPmo

    Comme toute invention de Kohran, la machine finit par péter les plombs mais au moins, la pièce de théatre est écrite. Le génie de Sumire pour tout assimiler en un temps record fera le reste.

    De leur côté, la Baragumi apprend la triste nouvelle, Sumire est rétablie. Qu'à ne cela tienne. S'avouant vaincus, ils se tournent déjà vers la prochaine comédie musicale.


    La quatrième sera placé sous le signe de la Rose ou ne sera pas !

    Tout est bien qui finit bien. La première a lieu le soir même et les filles s'accordent une petite pose. Tant mieux, c'est jour de fête et la troupe en profite pleinement. Soretta en profite pour découvrir les traditions japonaises, si éloignée de sa tête mais si proche de son coeur (le père de Soretta est japonais mais elle a vécu toute sa vie en Italie. Chaque occasion est donc bonne pour en découvrir un peu plus sur sa double culture. Malheureusement, sa prestation est très mauvaise. -_-)

    http://www.youtube.com/watch?v=cdV893HpqNk

    La fête se termine, le spectacle s'annonce.

    Boss Dandy et ses accolytes sont au premier rang au côté de Yoneda. Celui-ci leur explique l'histoire de Benitokage, le récit d'une femme obsédée par la beauté qui finit par en perdre la raison. A la tête d'une bande de Yakuza, elle écume les musées, dérobant les plus beaux diamant du monde. Convoitant ce qui sera le clou de sa collection, une immense pierre précieuse sans le moindre défaut, elle kidnappe Masae, la fille du propriétaire du sublime caillou pour faire un échange. S'élance à sa poursuite le grand détective Akechi Kojiro et le super-héros Shonen Red, bien connu des fans de Sakura Taisen et amoureux transit de la belle Masae. Mais les deux héros s'engagent dans l'aventure la plus sombre qu'ils auront jamais vécu. Le Benitokage n'est pas qu'une cambrioleuse. C'est aussi une dangereuse psychopathe qui collectionne les plus belles personnes qu'elle croise, les coulant dans la cire pour conserver leur beauté jusqu'à la fin des temps. C'est sur une collection impressionnante mais macabre de cadavres d'hommes et de femmes plus magnifiques les unes que les autres que nos deux héros tombent. Un véritable musée de cire des horreurs. Et Masae est la prochaine sur la liste. Il n'est plus temps de tergiverser, il faut intervenir... s'il n'est pas déjà trop tard. Le spectacle peut commencer.


    Mais que va-t'il se passer ?

    Partie 2 :

    Dans une immense salle aux teintes pourpres, la secte du Benitokage opère une danse indécente, attendant l'arrivée de leur maîtresse.



    Le Benitokage fait une entrée magistrale et réclame qu'on lui amène la jeune Masae. Celle-ci est jetée à ses pieds. Benitokage commence à lui parler du sort qu'elle lui réserve quand on lui annonce que le grand detective Akechi Kojiro a été repéré.



    Alors que Masae reprend espoir, Benitokage lui administre une puissante giffle et la jeune fille est installée dans une boite percée de mystérieux trous. Akechi rentre en scène.



    Alors qu'Akechi pense avoir gagné la partie, tenant toute la secte en joue avec son arme, il demande à ce qu'on lui amène Masae. Le Benitokage fait ouvrir la boite et Masae se relève.



    Mais ce n'est qu'un piège. Deux hommes se tenaient derrière Akechi, prèt à bondir, et le détective se retrouve désarmé et immobilisé. S'emparant d'une épée, Benitokage referme la malle sur Masae et y plante violament son arme, bientôt suivie de plusieurs membres de sa bande. Akechi s'écroule, effondré.

    C'est alors que des coups de feu se font attendre et de nulle part surgit le héros Shonen Red, tenant Masae par la main.



    Par un tour de passe-passe, il a réussi à faire sortir la belle jeune fille. Benitokage et sa bande sont destabilisés. Akechi reprend la main. Shonen Red lui demande s'il pourra s'en sortir et Akechi lui répond d'ammener Masae en lieu sûr. La lutte peut commencer, Akechi Kojiro face à la secte du Benitokage.



    Les hommes de mains ne font pas le poids face au grand détective. Benitokage sort alors un atout de sa poche et c'est dans une explosion de fumée que le docteur Skelett X, le pire ennemi de Shonen Red, apparait. Contre toute attente, l'un plus grand génie du crime s'est soumis au Benitokage. Celle-ci décide de s'éclipser.


    S'ensuit un duel au sabre entre Skelett X et Akechi, mais le docteur domine facilement le détective. Trop facilement peut-être. Croyant la victoire acquise, le triste sire se laisse aller et laisse une sacrée ouverture à Akechi qui en profite et blesse gravement le docteur. Celui tente alors de s'enfuir, supporté par les hommes du Benitokage. Le détective, récupérant son arme à feu, les poursuit dans les coulisses et c'est dans un flot de cri strident qu'il achève tout les criminels encore vivant.

    De retour sur scène, Akechi cherche maintenant son ennemie. Mais le Benitokage se tient dans son dos, arme à la main. Tout est perdu pour le détective... Et pourtant, le Benitokage ne tire pas. Au contraire, elle lui propose un duel. Elle va compter jusqu'à 5 et c'est alors au premier qui tirera. Mais Akechi refuse. Ce geste, n'est-il pas là le signe d'un retour à la raison de la dangereuse psychopathe. Tout peut s'arranger sans que le sang ne coule encore.
    Mais le Benitokage a déjà commencé le décompte. Toujours dans le dos d'Akechi, elle se livre alors à un manège étrange. Elle ne se prépare pas à tirer. Au contraire, levant le canon de son arme vers le ciel, elle éloigne toute menace d'Akechi qui ne se doute de rien. Continuant de compter, elle arrive au 5 fatidique et...


    PAN !!!

    Akechi, acculé, se retourne et tire... avant de se rendre compte que ce n'était pas un duel qu'elle avait organisé mais son suicide. La belle tueuse tombe à terre et le détective, choqué, demande pourquoi.
    "Je suis heureuse. Je vais devenir un souvenir et rester belle dans vos bras. Ah, que le destin est cruel ! J'aimerai te revoir dans l'autre monde..."

    Et voici le grand final.
    http://www.youtube.com/watch?v=96KOgF9y9IU

    (j'aime beaucoup le pétale de cerisier qui tombe sur la joue de Sumire, comme une larme en forme de coeur... ouais, je suis cucul...)
    Le Benitokage est mort mais le gout de la victoire est amer.

    Epilogue :

    La pièce s'est bien déroulée, il est temps de clôre le spectacle et se déroule alors devant nous la scène du début, les filles en costume qui chante [url="http://www.youtube.com/watch?v=nop8CBcQZw4"]Kore ga revue[/url]. Cette fois en condition réelle, tout se déroule sans anicroche. La boucle est bouclée, Benitokage se termine et c'est un triomphe.

    Voilà, la pièce est terminée, les filles viennent saluer et c'est dans une ambiance détendue qu'elles entonnent le Geki ! Teikoku Kagekidan.

    http://www.youtube.com/watch?v=DbTK0r0deu0

    THE END




    Une autre comédie musicale, Arabia no bara qui a suivi Benitokage, vous sera présentée demain.Very Happy
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 35
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Ju le Dim 11 Sep - 15:09

    Je l'ai relu. Je suis trop forte.
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Baxter le Dim 11 Sep - 20:39

    Ou alors tu t'ennuies beaucoup.O_o""" Razz

    La deuxième comédie, comme promis.Very Happy

    Arabia no Bara (2000) (durée de la comédie : 3 heures O_o"""... Very Happy)


    Intro :

    It's show time
    http://www.youtube.com/watch?v=S8tYK-4c5d4

    Le rideau se baisse et la Baragumi fait son entrée. Arabia no Bara est la prochaine comédie musicale du Teikoku Kagekidan. Arabia no Bara... La rose d'Arabie... Qui est le plus à même de briller sur scène dans cette comédie si ce n'est le groupe de la Rose, la Baragumi ? Mais c'est malheureusement ce fichu Hanagumi qui sera comme d'habitude sur le devant de la scène. Devant la formidable foule qui se presse devant le théâtre pour acheter son billet, la Baragumi est ému... mais c'est le coeur brisé par le fait de s'être fait prendre la place pour la comédie qui était leur qu'ils entonnent l'une des chansons du spectacle,
    Sabaku no You ni
    http://www.youtube.com/watch?v=pVvC9j4BFRM

    Acte 1 (ou l'art de débarquer au plus mauvais moment)

    Petite musique mélancolique. Le rideau se lève et derrière un voile translucide apparaissent des ombres chinoises (enfin, japonaise...) immobile. La lumière s'allume progressivement et la scène se colore. Nous sommes face au théâtre et la foule se presse pour s'acheter les place, en compagnie des actrices qui font leur promo et des journalistes en quête d'un scoop de dernière minute. La musique se lance alors et la scène s'anime, chantant le générique de début de cet épisode, Gekijyou e Ikou.
    http://www.youtube.com/watch?v=ErqE0eGU_gE
    (notons l'absence de Sumire, qui de toute façon ne se mêle pas aux petites gens).

    Oyakata souhaite la bienvenue au public et commence à faire la pub pour Arabia no Bara tandis que les actrices signent des autographes ou discutent avec leurs fans. Mais la pièce commence bientôt et il faut bien que nos héroïnes se concentrent afin de donner le meilleur d'elles-même. Elles rentrent peu à peu dans le théatre et ils ne restent bientôt plus que Sakura et Kanna au milieu de la foule, retenues par le Dandy gang dont le chef, Kosuke Dandy Dan, souhaite encourager la belle miko et lui offrir un cadeau des plus distingué à la hauteur du Dandy qu'il est, une baguette de pain français (oui madame !). Mais pour atteindre Sakura, il doit d'abord passer Kanna (veut-elle protéger Sakura ou bouffer le pain, aucune idée). Avec son gang, il organise un match de rugby "Dandy gang" Vs "Kanna" dont le ballon est la baguette. Kanna lui donne du fil à retordre mais les deux accolytes du boss Dandy réussissent à maîtriser la dame et c'est dans la douleur et en rampant sur le sol que Dandy Dan parvient à offrir son cadeau. Bonne joueuse, Kanna tend la main vers le boss mais celui-ci lui fait une crampe en lui donnant la mauvaise main. Kanna garde toute contenance, lui attrape la main et va même jusqu'à lui offrir un baiser, devant une Sakura outrée. Un instant médusé, Dandy Dan est rappelé à l'ordre par Nishimura. Des affaires les attendent. Reprenant ses esprits et saluant les deux actrices (mais surtout Sakura), Dandy Dan et son gang s'en vont avec la classe qui les caractérise (c'est à dire en faisant le plus de bruit possible).


    Les deux amies s'amusent de l'excentricité du Dandy Gang et Sakura offre le pain à Kanna. Quel n'est pas sa surprise en découvrant la dureté du pain français. La karateka casse le crouton et le donne à Sakura pour que celle-ci le goute. La miko s'y casse presque les dents. Finalement, rangeant le pain dans leurs manches de kimono, Sakura et Kanna imagine ce qu'elles vont bien pouvoir en faire et rentre dans le théatre en parlant de la France et surtout de la nouvelle armée anti-démon qui s'y crée, le Pari Kagekidan (qui sera la nouvelle équipe que l'on contrôlera dans Sakura Taisen 3 dès le premier trimestre de l'année suivante... les comédies existent certes en tant qu'oeuvre à part entière mais elles sont aussi faite pour la promotion des jeux, ne l'oublions pas Very Happy).

    Oyakata, l'intendant du théatre, salue les jeunes femmes puis reprend sa réclame pour la comédie Arabia no Bara, résumant l'histoire pour aiguiser la curiosité du public. Mais des yakuzas débarquent et bousculent la foule avant de la chasser. Oyakata réagit mais se fait vite démonter par les mafieux qui envahissent le théâtre. C'est le moment que choisit Sumire pour arriver, les bras chargés de ses achats (la Top Star fait toujours ses courses avant un spectacle, elle profite du trajet pour apprendre son texte et pour se détendre). Voyant la lutte entre le chef des Yakuza et Oyakata, l'actrice imagine déjà les fans en délire qui se battent pour entrer. Lorsque l'intendant est envoyé boulé à ses pieds, Sumire rigole, pose ses affaires et l’aère de son éventail. Et lorsque Kanna, qui mange un plat de nouille sur le toit du théatre, se fait agresser par un Yakuza (qui se retrouve dès lors en bas du théâtre plus vite que prévu), Sumire lui fait un petit signe de la main. La karatéka indique alors à l'actrice que le théatre est attaqué et Sumire panique. Mais lorsque le chef des Yakuza, resté à l'entrée du théâtre déchire l'affiche d'Arabia no Bara ou Sumire figure en gros plan (alors que faut quand même le dire, elle n'y a qu'un rôle mineur... marketing, quand tu nous tiens), celle-ci explose et gifle le truand. Ce dernier la menace alors... et se prend deux autres gifles. Un autre yakuza porte assistance à son boss mais se fait vite éliminer par la guerrière émérite qui maîtrise dans la foulée le boss qui croyait l'avoir facilement pendant qu'elle était occupée par son subalterne, devant la foule en délire. Mais le chef des yakuzas n'est pas qu'un simple petit délinquant de banlieue. Il parvient à se dégager... avant de se prendre une quatrième gifle. Faisant le fier, il tente une nouvelle fois de s'en prendre à Sumire mais cette fois, celle-ci utilise son éventail comme une arme et l'enchaîne dans une danse guerrière, virevoltant tel un papillon et laissant le yakuza sonné, ridiculisé devant la foule qui acclame la guerrière.


    La Baragumi débarque alors pour profiter du bain de foule à la gloire des roses. Un bien mauvais moment. Kikunojo se fait prendre en otage par le subalterne que Sumire avait envoyé dans le décors tandis que le chef repart à l'assaut de l'actrice en tentant de la marteler de coup que celle-ci part assez facilement tout en continuant de le martyriser à coup d'éventail. Kanna et Sakura débarque alors, expulsant les intrus qui avait réussi à pénétrer le théâtre.

    Kanna se lance alors dans une diatribe pour tenter de calmer Sumire, tandis que Kotone repousse facilement un Yakuza qui l'attaque avant de se prendre un coup de pied dans les valseuses qui le met directement hors course. Furieux de ne plus être au centre de l'attention de Sumire, le Yakuza tente de reprendre l'avantage avant de se faire rabrouer par une Sakura furieuse. Mais celui-ci à une carte en main. Menaçant Kikunojo, il force la miko à s'avancer et... sort une arme à feu. Kotone en profite pour se cacher derrière Sumire... qui donne une gifle au goujat qui court alors se planquer derrière Kanna (c'est plus sûr). Le yakuza, exultant avec son revolver dans la main, prend Sakura en otage devant les actrices impuissantes et relache Kikunojo, qui rejoint son mec derrière Kanna. Grand bien leur fasse, ils empèchent la karatéka de faire une bêtise en s'agrippant à ses jambes. Tout est-il perdu ? Peut-être pas. Sumire s'avance et lance son rire de dédain tout en se ventilant de son éventail ! D'où vient son assurance ?... En fait, elle est juste contente de se débarrasser de cette idiote de Sakura et le fait savoir aux Yakuzas (les mauvaises langues diront aussi qu'elle s'éloigne de Kanna qui capte un peu trop l'attention du yakuza au pistolet Very Happy). Les Yakuzas menacent une dernière fois les filles de tuer Sakura si elles tentent quoique ce soit ou si elles jouent la pièce de ce soir puis s'en vont. Kanna réussit enfin à se libérer de l'étreinte des deux hommes de la Baragumi et s'élance à leur poursuite mais un coup de feu la force à se jeter à terre (ainsi que toute la foule, sauf Sumire, qui ne rampe pas et reste debout et digne au milieu de la scène... se cachant le visage derrière son éventail. On se protège comme on peut...)


    Les secours s'organisent. Ogami et Oyakata parte en mission secrète à la poursuite des yakuzas. La mission est aisée. Sakura a laissé tomber des miettes du pain français, facilement reconnaissable des autres déchets par son intense dureté. Repérant un autre morceau de pain camouflé dans la terre, Oyakata se jette dessus et ramasse... une crotte. Ogami se fout de sa gueule. Oyakata lui montre alors quelque chose et lorsqu'Ogami regarde, l'intendant s'essuie les mains sur le costume du lieutenant avant de s'enfuir. Ogami voit rouge et se lance à sa poursuite. (après tout, Sakura peut bien attendre Very Happy)


    Acte 2 (ou la presse à scandale)

    Un téléphone sonne dans un bruit de vapeur. C'est Yoneda, le général en charge du Teikoku Kagekidan alors en voyage, qui appelle pour prendre des nouvelle. Kaede, désirant d'abord lui annoncer la triste nouvelle pour Sakura, passe finalement le problème sous silence. Elle ne veut pas lui gâcher son voyage. A peine raccroché, Kaede voit venir la Baragumi qui harcèle le metteur en scène du théâtre qui revenait du marché avec des beignets. Sakura ayant été enlevé, show must go on !, les rôles ne peuvent que changer, les cartes redistribuer. Arabia no Bara est faite pour eux. Le metteur en scène n'est pas de cet avis et le ton monte. Kaede rappelle violemment la Baragumi à l'ordre et ceux-ci s'enfuient en hurlant de peur et en dansant (parce qu'il faut rester gracieux en toute circonstance, même quand on pisse dans son froc).


    Alors que la discussion s'engage entre Kaede et le metteur en scène sur la suite à donner dans l'affaire Sakura, Kanna surgit en braillant comme une folle, un gourdin clouté démesuré dans la pogne. Kaede tente de calmer ses ardeurs mais la karatéka se met à pleurer et repart de plus belle. Kaede n'a d'autre choix que de s'interposer dans sa course et Kanna tombe. Elle n'est définitivement pas dans son état normal. Elle regrette de ne pas avoir sauver Sakura quand il était encore temps et veut rattraper sa faute mais la tristesse et la honte l'aveugle et lui font faire n'importe quoi. Alors que Kanna part dans un long discours, Kaede choppe un beignet et lui enfonce dans la bouche pour la faire taire. L'estomac de Kanna reprend le dessus et la karateka se calme et écoute enfin Kaede tout en savourant la délicieuse pâtisserie. Kaede explore toute les options pour l'affaire Sakura, suivie dans ses réflexions par Kanna et le metteur en scène qui dévorent tout deux leur beignet et se déconcentrant peu à peu. Kaede récupère alors le dernier morceau de gateau que Kanna s'apprêtait à engloutir et l'avale tout rond, laissant une Kanna outrée mais de nouveau concentré (tandis que l'actrice Ai Orikasa qui incarne Kaede, devant la tête de con que fait Mayumi Tanaka qui incarne Kanna, part dans un fou rire et s'étouffe avec le beignet, obligeant Mayumi à lui frapper dans le dos Laughing). Une fois le calme revenue, c'est une Kanna reconcentrer que Kaede à face à elle et elles peuvent de nouveau réfléchir à la situation (du moins jusqu'à ce que le fou rire reprenne... XD). Kanna reconcentre tout le monde (acteurs et public) par un éclat de voix et la comédie reprend.

    Bon... écoutez... Déjà, vous parlez jap, c'est pas simple. Alors si en plus vous parlez la bouche pleine et que vous riez en même temps, ça n'est plus possible !!!O_o"""

    Alors qu'ils discutent, le metteur en scène, Kaede et Kanna sont interrompus par Korhan et Iris. La génie chinoise à une idée pour pallier à l'absence de Sakura. Et alors qu'elle va le révéler, un chant insidieux se fait entendre qui oblige tout le monde à s'arrêter de parler avant que Kanna et Kaede ne commence à se lamenter. Il s'agit de Sumire qui s'annonce en minaudant pour s'attirer les faveurs du public (ce qu'elle arrive à faire à la perfection*_*). Elle s'assoit dans un coin et donne son avis sur l'affaire Sakura. Sumire est une visionnaire. L'absence de Sakura serait un véritable scandale aux yeux du public et qui dit scandale dit... publicité gratuite et par là même succès ! Kanna rappelle à Sumire les enjeux mais la top star, complètement dans sa vision, part dans une longue diatribe inarrêtable (et on ne peut que saluer la performance de l'actrice qui, si elle n'est pas une chanteuse extra-ordinaire, il faut bien le reconnaitre, maîtrise son jeu à la perfection) par laquelle elle laisse tout le monde KO, sans voix, jusqu'à ce qu'Iris remette les idées de Kaede en place.


    Kaede se positionne contre Sumire. Un scandale serait une véritable catastrophe pour le théâtre (et sa mission secrète). Mais Sumire n'en démord pas et un duel s'engage entre la top star et la directrice du théâtre (supportée par Kanna) sur les conséquences d'un scandale pour la troupe.
    http://www.youtube.com/watch?v=KimHD0nLCW4

    A la fin du duel, Sumire, d'un air triomphant, dit qu'ils peuvent bien faire ce qu'ils veulent et s'en va tout en chantonnant le générique de l'épisode où elle n'a pas été conviée (petite rancoeur ?), laissant ses consoeurs dans l'expectative. Kanna s'en va prévenir Maria, tandis que Kohran devient complètement dingue et part inventer une nouvelle invention que l'on devine explosive, poursuivie par une Iris tout aussi déjantée. Kaede et le metteur en scène se jette dans les bras l'un de l'autre, effrayé par les évènements qui se préparent. Le rideau se ferme.

    Deux journalistes arrivent sur scène, guillerettes. Elles ont reçu un coup de fil anonyme et se le rappel. Un long discours ponctué de rires sadiques très sumiresque qui annonce la disparition de Sakura qu'elles se répètent en s'y donnant à coeur joie. C'est un sacré scoop ! Vite, pas de temps à perdre, elles prennent d'assaut le théâtre avant que d'autres journalistes ne le leur piquent.

    - Ho ho ho ho ho ho... Hoooohooohoooo !!!

    Acte 3 (ou subterfuges)

    Tout les journalistes sont regroupé dans une salle. Kaede a organisé une conférence de presse pour parler de la comédie musicale Arabia no Bara en présence du metteur en scène et des actrices principales Maria, Soletta et Reni. Mais à peine prend t'elle la parole que nos deux journalistes posent la question embarrassante sur la disparition de Sakura. Maria, pas encore prévenue, tombe des nues mais Kaede dément l'information et renvoie Maria vers Kanna pour qu'elle lui explique l'histoire, tandis que Soletta trouve l'histoire de la disparition de la miko ridicule en riant bruyamment. Le metteur en scène saute sur l'occasion pour montrer que tout est sous contrôle mais la belle Italienne pose alors la question... Mais pourquoi Sakura n'est pas avec elles alors qu'elle a un rôle tout de même important ? Le metteur en scène tente de rattraper l'affaire mais les journalistes ne sont pas dupe et Soletta en remet une couche. Heureusement, Reni qui comprend l'affaire la stoppe et invente un mensonge crédible que Maria reprend aussitôt. C'était sans compter sur Iris et Kohran qui débarque avec... le Sakura-bot !!!


    Une Sakura plus vraie que nature mais entièrement mécanique qui fait illusion auprès des journalistes... du moins jusqu'à ce que Soletta qui n'est pas dupe de la supercherie se moque des antennes du robot avant que Maria ne la fasse taire. Pour montrer que le Sakura-bot est bien Sakura, Maria lui pose une question et Kohran, qui porte un micro, répond pour l'automate qui répète ce qu'elle souffle avec la voix de Sakura. Soletta se lève pour aller voir mais Reni l'attrape et la fait valser avant de la faire se rasseoir sur le fauteuil. Boudeuse, Soletta demande des explications à Reni qui lui explique tout, tandis que Kaede désamorce la situation avec les journalistes qui, de loin, ne remarque pas qu'il ne s'agit que d'un automate. C'est alors que Kohran prend la parole mais le robot Sakura, toujours branché sur le micro, répète ce qu'elle vient de dire et la méfiance des journalistes reprend. Mais la Chinoise s'interpose entre son automate et eux et Kaede détourne leur attention. Soulagée, Kohran se repose sur son robot... qui se plie en deux. Toutes les filles se lèvent et s'interposent entre les journalistes et Robot-Sakura en faisant mine de répondre à toutes leur question, le temps que Kohran remette son invention d'applomb mais celle-ci est remplie de bug comme toutes ses inventions et l'affaire prend un peu de temps. Enfin, robot-Sakura est comme neuve mais les journalistes demandent une preuve que Sakura est bien Sakura et demande une danse. Kohran accepte le défi et mais son robot sur mode "danse".
    http://www.youtube.com/watch?v=QNOwT_cKubY
    Tout se passe bien mais le robot a une petite fuite de gaz et doit impérativement quitter la salle. Reni donne une excuse qui permet à Kohran de partir avec robot Sakura. Malheureusement, celle-ci explose, comme toute les inventions de Kohran.

    Nous sommes de retour auprès de nos deux compères, Ogami et Oyakata, qui ont continué de suivre les traces en mie de pain de Sakura. Ils arrivent devant un bar, le Rabia no Rosu. Les Yakuzas, seraient-ils énervés parce que la pièce usurpe leur nom ? Peromucho et Nishimura passant dans le coin, repèrent les deux compères et vont à leur rencontre. Ogami leur explique le problème mais Peromucho ne prend pas l'affaire au sérieux. Jetant sa cigarette par terre pour la beauté du geste (puis ramassant le mégot pour le mettre dans un mouchoir... on est classe où on ne l'est pas), il s'approche d'Oyakata pour le taquiner. Nishimura le calme aussitôt et dit à Ogami qu'il connait l'oyabun de ce clan de Yakuza et que Boss Dandy pourra peut-être faire quelque chose. Il demande à Peromucho de rester avec les deux compères, le temps qu'il aille chercher le chef mais le clown de service n'est pas d'accord et Nishimura lui jette une fléchette empoisonnée pour l'assommer et discuter tranquillement. Péromucho tombe à terre mais n'est pas KO pour autant. Profitant que Nishimura soit retourné, Péromucho se relève et s'apprète à lui tirer à son tour une flèchette mais le yakuza se retourne au même moment et le pauvre Peromucho avale sa munition. Nishimura part à la recherche de son boss, suivit d'Oyakata.
    Ogami et Peromucho sont maintenant seuls et patientent. Le yakuza, excédé, décide d'agir et de s'infiltrer dans le bar pour sauver Sakura. Malgré les protestations d'Ogami, il n'en fait qu'à sa tête et alors qu'il monte sur une poubelle pour atteindre une fenêtre, il tombe dans un boucan infernale. Ogami et lui ont juste le temps de se planquer qu'un jeune noob yakuza ouvre la porte pour voir ce qu'il se passe. Grace à un subtil subterfuge, Peromucho réussit à convaincre le yakuza qu'il vaut mieux refermer la porte.

    - Mais qui a bien pu faire autant de boucan avec cette poubelle ?
    - Miaouuu



    Acte 4 (ou le sauvetage)

    Le jeune Yakuza rentre dans le bar et retrouve la petite Megumi qui, rêveuse, regarde le poster du Hanagumi, Arabia no Bara. Megumi est une grande fan de la troupe. Devant l'air rêveur de la petite fille, le Yakuza la met debout sur le bar et joue la comédie, comme s'il présentait une chanteuse devant un public. Megumi fait une petite prestation (Anna, qui joue Megumi, est un peu la mascotte de la troupe et fait à chaque spectacle (du moins dans tout ceux que j'ai vu, un numéro de claquette) et le Yakuza l'acclame.
    http://www.youtube.com/watch?v=2-WB7J-z68Q

    L'oyabun, le grand-père de Megumi, arrive alors et explique à sa petite-fille qu'elle ne doit pas être fan de ce groupe de filles dissolues. Megumi proteste et l'Oyabun lui colle une gifle avant de regretter son geste, mettant sa colère sur le dos du Teikoku Kagekidan mais la gamine ne lui pardonne pas. L'oyabun fait alors venir son second et tout son clan avec son otage Sakura. Celle-ci, impuissante, ne peut rien faire et l'Oyabun se penche sur elle pour se moquer. Mais Megumi, voyant l'une de ses stars devant elle, se jette sur la miko et, sans même s'en rendre compte, envoie valser son grand-père.
    Sakura, professionnelle en tout circonstance, est très heureuse de discuter avec une fan. Mais l'Oyabun ne l'entend pas de cette oreille et envoie Megumi dans sa chambre. La petite fille s'exécute, à regret. Une fois Megumi partit, le second du clan explique à l'Oyabun comment ils ont écrasé le Teikoku Kagekidan. Sakura se moque alors de lui vu que ça ne s'est pas véritablement passé ainsi et alors que le second s'apprête à gifler la miko, l'Oyabun l'arrête. On ne gifle pas les demoiselles !>_< (tout en jetant un petit oeil à sa main, lui qui a frappé Megumi) Le second continue alors son récit mais Sakura se moque de plus belle et cette fois-ci, le yakuza fonce sur elle pour la frapper. Sakura le réceptionne et l'envoie valser. L'Oyabun est impressionné. Sakura se présente à lui comme la guerrière qu'elle est. L'Oyabun fait alors preuve de clémence et lui dit qu'elle peut partir. D'abord surprise, Sakura passe la porte dans le calme, sous le regard dégouté du second. Celui-ci demande des explications à son boss mais l'Oyabun le repousse. Megumi est une fan de la troupe. S'il arrivait quelque chose à Sakura, elle ne lui pardonnerai jamais. Le clan ne comprend plus son chef mais celui-ci se dévoile alors. Maintenant que Sakura est partie, ils peuvent détruire le Teikoku Kagekidan. Jamais Megumi ne saura qu'ils en sont responsable. L'Oyabun rassemble alors son clan et entonne une chanson de méchant (que je n'ai pas trouvé).


    Sakura, qui retrouvé Peromucho et Ogami ainsi qu'Oyakata sont sur le chemin du retour, quand le yakuza explique à l'intendant combien il a été héroïque lors du sauvetage de la miko. Ogami et Sakura laisse dire. Puis vient le temps des adieux. Peromucho doit rejoindre les siens. Il sert les mains de Sakura, jette à peine un oeil vers Ogami puis éponge le front d'Oyakata qui lui tend la main avant de monter sur son cheval invisible pour partir vers le soleil couchant puis les trois amis reprennent la route vers le théatre.

    Acte 5 (ou le défi 1)

    Sumire et le metteur en scène boivent le thé ensemble, tout en parlant de Sakura. La conversation tourne mal et alors que la top star se lance des fleurs, son pauvre interlocuteur commet une bourde et se retrouve avec un oeil au beurre noir. Mais Sumire est de bonne nature, elle lui pardonne son insolence et tout deux quitte la salle en médisant de Sakura.

    Entrent alors Kanna, Ogami, Iris qui nous servent un petit numéro de jonglage (avec de petits plantages qui obligent les actrices à recommencer leur entrée deux fois...O_o) et Kohran qui s'occupe du petit Jean-Paul (mes avis que Kohran ne sait pas jongler, on lui a alors coller l'ourson en peluche dans les bras Laughing).


    Mais leur jeu ne dur qu'un petit temps, la Baragumi fait son entrée à son tour, destabilisant nos jongleur en herbe. Kohran mystifie alors tout le monde en faisant disparaitre les deux pauvres acteurs sous un drap par un véritable tour de passe-passe. Kanna, Ogami et Iris sont époustouflés (pourtant, Iris passe son temps à téléporter des trucs...). La Baragumi quand à elle, sort d'une trappe derrière les escaliers et s'en va d'un air méprisant.


    Kohran, tout en joie d'avoir réussi son tour, jubile, lorsque Kanna se moque d'elle en lui parlant de sa Sakura-bot qui n'a pas eu le même succès. Kohran s'effondre en larme mais Iris la console en lui rappelant la merveille technique que c'était. La chinoise retrouve vite son grand sourire.
    Sumire revient avec une boite de sucrerie (et le metteur en scène) et la pose sur la table. Alors que Kanna s'apprête à demander à Sumire si elle est responsable de l'intervention des médias, celle-ci réfute et alors que le metteur en scène s'apprête à ouvrir la bouche, la top star empoigne plein de papier d'emballage de sucrerie et lui enfourne dans la bouche puis, lançant une dernière tirade qui empèche la karateka d'en placer une, s'éloigne dans un rire tonitruant.


    Sumire partie, tout le monde se pose et commence à parler de la pièce, puis des anciens succès. Ai Yueni, avec Sakura et Maria, Tsubasa, avec Kohran et Iris puis Benitokage, avec Kanna et Sumire et maintenant Arabia no Bara, avec Reni et Orihime. Toutes les actrices ont leur heure de gloire. Soudain, le réalisateur devient fou. En parlant de casting, le metteur en scène pête les plomb. Il manque plein de figurants et il doit chercher des gens. Embarquant Ogami avec lui, il laisse les filles médusées... sauf Iris qui se jette sur les sucreries pour s'empiffrer, bientôt rejointe par Kanna et Kohran. Et là, surprise, ce sont de toutes petites bananes, à peine digne de l'intérêt de la gourmande karateka mais qui font largement l'affaire pour la petite Française et la Chinoise.


    Soudain, Iris réalise... toutes les actrices ont eu leur heure de gloire sauf... la Baragumi et "grande soeur" Kaede. Qu'a ne cela tienne. Des bananes, la Baragumi, Kaede, Kanna mixe le tout dans son esprit et donne Anata no Oki ni Iri, sur l'air de Watashi no Oki ni Iri, l'ouverture de Arabia no Bara.
    http://www.youtube.com/watch?v=p1oooDDBNrs

    En pleine hillarité, les filles sont interrompue par l'intrusion des yakuzas dans le théatre. Sous le coup de la surprise, Iris est effrayée et Korhan la protège comme elle peut. Kanna lance alors un défi au chef du petit groupe. Elle organise un combat entre le Teikoku Kagekidan Hanagumi et le clan de Yakuza pour ce soir, près de la Sumida. Les Yakuza acceptent et partent. Kohran et Iris s'en vont elles aussi pour se préparer au combat (l'une va préparer le matos, l'autre rameuter tout le monde), sous le regard amusé de Kanna (les filles passent leur temps à se battre contre des démons... alors des Yakuza...) qui se remet à jongler.



    Acte 6 (ou le défi 2)

    Dans les coulisses du théatre, les trois actrices principales de la pièce de ce soir se préparent lorsque Sakura rentre.


    Toutes les filles sont heureuses de la revoir et tandis que Sakura s'excuse pour le soucis qu'elle leur à causer, Orihime lui narre ce qu'il s'est passé en son absence, notamment le Sakura-bot... et le fait que la Baragumi soit intervenu auprès de Kaede pour récupérer les premiers rôles, étant donné que le kidnapping de la starlette a faillit remettre le spectacle en question.


    Horrifiées par l'idée de la tragédie que ça aurait été, les filles sont interrompues par l'arrivée d'Iris qui les prévient du défi.

    -Zyva minna san, on va se taper avec des keum !!!
    De son côté, Peromucho fait son rapport au boss et à Nishimura, les combats que ça a été, Sakura qui a du user de son attaque fatale, le Haja Keinsei Ôka Hôshin. Impressionner, le gang l'applaudit puis le bat pour ses mensonges.


    Acte 7 (boss de fin de niveau)

    L'oyabun attend en compagnie de ses hommes l'arrivée du Teikoku Kagekidan mais elles sont en retard (ah... les nanas...-_-).
    Alors qu'il s'apprête à faire route vers le théatre, un énorme bruit, celui d'une armée en marche, se fait entendre et le Hanagumi apparait, prèt à en découdre.


    Mais les Yakuza, dans un premier temps impressionnés, reprennent vite du poil de la bête et tentent de les encercler mais Sumire, armée d'un bô, s'occupe de les disperser. Reprennant alors son flingue, le vil "second" menace les filles mais Maria, dégainant à la vitesse de l'éclair le désarme d'un tir. Le combat commence. Kanna et Sumire s'amuse avec leurs pauvres proies, Reni, d'une efficacité remarquable, apprend le karate à un pauvre yakuza.


    Quand à Sakura... malgré le fait qu'elle élimine les yakuza les uns après les autres, la miko est très vite débordée par tout le gang qui se jette en masse sur elle. Iris, voyant sa "grande soeur" menacée, s'ennerve... et met tout le monde à terre, ennemis comme alliées. Puis, reprennant son calme, s'éloigne du combat, poursuivie par tout le gang qui veut l'éliminer (Iris répugne à user de ses pouvoirs de manière aggressive, se rendant bien compte qu'entre elle et les démons qu'elle combat, la frontière est extrèmement mince).


    Son intervention a néanmoins permis à Sakura de reprendre de le contrôle de la situation face à ses assaillants et alors que ceux-ci retentent de la déborder, c'est maintenant face à une Sakura parfaitement concentrée qu'ils sont. Son épée de bois virevolte dans tout les sens et les Yakuza tombent comme des mouches tandis que les filles continuent à jouer avec leurs victimes (Orihime s'amusant même à rendre son arme à un Yakuza qu'elle venait de désarmer).



    Le second tombé face à Sakura, tout son clan maîtrisé par de simples actrices, Oyabun fulmine, sort son katana et s'apprête à se jeter dans la mêlée.
    "Grand-père !!!"
    Oyabun s'arrête et se retourne. Megumi est là, au côté de Kaede. Voyant son grand-père armée, Megumi sursaute et Kaede la prend dans ses bras. Honteux, le yakuza tente de cacher son arme alors que Kanna commence à lui faire la morale. Le "second" se relève et tente de remotiver son patron mais Kanna le fait terre d'un coup de pied puis Sumire l'achève d'un coup de bô alors qu'il tente de nouveau de se mettre debout.


    Se retournant vers Oyabun, les filles continuent de lui faire la morale (en parlant avec l'air le plus gentil possible genre c'est leur pôte, sauf Sumire qui l'engueule bien entendu... c'est bien la seule qui n'est pas faux-cul Laughing) puis lui propose d'arrêter de faire le mal juste une fois et pourquoi pas, de jouer dans la pièce, réglant ainsi le problème de figurants. Le vieux papy n'est que regret, jetant ses armes et mettant les genoux à terre. Megumi va l'embrasser et tout est bien qui finit bien dans le meilleur des mondes. Une tempête de pétale de cerisier conclue cette première partie.


    Musique de fin

    *Entracte*

    Partie 2

    Introduction
    Trois esprits entrent sur scène pour nous compter l'histoire d'un royaume, du tyran qui le gouverna et du prince hors-la-loi qui tenta de le renverser.
    Watashi no Oki ni Iri
    http://www.youtube.com/watch?v=y8qG6qafsgM

    Acte 1 (Révolution ta colère se déchaine...)

    Dans le bar de Shishia (?), la fête bat son plein. A l'extérieur, le peuple est écrasé mais les pauvres gens trouvent réconfort auprès de la jolie tenancière, qui n'a pas sa langue dans sa poche. Tellement pas qu'elle blesse un alcoolique dans son amour propre qui sort alors son couteau. Desire, membre dissident de la famille royale qui se cachait là, intervient et maîtrise le brigand d'un simple mouvement. Celui-ci panique. Desire le force à s'excuser avant de le laisser partir.


    Shishia, d'abord hilarde, fait la moue face à Desire qui n'agit pas alors que le peuple souffre. Qu'à ne cela tienne, Desire paye une tournée générale et l'ambiance revient mais alors que tout le monde loue Shishia, cette dernière est furieuse de voir le peuple préférer se noyer dans l'alcool tout en se laissant faire par le roi. Elle laisse exploser sa colère pour motiver les gens à résister.
    Iza tachi agare
    http://www.youtube.com/watch?v=sBr3OdFNRtYIza

    ... lorsque l'alcoolo revient accompagné de la milice. Ceux-ci tire sur Desire sans sommation mais Shishia s'interpose. Mortellement blessée, elle tombe au sol. La milice est contrainte de fuir devant la colère des témoins tandis que Desire se jette sur la jeune femme. Celle-ci, dans un dernier souffle, entonne son chant une ultime fois puis meurt.


    Les piliers de comptoir transporte le corps de la tenancière sur la table puis reprennent le chant révolutionnaire de Shishia. La révolution est prète à démarrer, ne manque plus qu'un leader... Desire, choqué, comme dans un autre monde, observe la scène qui s'estompe.



    Acte 2 (...en flot d'amour et en torrent de haine)
    Desire erre désormais dans le désert, ressassant sans cesse la scène, incapable de reprendre pied. C'est alors qu'une tempète de sable à lieu, contraignant Desire a se protéger sous sa cape, attendant que cela passe (ce qui donne une scène de danse vachement bien foutue où les grains de sable sont représentée par des danseuses qui virevoltent dans tout les sens dans une musique entêtante montrant à la fois le côté léger des grains mais aussi leur puissance quand ils sont tous réunis... dommage que je ne la trouve pas).






    Puis, la fureur du désert passée, le jeune prince se relève et laisse enfin s'exprimer sa tristesse, puis s'écroule.
    http://www.youtube.com/watch?v=xHv5JytHfxQ
    Une voix s'élève alors. Un esprit, la rose d'Arabie, se fait entendre à Desire. Aidée de sa cour, les trois esprits qui nous raconte l'histoire, la fleur de l'amour et des miracles entonne une chanson pour apaiser le prince détruit et le convaincre de retourner aider son peuple qui a besoin de lui.
    http://www.youtube.com/watch?v=Gp3Ny0JZY9w
    L'âme de Desire n'est plus meurtri. Le prince est prèt à se battre.

    En ville, le peuple envahit les rues, armes et drapeaux en main, alors qu'un hymne gronde. Desire en tête, tous entonne le chant de Shishia. Le sang va couler.



    Acte 3
    En attendant, au chateau, on est bien loin de ce genre de considération.
    Tandis que le calife consulte des documents, le vizir le pompe de tout côté d'une voix stridante, lui faisant des blagues loin d'être au gout du maître des lieux et de sa cour.


    Pourtant, le souverain finit par se laisser aller à une pointe d'humour. Mais alors que de jeunes fleuristes s'approchent de lui pour lui offrir des fleurs, il les repousse violemment, tandis que le vizir continue ses pitreries.


    C'est alors que deux gardes font irruption. Le peuple se révolte et envahit le palais.

    Alors que le vizir s'occupe de la résistance et s'apprète à partir à la tête d'une troupe au devant des révoltés, Desire, accompagné de ses alliés, rentre dans la salle du trône. Le combat est engagé puis s'exporte peu à peu dans les pièces avoisinante.


    Même le calife s'éclipse. Bientôt ne reste plus que le vizir et Desire. Le pauvre vizir, armé de son couteau, picotte Desire qui ne réagit même pas à ses assauts qui ne passe pas son armure. Puis, finissant par être agacé par les pitreries du clown, le prince se tourne vers lui et le menace de lui couper la tête pour les crimes qu'il a commis. Ce dernier se met à pleurer puis, simulant un mal de ventre, demande 4 minutes pour s'éclipser le temps de faire ses affaires puis revenir. Desire, se moquant royalement du vizir, le laisse partir tandis que la bataille revient dans la salle du trône. Tout comme le calife.


    Desire élimine les derniers gardes. Le combat entre les deux frères commence, largement dominer par le tyran.


    Néanmoins, le calife montre à Desire que diriger tout un peuple n'est pas chose aisé. Que sans lui le chaos règnera. Desire comprend alors que cette révolution ne sert pas le peuple, que lui-même ne sert pas le peuple mais uniquement sa vengeance. Il comprend qu'une nouvelle ère de paix ne peut naître de la haine mais uniquement de l'amour. Il exprime à son tour son point de vue, le fait que le calife n'agit que pour lui, ayant complètement oublier le peuple qu'il doit servir. Mais le souverain pense que ce dernier ne désire que sa place, qu'il souhaite devenir calife à la place du calife. Desire se rend compte qu'ils sont dans une impasse. Dans un combat, il a toute les chances de perdre mais même dans le cas où il gagnerait, il aurait le sang de son frère sur les mains, sa régence serait maudite. Jetant son arme à terre, il se jette sur l'épée du calife et s'embroche sur la lame. Le temps semble se ralentir tandis que l'hymne de Shihsia se fait de nouveau entendre. Les révoltés ont conquis le palais, emportant toute les richesses avec eux, vidant peu à peu la salle du trône. Le calife, lui, ne bouge plus.


    Desire se retire de l'épée et s'écroule. En larme devant le corps meurtri de son frère, le calife demande de l'aide, mais personne ne l'écoute. Desire, agonisant, le somme une dernière fois d'ouvrir son coeur, de servir le peuple et non pas de le réduire en esclavage. Puis, accompagné de son frère, le prince chante sa dernière chanson qu'il laissera le calife conclure.
    http://www.youtube.com/watch?v=d3HH0ptjdLs

    Devant le cadavre de son frère, le souverain semble paralysé lorsqu'une voix se fait entendre. La rose d'Arabie, la fleur de l'amour et des miracles. S'il peut l'entendre, celà veut dire que son coeur s'est ouvert, qu'il peut maintenant mener son peuple vers une ère sans oppression car suffisamment de larmes ont coulé. Et si cela se peut, alors le miracle peut s'accomplir. Rendant les derniers hommages à son frère, le calife recule.


    La rose jete alors un peu de rosée sur le corps du prince... qui se réveille. Son idéal ayant survécu, alors il vivra aussi. Devant le miracle, le calife annonce ses nouvelles directives. Les deux frères opposés gouverneront désormais ensemble, alliant ainsi force et raison. Une ère de bonheur s'annonce et la rose qui n'était qu'un bouton fleurit enfin.


    Le final s'engage... avec une surprise.
    http://www.youtube.com/watch?v=nrYyDFxY5dw&feature=related

    The End


    Et en bonus : http://www.youtube.com/watch?v=6XIqD0K49fE
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 35
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Ju le Lun 12 Sep - 15:58

    Pfouuu. Y a du boulot, merci Wink

    C'est quand même quelque chose à voir...
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Baxter le Sam 24 Déc - 21:51

    Aller, puisque c'est dans le ton :

    http://www.youtube.com/watch?v=FVsB4LlPgTg

    Joyeux noël ^^
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Baxter le Dim 24 Mar - 20:26

    Toutes mes photos ont disparu. Sad

    Bon, puisque par chez moi, tout le monde me parle de la "comédie" musicale des Misérables, bah moi aussi ! Razz



    Avec Javel (Fujizaki Yuriko), un flic qui désinfecte les rues de Paris !Very Happy (non parce que bon, la scarlatine, les angines et Fantine, ça va bien, hein ?>_<)

    Et pis hop ! Le reste parce que voila...

    Jean Valjean (Urara Takano) qui assiste aux derniers instants de Fantine (Chisa Yokoyama) : http://www.youtube.com/watch?v=koplUJWXy6U

    Les vilains Thénardier (incarnés par et Soletta) qui profite de l'argent de Valjean et de Cosette :
    http://www.youtube.com/watch?v=cTtUuxlg79I

    Cosette (Nishihara Kumiko) qui vit le grand amour avec son prince (Kazue Ikura) : http://www.youtube.com/watch?v=BaCGk70v74k

    Jean Valjean a rempli sa mission et peut partir l'esprit en paix : http://www.youtube.com/watch?v=l8a1ynBuVOw

    Et juste for fun : http://www.youtube.com/watch?v=gIdoKnwrIv0
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 35
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Ju le Dim 24 Mar - 21:28

    Hum.

    Je ne risque pas d'aller voir un jour donc merci pour cet aperçu sur écran ^^
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Sunderland le Lun 25 Mar - 7:32

    C'est spécial quand même. Y'a de quoi être dépaysé. Carrément un monde différent. Des extra terrestres qu'auraient repris une œuvre française à leur propre sauce.

    Rien que leur langage est wth, je pensais en quelque sorte qu'ils gardaient pour les animes cette manière d'intoner à la "Moué yOUn go sa ta NAHHH"... quoique dans cette horreur de Frankeinstein Girl vs Vampire Girl c'était assez similaire, mais c'est sûrement une très mauvaise représentation du cinéma japonais ça.
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Baxter le Lun 25 Mar - 18:08

    Bah c'est du théatre, donc, c'est surjoué, de suite. Même en France, le jeu des acteurs de théâtre est assez particulier. Normal, ils accentuent tout pour que ceux qui sont loin puissent comprendre ce qu'il se passe (voir même que ceux qui pigent que dalle en jap puisse quand même comprendre l'idée Very Happy).

    Ensuite, il faut voir qu'à l'origine, Sakura Taisen est un jeu vidéo avec une architecture semblable à celle d'une série animée, et qui a même donnée une série animée ainsi que 6 séries d'OAV et 1 film d'animation (les actrices sont donc des seiyus, des actrices de doublages), où l'on suit les aventures d'une troupe de l'armée japonaise, qui combat le mal aussi bien sur le terrain que sur les planches d'un théatre, luttant contre leurs propres démons, faisant écho à la légende d'Amaterasu, la déesse solaire, qui plongea le monde dans les ténèbres après s'être fait violenter par son frère et qui lui redonna ses couleurs grâce la danse d'Ame no Uzume, la déesse du rire et du spectacle. Donc, en fait, que ce soit dans les jeux ou dans les animes qui ont suivi, on voit les filles qui, entre deux batailles, s'entraînent pour des spectacles, mais sans jamais vraiment les voir, mis à part quelques bribes. Donc, c'est en gros ce qu'elles nous présentent en live, les comédies musicales qu'elles sont sensées faire dans les jeux (ensuite, le spécial "Misérables" est surtout un gros délire. Elles n'ont même pas de costumes spécialement dédié, portant les tenues de leurs personnages d'anime). Elles incarnent donc sur scènes des personnages d'anime qui incarnent eux-même des personnages de la littérature de tout horizon (japonaise, chinoise, française, arabe, allemande, anglaise, etc...). Donc en effet, elle garde leurs intonations d'anime vu qu'elles jouent des personnages d'anime.

    Sinon, pour Dracula Girl vs Frankenstein Girl, c'est du manga live. Le surjeu des nippons me choque pas trop, ça va bien avec le style complètement WTF du genre. Vachement moins avec celui des films plus sérieux où c'est pas toujours si différent (et là, quand c'est le cas, c'est juste atroce. Tu sais pas si tu dois pleurer parce que l'histoire est larmoyante, ou rire à cause du jeu japonais)
    avatar
    Sunderland
    Citoyen

    Messages : 430
    Date d'inscription : 08/11/2012

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Sunderland le Mar 26 Mar - 22:56

    A chaque fois que je suis allé au théâtre ça ne me semblait pas aussi surjoué que ça. Mais langue japonaise doit y être pour beaucoup. Les intonations sont vraiment nombreuses. Et au final ce n'est pas si accentué que ça si on prend en compte le fait qu'ils incarnent des persos de jeux vidéo / anime qui eux même sont sensé du théâtre.
    Plutôt mignon à côté de Vampire (pas Dracula :p) Girl vs Frankenstein Girl.
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Baxter le Mar 26 Mar - 23:08


    Contenu sponsorisé

    Re: Les comédies musicales et autres performances lives de la japanimation

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 20:58