Pop-culture, sujets en vrac et tiramisus


    [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Partagez
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Dim 24 Juil - 10:51


    Deux conceptions de la justice diamétralement opposées! Le
    numéro 10 de la première série du Punisher est la première partie d'un
    cross-over. ce numéro, vu du point de vue du justicier à tête de mort,
    le voit traquer un empoisonneur que veut sauver Daredevil pour le livrer
    à la justice.


    (pour ceux qui se le demandent, la citation du titre est de Simon
    Wiesenthal, chasseur de nazis aujourd'hui décédé qui consacra sa vie à
    rechercher les criminels de guerre en fuite pour les livrer à la
    justice. Un centre basé aux aux Etats-Unis poursuit aujourd'hui sa
    mission de traque à travers le monde)

    Je rajoute à la fin de cet article que certains ont déjà lu un topo explicatif sur les deux meilleures époques du Punisher et notamment le run (ensemble d'épisodes) de Mike Baron dans les années 80.

    Pourquoi mêler ces deux super-héros dans le même topic? Eh bien, tout
    simplement parce que Frank Miller, auteur qui a métamorphosé le destin
    de Daredevil en l'ancrant dans une réalité sombre et violente, a su
    reconnaître dans l'affrontement de ces deux justiciers la bataille entre
    la vengeance et la justice.


    Le Punisher est contemporain de Dirty Harry et du justicier dans la
    ville. Il préfigure la vague de Rambo et des personnages d'anciens
    soldats déboussolés qui luttent contre leur santé mentale vacillante et
    leurs valeurs morales perdues en appliquant leurs méthodes de guerre en
    milieu urbain
    .




    Au départ, en effet, le Punisher (i.e "le punisseur") est un ennemi de Spider-man. Lors de sa première apparition dans The amazing Spider-​man #129 de février 1974,il est engagé par un ennemi du tisseur, le chacal, pour l'éliminer.

    Rien ne se passe comme prévu et le Punisher, vaincu, comprend que le
    chacal lui a menti en présentant le super-héros comme un criminel. A
    partir de ce moment, ces deux-là seront des alliés contre-nature,
    Spider-man désapprouvant les méthodes expéditives du vigilant mais n'y
    faisant pas grand chose, acceptant son aide dans certains cas.


    Le Punisher démantèle un réseau d'esclavage moderne mené par des
    criminels de guerre serbes, qui force de jeunes femmes à se prostituer.
    Une des meilleures aventures du Punisher, par son terrible réalisme.


    En effet, le Punisher est presque l'antithèse du super-héros noble et non tueur.
    Flic, ancien militaire pendant la guerre du Viet-nam, Frank Castle
    emmène un jour sa famille pique-niquer à Central Park. Malheureusement
    pour lui, ils sont témoins d'un meurtre orchestré par des mafieux qui,
    pour ne pas avoir de témoins, liquident femme et enfants.
    Traumatisé, Castle pète un câble et se fixe un objectif inhumain: tuer
    tous les criminels qu'il croise et traquer les plus dangereux.



    Le punisher évolue dans un monde réaliste et s'attaque à tous les
    problèmes de la société américaine, y compris le terrorisme à l'aide de
    bombes sales. J'adore cette couv'!



    Castle a des opinions très à droite et prône une justice personnelle et
    expéditive, façon Charles Bronson "justicier dans la ville", dont il est
    contemporain. Le Punisher ne croit pas en la rédemption et en la
    réforme des criminels. Pour lui, tout criminel ne mérite que la mort
    afin de l'empêcher de récidiver. Le Punisher est pour moi l'un des
    archétypes les plus parfaits de ce que serait un super-héros IRL.
    Comment un super-heros pourrait il exister si ce n'est en étant barge?


    Le punisher a des méthodes ultra expéditives

    Un jour où il est particulièrement inspiré, donc, Frank Miller le dresse
    contre un autre justicier urbain, Daredevil (jeu de mots intraduisible:
    "Daredevil" signifie "casse-cou", littéralement "celui qui provoque le
    diable").


    Première apparition de DD dans son costume jaune et noir hideux. Heureusement, il virera bien vite au rouge intégral

    Crée en avril 1964, DD (ou "tête à cornes", deux de ses surnoms) est un
    justicier urbain particulièrement original puisqu'il est...aveugle!
    Elevé dans la misère par un père boxeur qui lui enseigne la valeur du
    travail et de l'élévation sociale par le mérite, Matt Murdock n'a jamais
    connu sa mère. Un jour, il sauve un homme aveugle qui allait se faire
    écraser par un camion rempli de déchets radioactifs. Il en ressort
    lui-même à cause d'un déchet qui atteint ses yeux.
    Il découvre peu à peu que sa cécité est accompagnée d'une exceptionnelle
    acuité de ses autres sens. Le super-héros peut "voir" les contours de
    ses interlocuteurs et de son environnement grâce à son sens radar,
    semblable aux sonars qu'utilisent les chauve-souris. Son odorat est
    digne d'un chien renifleur et son ouie lui permet de percevoir des sons
    infimes, y compris détecter les battements du coeur typiques des gens
    quand ils mentent. Son père meurt assassiné lors d'un match de boxe
    truqué durant lequel il refuse de se coucher, pour être fidèle aux
    idéaux qu'il a inculqués chaque jour à son fils. Murdock se voue dès ce
    jour à combattre le crime.


    Avocat humaniste qui ne défend que des victimes faibles, sans le sou et
    dans leur bon droit, Matt Murdock est Daredevil, réparant dans
    l'illégalité la nuit ce qu'il ne peut défaire en tant qu'avocat le jour.

    C'est un personnage social, qui croit profondément dans le système de
    justice américain, qui définit selon lui une société civilisée. Autant
    dire que le Punisher incarne tout ce qu'il déteste!


    Typhoid Mary est mon personnage féminin préféré de l'univers Marvel:
    Féministe meurtrière et schizophrène, ce personnage brisera totalement
    Daredevil.


    Dès le moment de leur rencontre, et malgré la bonne volonté initiale du
    Punisher à son encontre, DD refuse en bloc celui qu'il considère comme
    un criminel pire que ceux qu'il combat. Contrairement à ce mou de
    Spiderman, Daredevil n'hésite pas à mettre en taule dès qu'il le peut le
    vigilant urbain. Quitte, et c'est ce qui rend l'opposition entre ces
    deux persos passionnante, à renier brièvement ses principes. Ainsi, lors
    de la première confrontation, DD met hors de combat le punisher
    en...lui tirant une balle dans le bide! DD est pourtant un justicier qui
    n'utilise JAMAIS d'armes à feu. Le fait qu'il en ait exceptionnellement
    employé une dans cet épisode donne une idée de la répulsion que lui
    inspire Frank Castle. Il se sert exclusivement d'une canne d'aveugle
    qu'il peut modifier à l'envi en deux bâtons assez courts (type
    matraque) et en lasso, pour se balancer de building en building.


    Deuxième partie du cross-over qui voit l'affrontement de DD et du
    Punisher pour la vie d'un empoisonneur, cette fois vu du point de vue de
    Tête à cornes.



    Ce que j'adore chez Daredevil, c'est le côté "Spider-man adulte". DD est
    un perso qui en a méchamment bavé et a pourtant vécu pour ses idéaux
    jusqu'à l'âge adulte. Daredevil est aussi connu pour être le bourreau
    des coeurs de l'univers marvel, à égalité avec Iron man: elles craquent
    toutes!


    Dans Born again, pur chef d'oeuvre, le caïd apprend l'identité
    de Daredevil, son ennemi juré, et va l'envoyer au fond du gouffre en
    brisant sa vie d'avocat. Murdock, clochardisé, apprendra la vérité sur
    sa mère.


    Il est aussi connu pour être le caliméro de l'univers marvel. ses idéaux
    extrêmement élevés sont particulièrement mis à mal par sa rivalité avec
    le caïd du crime (Kingpin, le roi de la pègre, un ancien ennemi de
    Spiderman que Frank Miller à récupéré à son compte). Epris de justice,
    ce combattant maîtrisant plusieurs arts martiaux se préoccupe beaucoup
    de "paix sociale", protégeant de manière visible le quartier populaire
    new yorkais de Hell's kitchen. parlant avec les habitants et étant en
    permanence à leur écoute, y compris en tant que l'avocat des pauvres
    Matt Murdock, il est clairement "M. police de proximité".


    Le tireur (Bullseye, "centre de la cible") est un mercenaire serial
    killer ultra dangereux et ennemi juré de Daredevil. Au service du Caïd,
    ce fou à le puissant pouvoir de rendre mortel absolument tout objet
    qu'il lance. Même un stylo ou un disque est mortel entre ses mains!


    Ce que j'adore chez le Punisher, c'est son côté "M. police sécuritaire".
    Personnage presque dépressif et haineux, je le considère comme fou par
    le but inhumain qu'il s'est fixé. Il est l'incarnation de la pulsion de
    vengeance et de justice expéditive qui est toujours dans le "tradition"
    américaine (dans laquelle l'Etat est vu comme un oppresseur potentiel de
    l'honnête citoyen, menaçant sa liberté). Pour autant, les actions du
    Punisher ne sont pas inutiles. Dans l'univers Marvel, il est redouté
    comme la peste par les mafieux, dont il est le prédateur quasi exclusif.
    Moins puissant en termes de force physique comme d'aptitudes martiales
    que DD, il doit souvent se cantonner aux adversaires "normaux" et se
    mêle assez peu aux autres super-héros. Il adule Captain America qui,
    comme la majorité des super-héros, réprouve ses méthodes.

    Ces deux personnages comptent parmi mes préférés de l'univers Marvel.



    Malgré ses pouvoirs assez limités, DD a fréquemment vaincu des
    personnages bien plus puissants que lui, comme le robot génocidaire
    Ultron V

    Les hauts et les bas du Punisher :Ce que j'ai toujours adoré avec cet anti-héros (et encore, selon
    moi, c'est un héros, je vais expliquer pourquoi), c'est qu'il est moralement
    ambigu.
    Je le vois comme un anarchiste de droite, à la lisière du fascisme, certes, mais seulement à la lisière.

    Dans les années 70, c'est un bourrin qui ne fait pas de détail et se heurte fréquemment aux super-héros traditionnels, notamment Spider-man.

    Dans les années 80, sous l'égide de Mike Baron, c'est une espèce de super citoyen auto appointé
    justicier vengeant le peuple. Il est accompagné de Micro, un ingénieur
    méga doué dont le fils a été tué par un gang et les deux se font
    justice. Le Punisher s'attaque aux super villains, aux chefs de réseaux
    de speed (des groupes façon Hell's angels) en les infiltrant. Il tue
    bien sûr la mafia classique (surtout des Italiens à l'époque) mais aussi
    les criminels en col blanc qui détournent l'argent des impôts en se
    servant sur les budgets militaires d'un sous-marin de pointe.


    La 2ème mouture de l'exo armure du Punisher!
    http://www.marvunapp.com/Appendix/punexoarmor.htm

    C'est ça que j'adore avec cette époque. Frank se balade aux quatre coins
    du monde et il sait aussi bien piloter un avion de chasse qu'un
    jet-pack! Il a même sa propre armure qui durera 3 numéros avant d'être
    détruite par deux fois. On dirait un Batman avec moins de pognon et en
    plus violent.


    Mort au Caïd! Wilce Portaccio est mon dessinateur préféré de la période.

    Les petits trafiquants, il s'en fout. Il faut dire qu'il est bourrin
    mais garde un aspect héroique en ne tuant que les êtres vraiment
    dangereux (psychopathes, serial killers, chefs de réseaux et autres),
    étant capable de reconnaitre les brebis égarées. Bon, il en faut pas
    beaucoup pour être sur sa liste mais par exemple, il ne supporte pas
    qu'on fasse du mal aux femmes et déteste tirer dessus.
    Sa principale différence avec le fascisme est qu'il n'est ni raciste, ni
    pour un ordre absolu. il veut juste protéger les citoyens et se venger. Le personnage de Baron joue sur les ambiguités du sytème judiciaire, car il fait un travail que "personne ne veut ou ne peut faire", combat les failles du système judiciaire américain face aux pires crapules inattaquables.


    Même la marine et les hommes d'affaire véreux ne lui font pas peur...

    Il est amusant de constater que le plus violent et haineux des personnages "gentils" marvel est celui qui n'a pas de pouvoirs, comme un garde-fou afin que la propagation de ses idées ou de ses actions soit limitées. Amusant, non?
    Le Punisher de Baron n'est pas aussi connu que sa contrepartie Ennis, 20 ans plus tard. Il a beau se balader sans masque, peu de gens le reconnaissent (il n'est que l'une des centaines de victimes de la violence journalière et son action est somme toute peu visible), ce qui lui permet d'inflitrer façon James Bond diverses organisations liées à la drogue pour les détruire de l'intérieur.


    Comment vaincre des cyborgs ayant battu les X men?

    Le run de Baron nous montre un personnage somme toute peu puissant mais déterminé, sans une once d'humour ou de cynisme. Il tue "pour le bien de la société" et parceque la fin justifie le moyens selon lui.
    Il tue par haine et par conviction mais "dans le feu de l'action". Souvent, il a une cible unique et ne fait que se défendre. Quand on voit le monde dans lequel il évolue, il fait plus penser à un policier d'élite (sans mandat judiciaire) qu'au serial killer d'Ennis.
    Physiquement, il fait plus jeune, genre fin de la trentaine à tout casser.

    Dans une série d'épisodes, Frank se fait passer pour un prof afin d'identifier les mebres d'un réseau de distribution de crack. Il finira par déclarer la guerre au caïd du crime, Wilson Fisk, le puissant ennemi de Daredevil, afin de faire s'écrouler le crime new yorkais dans un raid meurtrier, surtout pour les alliés qu'il s'est choisi. La morale de l'histoire? Ses actions sont connues des sous-fifres du caïd qui commencent à mettre les rues à feu et à sang pour savoir qui va le remplacer. frank décide d'abandonner son action et de la considérer comme un mal nécessaire. Le seul survivant de son équipe décide d'abandonner le self defense. Bref, Baron est plus subtil qu'on croit de prime abord et c'est ce qui fait la force de ses scénariis extremement variés (chasse à l'ame secrète nazie au pôle, combat contre Fatalis qui a fait le pari avec le caïd d'éliminer Castle à sa place, combat idéologique et physique contre Daredevil, traque d'un serial killer de chauffeurs de taxis, infiltration d'une base de l'US air force qui soutient les contras du Nicaragua, offensive contre les reavers, chasseurs de mutants génocidaires dont Micro a par malheur chatouillé de trop près la base de données australienne, traque d'un trafiquant brésilien dans son repaire dans la jungle... You name it, you have it!


    Car by Porsche, suit by Blase, face by Punisher! Jigsaw (le puzzle) est l'ennemi le plus ininteressant du Punisher et le eseul à survivre à toutes ses rencontres avec le justicier.

    J'adule la période Baron, qui change de dessinateurs comme de chemise afin de coller au mieux à l'ambiance réaliste ou super-héroique de son récit du moment.

    Ces épisodes sont facilement trouvables en intégrale noir et blanc anglaise dans les gros bottins "essential Punisher" 2 à 3, en attendant le 4.

    La version Garth Ennis des années 2000 est plus violente et le
    personnage est clairement présenté comme un serial killer de criminels
    (mais il protège toujours les innocents et ne s'attaque pas aux flics).
    Il le dépeint comme un individu plus âgé, proche de la 50aine et qui
    n'est là que pour tuer des gens. Il s'avère que c'est tombé sur les
    criminels, mais ça aurait pu être une autre population. Le personnage
    est vraiment sombre et désabusé au delà de tout.
    Dans sa première période, Ennis présente des histoires violentes mais bouffonnes, avec un Punisher au sens de l'humour glaçant et des mafieux italiens débiles et super violents. Les histoires bourrées d'humour noir sont drôlissimes mais Ennis, au contraire de Baron, ne laisse aucune ambiguité et fait de Castle un fou.

    Dans sa deuxième période (époque Marvel Max), Ennis laisse l'humour de côté et envoie son Punisher dans des histoires méga réalistes aux prises avec les mafias actuelles (russe et italienne, surtout).
    C'est d'un glauque achevé et déconseillé aux moins de 16 ans. dans la meilleure de ces histoires, le Punisher lutte contre un réseau de prostituées roumaines tenu par d'anciens criminels de la guerre des Balkans qui se sont installés aux USA. C'est l'histoire du Punisher la plus réaliste jamais écrite et c'est proprement terrifiant, surtout quand on sait que c'est un drame réel.


    Les ennemis les plus haissables jamais crées!

    La série a été reprise par d'excellents scénaristes (Remender et bientôt Rucka) qui sont revenus aux sources du perso par Baron en intégrant des éléments du run d'Ennis.
    J'attends avec impatience les épisodes de Rucka, auteur à succès de romans policiers.


    Le dessinateur Olivetti, suite à ce qu'a dessiné le comparse d'Ennis, Dillon et surtout le dessinateur Goran Parlov, fait du Punisher une force de la nature.


    Un perso à suivre, quoi.
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Ju le Dim 24 Juil - 11:56

    Intéressant. Encore une fois je ne connais le Punisher que par la saga Civil War où l'on voit bien son côté "no mercy for the villains" quand il abat de sang-froid plusieurs criminels (Spiderman ne s'en plaindra pas cette fois là...).
    Dardevil je ne connais pas bien du tout hormis le fait qu'il est aveugle. Il faut dire que le film centré sur lui est... ahum.


    Sinon je constate que chaque perso dont tu parles reste ton "préféré de l'univers Marvel" Laughing
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Dim 24 Juil - 12:22

    Même pas vrai. bounce

    Man-thing: perso favori tous univers confondus
    Punisher: anti-héros favori
    Hulk: monstre favori
    Venom: méchant bourrin favori
    Fatalis: méchant favori
    Captain America; super héros favori

    J'en rajoute à ma demonstration ou ça va?
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Ju le Dim 24 Juil - 12:52

    Mauvaise foi m'a tuer.
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Mer 19 Oct - 18:56

    Et si la famille du Punisher avait été tuée au cours d'un combat de super-héros?


    Et en avant pour la boucherie!!!

    Vous imaginez la boucherie? Garth Ennis, pour le premier scénario qu'il a pondu dans ce volume de l'alterniverse (logo affilié aux univers What if de l'éditeur), bien avant qu'il devienne pendant 10 ans le second meilleur scénariste du célèbre anti-héros y'a répondu!


    Un jour à central Park, la famille de Frank Castle est tuée au cours d'une escarmouche entre l'ensemble des héros Marvel et des skrulls et Brood renégats (deux des races extraterrestres les plus malveillantes de l'univers Marvel).
    Déjà on sent que Garth Ennis n'aime pas les héros (comme il le prouvera ensuite durant la série du Punisher puis the boys chez Dynamite) car si Daredevil s'emporte contre ces victimes innocentes, Cyclope les justifie et s'en offusque à peine, tout comme Captain America, étrangement hagard.
    Au nom des héros, Cyclope présente ses condoléances à Castle, alors simple soldat qui...lui loge une balle en pleine tête!


    Blam!

    Le punisher entreprend ensuite de descendre l'ensemble des héros présents et abat Kitty Pryde (Shadowcat) loupant les autres. Il est jugé responsable de ses actes par un tribunal, est défendu par Matt Murdock (identité civile de Daredevil) qui lui obtient la peine de prison à perpétuité eût égard à ses excellents états de service pendant la guerre du Viet-nam et à sa douleur de veuf.

    Là, il est sorti de prison par d'étranges et richissimes bienfaiteurs qui ont formé une alliance et l'embauchent pour tuer tous les super-héros et super criminels de la terre! Leur motif est la vengeance et le fait qu'ils considèrent que les héros sont au dessus des lois et ne répondent jamais de leurs actes, s'excusant à peine pour les pertes humaines (totalement faux, mais c'est du Garth Ennis dans le texte. Ce type les hait). L'un s'est fait rouler dessus par le Ghost Rider, un autre s'est fait projeter la torche humainepar Fatalis dans la tronche...

    Frank va donc s'attaquer à une longue traque des héros et des criminels et descend d'abord Venom et spider-man en les sonnant à l'aide d'un filet électrique.

    A Spider-man qui lui demande: "pourquoi moi?", le Punisher lui répond "parce qu'il faut bien commencer par quelqu'un?".



    C'est ensuite parti pour des centaines de tueries atroces, le Punisher faisant flèche de tout bois pour abattre ses puissants ennemis, utilisant diverses armes (marteau, disques paralysants, bombe atomique...) pour les rayer de la carte.

    Le docteur Fatalis, les X men, les vengeurs...
    Tout le monde va y passer, jusqu'à ce qu'il en reste un seul, Daredevil...


    Ce one shot est du pur génie. Il a le mérite de montrer toute la folie du personnage, qui reporte sa haine meurtrière contre n'importe quel groupe qu'il juge responsable de son état, ici, les surhommes.

    Il montre un homme lucide et méthodique, meurtrier surentraîné et patient, du grand Punisher.
    La fin est juste géniale et parfaite. ça ne pouvait se terminer autrement.


    Cap passe pour un demeuré sous la plume d'Ennis...

    Une des meilleures BD que j'ai lues sur le personnage, qui explique pourquoi c'est un de mes favoris.
    Vous pouvez la lire en Français dans la grosse anthologie "The Punisher Omnibus", un volume de 1078 pages (!!!) qui reprend l'intégralité de la première série du Punisher par Ennis et Dillon, qui est une grosse tuerie (c'est le cas de le dire) elle aussi et un des meilleurs "runs" jamais faits sur le perso.
    75 euros, c'est pas cher pour une oeuvre de cette qualité, pleine de bruit, de fureur, d'humour noir corsé et de mépris des super-héros (Daredevil, Spider-man et surtout Wolverine passent vraiment pour des gros blaireaux).
    C'est la version française de la version US et la seule manière de se procurer facilement ce bijou.


    \o/
    avatar
    Ju
    Production I.G.

    Féminin Balance Messages : 2321
    Date d'inscription : 10/07/2011
    Age : 34
    Localisation : Plus à gauche, plus haut, plus bas. Voilà.

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Ju le Mer 19 Oct - 20:00

    J'avoue que je lirais bien par curiosité. Voir les héros habituels mourir ça doit donner des sensations sympathiques à la lecture, comme avec les Marvel Zombies.

    Par contre je ne vois la chose dans ma bibliothèque ^^
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Dim 27 Nov - 19:00



    Punisher the end, c'est le deuxième opus de cette collection (après Hulk le dernier des titans, cf topic) à imaginer la dernière aventure possible d'un héros Marvel.



    Cette fois-ci, nous retrouvons Frank Castle sous le trait cradingue (couleurs employées: marron, jaune, couleurs délavés dégueu...) et détaillé de Richard Corben, parfait pour nous décrire l'apocalypse nucléaire qui a touché le monde pendant l'enferment à très long terme dans une cellule de sécurité maximale à Sing sing. Agé d'une bonne soixantaine d'années, papy Castle, avec un compagnon de cellule sympathique, brave les radiations pour remplir une dernière mission. Mais que peut il rester à venger quand 95% de l'humanité à été réduite en cendres? Y'a il encore des criminels?

    C'est ce que vous découvrirez dans cet album génialissime (une des meilleures aventures de Castle) qui vous montre une apocalypse comme vous en avez rarement vues. Attention, c'est d'un désespoir achevé. C'est sombre, c'est glauque, et à côté, le Hulk the end est empli d'optimisme. Un album traduit par Panini (Punisher: la fin) indispensable à toutes les bibliothèques. Un chef d'oeuvre noir qui ne laisse pas indemne, porté par des dialogues et des dessins parfaitement calibrés. Un road movie désespéré extraordinaire.



    Une merveille! La fin (les toutes dernières pages, particulièrement parfaites) nous montre toute la folie du personnage.


    avatar
    Prok'
    Wanderer

    Balance Messages : 986
    Date d'inscription : 18/07/2011
    Age : 31

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Prok' le Lun 28 Nov - 15:41

    Punisher c'est à lire, mais juste les Max de Ennis, de Ma Gnucci jusqu'aux esclavagistes qui est vraiment bien écrite effectivement.

    Les deux derniers tomes en date (l'histoire du Caïd, l'introduction de Bullseye sous un angle tout à fait inédit) sont assez excellents. Punisher c'est vraiment chouette pour le coté humour noir et réaliste mais y'a des tomes qui sont justes très très moyens, faut savoir quoi piocher.

    Daredevil quand à lui, est très baigné dans les histoires de rédemption. Y'a qu'à lire la mort de Mysterio (meilleur tome de Daredevil imho) pour saisir toute l'ampleur du personnage, y'a quelque chose de très convaincant en lui, on adhère ou pas.

    Enfin tfaçon. Deadpool > tout le monde. Very Happy
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Lun 28 Nov - 17:18

    Prokos, lis les Punisher de Mike Baron en collection essential (en attendant une version couleur).
    http://www.amazon.com/Essential-Punisher-Vol-Mike-Baron/dp/0785127348

    Il n'y a certes pas d'humour, mais c'est une des deux meilleures versions du Punisher selon moi. Et c'est oublié à tort.
    C'est une vision très critique, sociale et politique aussi, des USA, mais d'un point de vue conservateur (rare en comics) et c'est passionnant! Le Punisher y est une espèce de super justicier qui répare les failles de la société (cols blancs, dealers de drogue, assassins de petites vieilles, bikers dealers...). Il se balade à travers tous les USA, se déguise et infiltre plein de milieux ricains. Une peinture passionnante des USA à la fin des années 80, des marchés d'armes... En plus chaque épisode se regarde comme un film indépendant et en reprend les codes. Au maximum à cette époque, une aventure du Punisher se racontait en 2 épisodes et pourtant c'était génialement dense. C'est durant cette époque que Castle se lie d'amitié avec Fury, notamment.

    Cette période ("run") débute dans le Essential Punisher volume 2 et est encore en cours d'édition (on en est au tome 4, un des meilleurs). Malheureusement, ça perd sans couleurs. Espérons une édition en TPB un de ces jours.

    Pour Daredevil, je peux dire sans me vanter que j'ai tout lu (y compris certains épisodes pré Frank Miller) et que la meilleure période du justicier, de très loin, c'est celle de Ann Nocenti et John Romita Junior, fin des 80's début 90 (en même temps que le run de Baron sur le Punisher).
    Malheureusement, on en trouve pas de version en VF (a part les VI SEMIC, dur à dénicher. J'ai à moitié l'intégrale de ce run sous cette forme et à moitié en fascicules comics ricains, pour compléter).
    J'en parlerai un jour plus en détail, mais on peut dénicher deux TPB géniaux de cette époque:



    Ann Nocenti est de gauche, et ça se voit! Elle parle d'écologie, des délaissés, des marginaux, des enfants des rues laissés à leur sort, du trafic de K7 vidéo pédophiles, de drogue. Elle va plus loin dans la réflexion qu'aucun autre scénariste de comics que je connaisse: elle parle des élevages bovins au Texas et des problèmes de malbouffe qu'ils génèrent, confronte une femme "parfaite" très poupée Barbie à une féministe sans concessions, nous fait nous attacher au personnage complexe et curieusement troublant de Typhoid Mary, l'amoureuse la plus dangereuse et complexe de Daredevil...Elle lui fait visiter l'enfer et Mephisto s'intéresse même au justicier sans pouvoirs, comme Ultron ou Fatalis. L'époque la plus variée et la plus originale dans ses scénarii!


    Non vraiment, c'est une de mes 3 scénaristes de comics favoris. Du pur génie!
    avatar
    Prok'
    Wanderer

    Balance Messages : 986
    Date d'inscription : 18/07/2011
    Age : 31

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Prok' le Mar 29 Nov - 13:31

    J'aime beaucoup les deux personnages Smile ok je vais dénicher ça, merci ^^

    Ah et Punisher ... le tome "la conjuration des imbéciles" est juste monumental aussi. Punisher tout seul contre Spidey, Wolverine et Daredevil, version Ennis, du grand art Laughing
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Ven 13 Jan - 18:58

    L’AMOUR REND AVEUGLE, MAIS PAS IMPOTENT


    Ou comment réussir à vivre une histoire d’amour avec l’homme sans peur.



    LES PRESENTATIONS :




    Nom: Matthew Michael Murdock
    Lieu de Naissance: New York City
    Parents : Jonathan « Jack battling » Murdock (décédé) , Grace Murdock
    Yeux : Bleus
    Cheveux: Roux
    Taille : 1m82
    Poids : 90 kg
    Histoire : (source wikipédia) : Daredevil est sous son identité civile Matt Murdock, un avocat respecté et d'apparence heureuse.
    Après la mort (présumée ?) de sa mère survenue alors qu'il avait six
    ans, Matt fut élevé par son père. Celui-ci avait promis à sa femme
    mourante de prendre soin de leur fils. Se prenant pour un raté, il
    obligea Matt à ne pas suivre son exemple et le poussa à faire des études
    pour devenir avocat ou médecin. Un jour, Matt fut victime d'un accident
    en voulant sauver un vieil homme qui allait être écrasé par un camion.
    Dans l'accident, des déchets radioactifs bombardèrent le garçon qui
    perdit la vue, mais développèrent ses autres sens à un niveau surhumain,
    et le dotèrent d'un sens radar qui remplace sa vue. En s'entraînant, il
    est devenu un véritable athlète. Après l'assassinat de son père, il fit
    la promesse de mettre ses qualités physiques au service du bien sous le
    nom de Daredevil, tout en défendant la justice en tant qu'avocat. Au
    début, Il eut cependant du mal à maîtriser ses pouvoirs et fut alors
    aidé par Stick, un homme qui apprendra également à Elektra à se battre.
    Plus tard, le meurtrier de son père mourut d'une crise cardiaque à la
    suite d'une poursuite avec Daredevil.Le meilleur ami de Matt est
    Franklin Nelson ("Foggy"), un jeune avocat avec qui il a créé son
    cabinet : "Nelson & Murdock" et pour qui il éprouve une affection
    marquée.


    Nous allons dans ce thread examiner les
    différentes relations amoureuses de Matt, pourfinalement s'apercevoir
    qu'elles correspondent toujours à un même shéma.



    1) KAREN PAGE: Une première relation basée sur le mensonge et le harcèlement moral.


    DD #1, Stan Lee/Bill Everett

    L’histoire d’amour avec KAREN PAGE démarre comme toutes les romances des
    années 60 chez Marvel. KAREN est la secrétaire du bureau de MATT
    MURDOCK et de FOGGY NELSON. Amoureuse de MATT dés le premier jour, elle
    n’aura d’yeux que pour son charmant patron aveugle, qui, s’il est aussi
    très attiré par la jeune demoiselle, n’ose pas lui avouer ses
    sentiments.


    DD #1, Stan Lee/Bill Everett

    En effet, il pense que sa condition d’aveugle est un obstacle à une
    relation durable avec KAREN. Le parallèle avec SCOTT SUMMERS ,qui n’ose
    pas avouer son amour à JEAN GREY parce qu’il ne peut pas contrôler ses
    rafales optiques semble évident. .
    Manque de chance, le jour où MATT se décide enfin à sauter le pas, FOGGY lui apprend qu’il veut demander KAREN en fiançailles !
    FOOGY devient donc le troisième larron , l’empêcheur de tourner en rond
    dans une histoire aux relents très soap, avec les deux personnages
    principaux qui n’osent rien se dire et un élément perturbateur.
    Les sentiments de KAREN vont évoluer, mais elle continuera à préférer
    MATT à FOGGY, déclenchant la jalousie de ce dernier, à tel point qu’il
    va même entretenir le mystère sur le fait qu’il est peut être DAREDEVIL
    (personnage qui a sauvé KAREN de la mort maintes et maintes fois) pour
    impressionner la jeune femme sous le nez d’un MATT absolument ébahi !
    (DD#17))


    DD #3, Stan Lee/John Romita/Frankie Raye

    Mais KAREN en pince définitivement pour le jeune aveugle, et lorsque les
    soupçons sur sa double identité se font de plus en plus pressants, MATT
    va commettre un premier mensonge d’importance à KAREN: il s’invente
    carrément un frère jumeau: MIKE MURDOCK, censé porter la tenue du
    justicier écarlate ! Il mènera ainsi en bateau son intérêt amoureux et
    son meilleur ami pendant une bonne quinzaine d’épisodes, ces derniers
    n’y voyant que du feu !
    Matt envisage ensuite de demander KAREN en mariage, mais se rétracte à
    la dernière minute, cette dernière n’en saura donc rien (DD #29)!
    FOGGY quant à lui n’est plus un rival depuis qu’il sort avec DEBBIE
    HARRIS, une ancienne criminelle qu’il rencontre pour la première fois
    dans DD #10 5KAREN n’a jamais répondu à sa demande de fiançailles) . On a
    même droit à un double rendez vous amoureux dans DD #39 (le premier du
    genre) avec FOGGY et DEBBIE d’un côté, et MATT et KAREN de l’autre, qui
    sera vite interrompu par l’arrivée d’un gangster dans le restaurant !
    Réalisant que sa triple identité entraîne décidément trop de difficultés
    dans la gestion de ses personnalités et met en danger ses proches, il «
    tue » MIKE/DAREDEVIL (auquel KAREN commençait à s’attacher) , le
    faisant passer pour mort dans un combat contre les ANI-MEN (DD #41).


    DD #31, Stan Lee/Gene Colan / J.Tartaglione

    Comble de malhonnêteté, il explique qu’avant sa mort, MIKE a entraîné un
    successeur inconnu pour prendre sa place de DAREDEVIL, expliquant ainsi
    à des amis un peu trop crédules la re-apparition de son alter-ego au
    costume rouge !

    Mais revenons à KAREN….Cette fois, c’est elle qui pense mariage. Matt
    freine des quatre fers , ne se sentant toujours pas à l’aise avec son
    handicap. Il se fait donc de plus en plus distant au point que, dépitée,
    Karen quitte le cabinet d’avocat de NELSON et MURDOCK pendant quelques
    numéros (DD #43).


    DD #43, Stan Lee/Gene Colan/Vince Colletta

    On remarquera la classe extrême de MATT MURDOCK lorsque KAREN dit qu’elle s’en va !



    Lorsqu’elle reparaît (DD #47), elle a enfin fait le point et se jette à
    corps perdu dans une grande histoire d’amour avec Matt, offrant ainsi
    aux lecteurs le premier baiser entre les deux tourtereaux ! (Etonnant de
    constater qu’ils pensent pariage avant même de se faire un petit bisou :
    nous sommes dans les années 60 ! )


    DD #47, Stan Lee/Gene Colan / Klein

    Mais la double vie de MATT le rend toujours plus distant, et KAREN va de
    déception en déception, surtout lorsqu’il décide que sa vie est trop
    compliquée et qu’il a juste besoin d’être DAREDEVIL ! (Chose qu’on a
    récemment vue dans le BATMAN de GREG RUCKA et ED BRUBAKER) . MATT se
    fait donc passer pour mort, et ne dira rien , ni à KAREN, ni à FOGGY, ce
    qui est quand même un comble , et surtout un horrible mensonge pour les
    gens qui tiennent à lui !

    KAREN décide alors de tout plaquer et de retourner chez elle, au sein de
    sa famille, mais même là bas, elle doit faire face à d’autres problèmes
    :Elle apprend que son père a été kidnappé par le mystérieux fantôme
    DEATH’S HEAD, et reçoit l’aide de DAREDEVIL qui l’a suivi jusque chez
    elle pour lui avouer la vérité. A l’issue du combat contre le vilain (où
    l’on apprend qu’il s’agissait du propre père de KAREN), MATT lui avoue
    qu’il est encore vivant et qu’en plus il est DAREDEVIL. Il promet alors
    d’abandonner sa double identité pour qu’ils puissent se marier.
    (DD #57).


    DD #58, Roy Thomas/Gene Colan / Syd Shores

    Il ne tient évidemment pas sa promesse et KAREN, effondrée, part pour
    LOS ANGELES chez une ancienne camarade de classe, SALLY WESTON, où elle
    débute une carrière d’actrice.


    DD #61, Roy Thomas/Gene Colan / Syd Shores

    MATT ne lâche pas le morceau et retourne la voir va retourner la voir.
    Nos deux amoureux sont alors un peu en stand by, KAREN ne sachant que
    choisir entre sa carrière et son amour ! De plus, les exploits de
    DAREDEVIl et les dangers que court MURDOCK la mettent à chaque fois sens
    dessus-dessous.


    DD #63, Roy Thomas/Gene Colan / Syd Shores

    Les deux personnages s’éloignent de plus en plus et tandis que MATT se
    rapproche de la sublime NATASHA ROMANOV, alias la veuve noire, KAREN
    commence à développer des sentiments pour PHIL, son agent. Matt semble
    bien loin, mais est toujours présent dans l’esprit de la jeune femme.


    DD #81, Gerry Conway/Gene Colan / Jack Abel

    Sauf qu’un jour, dans un aéroport, les deux personnages se croisent et
    retombent dans les bras l’un de l’autre. C’est l ‘amour fou (DD
    #85)…….pendant un épisode….


    DD #85, Gerry Conway/Gene Colan / Syd Shores

    Car KAREN n’arrive vraimetn pas à supporter le fait que MATT soit chaque
    jour en danger de mort sous son costume écarlate. Elle décide donc de
    repartir à LOS ANGELES , passant le flambeau à une NATASHA décidément de
    bonne composition, puisqu’elle accepte de ressortir avec MATT alors que
    ce dernier l’a laissé tomber comme une vieille chaussette à l’aéroport
    un épisode plus tôt !


    DD #86, Gerry Conway/Gene Colan / Tom Palmer

    Exit KAREN, qui va faire carrière à HOLLYWOOD en devenant l’héroïne principale d’un feuilleton télévisé .

    Finalement, la relation entre KAREN et MATT, très à l’eau de rose au
    départ (mais c’est normal vu l’époque) va se jouer très vite sur le
    mensonge. MATT ment scandaleusement à KAREN, en inventant un frère
    jumeau et surtout en se faisant passer pour mort. Il n’accepte pas que
    celle ci le repousse à la fin et on se redn comte qu’il veut à tout prix
    être le dominant dans leur relation, n’hésitant pas à faire du chantage
    affectif, à aller la harceler pour qu’elle revienne, ou lui promettant
    l’impossible (arrêter sa carrière de justicier).
    De son côté, KAREN n’a pas la patience d’une MARY JANE, qui accepte
    l’héroïsme de son mari sans sourciller. Elle est quand même dépeinte de
    manière un peu nunuche en tant que kidnappée idéale pour les bandits et
    n’ose pas dire à MATT ses quatre vérités. Toujours partagée, jamais sûre
    de ces choix, elle a été en fait une cible parfaite pour MURDOCK. Sa
    naïveté lui sera aussi fatale à HOLLYWOOD, comme on le verra plus tard !


    La suite ici!
    http://www.buzzcomics.net/showthread.php?t=27144
    Daredevil est le super-héros le plus coureur et séducteur de la création! Découvrez pourquoi dans cet article drôle et surdocumenté. Wink
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Baxter le Ven 13 Jan - 21:46

    Non mais quel bâtard ce Dardevil ! XD
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Ven 13 Jan - 21:58

    T'as tout lu? Y compris les 13 autres chapitres du lien?
    Il est fort, hein? ça doit être le côté aveugle (fragilité)+homme de loi+justicier (force) qui les fait toutes craquer!!!
    avatar
    Baxter
    Sumimaniac

    Messages : 777
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Baxter le Ven 13 Jan - 22:42

    Oui oui, j'ai tout lu. Franchement, faut-il qu'elles aiment souffrir pour se mettre avec un gars aussi méprisable. -_-
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Ven 13 Jan - 23:05

    A noter qu'il a eu une enfance hard et qu'il est souvent dépressif, le pépère. Il a quand même quelques circonstances atténuantes.
    http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/Daredevil

    Et même plein en fait. Il a de quoi régaler une armée de psys pendant des années avec tout ce qu'il a vécu. Prends des notes, Bax'!
    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Sam 10 Mar - 16:57




    Je signale à l'aimable assistance l'excellence, que dis-je la maitrise, du titre Daredevil depuis qu'il a été repris par le scénariste Mark Waid, accompagné de plusieurs dessinateurs géniaux qui ont collé au titre un style façon ligne claire et aplats de couleur carrément génial. Fini le Daredevil dépressif de Frank Miller (et meme de Ann Nocenti, qui est pourtant la meilleure sur le perso). Fini, le pourri Shadowland.

    Daredevil est enfin en de bonnes mains ET joyeux! Les grandes forces de ce titre: son ambiance, ses couleurs et surtout l'utilistation parfaite du handicap de Daredevil comme de son sens radar.

    Du genre cette planche dans laquelle Matt nous décrit ce qu'il "voit" et connait de l'eglise, regrettant de ne pas voir normalement:




    Là, sa super ouie est ennuyée par le bruit des chips de Foggy. "Si tu continues à manger des chips, je quitte l'étude!"^^



    Sur cette double page, le dessin nous signale par "zooms" ce que perçoit Daredevil de son environnement (il manque les bulles et les onomatopées, présentes dans la BD)




    Dans une autre situation, il apprend à jouer du violon "à l'oreille", explique à Captain America que son bouclier est si bien équilibré que le tenir en mains "c'est comme jouer d'un Stradivarius".

    ça va sortir en VF et c'est déjà sorti en VO (les six premiers numéros en HC, que j'ai acheté sous cette forme sur amazon pour 15 euros) .
    ça faisait depuis Ann Nocenti que j'avais pas été soufflé comme ça par le perso et ses particularités qui, bien employées comme ici, le rendent uniques et si particulier dans l'univers Marvel. La narration comme le découpage des cases sont géniaux, les ennemis et situations aussi (le faire affronter Klaw, méchant entièrement constitué d'énergie sonore, c'est du génie!). Et puis une très bonne utilisation, comme toujours, de la dichotomie avocat le jour/ justicier hors la loi la nuit, avec de très bons procès et persos secondaires de prétoire.
    Du très très lourd.
    Un titre magistral qui nous donne du grand DD.
    Le 2eme HC (numéros 7 à 12) sortira courant juin et je peux vous dire que je vais me jeter dessus! o_O


    avatar
    Giromu
    Captain America

    Messages : 2616
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Giromu le Dim 18 Mar - 13:15

    Pour les lecteurs francophones, il est à noter que le fabuleux Daredevil dont je vous parlai plus haut est publié en magazine depuis quelques jours!



    Dans Marvel knights 1 (en kiosques), on trouve les deux premiers episodes de cette grande série, les deux premiers de la serie en cours aux USA de Ghost rider (9e et dernier numéro US à paraitre. C'est si mauvais que la serie a meme pas atteint les 12 episodes minimum que chaque serie non limitéee est au moins censéee atteindre aux USA) et les 2 premiers de serie en cours aux USA du Punisher (aussi bonne que DD).

    Pour 5, 70 euros, vous avez donc deux petites merveilles et une serie tres moyenne diront nous: Ghost rider nous présente une nouvelle rider, une jeune fille manipulée par Adam (oui, le premier Homme!) pour se venger de Dieu. Le ghost rider d'origine, Johnny Blaze, tente de la sauver mais a abandonné son pouvoir aux mains de Mephisto...
    ça partait d'une bonne idée, mais c'est très moche et mal raconté, d'où arret de la série aux USA. Etrange qu'ils la publient en France, mais bon.
    A côté de ça, vous pourrez lire l'excellente serie en cours du Punisher par Rucka et Chechetto. Pour la premiere fois, l'histoire ne nous place pas dans la tete de Castle, mais du point de vue de policiers chargés de l'arreter et d'un journaliste du Daily bugle qui enquete sur lui. Le punisher ne parle pas pendant les 6 premiers numéros (!), tout à fait comme dans les histoires de Man-thing. Il est présenté comme le point central de l'histoire mais n'en est pas le héros, plutot une force de la nature dont les simples humains voient le resultat de ses actes et tentent de les empecher. Pendant ce temps, une policiere va voir son mariage tourner au drame quand elle devient la seule survivante, laissée pour morte par les mafieux qui l'ont attaquée. Assistera on à la naissance d'un nouvel être assoiffé de vengeance?
    Rucka est à la base auteur de policiers à succès et ça se lit. Sur des dessins somptueux de Chechetto (la mise en page est audacieuse et excellente!), il nous donne une vraie leçon de narration. Je suis cette série depuis le début et je ne peux que la conseiller.







    Pour résumer, Marvel knights 1= le bien. C'est rare que j'encense un magazine VF, mais là ça vaut le coup.
    Foncez! Et ne vous laissez pas avoir par l'etiquette Fear itself. ça ne concerne que les episodes de Ghost Rider de ce magazine et il n'y a pas besoin d'avoir lu le crossover. Cerise sur le gateau: les premiers episodes de Ghost rider, reproduits dans ce numero, sont les meilleurs de la série et plutot honnetes. C'est à partir du numéro 4 que ça se gâte.

    PS: j'ajoute que les 6 premiers numéros de Venom par Remender et deux dessineux sont parus en VF dans le magazine Spiderman universe n°1
    http://www.mdcu.fr/comics/mag-vf-2407-panini-comics--spider-man-universe-spider-man-universe-1.html
    C'est l'un des meilleurs emplois du symbiote que j'ai lus de ma vie. Remender a des idées et les met bien en scène. Flash Thomson en Venom est un personnage aussi réussi que Eddie Brock.

    Contenu sponsorisé

    Re: [Comics] 2.0 Le Punisher contre Daredevil: "Justice n'est pas vengeance" (S. Wiesenthal)

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 11:01